Lille : François Hollande censuré par l’extrême gauche

La liberté d’expression n’a pas seulement mauvaise presse auprès de nos dirigeants. Elle est aussi la cible des groupuscules radicaux, identitaires ou gauchistes qui ne supportent pas le pluralisme démocratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lille : François Hollande censuré par l’extrême gauche

Publié le 14 novembre 2019
- A +

Par Frédéric Mas.

François Hollande devait s’exprimer mardi 12 novembre à l’université de Lille 2 sur la crise de la démocratie. La conférence n’a cependant pas pu commencer. En cause, l’irruption d’une cinquantaine de militants d’ultra-gauche qui a dégradé la salle et détruit les exemplaires du dernier livre que l’ancien président de la République venait présenter.

Si l’objectif des manifestants était d’illustrer le propos de l’intervenant, c’est une réussite totale. Comment la foule déchaînée en est-elle venue à considérer le placide et très social-démocrate François Hollande comme un héraut de l’ultralibéralisme du capitalisme le plus débridé1, une sorte de monstre à qui il fallait à tout prix interdire la parole ?

La liberté d’expression ciblée par les groupuscules radicaux

La liberté d’expression n’a pas seulement mauvaise presse auprès de nos dirigeants, qui depuis des décennies ne font que revenir sur cette liberté fondamentale au nom de la guerre contre le terrorisme et du tout sécuritaire. Elle est aussi la cible des groupuscules radicaux, identitaires ou gauchistes qui ne supportent pas le pluralisme démocratique et cherchent à caporaliser les universités, parfois avec la lâche complicité du personnel universitaire.

Ici, il semblerait que les censeurs soient des syndicalistes, visiblement assez peu versés dans le dialogue, qu’il soit social ou non. Parce qu’ils sont défaits dans les urnes et incapables de justifier leurs privilèges sociaux, bon nombre d’entre eux en sont réduits aux techniques fascisantes du blocage, de l’émeute et de l’intimidation.

Au nom de l’émotion suscitée par le suicide par immolation d’un étudiant à Lyon en face d’un CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires), les manifestants légitiment la violence et la pression pour interdire tout débat au sein même de l’université, lieu par excellence du savoir et des échanges.

Dictature des émotions

Cette dictature des émotions, qui prend le pas sur le règne de la raison, est un signe de l’époque. Comme le rappelait Jonathan Haidt et Greg Lukianoff dans The Coddling of American Mind, c’est même un trait propre à la dégradation du débat public contemporain. Les émotions ont toujours raison sur les émotions – ou les passions – quel que soit le contenu cognitif du message opposé. La dictature émotionnelle est au cœur de la polarisation des clivages idéologiques et de l’étiolement de la discussion rationnelle.

La démonstration bruyante des manifestants n’est pas seulement le signe du déclin de la liberté d’expression et de la raison dans notre pays : elle a aussi pénalisé très concrètement un entrepreneur méritant, la librairie universitaire Meura, bien connue des Lillois. Comme toujours dans les happenings gauchistes, ceux qui trinquent ne sont pas forcément les plus médiatisés.

En effet, dans leur rage totalitaire, les manifestants ont détruit les exemplaires du livre que François Hollande devait dédicacer. Ces exemplaires étaient vendus par une librairie indépendante qui ne méritait certainement pas l’autodafé. J’ai moi-même été étudiant en droit à Lille 2 et fréquenté la Librairie Meura, que ce soit pour acheter mes manuels ou pour le plaisir.

S’il y a bien une entreprise qui ne méritait pas ce genre de dégradation, c’est bien l’équipe de la librairie Meura. On espère que les syndicats impliqués dans cette opération de destruction honteuse auront la décence de rembourser ce qui s’apparente à un acte de barbarie. S’en prendre aux livres rappelle malheureusement des temps moins glorieux.

 

  1. En France, le libéralisme est nécessairement ultra, et le capitalisme nécessairement débridé.
Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Ce qui est scandaleux également, c’est la réaction de Hollande, qui dénonce mais « comprend ». Toujours ce besoin de synthèse des socialistes.

    • Il est fidèle à ce qu’il a toujours été.
      Le bouquin de deux journalistes du Monde (« un président… ») montre bien qu’il est capable – en privé – de poser de bons diagnostics (risque de partition par exemple) mais qu’il est rigoureusement incapable d’action, rigoureusement incapable (comme la plupart des politiciens) de faire régner l’état de Droit.
      Ce qui était pourtant sa fonction première.
      Son successeur est dans ses traces. Fort avec les faibles, faible avec les forts….

  • La ‘vraie’ gauche montre son vrai visage: le fascisme!

  • Antifas, Black-Block, attaque systématiq

  • Ces actions intolérantes de la part de groupuscules gauchistes sont effectivement choquantes mais ceux , comme moi, qui étaient étudiants dans les années 70, soit un peu après mai 68 se rappellent que ces groupes gauchistes étaient installés dans les universités (« Rouge », le PSU etc …) et qu’on ne risquait pas de s’offusquer de la censure d’un conférencier car aucun qui n’était pas de cette mouvance n’aurait pris le risque de pointer son nez dans une université. Pendant toutes mes années universitaires (et je n’étais pas dans la plus politisée) pas une fois je n’ai vu un tract (on en avait tous les jours) qui n’était pas de l’idéologie dominante, de gauche (rarement) ou d’extreme gauche (le plus souvent). Voila la réalité de nos belles universités de l’époque ou ne régnaient pas, c’est le moins qu’on puisse dire, la tolérance et la liberté d’expression.

    • Même après les années 70 … D’accord avec vous sauf qu’ à l’époque le support du discours était purement « politique » au sens Trostskiste, Maoiste .. avec un sacré boulet au pied : la réalité des régimes russe et/ou chinois qui était quand même connue. Aujourd’hui les supports se sont multipliés Végan, Extinction/Rébellion etc…basés en grande partie sur le Vert et l’avenir de la Planète. Imparable. Et tout le monde s’y met (en France et Europe surtout mais pas que …), droite, gauche confondues à l’exception …..du Parti Communiste pour l’instant.

      • Le Parti Communiste s’en fout. Il n’y a plus d’enjeu pour lui puisque la France est à 85% communiste (et je suis gentil…). A peu près tout le monde en France est communiste, communiste de droite ou communiste de gauche, et il n’y a plus aucun débat réel car le PC a gagné la guerre froide en France.
        Il est bien seul en Occident, mais se tirer des balles dans le pied ou se mentir à soi-même est un sport national qui mériterait de devenir discipline olympique, histoire d’assurer à la France quelques médailles d’or récurrentes.
        😉

  • Presque aussi amusant que le jour il c’est fait enfariné…sur le fond ,utiliser l’universite pour faire la promotion commerciale d’un bouquin difficile a vendre ne pouvait que réveiller nos etudiants revolutionnaires . hollande ,le dernier socialiste qui ose encore sortir en plein jour au lieu de raser les murs pour porter la bonne parole en ex terre socialiste et en plus pour causer democratie ! !

  • Antifas, black-block voir syndicats étudiant, les militants de gauche sont de toutes les manifestations depuis 20 ans pour casser, détruire, menacer, censurer.
    Ils s’attaquent aussi systématiquement aux groupes ou personnalités classées « pas suffisamment à gauche » comme Alain Finkielkraut, des journalistes comme Andy Ngo, la bibliothèque « Nouvelle Librairie » qui prétend offrir une littérature pluraliste voir de simples groupes qui manifestent paisiblement pour défendre une chose qui ne plaît pas à cette islamo-gauche anticapitaliste et marxiste.
    Quant à la violence de « groupes radicaux » ou « identitaires » non-gauchiste dont nous fait part l’auteur, ça doit bien exister mais à l’état de traces infime comparées à cette gauche qui utilise les mêmes méthodes que les Hitlerjugend sous l’œil humide et complaisant de leurs parents bourgeois bohème qui forment le gros de l’élite gouvernante.

    La bonne et la mauvaise nouvelle, c’est qu’ils se radicalisent et leur spectre « d’ennemis » s’est considérablement élargi allant même jusqu’à des personnalités de gauche. C’est une bonne nouvelle car leur caractère fasciste devient difficilement niable même pour certains ahuris de gauche, c’est une mauvaise parce que leur violence a un impact très fort sur l’expression libre d’opinions « non-compatible » avec l’islamo-marxisme anticapitaliste.

  • C est le meme genre d « etudiants » qui ont fait interdire une representation de theatre sous l accusation de racisme car reproduisant un comprotemant des USA il y a 100 ans (black face). L auteur de la piece etait un grec … de l antiquité

  • François hollande ne mérite meme pas un article

  • Ou quand un destructeur de la démocratie se fait censurer par plus sectaire que lui…

  • Ces casseurs rembourseraient ❓ Il va falloir courir vite, même très vite.
    Ces crétins ont-ils envisagé un instant qu’ils pourraient devoir commander leur livres par Amazon suite à la disparition de la librairie locale ❓ Ce qui serait jubilatoire…
    Mais à mon avis, plus besoin de livres, on distribue les diplômes comme les barils de lessive, en promotion…

  • C’est vraiment la Pétaudiére cette Vème République.Française.

  • Les nervis Nazo-Gochos débordent leurs créateurs, Tel est pris qui croyait prendre. Mais c’est la France qui va crever car les Nazo gochos soutiennent aussi ouvertement le nazislamisme et leurs troupes d’occupations déjà présentes sur le territoire métropolitain. Macron, E Philippe et Castaner reste muet, au beau milieu de ses attaques, des lâches ou des ordures complices ? nous n’allons pas tarde a le savoir.

  • Ce qui serait bien, c’est que le syndicat impliqué soit tout simplement dissout et interdit d’exercé à cette université… Pardon, nous sommes en France, et ce n’est pas possible… ^^

  • Bon article, mais j’ai un peu de mal avec la petite musique sur le mode « C’est une petite librairie elle méritait pas ça », et qui rappelle l’indémodable « Pourquoi ils brûlent nos voitures, nous on est pauvres ».

    La pauvreté érigée en vertu, l’idée qu’il est moins grave de s’en prendre à un riche qu’à un pauvre : une idéologie si profondément ancrée dans notre communauté nationale qu’elle se retrouve sous la plume d’un auteur libéral de Contrepoints, sans doute à son corps défendant. C’est plutôt savoureux.

    Donc je me permets de rappeler une évidence : l’acte aurait été tout autant insupportable et tout aussi vil s’il avait visé une grosse maison d’édition turbo-capitaliste. On ne détruit pas la propriété privée, point.

    • On ne detruit pas la propriété privée…… faudrait en parler a qui de droit ,le ministre de l’injustice par exemple ,le ministre de l’intérieur sombre de la republique , le ministre de l’écologie punitive etc ….j’oubliais le sinistre des finances , plus 20% de taxe fonciere c’est ce qui manquera pour conserver son patrimoine

    • tout à fait…
      c’est comme l’hommage rendu à la vraie écologie quand on critique les écologistes..

      .

  • Que fait l’Etat?
    Il doit réagir sans excuser qui que ce soit!
    Ces actions me rappelle la façon dont des gauchistes ont viré brutalement de la cafetaria de la fac de droit de Dijon en 1970 des membres de l’Action française au nom de » la liberté « !
    Tout le monde doit pouvoir s’exprimer que ce soit Hollande ou Madame Jospin ou d’autres encore.
    La peur et la lâcheté n’annoncent rien de bon.

    • l’instruction est publique et étatique …
      PAR NATURE, elle rejetera ou acceptera de rejeter tout élément non collectiviste.

      les grands défenseurs de l’ed nat ou de la sécu passent leur temps à les critiquer sinon à les dénoncer..

  • Je suis pour la liberté, liberté de s’exprimer en particulier. Ceci dit il faut reconnaître que le spectacle de quelqu’un, qui après avoir eu tous les pouvoirs pendant cinq ans alors qu’il n’a jamais représenté plus de 15 % de l’électorat, et qu’il a montré son sectarisme et une nullité abyssale, vient vous expliquer pourquoi la démocratie ne fonctionne pas, a de quoi scandaliser la personne la plus sereine.

    • Donc vous êtes pour la liberté d’expression à géométrie variable… Un peu comme les guignols qui ont tout saccagé quoi.
      Bien que je ne supporte pas le personnage, l’action de ces moins que rien est encore plus insupportable…

  • Aller, des petits surnoms pour se défouler, Hollandouille, Patapouf, Flamby, Culbutot, Fraise des bois à votre tour…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles