Le passif Moscovici à la Cour des comptes

Décidément, le « nouveau monde » politique de Macron ressemble encore et toujours à l’ancien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Moscovici en 2012 by Parti socialiste(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le passif Moscovici à la Cour des comptes

Publié le 3 juin 2020
- A +

Par h16.

Joie, bonheur et petits fours frais : la Cour des comptes a enfin un président tout neuf ! Pierre Moscovici, ex-député, ex-ministre, ex-commissaire européen devient donc le premier président de la Cour des comptes, en remplacement de Didier Migaud, après cinq mois pendant lesquels le poste fut laissé vacant.

Certes, c’est nettement plus que les deux semaines nécessaires pour faire passer le ministère de l’Intérieur du Collomb au trou du cul au Castaner : Emmanuel Macron a, comme souvent, pris son temps pour confirmer là le vieil énarque de 62 ans qui continue donc à sévir au lieu de prendre une retraite sinon méritée au moins salvatrice pour les finances françaises. Beaucoup verront dans cette décision si tardive la marque claire que les prétendants au poste ne se bousculaient pas, ou que leur valeur ou leurs avantages pour l’actuel président n’étaient pas manifestes au point d’écourter sa réflexion…

En définitive, même si cela ne sera surtout pas présenté ainsi, c’est donc très clairement « faute de mieux » que Moscovici finit par décrocher la timbale. Et lorsqu’on épluche le passé du brave petit Pierre, on découvre surtout un gros passif, le nom, pas l’adjectif, tant il est clair que Moscovici aurait été tout sauf passif lorsqu’il s’est agi de piloter sa carrière.

Mais son bilan est sans appel : s’il fut assez fadasse comme député et n’a clairement pas marqué les grandes pages de l’Histoire de France ou, plus modestement, de la Cinquième République, son passage au ministère de l’Économie permet d’établir assez clairement qu’en tant qu’énarque, il n’a pas failli à leur réputation de jacobins amoureux de la dépense publique et de la décontraction dans la distribution de l’argent des autres.

Ministre de l’Économie pendant le quinquennat de Hollande, il aura réussi le tour de force d’accroître les impôts français, déjà parmi les plus élevés au monde, de plus de 52 milliards d’euros, et la TVA intermédiaire (qui passera de 7 à 10 %). Mieux encore : cette augmentation sera massivement subie par les classes moyennes, en parfaite contradiction avec les promesses des socialistes aux élections présidentielles. Joie et bonheur, plus de 800 000 foyers jusqu’alors non-imposables viendront grossir les rangs des moutontribuables grâce à Pierre le ministre.

Les efforts héroïques du ministre ont payé puisque ces différentes mesures aboutiront à une baisse historique du pouvoir d’achat des ménages français. Le pompon reste que cette collecte massive d’impôts supplémentaires ne servira même pas à redresser les finances de l’État qui verra son endettement et ses déficits budgétaires exploser à chacune des prédictions foireuses que notre ministre enchaînera avec le flegme de celui qui ne paye pas.

Remercié de cette brillante nullité à la fin du gouvernement Ayrault II (nullité d’ailleurs officiellement sanctionnée dans un article du Financial Times), Moscovici aura ensuite fait des pieds et des mains pour récupérer un poste de commissaire européen qu’il lui sera, bien sûr, octroyé ; au moins cela aura-t-il eu comme bénéfice de rappeler un message essentiel : engagez-vous en politique, flattez les egos, tissez des relations avec les bonnes personnes, huilez les bons rouages et vous obtiendrez plus que vous ne pouvez l’imaginer, même si aucun résultat ne peut être mis à votre crédit…

Comme prévu, il devint donc Commissaire européen après une audition douloureuse où il n’aura convaincu personne tant il lui fallait camoufler qu’il aurait à faire respecter des contraintes budgétaires au niveau européen, contraintes qu’il fut parfaitement incapable de faire respecter au niveau français.

Depuis, le politicien aux costumes de luxe « offerts par un ami » chez le tailleur de Fillon aura passé son temps à faire la leçon aux pays membres de l’Union, enjoignant les uns et les autres à la rigueur et la bonne gestion financière, au premier rang desquels la France qu’il s’empressera de surveiller dans sa chute, avec tout le cynisme de celui qui avait été aux premières loges pour l’y pousser.

Son retour en France sous les vivats très mous d’une foule assez moyennement en délire ne fait finalement qu’illustrer une nouvelle fois que le pays n’arrive pas à se débarrasser de ses boulets.

Décidément, le « nouveau monde » politique de Macron ressemble encore et toujours à l’ancien, délicieusement socialiste, délicieusement rempli de cette génération d’énarques à la compétence micrométrique qui se cooptent tous humidement les uns les autres pour les fromages républicains, à l’instar des Royal, Delevoye ou tant d’autres qui multiplient émoluments et jetons de présence aux frais du contribuable. Le fait que Macron doive piocher dans ce vivier de catastrophes ambulantes pour pourvoir à des postes jadis prestigieux donne une idée précise de l’ampleur du désastre français, et de la direction dramatique que prend le pays, cornaqué n’importe comment par un type ne sachant finalement pas s’entourer…

Moscovici fut nul comme énarque, nul comme homme politique tant en France qu’au parlement européen, nul comme ministre de l’Économie qu’il laissa en ruines, et enfin nul comme commissaire européen.

On peut donc déjà raisonnablement qualifier son prochain parcours à la Cour des comptes. Au moment crucial où la France est au plus haut de ses finances et où ses comptes baignent dans l’opulence (avec 11 % de récession attendue à la fin de l’année, nul doute que Moscovici saura attirer l’œil du gouvernement sur les solides sources d’économies de l’État), on peut admettre que l’arrivée de ce type là, à ce poste là, dans ces circonstances là augure du meilleur.

Ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  •  » dis moi qui tu fréquente , je te dirais qui tu es « …..macron s’entoure de ceux qui sont à son image : des nullités , au sens propre du terme ;

  • On avait déjà Fabius au Conseil constitutionnel qui piétine la Constitution lors de l’adoption de la loi sur l’état d’urgence sanitaire en violation flagrante de l’article 46 (pour plus de détails voir le blog de Paul Cassia).

    Maintenant on a Moscovici le dilapideur de l’argent de nos impôts à la Cour des comptes. Le terme d’imposteur s’impose. https://www.contrepoints.org/2012/03/09/71960-etymologie-de-limpot

  • Enfin un article dans Contrepoints sur la nomination de ce vieil énarque,exemple même du parasite sinon caricature du politique qui aura vécu sur la bête toute sa vie sans rien faire pour le pays,et vient finir de cumuler ses points retraite avec cette bonne gamelle qui nous coûte un pognon de dingue et dont les rapports ne sont jamais suivis d’effets.
    Parasite républicain qui a commencé en politique à la Ligue communiste révolutionnaire mais que l’on peut croiser flânant dans le 6e pas très loin de là ou vous rappeler que ses costumes viennent du fameux faiseur de la rue de Sèvres,costumes qui avaient alourdi le dossier Fillon,mais pour cet emblématique représentant de la gauche caviar c’est normal .

  • moi je trouve au contraire que la blague est bien bonne..
    Mettre moscovicci a la cour des comptes en cette période de crise , c’est comme nommer un archevêque dans un bordel angolais, survivre sera sa seule angoisse!

    parce que ce ne sont pas de couleuvre qu’il va devoir avaler mais des tricératops!!
    çà sera son purgatoire! ah que la vie est marrante des fois , a mon avis il va y rester 1 an
    histoire de bonifier sa somptueuse retraite de socialiste caviar!
    !

  • Bah, z’avez qu’à être énarque bande de jaloux entre énarque on se serre les cou ouille ouille ouille.

  • Voilà un nouveau fromage pour Mosco parvenu vidi vici le rance 🙁
    qui avec ce boulet de première coulera à pic et à pas à point la France
    le pays s’endormant au rythme des merveilleux petits contes
    étant donné que la belle endormie pourrait être réveillée par les vrais comptes.

  • « cette augmentation sera massivement subie par les classes moyennes »

    Les classes moyennes ont toujours été la véritable cible des socialistes. Les riches méprisés par les socialistes, ce sont d’abord et avant tout les classes moyennes.

    Les socialo-collectivistes spolient les richesses là où elles sont : égalitarisme par appauvrissement du plus grand nombre.

    • @cavaignac oui c’est ce que j’appelle la sélection Bourdieu : il ne se passionne que pour les deux extrémités des classes sociales : les parias et les élites, les autres ne méritant qu’un solide mépris.

  • « Beaucoup verront dans cette décision si tardive la marque claire que les prétendants au poste ne se bousculaient pas… » C’est tout à fait vrai. Elu sans être porté par un parti expérimenté, Macron manque cruellement de personnalités d’envergure. Outre la relève Collomb/Castaner, on notera que de Rugy à l’écologie n’a pas de véritable successeur puisque c’est Elisabeth Borne, ministre des transports qui cumule, que Richard Ferrand malgré sa mise en examen est maintenu au perchoir, que Benjamin Griveaux a montré une belle nullité comme chef de liste pour la mairie de Paris… Bref, l’écurie est vide…
    Et ses appels à l’union nationale lui valent ce retour de François Baroin « on ne monte pas à bord du Titanic quand il coule ».

    • Le problème pourrait être transposé à tous les partis, que ce soit LR ou le PS. Il reste les éléphants mitterandistes en fin de vie, les amis de Chirac en préretraite, mais il n’y a plus de sang neuf depuis des lustres.

      • Quelle personne intelligente, compétente, modeste au bon sens du terme, bien dans sa tête, non mégalo, non parano etc …. souhaiterait, aujourd’hui à fortiori, rentrer en politique ? Et même si, elle n’y survivrait pas.

    • « On ne monte pas… »

      A moins que l’ordre soit:
       » Vada a bordo, cazzo ! « 

  • Une partie du bilan désastreux des finances publiques est quand même de son fait , comment pourra-t-il faire adopter une saine gestion avec son expérience passée qui lui reviendra en plein gueule comme un boomerang. Je pense que sa gestion va être très soft. Effectivement , juste le temps de faire valoir ses droits à une retraite supplémentaire, tout en critiquant les patrons qui gagnent trop…

    • Bah, il a ainsi un pied à terre à Paris, ces frais de taxi sa bouffe, tout, ce qui ravit sa jeune femme, difficile d’entretenir une jeunette avec une paie très très limitée. Énarque dans une grande entreprise, OK mais pour les plus mauvais c’est faire de la politique….son poste est cool c’est comme être ambassadrice chez les pingouins.

    • @chicot à la fois , citez moi un seul gouvernement qui a tenu compte des avis de la cour desdits comptes …. on pourrait tout aussi bien filer le poste à mon chien et encore je suis sûre qu’il se tiendrait mieux .

      • C’est sûr que ça sert pas à grand chose, une des premières économies serait sans doute de supprimer la Cours de Comptes.

        • @chicotier
          Bonjour,
          Vu le nombre de rapports que produit la Cour des comptes
          qui étrillent les gouvernements régulièrement, souvent avec des solutions par-ci par -là, je pense que c’est une des institutions les plus nécessaires.
          Elle n’a aucun pouvoir

  • « De l’intérieur du Collomb au trou… Castaner »
    Du grand h16.

  • Mosco vici en latin veut dire : Moscou a vaincu ; tout un programme, appliqué scrupuleusement.

  • J’apprécie beaucoup sa gestuelle digitale qui semble illustrer : « Vous allez voir ce que je vais vous mettre ».

  • la LCR mène a tout, on avait déja un 1er ministre issu de la LCR (Jospin). Aucune honte d’accepter des costumes de luxe offert par un « vrai ami ». Le coincidence avec le fait que cet ami est aussi fournisseur de vin de Matignon est tout à fait fortuite. Ou sont les enquêteurs de Médiapart et autres ? Ces costumes ont-ils été déclarés comme avantage en nature ? L’affaire étant connue, y a t il eu un controle fiscal ? Ce monsieur n’est même pas titulaire du permis de conduire, ce qui prouve bien qu’il est au dessus des contingences matérielles, et de surcroit hors sol par rapport à ceux qui conduisent tous les jours avec les contraintes de points, de carburant, de controles en tous genres, et de simple connaissance du quotidien

  • nul, mais pas gratuit.

    l’observation de Charles Gave trouve une confirmation supplémentaire.

  • C’est un excellent exemple de la compétence des commissaires et présidents de la commission européenne : on y recycle les plus mauvais politiciens de chaque pays. Ursula von der Leyden en est le plus récent exemple : elle s’est retrouvée à ce poste parce qu’elle a été une des pires ministres des Armées que l’Allemagne ait connus. Comment voulez-vous que ce truc « européen » fonctionne, puisqu’il n’est composé que d’ânes dont les pays ont dû se débarrasser ?

    • Je confirme: Ursula, à peine nommée, a proposé que les gens âgés de plus de 65 ans restent confinés jusqu’en décembre. C’est çà ce genre de proposition que l’on voit l’envergure de la personne.

      • @herakles de quoi vous plaignez vous, Ursula aurait pu conseiller une balle dans la nuque, histoire d’accélérer leur confinement définitif

    • l’Europe c’est le lot de consolation des tocards.

    • C’est pire! Ils vont dans les deux sens! Le propre père d’Ursula ou ici le Moscovici

    • @Berliner « on y recycle les plus mauvais politiciens  » oui et chez nous la concurrence est féroce …

  • La Cour des Comptes constate, dans des rapports circonstanciés, les abus bureaucratiques, mais c’est la seule Cour dont les « jugements » ne sont pas exécutoires. Autant dire beaucoup de travail bien cher pour pas grand chose… Didier Migaud avait le mérite de communiquer sincèrement sur les errements décelés, on peut malheureusement s’attendre à ce que Moscovici soit servile à souhaits.
    Notre président autocrate annihile consciencieusement tous les contrepouvoirs potentiels, même ceux qui ne sont pas dangereux, la dictature est toujours en marche…

  • On se souvient (ou pas) au moment où Mosco était nommé ministre et publiait sa fiche patrimonial, qu’il était à plus de 50 ans et tant d’années de haut fonctionnaire largement rémunéré, le titulaire du plus petit pécule de tous ses collègues avec moins de 50 k euros (de mémoire) sans la moindre contribution utile à l’économie genre action ou obligation. Ce type là, incapable de gérer son budget personnel va désormais contrôler nos comptes..

    • @gaston « incapable de gérer son budget personnel » vous plaisantez ? il a sans doute des comptes douillets ailleurs , il sait parfaitement gérer ses comptes

    • Je crois, plus simplement, que, n’ayant alors ni enfant ni épouse, il ne voyait aucune raison d’économiser, étant assuré de bénéficier d’une ( ou plusieurs ) pensions confortables. Peut-être a-t-il changé depuis qu’il s’est marié ( 2015 ) et qu’il est père de famille ( 2018 ).

      • @lucx sérieux ? vous pensez ce que vous écrivez ? Décidemment les escrocs ont un boulevard devant eux …. j’hallucine

    • Un autre exemple de politique qui était au bord de la ruine, c’était notre Fanfan-la-Tulipe ! Espérons qu’avec sa belle retraite de président, ses chauffeurs, gardes etc, + livres et prestations diverses, il aura pu redresser la barre ! Ah la vie n’est pas facile mon brave Monsieur !
      Un grand bravo à H16 au meilleur de sa forme ! C’est sa médaille en diamant qu’il vient de gagner !

  • Vous ne trouvez pas qu’il a une belle tête de technocrate, coulé dans le bon moule, celui qui a produit nos spécialistes dans la gestion des masques ?
    M. Migaud faisait de bonnes propositions que personne n’écoutait. Lui produira des propositions que tout le monde écoutera, comme on écoute Canteloup tous les soirs, histoire de rigoler un coup,

  • @padsou nous sommes peut être tous Charlie mais eux sont tous des charlots

  • Apres les déficits ….
    Moscovici courant vers la gare en tirant sa femme par la main : « Courrons ! courrons ! nous ne raterons le train que d’une minute … »

  • Moscovici: « on » lui offre une peau de banane, et il se jette dessus, attendons le prochain épisode.

  • A la poubelle ce mec

  • Moscovici ou MoscoWC ?

  • Il faut avouer quand même que les derniers clous du cercueil sont hilarants…
    Paradoxalement, le socialisme produit beaucoup de pauvreté mais aussi un excellent humour noir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles