Les incohérences de l’État vont-elles tuer la relance ?

paperwork source https://unsplash.com/photos/MldQeWmF2_g

Sortez et consommez, mais on vous donnera toutes les raisons et toutes les entraves du monde pour ne pas sortir et ne pas consommer.

Par Frédéric Mas.

« Allez au théâtre, allez au cinéma, vous ne risquez rien ! » nous a assuré hier Jean Castex, après l’annonce d’une rallonge de 2 milliards pour le secteur de la culture.

Sans doute faut-il comprendre le propos du Premier ministre en le rapprochant de celui de son ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui de son côté ne cesse de répéter aux Français qu’ils doivent consommer. La crise sanitaire les a incités à épargner, ce qui est peut-être bon pour eux mais pas pour la relance que tous nos ministres et administrateurs appellent de leurs vœux.

Jean Castex est presque optimiste. Oui, sortez, allez au cinéma, dépensez un peu l’argent que vous avez mis de côté, la situation est grave, mais pas désespérée. Le virus se remet à circuler, mais pas comme avant. Le risque de contamination est minime, mais on va quand même rendre les masques obligatoires un peu partout et serrer la vis là où les gens se retrouvent un peu trop près les uns des autres.

Profitez, mais pas trop non plus

Après un cinéma avec masque obligatoire, pourquoi pas un tour dans un musée, avec masque obligatoire, et un autre dans un restaurant, avec masque et limitation des inter-actions sociales ? Si vous habitez Marseille, c’est le superbanco, extinction des feux à 23 heures. On veut bien que vous en profitiez, mais pas trop non plus. N’oublions pas la guerre au virus.

La tête de l’État devrait informer ses préfets qu’elle a l’intention de « relancer l’économie », qu’elle a même prévu un plan de relance dans ce sens la semaine prochaine. Parce qu’en l’état les initiatives de ses petits chefs se multiplient, souvent sous la pression d’élus locaux qui tremblent de trouille. On multiplie les zones où le masque est obligatoire en plein air, dans les rues commerçantes, en plus des commerces eux-mêmes.

La relance va être compliquée

Marseille a instauré un couvre-feu à 23 heures comme nous l’évoquions plus haut, et gageons que plusieurs autres grandes villes vont suivre. Forcément, ces initiatives liberticides vont être excellentes pour la consommation et l’économie locales. Il ne fallait pas trop compter sur les touristes étrangers pour se refaire une santé, la multiplication des entraves réglementaires sanitaires vont convaincre les autochtones de rester chez eux.

L’État continue de nous vendre son message schizophrène, et risque très fort de se tirer une balle dans le pied. Oui, sortez et consommez, mais on vous donnera toutes les raisons et toutes les entraves du monde pour ne pas sortir et ne pas consommer. La rationalité de l’État bureaucratique est un mythe dangereux.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.