Retraite : une question que les Français doivent traiter eux-mêmes

Le soutien apporté aux grèves est incohérent : les Français ne bénéficieront pas des avantages que négocient les régimes spéciaux. Et nos enfants n’auront pas de retraite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Matthieu Joannon on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraite : une question que les Français doivent traiter eux-mêmes

Publié le 21 décembre 2019
- A +

Par Yves Buchsenschutz.
Un article d’Entrepreneurs pour la France

La réforme des retraites cahote au gré des jours et fait les premières pages de tous les journaux télévisés ou papier.

Aux dernières nouvelles le blocage est complet et ne semble pas devoir être levé pendant les vacances. Ce sera pourtant une composante importante de la popularité et donc de l’adoption du projet.

Retraite : une question à traiter par les Français eux-mêmes

Il est tout de même curieux de voir comment un problème des Français entre eux devient dans notre pays un problème entre les Français et leur gouvernement.

En effet, existe-t-il un problème plus individuel que celui des retraites ?

Chacun de nous quelque part, est né, a été élevé, a fait plus ou moins des études, a travaillé, puis arrête un jour son activité productive car l’âge, et souvent la maladie, l’ont rattrapé.

Ce destin qui est le nôtre et tout simplement le cycle de la vie, ne relève pas de la responsabilité de l’État mais bien de chacun d’entre nous et c’est à chacun de décider comment il veut l’organiser : l’équation durée de vie active professionnelle/durée de vie totale (DVA/DVT)1 a été bouleversée dans tous les sens durant les derniers siècles et surtout années.

L’équation Durée de Vie Active/Durée de Vie Totale

  • en 1740, l’espérance de vie est de 35 ans. On « travaille » dès 5 ans et on s’arrête au décès. La vie active est proche de 30/35 = 85 %
  • en 1840, l’espérance de vie est passée à 40 ans : même motif, même punition, le ratio grimpe à 35/40 = 87 %
  • en 1915, on vit jusqu’à 50 ans mais on peut considérer que l’on démarre un peu plus tard. 10 ans d’enfance, 40/50 = 80 %
  • en 1945, on vit enfin jusqu’à 65 ans, âge officiel de départ à la retraite, et l’on s’éduque jusqu’à 15 ans. Ratio 50/65 = 77 %. Durée effective de la retraite proche de zéro.
  • en 1990, on vit jusqu’à 77 ans, on s’éduque jusqu’à 17 ans, on part à la retraite à 65 ans : durée de vie active = (77-17-12 = 48). Le ratio diminue fortement à 48/77= 62 %. La durée de la retraite atteint 12 ans.
  • en 2015, on vit jusqu’à 80 ans, on se forme jusqu’à 20 ans et l’on part à la retraite à 60 ans2 : l’équation devient, vie active = (80 – 20 – 20). Le ratio s’effondre à 40/80 = 50 % et la durée de la retraite (à financer) frise les 20 ans.

Et cela continue de baisser.

À cela il faudrait ajouter les modifications du nombre de jours de travail par an et les horaires. Très simplifié, on travaillait en 1740 dès que possible et jusqu’à sa mort. On n’est plus aujourd’hui productif que moins de 50 % de ses années de vie et probablement aux environs de 25 % de ses « heures » de vie, déduction faite des réductions d’horaires, des week-ends, des congés et des RTT3.

Et pendant ces 25 % d’heures actives, chacun doit dégager de quoi vivre pendant 100 % de sa vie réelle.

Au fur et à mesure que le phénomène s’est déployé, la productivité du travail pendant les 25 % d’heures actives a dû augmenter pour « payer » : la vie au jour le jour, mais aussi, la vie d’éducation passée, et la vie de « retraite » future4.

Comme la durée moyenne d’élevage (les études) et l’espérance de vie augmentent encore, se pose la question de savoir comment gérer cette équation : on charge encore plus la période de travail effectif (on augmente les cotisations !) ou bien on rétablit régulièrement l’équilibre en augmentant la durée du travail plutôt du côté retraite que du côté études.

Ceci paraît pour le moins le meilleur choix, sachant que notre espérance de vie s’améliore dans l’absolu mais également « en bonne santé ».

Retraite : aux Français de prendre leurs responsabilités

Le gouvernement peut bien proposer ce qu’il veut, mais c’est en fait aux Français de choisir.

De ce point de vue les systèmes d’âge pivot, déclenchant malus ou bonus sont intelligents. Chacun peut adapter, au moins à la marge, le schéma à sa propre situation.

Mais c’est à nous, collectivement, qu’il appartient de décider le schéma de base, lequel a glissé dans tous les pays, sans discussion oiseuse, vers un décalage de l’âge de départ à la retraite.

Le gouvernement ne devrait pas être un adversaire, voire même une partie prenante au choix, mais un catalyseur.

C’est de fait ce qui s’est déjà passé, cahin-caha, dans les régimes privés : ils se sont adaptés et ont adapté leur gestion à l’évolution de l’équation.

Le cas particulier des régimes spéciaux et des serviteurs de l’État

Ceci posé, le problème des régimes spéciaux devient, lui, un vrai problème de gouvernement, dans la mesure où il oppose des catégories différentes de citoyens, dont une partie relève de l’État.

Pour des raisons, encore une fois historiques, ces régimes sont :

  • devenus hyper favorables car basés sur des retraites globalement majorées, anticipées par rapport au reste de la population mais surtout bloquées par rapport à l’évolution du temps d’étude et de l’espérance de vie ;
  • devenus lourdement déficitaires car n’ayant pas tenu compte de l’évolution de l’équation Durée de Vie Active/Durée de Vie Totale. La solution utilisée a été la solidarité nationale, c’est-à-dire que les régimes « excédentaires » ont financé le déficit des régimes garantis, semble-t-il pour l’éternité syndicale, laquelle exige un maintien global des conditions, en oubliant au passage, comme c’est curieux, l’augmentation de l’espérance de vie.

Un recadrage volontaire

Que le Français lambda demande aujourd’hui un recalage à l’occasion de ce grand débat n’est que normal et juste.

Certes, les fonctionnaires et autres bénéficiaires des régimes spéciaux peuvent avoir des caractéristiques particulières, mais c’est le cas de tous les métiers, et le simple fait de la garantie de l’emploi à vie, autre caractéristique originale des régimes fonctionnaires et spéciaux, a représenté à lui seul, dans les 30 années qui viennent de s’écouler, un avantage extraordinaire par rapport au chômage endémique qui a sévi dans notre pays.

Un soutien incompréhensible à la grève et aux privilégiés du régime actuel

Que les 20 % de Français qui bénéficient directement de ce système le soutiennent égoïstement est déjà inadmissible car, s’il préserve leur rente, il met en péril l’ensemble de l’équilibre économique et social de notre pays.

Il est en plus parfaitement immoral de la part de donneurs de leçons professionnels.

Mais que les 80 % des autres restent immobiles et stoïques, se disant benoîtement comme d’habitude, que cela va aussi travailler pour eux, est tout simplement incompréhensible et stupide.

Un exemple :

Dans dix ans, imaginons que l’espérance de vie grimpe à 100 ans : le ratio Durée de Vie Active/Durée de Vie Totale se situera entre 35 et 40 %. Eh bien dans ce cas, c’est à peu près certain, nos enfants n’auront plus de retraites, ou bien les actifs travailleront la nuit !

Il peut être habile de se mettre dans le camp des privilégiés en espérant profiter un jour de leurs avantages, mais pas si cela fait exploser le système.

Pour le moment, nous ne sommes pas courageux, comme nous le croyons en nous levant à 5 heures du matin, nous sommes des veaux que messieurs Martinez et Berger mènent à l’abattoir, avec un bandeau sur les yeux.

Nous devons exiger un régime général capable de gérer les évolutions démographiques prévisibles, et raisonnablement équilibré donc universel, au moins à terme assez rapide, car la démographie n’attend pas, elle.

Sur le web

  1. Sans tenir compte des modifications d’horaires !
  2. Merci Mr Mitterrand, grand visionnaire s’il en fût. Au moins sur ce sujet.
  3. Dans MICRO-Capitalisme, PUF, FX, Oliveau indique même une proportion de temps de travail rémunéré sur vie éveillée de 11 % contre 70 % en 1850 et 24 % en 1950. Opus cité p 47.
  4. Lorsque je dis chacun, il faudrait aussi citer les machines qui ont fait le gros du travail.
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • il n’y a pas de reforme des retraites,je l’écris ici depuis des semaines..
    la structure meme des systèmes speciaux l’interdit.
    L’état ne cotise pas pour ses salariés, c’est donc l’impôt qui paye les retraites des services publics et de sociétés d’etat, point. points ou trimestres , c’est pareil!
    c’est le contribuable qui paye!
    Comme pour la sécurité sociale , l’etat ne paye pas la sécurité sociale , ses salariés en profitent.;elle est payée par les autres
    ne vous y trompez pas , toutes les reformes macron sont ‘cosmétiques » mais avec une mise en scène et une dramaturgie de péplum.. pour la galerie…

    il a été décidé de repousser au calendes grecques l’application des reformes..
    les jeunes se démerderont , en attendant la dette a dépassé les 100% cette semaine.. pas grave .. la ponction publique y pourvoira

    • la France est tellement endettée , ( 2375 milliards d’euros ) qu’elle ne peut pas profiter des taux bas pour investir ….CPEF….

      • investir dans quoi?
        avec le coût du travail français les entreprises ne sont plus compétitives a l’international..
        on creuse la dette pour payer les salaires et allocations pour que les gens achètent des produits chinois..

        l’éducation est la la ramasse , on ne sait plus former les jeunes ..
        l’industrie fortement delocalisée
        le commerce en ligne exfiltre les bénéfices vers le Luxembourg..
        ce n’est pas un probleme de retraite que nous avons , c’est un probleme de survie.. nous sommes incapables de fonctionner sans inflation..
        en clair ? sirtaki pour tous dans 10 ans

  • Bah , si aucun âge de départ a la retraite n’avait été créé , on ne penserait pas a arrêter de travailler sauf problème médical !
    Supprimons la retraite sauf pour les moines.

    • L’état est trop nul ,il a inventé la retraite dans l’espoir de capter du pognon sans jamais le redistribuer aux retraites ,mort a 65 ans a l’époque.aujourd’hui il essaie de renouveller son exploit ,tenez bon les grévistes ..jusqu’à ce que l’état sorte du système de retraites.

  • Il faut savoir raison garder et ne pas noircir le tableau: les comptes de la SS pour 2016 faisaient apparaître un excédent pour le régime général des retraites avec une décroissance du déficit montrant clairement que les réformes imposées au privé étaient efficaces.
    https://www.contrepoints.org/2016/09/14/265749-securite-sociale-marisol-touraine-optimiste
    Je fais l’hypothèse que, cette réforme figurant sur la feuille de route du PR, il fallait persuader les Français qu’elle était indispensable. J’observe que le COR, depuis l’arrivée d’E. Macron, communique en mode catastrophe…(avec le relais médiatique qui convient).
    Au surplus, s’il y avait une adaptation à faire sur le régime général, il suffisait d’augmenter le nombre de trimestres pour toucher une retraite à taux plein.
    (Le déficit du FSV n’a pas à entrer en ligne de comte: s’agissant de solidarité, il doit relever de l’impôt.)
    Reste le problème des régimes spéciaux et de fonctionnaires que la reforme de Fillon avait commencé à faire converger vers les règles générales. Il fallait poursuivre dans ce sens, pas besoin de tout bouleverser. En noyant les différents problèmes dans une grande réforme, on ne gagne qu’en complexité et on provoque la révolte actuelle.
    Il n’y avait pas besoin surtout d’étatiser tout le système de retraites (avec un fort soupçon de connivence avec certains milieux financiers).
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/retraites-l-entreprise-blackrock-se-defend-d-avoir-influence-la-reforme_2112057.html
    On leut se poser la question: quel but réel poursuit le PR alors qu’il suffisait d’améliorer l’existant?
    Si l’on peu souhaiter un système mixte, voire un système par capitalisation, il ne faut pas ignorer pour autant que la gestion complète de ce système par l’Etat ouvre la voie à des connivences malsaines, et ce n’est pas la stature morale de nos politiciens qui va nous rassurer.
    Les individus ou les branches professionnelles sont les plus à même de choisir et diversifier leurs fonds d’investissement: la meilleure efficacité possible est obtenue quand le cotisant est en même temps le gestionnaire et le bénéficiaire.

    •  » il suffisait d’augmenter le nombre de trimestres pour toucher une retraite à taux plein. »
      ben oui c’est a dire adapter la date de la départ..compte tenu du fait que les gens ne commencent a bosser que très tard et se tapent des périodes de chomage..
      si on voulait etre réaliste ce serait 70 ans

    • Effectivement une amélioration progressive est toujours meilleure qu’une table rase faisant apparaitre très vite des effets pervers. La main mise de l’état sur le système est tout à fait inquiétante. Même si on peut penser qu’un système à caisses multiples entraine quelques gaspillages, un système à caisse unique gérée par l’état me semble l’horreur absolue qui peut conduire à une catastrophe majeure (par incompétence, copinage, clientélisme…)

  • PAS DE PROBLEMES!
    On connait la solution:
    avoir des bras jeunes et dociles un temps pour faire tourner a minima la société. Farcir d’études bidons des millions de gamins, les abreuver de sous-pensées, les gaver d’Hanouneries et divertissements niaiseux et addictifs, ajouter des « combats » éthiques et sociétaux de niveau zéro. Les laisser vieillir et renouveler le cheptel…

  • A mon sens un des aspect est aussi le fait que pour beaucoup le travail est comme une PEINE à effectuer jusqu’au Graal…. la retraite ,travail présenté comme une aliénation de l’homme par les socialistes qui proposent l’assistanat érigé en mode de vie ,alors que cet assistanat même créée une aliénation et une dépendance au système qui de fait perdure .

  • Comment peut-on en tant que « Libéral » accepter une nationalisation de la retraite.?

  • Quand vous êtes un veau qu’on aiguillonne et auquel on corne dans les oreilles, allez donc ôter votre bandeau d’un sabot adroit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boomers non-travail orpea actionnaire
8
Sauvegarder cet article

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitali... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles