Coronavirus : confinons-les… et qu’ils se taisent ! 

OPINION: pourquoi certains chercheurs s’obstinent-ils à nous abreuver de modélisations théoriques fausses alors que l’épidémie serait vraiment terminée ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emergenza Coronavirus By: Dipartimento Protezione Civile - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : confinons-les… et qu’ils se taisent ! 

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juin 2020
- A +

Par Jean-Pierre Nordmann.

On aurait pu penser que les modélisateurs qui ont produit des simulations délirantes se tiendraient maintenant à carreau. Mais quand ils récidivent, il faut s’insurger. Leurs erreurs les rendent coupables d’une catastrophe dont ils tentent de s’absoudre en convoquant leur science invérifiée. À nous citoyens, à vous journalistes et politiques, de ne plus laisser faire ces fous.

Quand le modèle remplace la confrontation au réel

Tonitruante, l’équipe de l’Imperial College de Londres nous annonce le 8 juin 2020 que la politique de confinement aurait sauvé pas moins de trois millions de personnes dans 11 pays européens. Cette information est alors reprise immédiatement en boucle, sans conditionnel, par tous les médias nationaux1.

La vague de mortalité s’épuise inlassablement. En France, on teste beaucoup moins que les 700 000 examens annoncés… car il n’y a pas assez de cas symptomatiques à tester. Seuls 2 % des tests se révèlent positifs début juin quand le taux était dix fois supérieur en avril. Aujourd’hui, il n’y a aucun doute : l’épidémie s’est arrêtée avec moins de un mort quotidien par million d’habitant. Une goutte d’eau en comparaison des autres causes de mortalité.

Il serait absurde de considérer qu’il y aurait moins d’interactions sociales ces dernières semaines qu’il n’y en avait pendant le confinement. Pourtant, plus on déconfine, plus le nombre de morts décroît !

Face à ce miracle, les magiciens de l’Impérial College de Londres font une démonstration extraordinaire : le modèle mathématique qu’ils ont élaboré prévoyant que l’épidémie générerait des millions de morts, le faible niveau de mortalité serait la preuve non pas que leur modèle est questionnable, mais que l’on a bien fait de les écouter. Ainsi, toutes les épidémies de ce type généreraient une courbe de mortalité en cloche (sans seconde vague) sauf ce virus extraordinaire. Puisque le modèle le dit !

Le modèle vaut donc le coup d’œil, non ? Las, comme tout modèle, il est hautement contestable pour plusieurs raisons :

  • Leur hypothèse principale est que toute évolution dans la diffusion de l’épidémie est due aux décisions de confinement. Or des analyses démontrent maintenant que l’épidémie semble avoir été freinée car beaucoup d’entre nous ont développé des anticorps contre un ou des coronavirus proches (mais pas les mêmes anticorps que ceux détectés dans le test sérologique Covid). Ce sont souvent de bêtes rhumes que nos enfants se refilent et nous refilent tous les ans. C’est anti-geste barrière (plus nous transmettons nos rhumes, plus nous nous protégeons de la Covid), mais c’est comme ça…
  • Le taux de contamination de la population considéré par l’ICL pour stopper l’épidémie semble beaucoup trop élevé. Ainsi, si le virus s’appuie sur des super-propagateurs (ce qui est le cas), et que la population n’est pas exposée de façon similaire (ce qui est le cas aussi, pensons aux soignants ou personnels aidants), il ne faut plus atteindre 80 % de la population pour que l’épidémie s’arrête mais seulement 5 à 10 % si l’inhomogénéité est forte ! D’ailleurs, si nous reprenons un peu nos esprits, on constate bien que les épidémies de grippe s’arrêtent même si 80 % de la population ne l’a pas contractée (vaccination comprise).
  • Le taux de mortalité qu’ils ont pris en compte semble très surestimé car fondé sur l’observation initiale des cas graves et/ou très symptomatiques.

La vraie question

La question n’est pas de savoir si c’est horrible de mourir asphyxié à 65 ans alors qu’on était en pleine forme quelques jours auparavant, ou s’il fallait éviter la saturation du système hospitalier.

La question est de savoir s’il fallait saccager l’année scolaire de nos enfants, nos libertés publiques, notre économie voire notre santé (quand on perçoit l’impact sur les infarctus, les AVC, la détection de cancers, les troubles psychiatriques, etc…) pour un résultat peut-être nul, tout du moins non démontré, dans la diffusion de l’épidémie de Covid.

Constatons tout d’abord que la réalité des chiffres de l’épidémie place cet épisode à un niveau de mortalité… assez banal ! Une trentaine de milliers de morts sur trois mois, c’est assez classique pour un pays comme le nôtre. Voici par exemple la démonstration apportée par les professeurs Dominique Andolfatto (professeur de science politique, Credespo, Université de Bourgogne Franche-Comté) et Dominique Labbé (chercheur associé en science politique, Pacte- CNRS, Université de Grenoble-Alpes) que nous reprenons ici.

Les auteurs comparent tout d’abord le surcroît de mortalité entre le 1er mars et le 30 avril 2020 avec les années 2018 et 2019, aboutissant à un surcroît de mortalité de 22 271 décès, cohérent avec les données de Santé Publique France identifiant 28 802 victimes de la Covid au 31 mai 2020.

Leur analyse est très intéressante puisqu’elle s’appuie sur une base homogène de données (INSEE) sur une période longue permettant une réelle comparaison, à rebours de certaines représentations étriquées produites dans les médias nationaux2.

Les chiffres de l’INSEE démontrent que ce niveau de mortalité a été atteint quatorze fois depuis la Seconde Guerre mondiale en France. C’est même la cinquième fois au XXIe siècle, après la canicule de 2003, ou les épisodes grippaux de 2015, 2017 et 2018.

La surmortalité lors des principales épidémies depuis 1945 en France

Source des données : article des professeurs ANDOLFATTO et LABBE, données INSEE. 

Ce qui est frappant dans cette épidémie, comme nous l’avions rappelé dans un article précédent, c’est l’inégalité face à l’âge. Ainsi, même si 5000 personnes de moins de 45 ans étaient en contact avec la Covid, vous n’auriez aucun décès (comme sur le porte-avion Charles de Gaulle).

En revanche si 500 personnes de plus de 75 ans sont en contact, vous devez vous attendre à avoir quelques décès (comme sur le bateau Diamond Princess). Pourtant, les personnes vulnérables n’ont pas été suffisamment protégées tandis que les personnes sans risque ont été confinées inutilement.

Ce qui est frappant aussi, c’est la différence de mortalité suivant l’organisation et la nature des soins apportés (en particulier la politique de tests et d’isolement des cas possiblement contaminés). Par exemple, les Bouches-du-Rhône ont bénéficié de la présence de l’IHU Méditerranée qui, ne respectant pas les injonctions stupides ayant empêché l’utilisation de tests proposés par des laboratoires vétérinaires au début de l’épidémie, a testé le maximum de patients.

Certes la fiabilité n’était peut-être pas au rendez-vous, mais ainsi des milliers de cas positifs ont pu être détectés le plus tôt possible, brisant alors les chaines de contamination. Le résultat est sans appel : un taux de mortalité proche du niveau allemand dans les Bouches-du-Rhône quand l’est de la France est proche de l’Italie ! Le bon sens germanique est peut-être mieux partagé à Marseille qu’en Alsace.

Ces deux enseignements seront certainement utiles pour les prochaines épidémies.

À qui profite le crime ?

Pourquoi certains chercheurs s’obstinent-ils à nous abreuver de modélisations théoriques fausses alors que l’épidémie serait vraiment terminée ? Risquons une hypothèse : et si certains étaient juges et parties…

Prenons la fondation Institut Pasteur, qui dès le 31 janvier 2020, promet un vaccin contre la Covid. Elle vient de signer un partenariat le 26 mai 2020 avec la CEPI, Thémis et MSD pour développer ce vaccin. Il n’est probablement pas envisageable, ni souhaitable pour eux, de modifier leur modélisation initiale. Celle-ci continue donc d’être fondée le 5 juin 2020 sur les données largement dépassées de mortalité sur le bateau Diamond Princess, datant de février 2020.

Les épidémiologistes de l’Institut Pasteur émettent ainsi aussi des extrapolations contestables dont on peut douter de la sincérité.

Quid de l’Imperial College de Londres qui se targue de chuchoter à l’oreille des dirigeants avec en pointe le chercheur Neil Ferguson ? Le 3 avril, celui-ci suggérait que le confinement dure 18 mois ! Maintenant, il aurait sauvé trois millions de vie en Europe. Plus c’est gros, plus ça passe.

On comprend que les décideurs politiques français, qui ont déscolarisé des millions d’étudiants, écorné l’esprit de nos libertés publiques, conduit au décès par infarctus, AVC ou cancers de personnes qui auraient pu être sauvées, saccagé notre économie, ceci en toute bonne foi (nous aurions peut-être tous pris les mêmes décisions à leur place), ne puissent pas clôturer cette séquence sur autre chose qu’une victoire manifeste.

Quant aux journalistes, soumis à la dure tentation de la productivité, conjuguée à une forme de paresse intellectuelle, ils alignent des informations sans s’interroger sur ce qu’ils rédigent. On peut par exemple lire cette exquise absurdité dans un article du journal Le Figaro du 9 juin 2020, sans visiblement que ça n’émeuve le rédacteur : « Sans recours au confinement, le pays (Corée du sud) ne compte que 11 000 cas confirmés, quand les modèles de l’université de Berkeley en prédisent 11,5 millions sans intervention ».

Les épidémiologistes ont besoin d’argent, les politiques ont besoin de victoires, les travailleurs ont besoin de reconnaissance et les journalistes ont besoin d’informations simples. Tout ceci est acceptable, si aucune catastrophe économique ou sociale n’intervient prochainement.

  1. Comme dans Le Figaro daté du 8 juin 2020
  2. Par exemple cette étude récurrente du journal Le Monde ou de la Revue politique et parlementaire
Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • « …Qu’ils se taisent ».
    Voilà l’objectif à court terme des imposteurs qui nous gouvernent!
    Qu’ils se taisent et qu’ils fassent « le bon choix » au 2ème tour des présidentielles de 2022…

  • Un article plein de bon sens, cela fait du bien… c’est hallucinant de voir que les personnes qui ont fait des modèles grossièrement erronés se donnent des satisficits alors que la réalité contredit leur modèle. A mon avis un énorme problème est la manipulation mathématique de données faites par des statisticiens non-spécialistes du domaine étudié. On peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres et de nombreuses failles dans les modèles ont été rapportés. On comprend que ces personnes défendent leur budget futur mais pourquoi notre gouvernement les suit? Par peur ? C’est vrai que le raisonnement scientifique paraît très éloigné de leur domaine de compétences.

    • Les modèles sont construits à partir d’abstractions et de simplifications du réel. Ils sont donc par essence plus ou moins faux. C’est pour cela qu’une bonne étude doit comporter l’évaluation de la sensibilité des résultats aux hypothèses. Et que le modèle doit être révisé en fonction des écarts entre résultats du modèle et données expérimentales. Ce qui n’a pas été fait ici, ce qui permet tous les délires. Tout comme dans le cas du modèles du réchauffement climatique causé par le CO2 où le GIEC n’a jamais révisé ses modèles depuis 30 ans. On constate que les tenants du pouvoir qui utilisent ces modèles en on fait des totems religieux qui interdisent tout débat et doute.

      • Depuis le début de cette crise je fais le parallèle avec le réchauffement climatique : chiffres faussés, études biaisées voire foireuses, science officielle d’un coté, contradicteurs muselés, décisions politiques débiles ou suicidaires. Il y aurait une étude plus complète à faire sur le sujet. Mais on peut penser qu’une bonne partie des études et publications allant dans le sens de la doxa officielle sont aussi fausses dans les 2 cas.

        • J’ajouterais propagande médiatique et instrumentalisation de la peur.

        • Bien sûr. J’ai dans ma famille un climatologue d’un certain renom et depuis des années, il me dit que le GIEC est un « machin » composé de faux experts et que leurs conclusions sont toutes orientées et biaisées. Il est particulièrement critique du glaciologue Jouzel qu’il a bien connu.

      • Plus simplement, laissons les spécialistes reconnus, comme le Pr. Raoult, parler de ces sujets et donner la direction ; lui qui n’a jamais caché qu’il était incapable de prédire l’avenir, mais que les 2èmes vagues, cela ne s’observe jamais en épidémiologie ; qui n’a jamais cru au chiffre théorique de 60% de la population infectée avant la décrue de l’épidémie (car c’est beaucoup moins dans toutes les épidémies observées) ; qui a dit dès le départ qu’il fallait tester, isoler et soigner – le tiercé gagnant dans tous les pays ayant une faible mortalité et un faible impact sur l’économie ; bref, des gens comme lui qui connaissent ce dont ils parlent, et, peut-être plus important, connaissent les limites de leurs connaissances…

        • non l’argulment de raouklt est bancal est limité moi non plus je n’ai jamais CRU à une seconde vague , surtout à un endroit donné..comme Marseille ,reste que des régions entières n’ont que très peu été touchées par le virus le pari était donc si le virus n’était pas saisonnier, ce que personne ne peut savoir meme raoult..on aurait pu avoir ce qu’on appelle une  » remontée des cas…

          ce virus semble atypique, il ‘y avait pas d’élements solides pour affirmer qu’il n’y aurait pas de seconde vague…

          quand raoult sait qu’il n’y aura pas de sonde vague ce type fait une prevision type expertise …une prédiction..
          et penser que parce qu’on est le plus grand sachant n’aid pas
          rappelons que raoult a dit que ça ne ferait pas 10 000 morts.. vraiment pour savoir ce qu’on ne sait pas….me semble t il. et qu’il savait que son traitement marchait alors que ce n’ets toujours pas certain..

          • « rappelons que raoult a dit que ça ne ferait pas 10 000 morts..  »
            Cela ne ferait pas 10000 morts si on appliquait ses propositions (tester, isoler individuellement, soigner avec son traitement…etc). Or nos gouvernants ne l’ont pas cru et on a presque 30000 morts contre 9000 en Allemagne qui compte 20 millions d’habitants de plus que la France…

            • non. pas vraiment..il parlait du virus je crois bien…. ça n’est pas important.la question n’est pas là la question est de qui je suis » pour faire des prédictions sur un trucs que je connais pas ou mal…

              les allemands ont soigné avec son traitement? beaucoup?

              ah non , non non non raoult a raconté beaucoup de conneries..
              avez vous beaucoup d’épidémies où il ya eu un lockdown de cet ordre? alors comment comparer avec la dynamique  » naturelle » d’autre épidémie? sans parler de en tant que scientifique préciser par ce qu’on peut entendre par deuxième vague..
              la seule chose que je trouve intelligent et factuel me semble til de sa part est de dire qu’on comprend mal les épidémies..

              vous ne semblez pas comprendre le débat. ou vous voulez le pourrir .. je me fous que le traitement de raoult soit efficace, je me fous que son pari de pas de seconde vague soit gagné ou pas..

              c’est qu’il a fait état de son statut de sachant de scientifique pour y donner foi… le mélange des genres quand ce n’est pas de la diffamation peine déguisée, » je sauve des vies ».. qu’on doit comprendre mieux que les parisiens en laissant à penser que le traitement est clef..alors que partout me semble t il..le simple nombre de tests est un marqueur de la mortalité..mettez vous à la place d’un médecin parisien que les gens accuse de laisser les malades crever..
              allez sur le net allez lire ce qui est dit ..

          • raouklt : non. Raoult, please.

          • @ lemiere : Raoult a dit d’emblée qu’il s’agissait de tester, isoler et soigner. Je dis Raoult, mais j’aurais pu dire : les épidémiologistes sérieux. Tous les pays qui ont fait cela ont très sensiblement réduit à la fois la mortalité, le nombre de malades donc les potentielles séquelles, et l’impact sur leur économie.
            Raoult et ses semblables sont par ailleurs des gens de terrain, qui soignent, qui voient des malades ; pas des théoriciens s’abritant derrière leur tableau excel.
            Raoult et ses semblables ont par ailleurs toujours dit que laisser aux médecins la liberté de soigner les malades était indispensable ; ce qui au passage est très lié à la notion de liberté.

            Si vous préférez la gestion de la pandémie telle qu’elle a été menée par nos gouvernants, grand bien vous fasse.

            • mais cessez cela, toujours changer de sujet, bien su que tester isoler était la solution pas besoin d’etre un épidémiologiste patenté ou sérieux ou adoubé par raoult..il suffisait de regarder la corée…

              on parle des affirmation préliminaires de raoult sur l’efficacité de son traitement..sur la façon absolument ridicule de rejeter les critiques, vous faites chier je le dis tout net..

              incroyable.. peut on avoir une étude non foireuse qui proue que raoult a sauvé des vies…

              peut on avoir en outre, pour juger du personnage les preuves que pouvait avoir raoult quand il disait je soigne et non je fais ce que je peux en suivant mon intuition…

              merde alors…

              • Dites, si vous arrêtiez de dire n’importe quoi ?
                Raoult, c’est beaucoup plus que son protocole HCQ+AZ, c’est d’abord, ne vous déplaise, la stratégie globale, stratégie REFUSÉE par le gouvernement.
                « on parle des affirmation préliminaires de raoult sur l’efficacité de son traitement »
                NON : on parle de la façon dont l’épidémie a été abordée, et moi je dis que plutôt que de laisser l’initiative à des modélisateurs hors-sol, il fallait la laisser à des gens de terrain, des gens qui connaissent les épidémies et savent les gérer, comme Raoult.
                Gardez votre impolitesse pour vous, malotru.
                Les études, incapable, vous les avez un peu partout, à commencer par celles figurant que le site de l’IHU et parues tout récemment ; mais encore faut-il rejeter la fainéantise et les consulter. Vous ne connaissez rien à la science, autant que je me souvienne : cessez donc de vous prononcer sur le sujet. Et de m’interpeller à tort et à travers.

    • Dans ce cas-ci, les faits ont vite démontré la fausseté du modèle car l’échelle de temps est courte. Dites-vous bien qu’il en va de même pour les modèles climatiques qui disaient , il y a 20 ans (mais quel journaliste s’en souvient) qu’en 2020 il ferait 2° de plus qu’à l’époque EN MOYENNE (ce qui est énorme et pas du tout vérifié dans les faits). Les modèles actuels sont moins grossiers, mais toujours aussi faux, car on ne sait pas modéliser des phénomènes aussi complexes que le climat.

      • J’ai Le Progrès de juillet 1999 dans lequel Jouzel annonçait que Lyon aurait en 2020 le climat de Séville. On en est fort loin.

      • ils ne sont meme pas faux..

        ça vous donne un truc…mais pas la façon de savoir à combien ça peut se situer de la réalité…

        si vous lisez attentivement…

        vous avez des tas de phrases dépourvues de sens..

        en gros c’est toujours voila l’ensemble des modèles.. caché dans un coin une méthode pour les pondérer sans doute reposant sur un capacité absurde à simuler l’es données observées..
        en pratique ça donne un poids fort à un modèle qui simule bien le passé pour de fausses raisons..

  • le probleme est qu’on se fiche de la réalité observable, seule la manipulation et/ou la propagande politique est souveraine .
    on le voit avec le mensonge vert, avec la crise des masques, les ephad etc..
    manipuler les masses et déstabiliser le marché afin d’inquiéter et de payer les salaires pour que les gens votent bien.. voila l’objectif

    • c’est sûr que tant qu’il y aura des crétins qui iront voter ils auront toujours le dessus.

      • ah bien oui , ce n’est pas pour rien que l’etat va payer tout le monde jusqu’en 2021 .. (si vous ne votez pas pour moi , vous ne toucherez plus rien)

    • +1000
      admettre qu’on s’est trompé sur ce modèle, c’est ouvrir la voie à la remise en cause de tous les autres modèles, des experts… comme celui du réchauffement par exemple

  • « Pourtant, les personnes vulnérables n’ont pas été suffisamment protégées tandis que les personnes sans risque ont été confinées inutilement. » Oui, merci ! Et ça continue. Beaucoup de jeunes et de moins jeunes ne peuvent toujours pas travailler ou pas dans des conditions optimales. Et ils n’ont pas fini de payer cette gabegie. Tout ça parce qu’on n’a pas eu le courage de dire qu’il fallait que ceux qui produisent continuent de créer de la richesse.
    On a voulu jouer l’un contre l’autre, les méchants qui veulent gagner de l’argent contre les gentils qui veulent protéger la santé. En oubliant que sans richesse, pas de santé.

  • « Ces deux enseignements seront certainement utiles pour les prochaines épidémies. »
    Laissez moi rire !
    Si l’on regarde les enseignements du passé, et la manière dont ils ont été oubliés, par ceux-là même chargés de les répandre comme l’ICL, comment peut-on afficher un tel optimisme béat ?

  • Les médias aiment les études « qui font peur », les scientifiques leur en fournissent donc, et tant pis si elles se révèlent toujours fausses, il n’y a jamais de conséquence pour ceux qui les ont faites ou propagées. Et le fait que des prévisions à quelques mois se sont révélées fausses ne remettra même pas en question les prévisions à 50 ans des climatotoutardonvatousmourrir.

    • les merdias sont des vautours, quand ça sent la peur et le sang ça les intéresse, le reste de l’info c’est du remplissage par le vide

    • Si encore il n’y avait que les médias ! Mais les financeurs des labos sont tout pareils : ils paient si on leur fait peur.

  •  » Le bon sens germanique est peut-être mieux partagé à Marseille qu’en Alsace.  »

    Normal, l’état ne tolère en Alsace que des fonctionnaires (en général issus d’autres régions*) qui mettent toute leur énergie à faire oublier aux peuple alsacien ses origines germaniques…

    *Mais aussi des alsaciens (‘a’ minuscule) pires que Samuel Jackson dans ‘Django unchained…

  •  » confinons les et qu’ils se taisent « ….si ça concerne les politiques je suis partante ; qu’ils se confinent et la mettent en veilleuse , ça nous fera des vacances , des vrais ….

  • Sauver des vies quand il y a des morts, non mais allo quoi.

    Les cons ça ose vraiment tout.

    • Il est tout aussi absurde d’accorder le moindre crédit à un quelconque activiste portant un masque de chercheur que ce soit au sujet du Covid19 avec Fergusson que de confier les clés du royaume à des fonctionnaires internationaux qui rêvent d’étendre leur pouvoirs avec l’écologisme politique .

  • Excellent. Un seul point est un peu trop bisounouresque, c’est l’idée que les décideurs politiques seraient de bonne foi ! La tentation de contrôler la population (et non le virus) est hélas manifeste. Peut être est elle seulement au niveau du subconscient de la classe politique dominante (et non dans un schéma comme les affectionnent les complotistes) mais en pratique cela va toujours dans le sens d’une restriction des libertés.

  • Un article qui met de l’ordre dans cette cacophonie médiatico politico scientifico apocalypto totalement indigeste.
    Notre génial président qui avait tout prévu pour notre bien va nous faire un discours dimanche larmoyant, patriotique avec une bonne dose de précautions anxiogène pour encore avoir le contrôle sur le pays.
    La surprise vient du succès des manifestations anti violences policières que personne ne voyait venir en pleine pandémie en passant outre les interdictions de rassemblement. Quand on voit les concessions faites aux manifestants cela démontre clairement que le gouvernement craint et cherche à tout prix à éteindre le mouvement. Mais connaissant la stratégie de ces hypocrites, ce n’est que du bluff.
    Les leçons de cette pandémie n’ont pas été toutes tirées. Le scandale de la Chloroquine, de l’artémisia annua utilisée en masse dans les pays africains relativement épargnés, alors que dans les pays riches il y a cette forte mortalité soignée au Doliprane. Affaire à suivre de très près et ne rien lâcher pour faire éclater la vérité.

  • « les modèles sont construits par abstractions et simplification du réél et sont donc par essence faux »,tellement vrai c’est comme pour les sondages dont le résultat est fait pour satisfaire son commanditaire et orienté les votes.

  • Quiconque a des connaissances informatiques sait que les modèles fournissent les résultats suivant les données que vous y insérez. Donc ils ne peuvent fournir un résultat compatible avec la réalité si celles-ci ne le sont pas également. Pour le CO2 on sait qu’il n’est pour rien dans le réchauffement puisque la température a fortement chuté de 1945 à 1975 alors que le taux de CO2 explosait du fait de la reconstruction d’après guerre. Ce que les escrocs du Climategate on tenté de falsifier puisque cela contredisait leur théorie anthropique!

  • Merci à Jean-Pierre Nordmann pour cet article à la fois bien documenté, mesuré et sensé.

    Quand l’auteur postule que les décideurs d’un confinement excessif ont pu être de bonne foi et qu’ils peuvent tirer les leçons de leurs erreurs passées, il semble qu’il témoigne d’un optimisme béat (voire collaborationniste). Cependant, il opte pour la seule attitude possible afin de sortir d’une logique d’échec : faire l’hypothèse d’un potentiel d’intelligence à exploiter qui rend le progrès possible.

    Après tout, favoriser la réalisation de ce potentiel c’est son métier, et puisque qu’il en est capable en ce qui le concerne, il n’y a pas de raison que ceux pour lesquels son cabinet travaille n’en soient pas capables aussi. Donc il en résultera des solutions. Ce qui est rassurant. Du coup entre CPEF et CPNEPF, je penche pour CPNEPF (… façon rebond quand on touche le fond de la piscine).

    (Rappel lexique h16 : CPEF, Ce Pays Est Foutu. Lexique dérivé : CPNEPF, Ce Pays N’Est Plus Foutu).

  • Merci à l’auteur pour cet article bien documenté, mesuré et sensé.

  • Peu avant le deconfinement du 11 mai, un certain Martin Blachier du Public Health Expertise, qui par ailleurs écumait les plateaux de tv, annonçait que des modélisations effectuées dans son institut prédisaient que le de confinement aurait pour conséquence (nombre de morts supplémentaires) :
    1. sans gestes barrières ni masque : 220000 morts
    2. Avec gestes barrières mais sans masque : 130000 morts
    3. Avec gestes barrières et masques : 80000 morts !
    Un mois après le deconfinement, la réalité semble assez éloignée de ces chiffres apocalyptiques !!
    A sa place, je me planquerais dans un terrier en attendant qu’on oublie les résultats de mes élucubrations. .. lui, pas ! Il continue d’écumer les plateaux
    (sans qu’aucun journaliste d’ailleurs ne lui rappelle ses consternants résultats de simulation) … lamentable !!

  • Pour les journalistes il faut du sensationnel ,mieux vaut annoncer
    80 000 ,130 000 morts que 29 000.,ça fait de l’audience!

  • Cette épidémie aura enregistré une impressionnante collection de mensonges officiels, sur les prévisions, sur les masques, sur les traitements, sur les statistiques, sur les études, sur l’économie, sur la monnaie, sur le monde d’après…

    Mais cette fois-ci, l’outrance était telle que ça s’est vu. Beaucoup ne se sont pas laissé piéger, ont relevé les incohérences des discours et les ont dénoncées avec raison, affrontant le mépris des prétendus élites sachantes, surprises et vexées de cette opposition frontale.

    Espérons que la saine attitude de la population refusant le mensonge sanitaire trouve son prolongement à propos du réchauffement climatique anthropique, l’autre grand mensonge pseudo-scientifique de notre époque.

    • Alors là Cavaignac, ce n’est vraiment pas gagné. (sur le climat)
      Bien des gens ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, et ce qu’ils voient, c’est un réchauffement des étés, des hivers, et cela suffit à les effrayer. le climat, c’est une échelle de temps beaucoup plus longue qu’une épidémie, où tout le monde voit ce qui se passe. Combien parmi ceux qui s’alarment du réchauffement climatique savent que quelques siècles en arrière, les glaciers alpins étaient moins étendus qu’aujourd’hui ?
      Les enjeux financiers (éolien par exemple, mais aussi augmentation des taxes en tout genre, dont une partie finit dans la poche des politiciens et de leurs amis) sont également plus importants, me semble-t-il. La désinformation du public va croissant et la dépendance, la servilité des médias subventionnés envers le pouvoir aussi – sans parler de la censure qui resserre son étreinte : il sera de plus en plus difficile de faire entendre la voix de la raison à la majorité de la population.

      • « le bout de leur nez », ben forcément à force de mentir, il s’allonge. Donc « Bien des gens ne voient pas plus loin que le bout de leur nez » est inévitable, cela en est la conséquence.

        « les glaciers alpins étaient moins étendus qu’aujourd’hui » oui et les évêques s’en mêlaient avec des processions de crainte que toutes les terres ne soient rasées…

  • « nous aurions peut-être tous pris les mêmes décisions à leur place »

    Je ne crois pas : un certain nombre d’entre nous avons une éthique et ne mentons pas comme nous respirons – comme sur les masques ; un certain nombre d’entre nous avons une éthique, en plus d’être informés sur l’importance des tests à grande échelle, et n’aurions pas permis que les labos vétos qui s’étaient spontanément proposés à M. Salomon, en mars, restent 3 semaines sans la moindre réponse (avant que, devant le scandale révélé par le Point, le Premier ministre leur accorde le feu vert en catastrophe, le lendemain samedi) ; un certain nombre d’entre nous eussions compris rapidement qu’il fallait protéger particulièrement les personnes à risques – âgées et/ou à comorbidités – et laisser les autres vivre. Etc.

    Ne soyez pas trop complaisant avec les fumistes incompétents, irresponsables et menteurs qui ont provoqué la catastrophe à la fois sanitaire et économique.

  • L’auteur aurait dû se promener à Mulhouse ou à Colmar quand tout a débuté …Les études épidémio quand toute la ville toussait et se rendait aux urgences, ils en avaient rien à faire entre nous les urgentistes de là bas….l’auteur aurait pu suivre les équipes de réanimateurs venant aider leurs confrères sous les tentes militaires..Voire plus de 80 patients sur le ventre et intubés..Bin ça les a marqués nos collègues..Alors oui il fallait confiner au vu de cette catastrophe annoncée.;Tout le reste c’est du blabla…le virus va tourner avec les saisons autour de la terre et nous le reverrons peut-être en Chine au mois d’aout ..Ou pas ce qui sera bon signe ..sinon il repassera par l’Europe..C’est du bon sens et de l’observationnel pas de l’anticipation mathématique

    • On aurait pu ne confiner que les régions fortement touchées, et surtout ne le faire que pour les malades et les personnes à risque.
      De plus, on n’a pas utilisé comme il aurait fallu les établissements privés.

      • Certes je suis d’accord mais quand vous êtes aux commandes et que vous voyez en live les évènements se dérouler…Vous prenez une décision..Avec du recul elle était disproportionnée c’est sûr..

      • Ils ont surtout confiné parce qu’ils n’avaient pas de masques « aux normes » à proposer et aucune confiance dans les citoyens pour s’en procurer « de fortune » et respecter d’eux-mêmes les gestes barrière sans amendes à la clé.

      • ce qu’on aurait pu faire….
        on peut se le demander en effet..mais tout dépend de la manière de le faire..
        si c’est pour dire que les gens sont coupables car ils n’ont pas pris les stratégies optimales.non..
        il faut chercher les VRAIES fautes.

        • on va commencer par pour éviter quoi?
          on va poser la question de sa voir si la liberté des gens n’a pas de prix?
          au nom de quoi un gouvernement à le droit de vous être en prison chez vous pour « votre santé »..
          pas si simple.

    • Il leur faut six mois à ces trous du culs pour se procurer les masques et le gel?

    • Évidemment, quand on a le niveau de « responsabilité » consistant à refuser obstinément tout contrôle aux frontières (je ne parle même pas de fermer les frontières) et à laisser entrer librement sur le territoire des gens en provenance de régions très touchées (Chine, Italie), à encourager les gens à vivre normalement et à sortir au théâtre alors que tous les éléments montrent que le virus circule et fait des ravages chez les personnes âgées, à mépriser des protections élémentaires comme le masque, à refuser de s’engager dans la voie consistant à tester massivement (et à isoler les seuls malades) – et je ne parle pas de la gestion calamiteuse de l’hôpital, conduisant à très peu d’équipements de réanimation, ou encore du mépris envers la médecine de ville – , forcément on se retrouve avec une situation catastrophique à gérer, et on en conclut qu’il n’y avait pas d’autre solution que le confinement généralisé.
      Bien des pays ont fait des CHOIX différents, et comme par hasard ils ont des résultats très supérieurs à nous, soit en nombre de victimes, soit en impact sur l’économie, soit (souvent) les deux. Allemagne, Autriche, Tchéquie, Pays-Bas, Suède… tous ces pays, et bien d’autres, GRÂCE AUX CHOIX FAITS, ont à un niveau ou à un autre, voire à plusieurs, de bien meilleurs résultats que nous. Cela suffit à démolir votre propagande mensongère.

  • Je doute fortement de la « bonne foi » de nos politiciens… Quand on refuse d’écouter des conseils de bon sens pour s’en remettre à des gens dont, sans chercher beaucoup, on se rend compte qu’ils ont des conflits d’intérêts, on est responsable et coupable….
    Notre personnel politique et administratif est largement corrompu, voilà la réalité.

  • Un article rédigé par un gros bourrin qui n’a pas compris grand chose. On sent le spécialiste de pacotille… Bref, no comment, monsieur fait sa petite salade de chiffres, (il avait déjà commis un article de mauvaise qualité). Laissons le dans ses douces illusions…

    • Et bien, donnez nous un aperçu de vos chiffres et de votre analyse sûrement pertinente. 🙂

      • aucun problème, https://yvespeysson.fr et je ne suis pas épidémiologiste mais physicien, et je sais de quoi je parle. Mais sincèrement ce texte est pathétique. Quand on ne sait pas calculer, on se tait. C’est l’auteur de ce texte qu’il faut confiner. Du blabla d’incompétent, un monsieur je sais tout qui es t un incapable. Qu’il aille jeter un oeil sur le Brésil… et après on discutera.

        • En tout cas vous ce n’est pas la modestie qui vous étouffe..
          Je vous rappelle qu’internet est un lieu d’échange, où on respecte les autres et non un espace pour exposer votre ego.

          • Pour un article arrogant, il faut une réponse adaptée. Car cette article est choquant dans la forme surtout et désolant sur le fond. Rien à faire de mon ego.

        • Bonjour world28,

          Je me suis penché sur vos chiffres qui calculent notamment un taux de létalité, affiché en France à 2% ! Or ce taux de létalité dépend de la politique de dépistage : moins on teste, plus la létalité est forte. Pas très convaincant.

          Vous m’avez proposé d’aller jeter un oeil sur le Brésil. La mortalité au Brésil est deux fois inférieur à la France au même stade épidémique quand on rapporte le nombre de morts à la population. Ces données sont observables facilement sur Ourworldindata.

          Les chiffres qui sont présentés dans mon article sont ceux de l’INSEE, repris par des universitaires. Des données qui me semblent très fiables. Voir l’article suivant : https://blogs.mediapart.fr/laurent-mucchielli/blog/060620/les-chiffres-de-la-mortalite-liee-au-covid-19-premier-bilan

          Bien à vous

          • Alors vous avez du mal à lire… pourtant c’est clair. Car je mets aussi le cas avec une létalité de 0.7% comme celle sur le Diamond-Princess et le Shackleton et je dis bien que ce sont les plus probables…. C’est aussi pour étudier l’impact du taux de létalité… On le voit notamment sur le taux d’immunité. Bref, racontez vos salades en les assaisonnant à votre gout, et on en restera là. Mais votre lecture des chiffres et de leur sens est une vraie caricature. Qu’ils viennent de l’INSEE ou d’ailleurs. Par ailleurs, il ne faut pas confondre mortalité et létalité… Hors, ce qui compte en l’état c’est la létalité. Faites votre expérience vous-même et quelques additions ! Vous aurez alors une bien meilleure compréhension. C’est tout ce que je vous souhaite. Cdlt

        • Jésus est dans la place écoutons le mes frères..^^

  • eh…où sont les scientifiques?? il savent ce qu’est un modèle, normalement une flopée de scientifiques aurait du venir dire , « on ne peut pas savoir en fait ».. prenez ce modèle comme la pire des situations possibles..

    on a un gros problème avec une communauté scientifique de lâches.

    • d’ailleurs un modèle n’est pas faux ou erroné.. ses hypothèses sont en général foireuses…il arrive aussi que la « mécanique » calculatoire ne soit pas sous controle..

      d’ailleurs…je doute qu’un modèle épidémique avec un taux de mortalité pris comme celui du modèle, un mode de contamination pris comme dans ce modèle puisse donner autre chose que « plein de morts »..

      c’est juste que le mode de contamination est plus complexe..un nombre de contamination par malade est une manière trop simpliste de voir les choses.. les enfants sont peu contaminants en général..et le taux de létalité est toujours mal connu..

      modèle médiocre.. qui a été accepté pour la seule raison AMHO que ça donne ce que donne un calcul du nombre de morts sur un coin de table..

      • les modèles sont souvent faits pour tester les hypothèses!!! mais je le répète le point essentiel est l’absence d’audibilité des critiques non pas du modèle mais de sa signification….

      • Déjà ce qui compte ce n’est pas le taux de mortalité, mais de létalité. Il y a une grosse nuance. Quant aux modèles foireux… j’ai bien ri !

  • Les membres du gouvernement actuel sont très intéressés par la science, enfin à l’instar de Doc Brown de « retour vers le futur » par l’autre grand mystère de l’univers : la femme …

  • non les previsions du giec n’en sont pas elles sont d’ailleurs obscures…
    qui connait la façon dont sont pondérés les modèles? pas grand monde…

    donc ça veut dire quoi un ensemble de modèles? en fait pas grand chose.

    c’est simple il suffit de poser la question, pourquoi peut on voir votre ensemble de modèles pour un secanrio d’emission donnée comme representation probabiliste de la réalité..

    ce que n’est pas vraiment le modèle de fergusson beaucoup plus simple et reposant sur des hypothèses erronées..
    le giec est bien pire.. chez fergusson c’est encore contrôlable..
    dans une réalité alternative..fergusson aurait fait varier les modes de contamination façon nic lewis et il aurait conclu..

    « dans le modèle le nombre de victime dépend fortement de ce paramètre au point qu’une estimation du nombre de morts est difficile.. »
    au lieu de ça;..

    • Avant le pic lié au confinement, la dynamique menait à des centaines de milliers de décès (taux de doublement tous les 2.6j dans tous les pays y compris la Chine, allez voir les chiffres de l’OMS). Avec le confinement strict, on peut calculer, avec ce taux de doublement qu’il faut 10j minimum pour atteindre le pic. Avant le pic, les prévisions sont très incertaines pour TOUS les codes, car les données sont fluctuantes d’un jour à l’autre, et chaque jour, le poids du dernier jour plus élevé est plus important. Après le pic, c’est l’inverse, et les paramètres de simulations deviennent bien plus précis (pour TOUS les codes). On peut extrapoler facilement et sérieusement, et il y a bien moins de décès, grâce au confinement. Enfin, sans confinement, on arrive à une stabilisation naturelle de l’épidémie grâce à l’immunité collective, qui n’est pas magique, c’est juste la probabilité d’interaction…. et cela donne une fraction à immuniser 1-1/R0 avec le fameux R0 et cela dépend de la pathologie. Là, il y a forcément bcp de décès. Car le taux de croissance des décès est très rapide. C’est tout. Bref, rien de bien secret. La covid-19 n’est pas très compliquée en fait. L’inconnue réside en deux points: le taux de létalité (qu’on peut tenter d’obtenir des bateaux) et le temps d’incubation pendant lequel on contamine. C’est tout. Mais c’est bcp. Enfin, la diversité des dynamiques entre pays vient souvent du moment de déclenchement du confinement. Et de la présence de densité de population élevée ET âgée. Les deux sont essentiels. On peut comprendre ainsi pourquoi l’impact du covid19 sera marginal en Afrique et d’autres pays. Et si fort en Belgique par exemple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
4
Sauvegarder cet article

Ouf, une nouvelle panique arrive ! Il était temps et le timing est particulièrement serré.

En effet, la guerre russo-ukrainienne semble marquer le pas, à mesure que Zelensky et Poutine commencent à émettre des velléités de vouloir négocier.

En outre, le covid n'intéresse plus personne. Il ne reste plus guère que quelques petits pétochards qui tremblent encore d'une douzième vague (ou treizième ? on perd le fil, que voulez-vous), mais qui ont baien du mal à mobiliser les plateaux télé avec leurs poulains experts largement tombés ... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles