Pour sa réelection, Donald Trump va cibler la Chine

Le président a été le seul de l’ère moderne à tenir tête à la Chine et il n’hésitera pas à le souligner dans sa lutte contre Joe Biden.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Michael Vadon (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour sa réelection, Donald Trump va cibler la Chine

Publié le 1 mai 2020
- A +

Par Daniel Girard.

Malgré les succès du confinement initial et du respect des normes de distanciation sociale, le décompte des décès du Covid-19 se poursuit vigoureusement aux États-Unis.


Jusqu’à maintenant, le président Trump s’est distingué par sa gestion chaotique de la pandémie : début tardif d’un dépistage qui reste insuffisant et pénurie des équipements de protection pour le personnel soignant.

Mais malgré ces heurts, la situation s’améliore dans plusieurs États, qui amorcent un déconfinement progressif.


Ce déconfinement peut paraître hâtif compte tenu des risques sanitaires du retour au travail mais l’aide fédérale tarde pour plusieurs Américains et des milliers d’entre eux n’y ont pas droit. Pour certains, le retour au travail devient une question de survie.


Plus de 26 millions d’Américains se sont inscrits au chômage et plusieurs entreprises ont dû suspendre leurs activités alors que leur avenir est sous un nuage d’incertitude.

C’est cette Amérique ankylosée qui sera le théâtre du scrutin présidentiel opposant Donald Trump à Joe Biden au cours des six prochains mois.

Propulsé par la croissance économique, la vigueur du marché de l’emploi et après avoir survécu aux initiatives du Parti démocrate pour l’écarter du pouvoir, Donald Trump semblait filer allègrement vers son deuxième mandat… jusqu’au coronavirus.

Maintenant que l’économie américaine est terrassée et que l’Amérique compose difficilement avec la pandémie du Covid-19, l’avenir peut sembler sombre pour Donald Trump.

Mais croire qu’il est abattu c’est mal le connaître.

En 2016, lors de la course à l’investiture républicaine, il a défait les onze candidats qui s’opposaient à lui l’un après l’autre, incluant Jeb Bush, que l’establishment républicain voyait déjà affronter Hillary Clinton en novembre.

Lors de la présidentielle, le chef d’antenne de CNN, Wolf Blitzer, était tellement convaincu du couronnement d’Hillary Clinton qu’on a pu le voir en train de siroter du Martini devant les partisans de l’ex-secrétaire d’État le jour du vote.

Donald Trump aime la bagarre

Le magnat de l’immobilier a été élevé par un homme, Fred Trump, qui avait une vision darwinienne des relations sociales. Le plus fort l’emporte.

Lors des prochains mois, le président Trump va rappeler aux travailleurs des États industriels du Midwest que l’ex-vice-président Joe Biden a fait partie d’une administration qui a renoncé à tenir tête à la Chine.

L’establishment démocrate est resté les bras croisés tandis que la Chine fermait son marché aux entreprises américaines, dévaluait sa monnaie, profitait de la délocalisation au détriment des industries du rust belt et s’adonnait au larcin de la propriété intellectuelle américaine.

L’administration Obama croyait que l’intégration de la Chine à l’économie mondiale allait la mener à respecter les règles du jeu et à se démocratiser.

Cela ne s’est pas produit. La Chine a continué de fermer son marché aux Américains, les États-Unis ont perdu des millions d’emplois, ont vu des entreprises péricliter et la Chine n’a pas avancé d’un pas dans la démocratie comme en témoignent sa rigidité envers Hong Kong et son traitement des lanceurs d’alertes lors de l’éclosion de la pandémie du coronavirus à Wuhan.

Donald Trump n’a pas attendu d’être élu en 2016 pour dénoncer les pratiques commerciales déloyales de la Chine. Il a commencé à dénoncer Pékin sur Twitter dès 2011.

Le président américain pourra souligner, à juste titre, qu’il s’est battu pour les travailleurs des États industriels du Midwest en obligeant la Chine à renégocier des ententes commerciales et en lui imposant des droits de douane lors des impasses.

Il rappellera aux électeurs que l’économie américaine était au beau fixe avant d’être désarçonnée par le coronavirus. Un virus qui aurait été stoppé, ajoutera-t-il, si l’OMS inféodée à la Chine avait fait son travail dès les premiers signes de contamination interhumaine.

Il sera difficile pour Joe Biden de concurrencer Donald Trump sur ce terrain.

Contrairement à Donald Trump, Joe Biden n’est pas un bon bagarreur.

Une affirmation étrange de Joe Biden

Il a récemment affirmé que Donald Trump allait repousser à plus tard la date du scrutin présidentiel prévu le 3 novembre.

Donald Trump n’a pas l’autorité pour ordonner ce changement.

La constitution américaine stipule que le président américain est élu tous les quatre ans, le mardi qui suit le premier lundi de novembre. Il intègre ensuite ses fonctions le 20 janvier à midi. Il n’existe aucune disposition prévoyant un cas d’exception.

Trouver ces informations ne demandait pas un grand esprit analytique. Il suffisait simplement de feuilleter la constitution américaine.

Joe Biden aura une tâche ardue en combattant Donald Trump.

Ce sera Sleepy Joe contre Mike Tyson.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Mike Tyson a fini en prison…!!! Arraché une oreille sur un ring de boxe…!!! Après, niveau discussion, les deux se valent effectivement…Vaut mieux sleepy joe ..

    • Pour tout socialiste, un corrompu vaudra toujours mieux que n’importe qui, il sera toujours a vendre, visiblement vous ne faites pas exception

    • sigmund, Tyson n’a pas  »fini en prison ». Il y a passé trois ans de février 1992 à mars 1995 pour viol (il a été libéré pour bonne conduite). Donald Trump et lui ont en commun qu’ils sont tous deux des excentriques. Ce qui rend l’affrontement Biden-Trump fascinant, c’est que Biden incarne parfaitement l’establishment démocrate qui gère en pensant que les bonnes intentions vont toujours finir par triompher et qu’il n’a rien d’un pugiliste alors que pour Donald Trump, tous les coups seront permis dans l’arène politique. Ce sera définitivement un combat à suivre !

    • Pour un socialiste, un corrompu comme Biden (père et fils) vaudra toujours mieux que celui qu’on ne peut pas tenir par la barbichette, visiblement vous ne faites pas exception à la règle

  • Trump le fou hyper-étatiste (voir son dernier décret sur les producteurs de viande, je me marre quand on le classe parmi les libéraux) n’est pas mauvais pour défendre les USA contre la Chine, c’est certain, puisqu’il est étatiste :-). Un gentil marché libre avec un Etat minimum souhaité par certains se ferait balayé en quelques années par la Chine.

    • Sachant que ledit décret a pour but de stopper les fermetures d’abattoirs qui s’enchaînent, et donc d’éviter que la population ne se retrouve sans viande à manger, c’est quoi pour vous une solution « libérale » (les guillemets s’imposent vu que quelque chose me dit que la réponse n’aura rien à voir avec le libéralisme…) ? Laisser les abattoirs fermer en disant à la population de se contenter de légumes ? En gros, pour vous, l’anti-étatisme, c’est le retour aux chasseurs cueilleurs, c’est bien cela ?

      Note en passant : vous m’indiquez quel président « libéral », dans l’histoire du monde, quelque soit le pays, a autant annulé de réglementations que Trump ?

      Les pisses froid idéologues, toujours à la recherche de leur licorne, ont toujours été et seront toujours les meilleurs alliés des liberticides…

      • Selon vous, l’Etat central est plus à même de savoir ce qui est bon pour ces entreprises ? Vous ne voulez pas les nationaliser tant que vous y êtes ? Réquisitionner des travailleurs ?
        La population n’aura pas à manger des légumes, avec les prix qui vont augmenter, nul doute que des nouveaux acteurs vont se débrouiller pour envoyer leur viande dans ces zones (viande sous vide, ça conserve longtemps en gardant le goût). Donc aucun souci.
        C’est la base même du marché, mais les socialistes l’ignorent ou le détestent.
        Pouvez-vous me citer quelques réglementations que Trump (et la majorité démocrate de la Chambre des Représentants :-)) ont annulé ?

        • L’argumentaire du débile stalinien type : quand on ne sait pas quoi répondre, et qu’on est en train de s’étaler sur un sujet dont on ne connait pas les bases les plus strictes (des nouveaux acteurs, dans le monde des abattoirs : j’avais déjà lu des débilités complètement coupées des réalités les plus basiques, mais celle là elle bat tous les record, parfaite réflexion de bobo n’ayant pas la plus basique des connaissance de ce qu’est le monde de l’industrie…), on diabolise son adversaire en le traitant de fasciste, espérant le voir perdre du temps à se défendre et ainsi imposer son point de vue débile…

          Donc, monsieur le cuistre : les abattoirs sont en train de fermer en chaine aux USA, en raison de la contamination des travailleurs. Trump n’a JAMAIS parlé de les nationaliser, n’a JAMAIS prétendu piloter la façon dont ils doivent abattre des porcs ou des vaches, ni même la quantité de chacun qu’ils doivent « produire », il a juste décrété que ces industries étaient un secteur « crucial » selon le « Defense Production Act » de 1950, un loi totalement communiste votée au début de la guerre de Corée. Il n’a même pas utilisé les possibilités de cette loi (controle des prix, réquisition de personnel, …), juste ordonné que les abattoirs restent ouverts, s’engageant en contrepartie à fournir aux employés les équipements de protection nécessaires.
          En prime, vu que la question est que les abattoirs ferment en raison de leur personnel, et pas de leurs patrons, on se demande bien où le « nouvel acteur » trouverait ses ouvriers : illustration de plus de la vacuité sans nom de vos « raisonnements » (en même temps, on a bien compris que vous n’aviez pas fait la moindre recherche sur le sujet, vous posez juste votre opinion, les faits n’ont aucune importance : un point commun de plus avec le marxiste le plus sectaire…)

          Et, ne vous déplaise, monsieur le cuistre, une réquisition en situation de crise n’a JAMAIS été une mesure socialiste, seul un crétin bercé trop près d’un mur et dont les connaissances culturelles ont l’épaisseur d’une feuille OCB peut prétendre le contraire. Vos raccourcis de crétin anarchiste (mais avec tout le confort d’un environnement policé, attention, faut pas pousser non plus), vous les gardez pour votre comptoir, merci.

          Quand à votre question sur les réglementations, je vous remercie de l’avoir posée : vous venez ainsi de démontrer à tout le monde que vous n’êtes qu’un cuistre inculte n’hésitant pas à venir poser sa crotte sur un sujet qu’il maitrise autant que je maitrise les religions des extraterrestres d’Alpha du Centaure. Inutile de préciser que je ne vais pas perdre mon temps à y répondre, une fois de plus, j’ai autre chose à faire que de débattre avec un stalinien en culotte courte, que celui ci s’imagine libéral ne changeant rien au fonctionnement intellectuel profond du cuistre bouffi de ses certitudes pourtant basées sur un vide sidéral.

          • Ça fait beaucoup de fois le mot « cuistre » quand même.. donc, si je résume, je défends la libre choix des patrons ET des travailleurs de se soumettre ou pas au risque sanitaire. Je demande que Trump n’intervienne pas dans ce choix et je défends le libre marché comme solution à tout cela. Je souhaite que l’Etat ne s’occupe de ces questions MAIS je suis le staliniste marxiste communiste (et anarchiste). Vous êtes tombé sur la tête ?
            Pour votre phrase « je ne vais pas perdre mon temps à y répondre », j’apprécie que vous pondiez un très long texte rageux, insultant et faux à mon sujet, mais ce temps précieux aurait pu être utilisé pour répondre à ma question très simple : Pouvez-vous me citer quelques réglementations que Trump (et la majorité démocrate de la Chambre des Représentants :-)) ont annulé ?
            Bien sûr, si vous ne savez pas, je ne vais pas vous insultez d’ignorant ou de menteur.
            Bien à vous 🙂

            • Un « stalinien qui se croit libéral » : il faut que je développe que je parlais des pulsions su stal plutôt que de l’idéologie que se choisira l’individu concerné pour appliquer lesdites pulsions ? Visiblement, il le fallait…

              « Pouvez-vous me citer quelques réglementations que Trump (et la majorité démocrate de la Chambre des Représentants :-)) »
              Pour ceci en particulier, et pour le reste en général : est-il réellement nécessaire d’entrer dans le jeu de quelqu’un qui ne saisit pas la différence entre une loi et une réglementation ? De quelqu’un qui connait si peu son sujet qu’il ne sait pas que c’est le Sénat (à majorité républicaine) et non la Chambre qui a le dernier mot quand il s’agit des lois ? Et qui cependant se prétend à même d’exiger qu’on comble ses lacunes alors que 2 secondes de Google suffiraient ? Non, on ne joue pas aux échecs avec un pigeon.

              Il est quand même quelque chose de notoire chez les atteints du TDS : qu’ils se prétendent « humanistes » ou « libéraux », ils présentent exactement les mêmes travers, en particulier celui de n’absolument pas s’intéresser aux faits, même les plus basiques…

              • C’est vrai que j’ai mis réglementations et lois dans le même sac, ne chicanez pas, vous ne m’avez donné aucun exemple ni de l’un de l’autre.
                A défaut de vouloir/pouvoir répondre à la question précédente, peut-être êtes-vous en mesure de m’expliquer en quoi je suis stalinien ?
                Ceci n’est pas un jeu, juste des questions légitimes. Vous semblez être une grande g….. qui perd ses moyens quand on creuse ce qu’il dit, car derrière vos vociférations, il n’y a pas grand chose.
                Je ne demande que des faits, que vous me donniez tort en me citant quelques lois ou réglementations que ce cher Donald aurait fait sauter. Rien de bien compliqué, si ?
                Si votre grand savoir supposé n’est pas capable de rabattre le caquet du cuistre ignorant que vous m’accusez d’être, toute votre tirade n’est que supercherie.

                • En quoi vous êtes un « stal » ? Que tout comme le stal marxiste, quand on ne pense pas exactement comme vous, on est forcément « le mal ». Que pour vous le monde se sépare entre les salops (tous les autres) et vous, les puristes qui savent ce qui est juste. Et, surtout, que les faits n’ont aucune importance, leur connaissance encore moins, seule compte l’idéologie (à comprendre comme VOTRE perception des choses, que la réalité ne doit jamais déranger).

                  Tout comme le stal, également, l’absence de toute notion du ridicule, vous amenant à vous accrocher comme une bernique à ce que vous croyez être une victoire sur votre opposant, dans le cas présent les dérégulations de Trump, archi connues, ne seraient-ce que dans le domaine des hydrocarbures, ces dernières ayant fait hurler la presse pendant des mois. Je vais tenter les liens (dans 2 messages suivants, la modération automatique ayant une facheuse tendance à bloquer les liens), juste histoire de clore ces poses ridicules qui semblent résumer votre réthorique. A suivre ci dessous donc.

                  • Vous n’êtes pas net dans votre tête ou vous trollez..
                    A quel moment ai-je fait du simplisme binaire ? Nul part. Où ai-je dit que je détenais la vérité et que les autres étaient le mal ? Nul part.
                    Où ai-je cherché à imposer ma vision des choses ? Nul part.
                    Je critique l’étatisme économique de Trump, désolé de ne pas être de votre chapelle.
                    J’ai lu vos liens, et vous confondez « libéraliser les choses » et « lever les limites qui garantissent a minima la protection de l’environnement ».
                    Car tous vos liens ne parlent que de réglementations environnementales.
                    Et vous parliez d’idéologie. Quand je lis la phrase « Regulation is a political spoils system by which various special interests impose their will on the public and profit from government favor », nous sommes effectivement en présence d’une idéologie. Personnellement, je n’ai pas d’idéologie. Seulement des valeurs de liberté et d’honnêteté.
                    Vous faites du simplisme binaire : tous ceux qui dévient du discours de votre religion est catalogué « stal ».

                    • Y’a pas à dire, dans le genre gonflé, vous vous posez là. Mais êtes vous conscient qu’accuser son interlocuteur de ses propres travers est aussi une caractéristique du stal ? (rappelons quand même qu’incapable de répondre sur le fond, vous m’avez traité de « socialiste voulant nationaliser toute l’économie » dés votre première réponse…)

                      NB : arrêtez avec vos poses, vous n’avez pas « lu mes liens » (non, les premières réponses de Google, nuance), vous êtes typiquement le genre de mec que les faits n’intéressent pas. VOUS êtes un idéologue, borné comme pas 2 en prime, du style qui se sent exister en bramant avec le troupeau qu’il s’est choisi. Si l’inverse était vrai, vous auriez lu l’article de l’Heritage Fundation et vous vous seriez rendu compte qu’il ne parle pas de « réglementations environnementales ». Vous vous êtes juste contenté des titres du CNBC et du NY Times (ce qui est hilarant tant tout le monde connait la coloration de ces torches culs). Mais bon, est-il nécessaire de développer cela quand on se trouve face à un mec qui brame « étatisme » alors que tout le monde sait très bien qu’un étatiste ruine l’économie de son pays, alors que les USA sous Trump (avant coronavirus) multipliaient les signes positifs à tout point de vue (le chomage et les bas salaires entre autres) ? Non, en fait, c’est inutile, même le nez planté dans la merde, vous diriez encore que cela sent la rose pour pouvoir continuer avec vos poses qui vous permettent de vous sentir tellement plus sage et lumineux que les crétins qui ne vous suivent pas dans vos délires mensongers…

                    • Vous m’avez insulté combien de fois lors de cet échange qui aurait pu être courtois et enrichissant ?
                      J’ai été un peu vite sur le lien de Heritage Foundation, peut-être parce que son manque de neutralité me dérange, mais il parle quand même, entre autres, de réglementations environnementales.
                      Votre agressivité est fort déplaisante.
                      Au plaisir de ne plus avoir affaire à vous.

                    • J’oubliais de préciser : votre obsession pour les « stal », l’utilisation d’un mot (abréviation) d’initié, indiquent clairement que vous dépendez d’une idéologie dont vous abusez des codes langagiers. Tout comme Trump abuse du terme « fake news », tout comme le syndicaliste de base abuse du « grand patronat », vous tournez autour du même référentiel en continu. Pas étonnant que votre champ de réflexion soit si pauvre.
                      Et dernière précision : vous êtes le stal :-). Après tout, m’insulter parce que je n’ai pas la même vision que vous fait de vous un pur idéologue. Mais chut.. je me rends compte que je joue votre jeu du « qui est le plus ridicule et incohérent ». N’aimant pas perdre, je vous laisse continuer tout seul. Evitez juste de baver de rage sur votre clavier.

                    • « Vous m’avez insulté combien de fois lors de cet échange qui aurait pu être courtois et enrichissant ? »
                      Toujours savoureux de voir l’insulteur (vous avez commencer à le faire dés votre première réponse) se poser en moralisateur… Tout comme de le voir fuir, drapé dans sa cape, quand mis face aux faits qu’il prétendait ne pas exister, il n’a plus rien à répondre 🙂

                • Un court extrait, parlant non pas de toutes les réglementations mais juste de 80 d’entre elles : https://www.cnbc.com/2019/12/24/5-major-trump-climate-rollbacks-you-might-have-missed-in-2019.html

                • Monsieur nous montre comment il se raccroche aux branches, histoire de démontrer à quel point « stal » lui va très bien comme surnom ?

                • TIens, une liste de 95 sur le NY Times : https://www.nytimes.com/interactive/2019/climate/trump-environment-rollbacks.html
                  C’est sur, qu’est ce que c’est compliqué, ces liens étaient tous sur la première page d’une recherche Google « trump regulations cut »…. La facilité à les trouver illustre bien à quel point votre raideur idéologique est digne du neuneu répétant ce que son Humanité du jour lui disait de braire sans ne serait-ce qu’envisager que vérifier par lui même lesdites assertions…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles