Le petit business du féminisme officiel

Comment du monde associatif au business institutionnel, le féminisme est devenu un exemple d’entrepreneuriat politique florissant.

Par Frédéric Mas.

Pour l’économiste Burton Folsom, un entrepreneur est quelqu’un qui organise et conduit une activité commerciale en prenant sur lui le risque financier, alors que l’entrepreneur politique utilise de l’argent public pour faire du profit, ce qui limite considérablement sa prise de risque.

Nous pouvons ajouter d’autres caractéristiques à l’entrepreneur politique en nous inspirant de la théorie des choix publics : choisir l’entrepreneuriat politique, c’est viser la constitution d’une rente, c’est-à-dire d’une niche où le producteur peut écouler son produit sans subir les aléas du marché, grâce à sa capacité à tirer profit de la réglementation et de ses collusions politiques.

Entrepreneurs politiques et entrepreneurs identitaires

Parmi les entrepreneurs politiques, les entrepreneurs identitaires sont les plus en vue : ici, l’entrepreneur repère au sein du monde social une demande d’identité particulière, qu’il entretient par la propagande et la fabrique d’un discours idéologique (puis des revendications symboliques puis matérielles) taillé sur mesure pour le rendre visible dans le débat public.

Dans le jargon économique, il s’agit de fédérer une coalition. L’entrepreneur va ensuite pouvoir se vendre contre de l’argent public, du prestige et des postes à la classe politique et médiatique comme intermédiaire indispensable entre la coalition identitaire et le personnel politique.

Pourquoi les politiciens professionnels écouteraient davantage ces entrepreneurs plutôt que directement leurs électeurs ? C’est une leçon que tout étudiant en science politique connait, ou devrait connaître, et qui nous vient du grand politologue Mancur Olson : il est plus facile de mobiliser, par exemple pour élire ou faire élire, des petits groupes aux intérêts clairs et déterminés, que des grands groupes aux intérêts flous et peu solides.

Du coup, il vaut mieux s’adresser à une multitude de groupes d’intérêts aux revendications précises pour manœuvrer plutôt qu’à une foule générale qui n’a pas grand-chose à gagner au marchandage politique.

L’entrepreneur politique féministe

Tout cela peut apparaître abstrait, mais, vous allez le comprendre, c’est un petit business model, certes discret, mais très répandu en démocratie. Prenons le cas de Caroline de Haas, cette « militante féministe » qui ces derniers temps se retrouve sur tous les plateaux de télévision pour tempêter contre les mauvais féministes qui ne sont pas de son écurie. Madame de Haas est constante dans son engagement socialiste, depuis ses années à l’Unef et au MJS jusqu’aux instances dirigeantes du PS.

En 2009, elle participe à la création avec d’autres militants de gauche et d’extrême gauche de « Osez le féminisme », en profitant d’une opportunité politique, l’émotion suscitée par l’annonce faite à l’époque par Roselyne Bachelot de diminuer les crédits alloués au planning familial.

On commence par lancer une pétition qui fonctionne un peu comme un instrument de veille économique, puis on crée association, journal et cession de formation. Cette étape correspond à la mise en forme du discours idéologique et à la formation de la coalition, avec ses revendications politiques et symboliques. De l’univers associatif, on passe rapidement à celui de la professionnalisation, avec ses subventions, ses partenariats, ses permanents.

Le passage au gouvernement

C’est sans doute cette capacité à se poser comme l’intermédiaire féministe indispensable qui lui vaudra quelques années après d’être appelée par Najat Vallaud Belkacem au sein de son ministère des Droits des femmes de 2012 à 2013. En se faisant l’intermédiaire indispensable d’une coalition mobilisable et aux intérêts clairement identifiés, Madame de Haas peut ensuite négocier pour son commerce plus de prestige, de postes et de rétributions publiques.

Avec son passage au gouvernement, Caroline de Haas peut espérer transformer son travail associatif à l’origine très marqué à gauche en expertise aux yeux du plus grand nombre : c’est une étape importante dans la carrière du militant devenu entrepreneur politique, celle de la notabilisation, qui va lui permettre de trouver une légitimité que le militantisme pur ne lui donnait pas.

Caroline de Haas va créer ainsi une agence spécialisée, Egaé, qui se présente comme centrée sur l’expertise en égalité femmes hommes. Celle-ci va s’associer en 2016 avec Autrement conseil, une autre agence, afin de vendre à des partenaires publics et privés des conseils, de la formation et de la communication en matière d’égalité des sexes.

Les expertes

De cette association naîtront plusieurs initiatives, dont une a retenu notre attention, la création en partenariat avec des institutions publiques (dont France Télévisions et le CNRS) d’un annuaire à destination des médias, Les expertes, dont le but est de proposer « une base de données unique de femmes chercheuses, cheffes d’entreprises, présidentes d’associations ou responsables d’institutions » pour les journalistes.

Ainsi, avec l’onction de plusieurs institutions publiques, le féminisme devient officiel et se met en place pour produire de l’expertise auprès des médias. La rente paraît assurée : le féminisme officiel à la Caroline de Haas sélectionne et propose ses propres experts avec le label service public, se plaçant ainsi en situation dominante sur le marché de l’égalité femmes hommes. À une époque si soucieuse de combattre les fake news, cette subordination de l’expertise approuvée par l’État au militantisme laisse rêveur…

Résumons-nous : à partir d’une demande née au sein de la société civile, l’entreprise identitaire féministe ici décrite s’est attachée à la formater politiquement, et à l’institutionnaliser. En passant par l’étape politique, elle a pu s’acheter une légitimité scientifique qui lui permet de consolider sa place de porte-parole officiel du féminisme dans le débat public.

On comprend pourquoi la tribune des femmes cosignée par Catherine Deneuve a pu agacer Catherine de Haas et ses partenaires : en proposant un autre discours sur l’égalité femmes-hommes, moins agressif et surtout plus porteur médiatiquement, elle casse le business… en l’ouvrant à la concurrence.

Jouez avec vos émotions !

Bien entendu, rien n’est illégal dans l’entrepreneuriat politique, et ce business model appliqué ici au féminisme peut se décliner sous d’autres formes. On pense à celui de l’anti-racisme dans les années 80, à la défense des minorités, des communautarismes divers et variés ou aux vendeurs de solutions politiques sécuritaires aujourd’hui.

Pour conclure, ne perdons pas de vue que l’entrepreneur politique est quelqu’un qui profite de vos émotions politiques pour s’enrichir avec votre argent, à condition que vous lui accordiez du crédit. Ces émotions peuvent être légitimes. En l’occurrence l’égalité des sexes, tout comme la violence faite aux femmes, c’est très sérieux.

Seulement, l’intérêt de l’entrepreneur politique agit d’abord en fonction de ses intérêts avant de défendre les vôtres, et son intérêt sera toujours de souffler sur les braises de la discorde et des conflits identitaires pour faire marcher une boutique qui ne tourne que grâce à vos impôts et votre grande naïveté.