Grève du 5 décembre : la démagogie politique renforcera le rôle de l’État

La grève du 5 décembre ressemble à celles du passé. L’addition de revendications catégorielles permet de rassembler largement, chacun ne pensant qu’à ses propres intérêts et considérant que la collectivité doit les reconnaître comme légitimes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Biarritz SNCF By: Andy Wright - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grève du 5 décembre : la démagogie politique renforcera le rôle de l’État

Publié le 28 novembre 2019
- A +

Par Patrick Aulnas.

La grève du 5 décembre 2019 est une grève politique, comme tous les mouvements qui cherchent à rassembler largement. Le droit de grève permet en principe d’appuyer des revendications professionnelles en instaurant un rapport de force avec l’employeur. La notion de revendications professionnelles peut évidemment être interprétée plus ou moins extensivement. La jurisprudence en fixe les limites. Mais les organisations syndicales ont une propension à étendre le champ du professionnel dans le but de contester des décisions politiques. C’est le cas le 5 décembre prochain.

Principal motif : la future réforme des retraites

Le principal motif de la grève est la réforme des retraites, que souhaite proposer bientôt le gouvernement.

Il n’est pas question de se prononcer ici sur la pertinence ou non d’une réforme visant à uniformiser complètement à l’échelle du pays les multiples systèmes actuels. Mais toute personne de bonne foi, ayant conscience de la dimension macro-économique et démographique du problème, ne pourra que reconnaître la nécessité de réformer en totalité ou partiellement.

Les politiciens des générations antérieures avaient retenu une vision extrêmement optimiste de l’avenir économique et démographique, qui leur permettait de promettre des retraites élevées. Ils ont gravement failli à leur mission de défense de l’intérêt général par lâcheté politique ou, ce qui revient au même, par courtermisme électoraliste.

Nous sommes désormais au pied d’une paroi très difficile à escalader.

Ne pas dire la vérité

Tous ceux qui ont contesté les réformes antérieures, à caractère paramétrique, l’ont fait avec l’hypocrisie habituelle qui règne dans le milieu politique et syndical. Il ne faut jamais dire la vérité et rester si possible dans l’ambiguïté.

Il s’agissait pour les contestataires de défendre des intérêts catégoriels, voire des privilèges présentés comme des acquis, en feignant d’être les hérauts de la justice sociale. Par exemple, comment pouvait-on défendre le régime de retraite des conducteurs de train, adopté à l’époque des locomotives à vapeur ? Seule la capacité de nuisance de cette petite catégorie de salariés lui a permis de conserver ses privilèges, d’ailleurs payés largement par les contribuables.

Une  grève démagogique

On pourrait multiplier les exemples. La grève du 5 décembre ressemble à celles du passé. Elle est démagogique. L’addition de revendications catégorielles permet de rassembler largement, chacun ne pensant qu’à ses propres intérêts et considérant que la collectivité tout entière doit les reconnaître comme légitimes.

Autrement dit, « mes avantages particuliers doivent être financés par les autres, c’est-à-dire par l’État au sens large ». On pourrait écrire un dialogue de théâtre en parodiant Molière.

« Qui a creusé les déséquilibres financiers ?
– L’État.
– Et qui doit traiter les problèmes démographiques à moyen terme ?
– L’État, vous dis-je.
– Mais vous, de quoi êtes-vous responsable ?
– Mais de rien, je ne gouverne pas, je revendique.
– Qui est responsable alors ?
– Mais l’État, je ne cesse de vous le répéter. »

Quoi de plus politique ?

L’époque des tergiversations

Historiquement, les Français ont toujours eu l’art du blocage, suivi de révolutions ou de révoltes populaires. L’immobilisme jusqu’à l’explosion. Ce tempérament très politique leur permet de promouvoir systématiquement le rôle de l’État.

Le processus est bien connu.

Dans un premier temps, la demande porte sur le maintien des avantages ou l’octroi par l’État de nouveaux avantages financés sur fonds publics. Les politiciens cèdent par démagogie. Il faut bien se faire élire !

Dans un second temps, les déficits s’accumulent et le financement n’est plus assuré. Les politiciens tergiversent. Ils ont peur de réformer.

Dans un troisième temps, la cocotte-minute explose. Enfin, un homme fort émerge et l’autoritarisme règne. L’État en sort renforcé.

L’avenir n’est pas écrit. Mais nous sommes au moment des tergiversations.

Voir les commentaires (69)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (69)
  • La convergence des médiocrités au secours de l’État : c’est le mouvement perpétuel.

  • En effet la France ne se reforme pas par consensus.. l’histoire nous l’enseigne.;
    Quand louis XIV a tenté des reformes sur l’impôt qui ne touchait que le peuple , il s’est trouvé « empêché » par l’église ( l’administration) et la noblesse ( les politiques)… on connait la suite..
    La france est un pays ou on ne cesse de cumuler des avantages jusqu’à l’explosion..personne ne comprend qu’a un moment plus rien n’est justifiable..
    La particularité des services « publics » c’est qu’ils dependent intégralement des contribuables, et non pas de politiques qui ne font que passer..
    Alors quand j’entends des conneries genre la gréve par « procuration » alors que les avantages sont payés par le peuple, moi çà me fait braire..
    Pas un journaleux pour le dire!
    Il faudra bien faire tomber notre mur de Berlin a nous, je veux dire le statut des salariés du public , non régaliens.. syndicalisés a haute valeur de nuisance
    En ce sens je trouve macron plus pertinent que ceux qui l’ont précédé , et personnellement pour juger d’une action politique je regarde qui çà emmerde , plutôt que qui çà réjouit..
    je ne comprend pas pourquoi on accorde le droit de gréve a des gens qui sont payés par le contribuable

    • Beaucoup de gens sont payes par le contribuable ,pas que les fonctionaires.le probleme n’est pas le fonctionnaire mais l’etat . L’état permet aux fonctionnaires d’abuser de la greve ,alors ils’en abusent , tout le monde ferait pareil !

      • non , l’etat c’est le contribuable , rien d’autre

      • Quels sont les salariés non fonctionnaires payés par les contribuables ?

        • Au hasard tous les employés des sociétés qui ne vivent exclusivement ou presque de commandes du publique.

          Tous les employés des associations qui ne vivent exclusivement ou presque de subventions publiques.

          Tous les journalistes des journaux qui ne vivent exclusivement ou presque de subventions publiques.

          Vous voyez ça commence à en faire des salariés payés par les contribuables sans être fonctionnaire.

          Et encore j’en oublie, je n’ai pas la même imagination que l’État.

          • Tous ceux qui vivent de subventions sont des fonctionnaires. En fait, tous ceux qui ne créent pas leur salaire sont des fonctionnaires.
            A supprimer.

  • Plus d’État, plus d’impôts, plus de politiciens. Notre avenir est merveilleux!

  • Les fonctionnaires se mettent en greve, ce n’est pas bien, si dans le prive on fait greve , c’est legitime n’est ce pas ?
    Dans le cas present ,heureusement que les fonctionnaires ont du poids et feront reculer l’etat parceque cette enieme reforme consiste a diminuer encore les retraites sans pour autant empecher le deficit …..deficit qui serait largement comblé par l’arret des dépenses militaires et de transition énergétique et la mise en piece de l’agriculture et de toutes nos industries. Peut etre bien que nos fonctionnaires vont nous sauver , l’etat devant faire de bons choix pour se sauver.

    • @reac tout comme les nobles de l’ancien temps vous ne voyez pas la bombe sur laquelle vous êtes assis.

      • Il faut qu’elle explose cette bombe ,c’est obligatoire , on va sans doute souffrir mais c’est un mal pour un bien…de toute facon la France est foutue si on continue dans la meme direction ,le niveau de sovietisation a atteint son point critique .

        • @reactitude, certes, certes la bombe est prête à exploser. J ‘espère que vous n’avez pas trop souffert intellectuellement pour arriver à ce constat. Ceci étant, posez-vous la question qui à amené cette situation? Le privé ou la fonction public et pour vous rafraichir la mémoire, c’est encore le privé qui se serre la ceinture pour le public, pour les fonctionnaires ET PAS L’INVERSSE. Alors un tant soit peu d’humilité ne vous ferait aucun mal.

    • @réac oui le privé devrait s’aligner sur le public, réclamer ce que le public a acquis. C’est ça le progrès et non l’inverse.
      Cette jalousie à l’égard des fonctionnaires dont Aulnas se fait l’écho est une plaie.

      • Avec quel pognon ?
        Pas de jalousie envers les fonctionnaires mais raz le bol de l’abus de pouvoir de nuisance, de la politisation des mouvements par des syndicats qui n’ont pour but que de protéger leur fond de commerce. Et je n’aborde pas la productivité déplorable d’un certain nombre…

        • Avec quel pognon ? Mais avec le pognon de l’etat bien sur, le pognon qui sert aux homards ,a jouer les colons en afrique , a faire du tourisme avec sa cour, avec le pognon offert qui le demande meme pour jouer au boules etc

          • L’Etat n’a pas de pognon. Ce pognon n’est pas le sien. Il lui faut réduire sa main-mise partout, pour laisser un max de sous aux gens qui travaillent pour le produire. Les fonctionnaires ne produisent rien, ils ne sont là que pour pourvoir aux besoins vitaux de la nation, c’est-à-dire le régalien : police, armée, justice. TOUT le reste doit être géré par le privé, le seul qui crée des richesses et rémunère ses salariés normalement, salariés et entrepreneurs qui font vivre le système grâce à leurs besoins/envies.
            Donc tout ce qui est fonctionnaire en dehors du régalien doit être viré et doit entrer dans le privé = apprendre à produire, à être efficace.

            • @REAC 10H45 je me pose depuis de très, très nombreuses années une question, par quelle miracle les fonctionnaires pouvaient ils justifier un C.E. un 13 mois étant donné que ces derniers sont adossé aux bénéfices de la société, ainsi que tous les avantages indus dont vous bénéficié et que le privé paient jusqu’à votre retraite. Ainsi si une population en France est assistée c’est bien la fonction public. Depuis plusieurs décennies vous vous plaignez la bouche pleine. Et nous autres en avons marre de vos jérémiades d’enfants gâté !

            • @RAPHSUD oui et de toute urgence. Peut-être que ces si chèrs fonctionaires pourront nous expliquer entr-autre pour quelles raisons seul les infirmières du public font grève et celle du privé pas .
              Ainsi ont peut multiplier les exemples jusqu’ a plus soif. Les fossoyeurs du pays sont les élus et les fonctionnaires gavé d’argent privé.

              • J’aimerais aussi qu’ils nous expliquent pourquoi TOUT marche mieux dans le privé : écoles, agences d’intérim (par rapport à Pôle Emploi qui veut que les entreprises utilisent ses ROME pourtant délirants), services (tous les services de la fonction publique sont fermés quand le public est libre (ferment le midi et avant 17h !) là où le privé prévoit une plus grande amplitude horaire), etc etc etc.

            • @RaphSud Parce que le « privé » rémunère ses salariés normalement ? Ah, celle-là elle est bien bonne ! Vous êtes sans doute chef d’entreprise, à exploiter vos salariés en les payant au SMIG.

      • dans ce cas il faudra anticiper 20 millions de chômeurs

      • Hem, si je roule en petite citadine, que mon voisin se paie une belle voiture en puisant dans mon compte en banque et que je lui en veux, vous allez sans doute m’accuser de jalousie aussi j’imagine ? Parce que c’est exactement la même chose.

      • @Hélébore une pyramide de Ponzi ne fonctionne qu’avec les premiers entrants . Il est voué à exploser . Le plus tard le plus douloureux. Bien sûr les plus vieux et les morts dorment tranquilles , ça a marché …. pour eux …

      • @Hélébore « Réclamer ce que le public a acquis » Sauf que ce sont ces acquis, qui n’ont jamais été réactualisés selon les possibilités du pays mais au contraire toujours plus renforcés, qui coulent le pays aujourd’hui. Vous pensez normal de conserver la retraite à 60 ans donc de travailler 40 ans pour en vivre 30 à la retraite ? Et je ne parle pas de ceux qui partent à 55 ou 57 ans… Vous vivez sur quelle planète ?

      • 20 % des salariés, 80 % des cas de harcèlement professionnel (syndrome du petit chef inamovible). Pas forcément enviable…

    • Oui, et l’Etat compte sur l’opposition à la grève pour faire passer une réforme inique. Macron a déjà commencé sa com’ en faisant croire qu’il ne faisait que mettre fin aux régimes spéciaux.
      Ce type est d’un machiavélisme sans nom.

      • « l’Etat compte sur l’opposition à la grève  »

        L’opposition ? De qui : Des usagers ou des média ? Rappelez vous la gréve générale de 2016 : comment les média rapportaient-ils son déroulement ? Aussi bien qu’ils le feront pour les Gilets-jaunes.

    • Comment on peut être aussi rêveur (pour rester gentil).
      L’exemple de 95 l’a déjà démontré : la non réforme ou à la marge des retraites de la fonction publique et régimes spéciaux n’a pas empêché les réformes profondes des retraites du privé.
      Les réformes sont nécessaires pour pérenniser le système.
      Ce que tous le monde attend :
      l’équité totale, une retraite basée sur ses propres cotisations pour tout le monde…S’il y a des laissés pour compte, c’est un compte à part financé par les impôts, pour que tout le monde participe à la solidarité et pas seulement les retraités du privé.

      • ce qui laisse également songeur, c’est la nouvelle politique d’équité totale hommes femmes …. et pour ce qi concerne public privé tout d’un coup ça ne marche plus puisque les povs fonctionnaires rendez-vous compte sont contraint à être présent 27 heures hebdo. Un vrai esclavage.

      • faut-il pérenniser ce système par répartition, intenable pas essence et mis en place par Vichy ?

  • Tbon article . Et cette grève sera tres suivie . Tous les fonctionnaires que je connais la feront. Tout cela va mal finir .

  • La majorité des français dépendent directement de l’état. Les fonctionnaires, les retraités, les chômeurs; 5M+16M+1M sans compter les associations 1901, et les travailleurs de plus de 60 ans.
    Tout ce petit monde a intérêt que cela perdure. Et ils votent. Après moi, le déluge.

    • les retraités dependent des cotisants , nuance

      • Oui et de l’état pour l’organisation de la spoliation des « caisses » des autres …

      • non les retraites dependent de l Etat car le Systeme de retraite n est pas equilibré mais deficitaire. De plus, si l Etat n etait pa sla pour forcer les jeunes Generations a payer pour une retraite qu il ne toucheront jamais, le Systeme aurait deja explosé

        • aujourd’hui les retraites sont gérées par les partenaires sociaux, demain ce sera peut etre l’etat , et a terme les assurances

      • Mais vouloir expliquer cela à un fonctionnaire c’est comme si je voulais faire d’un âne un cheval de course

    • Vous oubliez les gouvernants, les médecins, les chefs d’entreprise qui -certains- n’en fichent pas une rame et ont des salaires exorbitant en surexploitant une main-d’oeuvre bon marché.

    • @gillib vous oubliez les étudiants, les locataires percevant une APL, les handicapés, les vieux n’ayant jamais cotisé, les gouvernants.. Et j’en oublie sans doute.

  • Si une majorité de l’opinion publique demasait une réforme des régimes specoaux, personne ne réclamait un grand système universel géré par l’ETAT.
    Dans cette affaire, l’Etat va se servir de régimes catégoriels devenus indéfendables pour passer une réforme qui relève du collectivisme le plus abouti. Tout en ayant, au passage, divisé un peu plus le pays.
    Quant à l’abus du droit de grève, bien sûr. Mais nous subissons sans cesse les conséquences d’un déficit croissant de démocratie.
    Sur un sujet qui concerne tout le monde, un référendum sur un projet bien ficelé (ce n’est pas le cas de celui-ci) aurait été souhaitable, et même indispensable.

    •  » Si une majorité de l’opinion publique demandait une réforme des régimes spéciaux, personne ne réclamait un grand système universel géré par l’ETAT. »

      • Ce qui m’interpelle dans la situation ainsi rendue en 2019 c’est que depuis aussi loin que je puisse me souvenir en France ont est en permanence dans des réformes. Et chaque nouveau venu reforme la reforme précédente et ainsi de suite. Juste ne perdre de vue que depuis 50 ans nous n’avons plus été dans une tel panade, et que chaque novelle reforme est pire que la précédente a coup de milliards.

  • Et tous les journalistes de droit comme de gauche répètent en choeur à longueur de journée que la réforme de la retraite pour passer à une retraite à points est une nécessité!!!

    NON ce n’est pas une nécessité car :
    – elle supprime les caisses de retraite complémentaires
    – elle va faire main basse sur les réserves des caisses complémentaires
    – elle augment et même double les cotisations des avocats et autres professions d’indépendants
    – elle désavantage les familles nombreuses
    – elle arnaque les veufs et les veuves avec une baisse drastique de la pension de réversion
    – au prétexte que les personnes vont changer souvent d’emploi, la retraite à points serait un progrès! non j’ai eu une carrière compliquée, entreprises privées, chômage, chargée de mission indépendant (dons régime des indépendants), contractuel au ministère de l’environnement, congé parental, temps partiel, titulaire à la DDE et j’ai pu régler ma retraite sans aucun problème.
    – tant que les agriculteurs et d’autres professionnels toucheront une retraite inférieure à celle qui est allouée aux migrants qui n’ont jamais cotisé en France, ce sera un scandale
    – pourquoi ne fait on pas la chasse à la fraude notamment les plus que centenaire Algériens qui habitent en Algérie et qui continuent à toucher une retraite bien que morts?
    – et j’en oublie…

    • Oui et la communication sur les déficits vise à faire accepter une réforme qui n’est nécessaire que pour la fonction publique et les régimes spéciaux. Les précédentes réformes étant suffisantes pour le reste.

    • vous avez des milliards de deficit par an et vus preconisez comme solution de traquer les faux centenaires en algerie …Admettons que chaque pseudo centainaire touche 2000 €/mois (ce qui est deja enorme) et qu il y ait 10 000 faux centenaires (la encore enorme). On obtient une depense de 240 millions. Probleme, c est que le deficit se joue en dizaine de MILLIARDS, soit 50 fois plus !
      Autrement dit, meme avec mes chiffres gonflés, vous avez resolut 2 % du deficit !!!

      PS: pour les pensions de reversions, on devrait faire comme en Suisse. Au moment de liquider sa retraite, on demande si Reversion ou non. Si oui, la retraite diminue en fonction de l age de madame (autrement dit si vous demandez une pension de Reversion pour votre femme qui a 30 ans de moins que vous, vous toucherez moins. Si vous etes pour l egalite des sexes et pas de Reversion, vous touchez plus)

    • « elle arnaque les veufs et les veuves avec une baisse drastique de la pension de réversion »

      Remarquez que pour un célibataire c’est la pension de réversion qui est une arnaque puisque sa cotisation sert à payer celle des autres sans avoir le droit, lui, de désigner un bénéficiaire.

      • facile a 70 ans vous epousez une femme de 22 ans
        10 ans plus tard (a votre mort) elle est a la retraite surtout si vous êtes fonctionnaire (pas de plafond)

        • Par les temps qui courent ce mariage à but lucratif risque d’être requalifié en abus droit et traité comme une fraude. D’autant plus que cela évite aussi les droits de succession.

          • @MC2 OK. OK. mais l’inverse n’est plus vrai ???? et donc le gamin qui a » épousé « maman là c’est n’est pas de la fraude d’autant plus quand il y a en même temps « Alexandre entre les deux dans le même lit???. les bras m’en tombent!

          • À mesure, contre-mesure 😉

    • @lapaladine, démontrez votre thèse si vous le pouvez. a défaut c’est de l’abus de pouvoir sinon de la désinformation. D’autre part, si vous étiez informé vous sauriez que nous payons le pétrole et le gaz Algérien environs 10% plus chère que le cours du marché au titre de réparation des blessures du colonialisme. merci

  • Même si les régimes spéciaux étaient supprimés, c’est le con tribuable qui financerait.

  • Je suis professeur des écoles. Je suis le seul à ne pas faire grève dans mon école. Mes collègues me regardent comme un extraterrestre : « mais pourquoi tu ne fais pas grêve ? ». Ma réponse : « je ne suis pas persuadé que la réforme proposée soit une terrible injustice ». Réponses : – « mais tu ne la vois pas l’injustice ! » (traduction : tout ce qui n’est pas dans mon intérêt est une terrible injustice) ; « en plus, l’argent, il y en a, ils savent les trouver quand il faut sauver les banques » (traduction : la richesse est quelque chose qui se créée tout seul, l’économie consiste simplement à partager un gâteau donné d’avance).

    • je présume que vous aviez Brigitte comme prof durant votre scolarité.

    • Bravo pour votre intégrité. Car l’7n des nombreux problèmes avec la fonction publique, c’est l’esprit de corps. J’espère qu’ils ne vous feront pas payer votre différence. Ceci dit, vu que l’établissement sera bloqué, ça ne changera rien.
      Et quels sont leurs arguments factuels sur l’injustice, où la voient-ils ?
      Savent-ils que les banques ont payé des intérêts, que l’état a récupéré plus qu’il n’avait prêté ?

  • Je viens de lire presque tous les commentaires (59 en ce moment…) et je constate que chaque auteur à raison dans les idées avancées. Je rajouterai, simplement, qu’ayant beaucoup voyagé, pas seulement comme touriste , mais professionnellement, j’ai rarement vu un pays aussi « assisté » que le notre! Exemple: Il ne neige pas sur les Alpes cet hiver? Allez Hop, c’est la faute de l’État! Donc ….Subventions (aide…). Il ne pleut pas cet été sur telle ou telle région, et bien c’est évidemment la faute de l’état! Donc….Aide! Des exemples comme ceux-là sont légions! Or, dans tous les autres pays hors Europe, il y a un séisme, une coulée de boue, une catastrophe naturelle? Le leitmotiv est: « Aide toi et le ciel fera le reste! » Évidemment que les états « interviennent », mais en participant et NON en prenant en charge TOUS les dégâts! C’est là qu’intervient « La solidarité » de TOUS! M. Patrick Aulnas à entièrement raison dans ses propos, et le « processus » qu’il décrit est parfaitement minuté! Nous n’en sommes, hélas, qu’au début! Reste à savoir QUI SERA L’HOMME FORT qui viendra mettre de l’ordre dans cette fourmilière? Étonnez nous Messieurs les Politiques! Mais attention à l’argument « massue » des années 60 prononcé par un humoriste: « Les politiciens, peuvent être comme les denrées chez le commerçant: s’ils ont une étiquette, c’est qu’ils sont à vendre! » A méditer……

    • votre rédaction et vos observations ainsi que le respect de la grammaire, sont très objectives et donnent du plaisir a vous lire. Non pas pour résumer votre prose, mais il est indéniable que depuis qu’un certain laaaaaaaaaaaaang avait décidé en partenariat des syndicats et du grimpeur que » tous les élèves » devaient avoir le bac via le nivellement par le bas, seul le numérus clausus comptant que pouvait ont attendre d’autre. Mais pas que, il y avait également les petits garçons marocain qui les intéressaient avec le frederic….bien nommé et tant d’autres . En conséquences vous pouvez bien imaginer que le cognitif des élèves était le dernier de leur soucis. Ceci expliquant cela.
      Cordialement

  • Merci à Patrick Aulnas pour nous avoir relaté sa vision de l’avenir économique de la France; un avenir bien sombre que je partage.
    Dans un passé pas si lointain, notre pays a traversé plusieurs crises économiques graves et, chaque fois, la planche de salut a été la dévaluation de notre monnaie – le Franc – de façon à obtenir l’effacement partiel de l’endettement de l’État et ….. des français!
    Au cours du XXème siècle, le Franc français a été dévalué 17 fois :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9valuations_du_franc_fran%C3%A7ais
    Dans la configuration économique actuelle, non seulement la dévaluation de l’Euro est impossible à envisager mais, en plus, nous risquons d’être confronté à une augmentation des taux d’intérêts.
    Le tout, dans un contexte de désindustrialisation source de chômage et de dépenses supplémentaires liées à une immigration illégale de plus en plus difficile à maitriser…..

    • @Duglandin, pourriez-vous envisager de tenir ces mêmes propos sur un plateau de télé ? cela me rendrais un immense service. J’ose espérer que M. le pen et ainsi que meluch, les anti européens vous lirons. Sans l’Europe nous eussions dépassé la Grèce en terme d’échèque. Pour infos b. le maire a vendu en début d’année pour 800 000 000 ( huit-cent-million ) d’or . Les pays du nord protestant ( tien tien, n’ont pas nos problèmes ni d’argent ni de sexe ni de réussite.
      Cordialement.

  • Monsieur OLLAS, je suis surpris par votre raccourci catégoriel .En conséquences, celles et ceux qui ne se reconnaissent dans aucune d’entre elles, sauf à être con-tributeur contraint, et concitoyens de cette société que leur proposez-vous? Hélas nous découvrons chaque jour de façon empirique que pour alimenter la machine tout est bon quitte à perdre son âme. Nous sommes clairement à la fin d’un système.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie i... Poursuivre la lecture

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles