2 contradictions internes au système français des retraites

Murray Rothbard

Paul Samuelson n’avait pas assez pris au sérieux sa comparaison entre le système de retraite par répartition obligatoire et l’escroquerie que le fameux Charles Ponzi avait mis en place il y a un siècle.

Par Xavier Méra.

Dans le débat public en cours sur les retraites, de nombreux commentateurs semblent croire que nous faisons face à une alternative entre ce qui existe et ce que le projet de réforme de l’équipe gouvernementale en place prévoit, comparaisons chiffrées à l’appui. Ceci tient pour acquis en particulier que l’existant est soutenable.

Il conviendrait plutôt de considérer l’un et l’autre comme des états passagers d’un même système en train de s’autodétruire. Aussi l’enjeu de la nouvelle réforme est vraisemblablement le même que celui des précédentes, à savoir l’aménager pour le faire tenir aussi longtemps que possible.

Car il semble bien que la team Macron ne remette nullement en question la répartition obligatoire, caractéristique centrale du système, le projet d’unification des caisses allant dans le sens de sa consolidation.

Ce n’est guère étonnant dans la mesure où un tel système rend les travailleurs dépendants des pouvoirs publics, préservant ainsi les intérêts fondamentaux de ces derniers tant qu’il fonctionne, comme l’admettait franchement un de ses pères fondateurs, Otto von Bismarck.

Ainsi même les opposants les plus bruyants de l’actuel gouvernement sont apparemment d’accord avec lui sur l’essentiel, les points d’achoppement ne portant réellement que sur la nécessité et les modalités d’aménagements.

En conséquence, une sortie du système n’est pas envisagée sérieusement dans le débat public, si ce n’est pour être dénoncée comme projet secret et évidemment sinistre du gouvernement, influencé par d’obscurs intérêts privés voulant « mettre la main » sur l’épargne française.

Pourtant, le raisonnement économique le plus élémentaire suggère que les solutions les plus durables en matière de retraites relèvent de l’épargne et de la répartition volontaires, qu’elles consistent pour les Français à reprendre la main sur les fruits de leur travail et leur vie, alors que le système coercitif de répartition finit par laisser ses supposés bénéficiaires sur la paille.

Contradiction interne n°1 : impact du système sur la démographie

Un des partisans les plus éminents de la répartition obligatoire, l’économiste Paul Samuelson, expliquait en 1967 que ce système a quelque chose en commun avec une pyramide de Ponzi. Et il avait certainement raison, en ce que l’argent « investi » dans le système via les cotisations sociales des travailleurs ne finance aucun processus de production mais sert à payer les « investisseurs » des générations précédentes, anciens actifs maintenant à la retraite.

Loin de s’alarmer du fait que les systèmes pyramidaux ne sont pas connus pour leur soutenabilité, il se réjouissait au contraire qu’un tel dispositif permette aux retraités d’obtenir des pensions en excès des cotisations qu’ils doivent auparavant payer, dans une économie où la croissance de la production est exponentielle et où il y a toujours davantage de jeunes que de vieux.

Or l’hypothèse démographique considérée n’était manifestement pas pertinente. Le constat est connu : la tendance de fond est à un vieillissement de la population. En conséquence, le système peut difficilement perdurer sans ajustement. À court ou moyen terme, son maintien requiert ce que les réformes successives ont mis en place jusqu’à présent, un recul de l’âge de départ à la retraite, une hausse des cotisations et autres impôts mobilisés à la rescousse, une baisse des pensions ou une combinaison de ces mesures.

Ce qui est moins connu du grand public, en revanche, est que le fonctionnement du présent système contribue lui-même au vieillissement de la population. En effet, traditionnellement une raison importante de fonder un foyer était d’investir dans un système de retraite par répartition privé.

On acceptait de faire des enfants, entièrement dépendants de nous dans leurs plus jeunes années, en attendant en retour de leur part qu’ils subviennent à nos besoins à la fin de nos vies. C’était la véritable solidarité intergénérationnelle, « véritable » en ce sens qu’elle est fondée sur les liens affectifs naturels et l’éducation, plutôt que sur la peur du gendarme.

Le sort du futur retraité dépendant au moins en partie de son choix de faire des enfants, il avait plus tendance à les faire. Avec un système de retraite par répartition obligatoire au contraire, il peut espérer obtenir une retraite des enfants des autres, sans avoir à supporter les coûts d’en faire lui-même.

Le choix de fonder une famille et de la préserver perd de sa valeur. Moins de familles sont formées et davantage de familles existantes se disloquent. La fécondité diminue. Le sort du futur retraité en dépendant aussi moins qu’avant, l’investissement dans l’éducation des enfants qui naissent néanmoins baisse.

Ainsi, en plus d’être moins nombreux, ils sont relativement moins capables de générer les revenus devant subvenir aux besoins des retraités. C’est une contradiction interne du système que Samuelson a négligé de considérer : il s’autodétruit en réduisant la quantité et la « qualité » des générations dont sa soutenabilité dépend.

Contradiction interne n°2 : impact du système sur la croissance de la production

L’entraide intergénérationnelle au sein de la famille ou de communautés plus larges – informellement ou formellement dans le cadre de sociétés de secours mutuel – n’est pas la seule solution de retraite non coercitive. Il est aussi possible de préparer ses vieux jours grâce à l’épargne, investie directement dans divers projets ou indirectement en faisant appel à des intermédiaires financiers. On dépense les gains voire le capital formé à la fin de sa vie, réalisant individuellement son arbitrage préféré entre âge de départ à la retraite et niveau de sa pension (plus on part tard, moins longtemps on percevra une pension par contre plus élevée).

Traditionnellement, préparer ses vieux jours est un motif important d’épargne. Mais avec un système par répartition obligatoire, la perspective d’obtenir une retraite sans avoir à épargner pour cela est ouverte. Il y a donc moins de raisons d’épargner, et de toute façon on est privé en partie des moyens de le faire en étant forcé de payer pour les retraites actuelles.

Ces sommes étant confiées à des gens moins susceptibles de les épargner puisque précisément à la fin de leur vie, il faut s’attendre à ce que le système grève l’épargne nationale et par là même affecte à la baisse les dépenses d’investissement relativement aux dépenses de consommation.

Car c’est l’épargne qui rend possible les investissements dans des biens de capital. Ces équipements rendent en général le travail plus productif et mieux payé, y compris le travail de ceux n’ayant absolument pas fait d’effort d’épargne, tout en générant les revenus additionnels permettant de financer des retraites.

En réduisant l’épargne donc, la répartition obligatoire grève la croissance économique dont le système de retraite actuel a besoin pour offrir des rendements positifs. C’est la contradiction interne du système n°2 que Samuelson a négligé de considérer : il s’autodétruit en sapant la croissance économique dont sa soutenabilité dépend.

Les défenseurs du système actuel manquent rarement de pointer du doigt que dans la mesure où cette épargne va passer par les marchés financiers si elle n’est pas absorbée par des cotisations sociales, le financement des retraites serait à la merci de leur instabilité.

Mais même dans les conditions prévalant actuellement sur les marchés financiers, il est douteux pour les raisons déjà exposées que la répartition obligatoire offre de meilleurs rendements à long terme, d’autant que jusqu’à présent, l’épargne retraite a relativement bien supporté les crises récentes dans des pays où la sortie du système a été dans une large mesure effectuée.

Surtout, ces commentateurs tiennent habituellement pour acquis que « l’exubérance irrationnelle » susceptible de mettre à mal le financement des retraites par capitalisation est une caractéristique intrinsèque des marchés financiers.

Ils négligent complètement que celle-ci a une source institutionnelle parfaitement identifiable dans l’interventionnisme monétaire qu’ils promeuvent généralement par ailleurs. Car le choix politique d’imposer des monnaies fiduciaires sans aucune attache aux marchandises qui leur ont permis d’émerger en premier lieu a certainement créé un aléa moral d’une ampleur sans précédent.

C’est parce que toute institution financière d’importance sait qu’elle peut être sauvée en cas de difficulté grâce à la production à coût minime de nouvelles unités monétaires par des institutions d’origine gouvernementale, les banques centrales, que le risque de comportements financiers hasardeux est socialisé et donc encouragé.

En l’absence de telles garanties, ces acteurs devraient supporter pleinement les conséquences négatives de leurs choix. Ils auraient alors toutes les raisons du monde d’être « conservateurs », d’avoir une trésorerie et des fonds propres importants plutôt que de faire jouer à tout crin l’effet de levier de la dette et de transformer ainsi le système financier mondial en château de cartes, s’assurant ainsi que les banques centrales n’oseront pas laisser tomber la plupart d’entre eux.

Le problème du financement des retraites devrait ainsi mobiliser ces commentateurs en faveur de la suppression de ces garanties, ce qui passe en fin de compte par l’abolition des lois imposant le recours dans les échanges à ces monnaies dont la quantité peut être augmentée à volonté. Car elles seraient alors abandonnées par les gens au profit de monnaies au pouvoir d’achat plus stable, tels l’or et l’argent du passé, qui n’autorisent pas de redistribution forcée au profit d’institutions financières à la dérive.

Les fondements éthiques douteux du système

À ce stade de l’analyse, certains ne pourront néanmoins s’empêcher de soupçonner qu’il s’agit là de défendre les intérêts de « prédateurs » de la haute finance mondialisée attendant en coulisses de pouvoir mettre la main sur l’épargne des Français.

Il est parfaitement exact, bien entendu, qu’une sortie partielle ou totale du système actuel offrirait des opportunités de développement à des établissements financiers vendeurs de produits d’épargne-retraite par capitalisation. Mais en dehors du fait que de telles condamnations morales ne changent rien aux problèmes et solutions évoquées ci-dessus, elles sont parfaitement orwelliennes dans leur inversion radicale du sens des mots.

La vente d’un produit d’épargne, en tant que telle, n’implique pas plus de prédation que la vente d’un sandwich ou de n’importe quel bien ou services à laquelle nos anticapitalistes primaires consentent quotidiennement, laissant ainsi leurs vendeurs « mettre la main » sur leurs revenus.

Autrement dit, cela n’a aucun sens de parler d’exploitation, de prédation, de spoliation, de vol ou de crime pour des échanges entre adultes consentants – que chacun a le droit de refuser – et de sous-entendre ou même d’affirmer explicitement que des transactions et autres transferts réalisés sous la menace d’amendes, d’interpellation et finalement d’emprisonnement, telle que l’adhésion obligatoire à un système de retraite par répartition, relèvent de la coopération, du contrat, de la solidarité ou de l’entraide.

Si on se place sur le terrain éthique, les défenseurs de tels dispositifs doivent plutôt nous expliquer pourquoi les objectifs visés justifient ce que nous appelons tous de la spoliation, de la prédation, du vol, etc., lorsque nous avons affaire dans la société civile au genre d’actes qu’ils promeuvent à une échelle bien plus grande comme politiques à mener.

Si je décide de me financer une retraite en piratant les comptes en banque de travailleurs ou de leurs employeurs, dira-t-on qu’ils ont été solidaires, que cela relève d’un contrat et me protège de la prédation de vulgaires vendeurs de produits financiers à laquelle je serais autrement exposé ? Dira-t-on qu’ils sont des fraudeurs, s’ils déjouent mes plans ? Dira-t-on, si je convaincs plutôt mes victimes de ne pas faire de vague car en échange, on s’arrangera pour qu’ils obtiennent leur part d’un autre butin plus grand encore prélevé sur une génération future d’actifs, qu’eux et moi font preuve d’une grande générosité ? Ou va-t-on redevenir sérieux et appeler des échanges volontaires des échanges volontaires et une spoliation une spoliation ?

Le commerce, ce n’est pas le vol donc. Cependant, il est vrai qu’une opportunité réelle de prédation s’ouvre pour des acteurs du secteur privé, dans le contexte du déclin du système actuel. Au fur et à mesure que la situation empire, les hommes de l’État deviennent pressés d’en prendre acte et de trouver d’autres solutions de financement des retraites.

Les avantages du système, de leur point de vue, s’estompent face au risque majeur de déstabilisation de l’État en cas de défaut massif. Avant d’en arriver là donc, ils préféreront vraisemblablement des solutions leur permettant de garder la main autant que possible à une libéralisation massive qui supprimerait la relation de dépendance des citoyens.

Ces solutions consistent à rendre obligatoire un pilier supplémentaire en capitalisation voire à réorienter une partie des cotisations sociales existantes vers des fonds de pension par nature plus soutenables. Ceci peut être fait dans le cadre d’un fonds de pension d’État mais plus il y aura urgence, plus il sera tentant de faire appel à des experts du secteur privé. Puisqu’il s’agira alors de capitalisation obligatoire, les entreprises nominalement privées obtenant de l’État une licence pour gérer ces fonds mettront bien la main sur une partie de l’épargne des Français, non parce que c’est l’essence des métiers de la finance, mais parce qu’elles seront partenaires de l’institution qui autorise les prélèvements obligatoires.

L’introduction d’une telle capitalisation permettra certes de payer des retraites qui ne pourraient l’être autrement, mais le caractère captif de la « clientèle » garantira une mauvaise gestion des fonds, voire ouvrira la voie à des malversations, par rapport à un contexte de libre concurrence où le client serait roi. Il se trouve que c’est précisément le genre de dispositifs que le document controversé de la société Blackrock appelle de ses vœux (p.12).

Conclusion

Samuelson n’avait pas assez pris au sérieux sa comparaison entre le système de retraite par répartition obligatoire et l’escroquerie que le fameux Charles Ponzi avait mis en place il y a un siècle. Non qu’il implique en soi une fraude, puisqu’il ne donne lieu à aucune tromperie en vue de faire signer un contrat à des clients.

À la place, les « investisseurs » sont enrôlés de force et on leur promet d’obtenir en retour une part des prélèvements sur les revenus de ceux qui seront enrôlés plus tard. La négligence de Samuelson tient dans la non-reconnaissance du fait que le système de retraite a lui aussi tendance à s’effondrer sur lui-même, et ce précisément à cause des incitations mises en branle par les modalités de paiement qu’il a en commun avec la pyramide de Ponzi.

Enfin, on peut se demander si les mécanismes décrits ci-dessus ne sont pas qu’une application au système de retraite présentement en péril d’un mécanisme plus général à l’œuvre dans toute redistribution coercitive et institutionnalisée. Après tout, comme Murray Rothbard l’expliquait,

Le grand sociologue allemand Franz Oppenheimer a précisé qu’il y a deux manières, exclusives l’une de l’autre, d’acquérir de la richesse ; la première est la manière décrite ci-dessus de la production et de l’échange, qu’il a appelé « la voie économique ». L’autre manière est plus simple parce qu’elle n’exige pas la productivité ; c’est la manière de l’accaparement des marchandises d’une autre personne, ou de ses services, par l’utilisation de la force et de la violence. C’est la méthode de confiscation unilatérale, du vol de la propriété des autres. C’est la méthode qu’Oppenheimer a nommé « la voie politique » d’accroissement de la richesse. Il devrait être clair que l’utilisation pacifique de sa raison et de son énergie dans la production est la voie « naturelle » pour l’homme : ce sont les conditions de sa survie et de sa prospérité sur cette terre. Il devrait être également clair que le moyen coercitif et exploiteur est le contraire de la loi naturelle ; il est parasitaire car, au lieu d’ajouter à la production, il en soustrait. « La voie politique » siphonne la production au profit d’un individu ou d’un groupe parasite et destructeur ; et ceci réduit non seulement le nombre des producteurs, mais abaisse également l’incitation du producteur à produire au-delà de sa propre subsistance. À long terme, le voleur détruit sa propre subsistance en réduisant ou en éliminant la source de son propre approvisionnement.

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.