Covid 19, on cherche la solution dans la nuit seulement sous un lampadaire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid 19, on cherche la solution dans la nuit seulement sous un lampadaire

Publié le 24 avril 2020
- A +

Connaissez-vous la fable, racontée sous forme de blague, de l’homme saoul qui a perdu ses clés dans la nuit noire ? Il passe son temps à les chercher sous un lampadaire allumé. Un autre homme l’observe durant un long moment, puis n’y tenant plus, se dirige vers lui :

« Qu’est-ce qui vous arrive ?
— J’ai perdu mes clés, je les cherche.
— Vous les avez perdues ici ?
— Non.
— Pourquoi les chercher ici alors ?
— Parce qu’il y a de la lumière. »

Dans la crise actuelle du Covid-19, nous nous comportons comme cet homme à la recherche de ses clés dans un bien trop petit périmètre pas nécessairement pertinent pour la simple raison que c’est le secteur où nous pensons y voir clair.

Ainsi, tous nos échanges à ce sujet portent, soit sur les méthodes pour ne pas être contaminés (par exemple le confinement), ou soit comment guérir, quel médicament, quel protocole médical. Ces deux aspects nous sont familiers à propos de ce que nous évoque cette question de santé.

Mais il existe une autre approche, qui ne nous vient pas directement à l’esprit, qui n’est pas discutée, et qui correspond donc, dans notre petite fable, à l’espace bien plus vaste soustrait au cône de lumière du lampadaire.

De quoi s’agit-il ? S’il ne s’agit pas d’éviter le virus ni d’en guérir, qu’envisager d’autre ? Eh bien c’est fort simple : la question est de savoir comment devenir plus résistant à ce virus. En effet, il n’est clairement pas aussi dangereux pour tout le monde. Certains en souffrent à peine, d’autres apprennent a posteriori qu’ils ont été contaminés.

S’éloigner des approches familières (de la lumière du lampadaire) c’est comprendre pourquoi on est à risque et comment agir pour diminuer ce risque.

Le premier risque évident aux yeux de tous est l’âge : au-delà de 65 ans, le Covid-19 est bien plus dangereux.

Le deuxième facteur de risque majeur est le syndrome métabolique.

 

La presse a parfois évoqué que le coronavirus s’attaque davantage aux personnes obèses. C’est une simplification réductrice car il est tout à fait possible de présenter un syndrome métabolique sans être en surpoids manifeste, comme par exemple souffrir d’obésité viscérale.

Ce dernier point est important pour une autre raison : en effet, si perdre du poids demande du temps, il est possible par contre d’améliorer ses marqueurs de syndrome métabolique bien plus vite, comme par exemple le HOMA IR, le pourcentage de hb a1c, le ratio triglycerides/HDL ou encore l’hypertension. Il est alors possible de réduire le risque, ou d’augmenter sa résistance à l’infection, sans que cela prenne trop de temps. La vidéo ci-dessus, du cardiologue Aseem Malhotra, donne des pistes.

Il est ici utile de préciser que les personnes âgées en bonne santé au plan métabolique se révèlent elles aussi bien plus résistantes.

Pour plus de détails et d’éléments de réponse, la lecture de cet article est la bienvenue.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • brillant!
    mais nous vivons dans une société qui a décide que vivre était un droit pour tous, sans comprendre que l’égalité fantasmée n’a aucune réalité dans la nature;
    on né de hasards , on meurs de hasard

  • Bon, il suffit de repasser sous la barre des 65 ans: brillant!

  • Non seulement on cherche les clefs sous un lampadaire, mais on affirme qu’on va les trouver sous le lampadaire et qu’on les aura trouvé d’ici quelques semaines !

    C’est la méthode Couet.

    Et partant du principe que la question est résolue, on construit des « mondes d’après » (chacun le sien bien entendu) et on refuse toute proposition constructive pour chercher des solutions (pas de problème, puisqu’on va trouver les clefs sous le lampadaire).

    Chacun y va de son « non on ne peut pas faire ça parce que … ». Parce que ce n’est pas égalitaire, parce que l’état se dégage de ses responsabilité (l’état peut tout et donc doit tout), parce que les pauvres, parce que les riches, parce que principe de précaution, parce que la science, les études randomisées, parce que l’écologie, parce que le chômage …

    Souhaitons qu’il y ait de la lumière encore assez longtemps sous le lampadaire pour chercher …

  • En complément de cet article

    Ces nouvelles approches médicales supposent une remise en question de notre médecine occidentale qui considère l’individu comme une citadelle assiégée qu’il faut à tout prix protéger par des moyens artificiels.
    Bien sûr, il ne faut pas opposer ce qui peut être complémentaire, mais un bon système immunitaire est la meilleure garantie pour rester en bonne santé.

  • Le syndrome métabolique …mais surtout une endothélite qui expliquerait beaucoup de symptômes…
    https://www.lesoir.be/295919/article/2020-04-21/le-coronavirus-est-une-inflammation-vasculaire-systemique-plus-quune-pneumonie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles