Le milliard d’euros alloué à la cause des femmes sert-il à d’autres actions de l’État ?

Du budget annoncé, seuls 13,3 millions sont destinés à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marlène Schiappa by Force Ouvrière(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le milliard d’euros alloué à la cause des femmes sert-il à d’autres actions de l’État ?

Publié le 3 décembre 2019
- A +

Par Louise Alméras.

Le nouveau budget voté dans le cadre du projet de loi de finances semblait prometteur avec son gros milliard d’euros consacré à l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais dans le « Document de politique transversale » (DPT) joint au projet de loi, la raison de cette somme mirifique apparaît tout autre. Plus de 70 % du budget est destiné aux pays en voie de développement… La politique transversale du pays est-elle davantage synonyme de politique étrangère ? Ou bien le gouvernement s’est-il trop emballé face à l’annonce du montant du budget ?

 

Fini le budget sensationnel consacré à la cause des femmes ! La nouvelle n’a pas plu aux féministes et à la secrétaire d’État chargé de l’égalité hommes-femmes, Marlène Schiappa. Le Premier ministre s’en était encore fait l’écho ce lundi à l’issue du Grenelle contre les violences conjugales. Édouard Philippe avait déclaré : « Plus d’un milliard d’euros » est alloué à « l’ensemble des actions pour l’égalité entre les femmes et les hommes, dont 360 millions sur la lutte contre les violences faites aux femmes. »

Un propos déjà communiqué par Marlène Schiappa dès le 6 octobre dernier, évoquant même « un chiffre historique ». Il s’agissait rien moins que de doubler le budget pour l’année 2020. Les féministes se sont senties trahies, voire manipulées.

Le Sénat s’explique sur le budget dédié à la lutte contre les violences faites aux femmes

 « Vos rapporteurs reconnaissent les efforts entrepris par le gouvernement sur ce sujet, qui est cependant parfois enclin à s’attribuer la création de mesures déjà existantes ou à faire fi des politiques passées. »

Voilà comment les sénateurs ont répondu aux conclusions du gouvernement sur le sujet des violences conjugales. Non sans ironie d’ailleurs.

Du budget annoncé, seuls 13,3 millions sont destinés à la lutte contre les violences faites aux femmes. Soit moins que l’an dernier. Féministes et gouvernement se sont donc, à juste titre, tous ensemble indignés. Car le Sénat s’est empressé de rétablir la vérité sur la signification réelle du budget évoqué, produisant un document le 21 novembre, le jour même où se tenait le Grenelle. Était-ce un mensonge du Sénat ou une mauvaise compréhension du budget de la part du Gouvernement ?

Les rapporteurs du DPT expliquent donc que

« le montant de 1,116 milliard évoqué par le ministère correspond non pas à des crédits de paiement, pouvant être consommés dans l’année, mais à des autorisations d’engagement qui constituent la limite supérieure des dépenses pouvant être engagées et pouvant être échelonnées sur plusieurs exercices budgétaires. »

Les seuls crédits disponibles pour l’année à venir s’élèvent donc à 557,8 millions d’euros.

Or, cette explication n’est que partiellement explicite et justifiée, puisque la différence entre les deux montants ne concerne que l’étalement du budget alloué à la politique extérieure. Pour la seule année 2020, celui-ci correspond à plus de 282 millions d’euros, soit un peu plus de la moitié de l’enveloppe totale. La réaction de Caroline de Haas sur Twitter résume très bien le sentiment éprouvé à la lecture du document : « On va de surprise en surprise. Le niveau d’escroquerie est tout simplement incroyable ».

Un budget écran de l’action diplomatique de l’État ?

Alors que les associations pour la défense des femmes sont de plus en plus sollicitées, que les demandes augmentent, le Sénat paraît avoir utilisé cette cause nationale à d’autres fins. Ou plutôt à une fin bien précise : investir sur le continent africain. Mais il ne le dira pas. Cette découverte se trouve paradoxalement dans le chapitre intitulé : « Le Programme 137 « Égalité entre les femmes et les hommes » : une priorité politique qui doit se traduire en actes. »

Les sénateurs rapporteurs de cette commission n’ont pas d’embarras à s’interroger sur la « suppression d’un indicateur de performance visant à mesurer le taux d’appels traités par le collectif féministe contre le viol » due à des manques de moyens financiers. Dédain plutôt que soutien, donc.

Le détail du budget de la politique transversale est ensuite révélé.

On y découvre alors que, très précisément, 74,7 % du budget est destiné à l’action diplomatique et à l’aide aux pays en voie de développement. La part de la lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes est de 2,6 % sur 1,116 milliard. Selon Caroline de Haas, ce budget est destiné au Fonds africain de développement (FAD), « parce que 75 %, c’est la part des projets de la FAD obtenant des résultats satisfaisants en terme d’égalité. »

Ce n’est pas tout.

Sur le reste du budget 2020 — les 50 % des 557 millions après distribution à l’étranger — sont destinés au salaire des enseignants à hauteur de 138 millions, dont on estime qu’ils évoquent l’importance de l’égalité entre les femmes et les hommes dans leurs cours.

Les sénateurs ont ensuite tenté de se justifier. Ils ont décrété qu’il leur avait été impossible d’estimer une action en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes, avant d’avoir les résultats et les propositions issues du Grenelle. Des mots et des considérations plus que contradictoires et mensongers quand on lit de près le chapitre dédié dans leur rapport.

Que l’on invoque une cause pour en défendre une autre n’est pas nouveau. C’est tout l’art de la politique. Cela a même été le début de la colère des Gilets jaunes : la taxe sur le carburant venait sauver l’écologie. Cette fois, la cause des femmes cache un investissement important en Afrique, pour la diplomatie, le rayonnement culturel et l’aide au développement.

Une cause qui n’est pas nationale, qui se fiche de celle-ci d’ailleurs, bien au-delà du simple combat en faveur des femmes. Autrement dit, maintenir le pouvoir de l’État est plus important pour lui-même et plus urgent que la détresse de la population. En maintenant celle-ci, d’ailleurs, il renforce également son pouvoir. Zarathoustra aurait même dit que

« l’État est le plus froid des monstres froids : il ment froidement ; et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « Moi l’État, je suis le peuple ».

 

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • La gabegie est telle que pour justifier un budget inavouable on prend pour prétexte une cause morale !
    la cause des femmes? ====>>> aide au développement africain (qui soutiens les entreprises françaises travaillant la bas)
    Sauver la planete? pareil =====>>> payer les fonctionnaires

    etc.. le foutage de gueule est général

    • Et le pire, c’est que c’est approuvé par les médias qui là, ne font aucune enquête d’investigation type Elise Ducet…
      Mais je vais vous sortir la réponse toute faite pour votre commentaire venant de ces militants : « OK boomer ! » 🙂

    • La France s’occupe de tout sauf de ce qui est régalien. La sécurité : on peut rouler sans problemes sur les francais sur la Promenade des Anglais ou vider son chargeur dans des théatres. La justice : proportionnellement a l’Allemagne on a huit fois moins de magistrats. L’armée : les militaires payés 6 mois plus tard avec un logiciel douteux. Par contre la CAF, les allocs et les salaires des fonctionnaires territoriaux sont versés avec la régularité d’un métronome et toujours réevalués. Ce serait quand meme bete d’avoir un nombre suffisant de magistrats pour punir les élus et fonctionnaires qui détournent l’argent public non ?

      • @Scipionrex. Vous décrivez avec art ce qui est devenu la banalité du quotidien. En Allemagne….. ils ont, sauf erreur de ma part environs 100 milliards d’EXEDENTS budgétaire et nous, 2200 miliards + 2700 milliards pour honorer, à date les régimes de retraites SNCF RATP CUS STRASBOURG, EDF. GAZ DE FRANCE LA POSTE + LACHARGEE DES PÖLES, de dettes. Les employés de la caf touchent un 13 ème mois et mois je paie et je paie encore et, toujours pour des ramiers qui se lèvent à midi pour aller jouer au, tiercé et aux boules. Mais nous avons des fonctionnaires que la planète entière nous envie.

  • considérer que la violence faite aux femmes est un sujet qui tient plus à coeur aux féministes plus qu’aux autres est assez sexiste.
    normalement les féministes devraient insister pour qu’on s’intéresse aux violences dans les couples…indifféremment du sexe..
    sortant un peu du sujet..
    pour qui a connu des affaires de violence conjugale..pas simple…
    mais ça commence sérieusement à me faire ch..ier que je sois désigné comme portant une part de culpabilité!! patriarchie si ça vous chante, mais en quoi ce sont les hommes spécifiquement qui portent la responsabilité de ce prétendu système???

    les hommes AUSSI ont des rôles à tenir traditionnellement…et imposés par la »patriarchie » tout autant..
    dire sexe faible implique qu’un homme doit être « fort »…non???

    • @JACQUES LEMIERE bonsoir, dans la civilisation …. c’est LE PERE qui pose les interdits. Les femmes ne sont pas en capacité de le faire. Je propose à tous ces féministe de mes fesses de lire, si tant soit peut ils en maitrise la technique « Claude Levy-Strauss. »

  • En même temps la problème de la violence faite aux femmes n’est pas un pb de quantité de moyen mais d’allocation des moyens. Soit on met les policiers sur les routes pour taxer l’automobiliste soit on leur demande d’enquêter sur les plaintes des femmes battues et de prendre le problème au sérieux. Soit on leur demande de protéger des hommes politiques avec des escortes pléthoriques soit on leur demande protéger des victimes de violences (hommes ou femmes).
    Soit on paye des formateurs pour faire le tour des gendarmeries et des postes police pour expliquer comment on veut que soient accueuillies les femmes qui portent plainte et commet traiter le problème, soit on apprend aux policiers à trouver des barrettes de shit dans les poches des punk à chien.
    La lutte contre la violence n’est absolument pas la priorité de la police, alors que c’est leur raison d’être. C’est ça qui est grave. Les gesticulations de Shiappa et Haas ne sont que la manifestation de ses oeuillère qui ne lui permettent de ne voir q’une toute petite partie du problème.

    • Il y a également des hommes victimes de violences conjugales. Ça ne compte pas ?

    • Ce n’est ni un probleme de quantité ni d’allocation. Des femmes qui meurent de violences conjuguales il y en a 100 par an. Des enfants qui meurent étouffés par des cacahuetes il doit – au bas mot – en avoir dix fois plus, des vieux qui décedent en glissant dans leur baignoir il doit en avoir vingt fois plus. Le meilleur moyen de prévenir les violences est d’assurer les vraies fonctions régaliennes de l’Etat : des juges, des magistrats, moins d’allocs, moins de fonctionnaires. Mais ca reviendrait a pouvoir condamner beaucoup plus vite ceux aui détournent les fonds publics.

  • En reponse au lobby feministe on cree un ministere ,au lobby écolo , un autre ministere,au lobby syndical ….etc ,et on distribue de l’argent là au lieu de le mettre dans le ministere consterné de la justice seul competent pour regler les conflits

  • Comme je l’écrivais dans un précédent commentaire, notre « cher » premier ministre devrait s’appeler Gérard et non Edouard, tellement il est bon comédien.

  • Les féministes de carrière qui croyaient en croquer sur le dos des femmes se découvrent cocues. Bien fait. On risque donc de bientôt les voir porter du jaune.

  • Peu à peu, au fil des gouvernements, la communication a remplacé l’action. Avec E. Macron, en plus, la communication peut être contraire à l’action réelle.
    Ce doit être pour cette raison qu’il se vante d’être progressiste…

  • Suis-je le seul à m’étonner concernant l’emploi du mot « investir » dans cette phrase : « investir sur le continent africain ».

    Depuis 50 ans (1962-63) nous « investissons »…métro, paiement des salaires des fonctionnaires etc… (https://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/11/30/97002-20171130FILWWW00160-macron-pose-la-premiere-pierre-du-metro-d-abidjan-finance-par-paris.php)
    tout cela pour nous faire traiter de colonialistes (notamment au Mali) alors que l’immigration se presse à nos portes pour venir profiter « autrement » des fonds publics (et sociaux) Français…

  • ce qui me pose question, c’est : il est semble t’il établi que les femmes font TOUT mieux que les hommes !!! En conséquence ce que j’ai qqes difficultés à assimiler, comment se fait il alors qu’à la fois elles soient victimes et maitresses. Ensuite je présume qu’avec un milliard il n’y aura plus de viol mais qu’avec 80 000 euros et bein là ce serait à nouveau les moyens qui manqueraient. Je propose une souscription, mais pour éliminer la bêtise. Comment se fait il que tous les deux mois un homme se suicide sans être ni CRS ni POSTIER, mais seulement marié à des vipères sans qu’aucunes des ayatollahs du féminisme ne s’en émeuvent ni les médias. pour l’affaire des suicides, presque tous le monde à acquit qu’il n’est jamais d’origine monocaule. En fait le pov garçon est tellement dépouillé de tout que seul le tout venant peut lui servir de masque à son imposture. Ce 3 décembre, il vient de se faire habiller pour le restant de ses jours.

  • lorsque je vois cette personne (chiappa ) spontanément je me demande si elle n’est pas arrivée à « avaler « ….? pour avoir tant de HAINE vis-a-vis des hommes.

  • c’est encore une magouille de ce pourri de Macron?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

L’isolement maladif peut conduire à toutes les déraisons en matière politique. À force de vouloir enchérir sur les propositions de leurs concurrents, — enfermés qu’ils sont par leurs œillères—, les candidats à la présidentielle s’arment de mesures de plus en plus isolées, comme le combat contre l’endométriose (Emmanuel Macron et Valérie Pécresse) ou des amendes pour les parents des filles de moins de quinze ans voilées (encore Valérie Pécresse).

En Afghanistan, cet isolement vire tout bonnement à la régression totalitaire, coupée de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles