Effrayons les cambrioleurs !

Les cambrioleurs américains ne veulent pas avoir affaire à un résident lors d’un cambriolage alors que leurs homologues européens s’en fichent.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Burglar by Photo Jean(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Effrayons les cambrioleurs !

Publié le 19 août 2019
- A +

Par Philippe Lacoude.

Au détour d’une conversation, j’apprends qu’un de nos amis libéraux français a été victime d’une tentative de cambriolage pour la seconde fois en deux ans alors qu’il était présent à son domicile.

Ceci m’inspire un certain nombre de réflexions immédiates. En tout premier lieu, la surprise devant une telle malchance. Vivant aux États-Unis, je n’entends pas souvent parler de cambriolages. Ils sont peu fréquents. Dans ma Virginie, il n’y a que 218 cambriolages annuels pour 100 000 habitants contre plus de 900 pour 100 000 ménages en France en 2016, soit à peu près le double.

Statistiques françaises, statistiques européennes

Ce qui est surprenant lorsqu’on regarde les statistiques françaises, c’est que, comme notre ami, près de 15 600 ménages français sont cambriolés deux fois dans la même année (!) en moyenne annuelle sur la période 2008-2016. J’imagine que bien que leurs victimes soient averties du danger, les cambrioleurs ressentent une certaine impunité qui les conduit à revenir finir le boulot.

En encore, ces chiffres sont difficiles à comparer car, aux États-Unis, les autorités comptent tous les cambriolages – y compris non-résidentiels et y compris les tentatives – dans ces 218 cas alors que les chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et du ministère de l’Intérieur ne comprennent que les cambriolages de la résidence principale. Si on essaie de normaliser ces définitions disparates, on a probablement à peu près trois fois plus de cambriolages en France que dans mon État de Virginie.

Pour retrouver des taux au niveau français, il faudrait aller dans des États moins conservateurs ou dans des grandes villes comme La Nouvelle-Orléans, Baltimore, Chicago, Saint-Louis ou Détroit, qui souffrent toutes des mêmes maux, c’est-à-dire un mauvais emploi de la police, une justice laxiste, des services sociaux débonnaires et une population sinon passive du moins résignée.

En France, pour les cambriolages et pour les tentatives de cambriolage (y compris avec effraction), seuls la moitié, 51 %, sont déclarés. Dans presque un cas sur dix, les ménages déposent une main courante ou abandonnent. Pour les vols sans effraction visant les résidences principales des ménages, dans 67 % des cas, les ménages victimes ne se sont même pas déplacés au commissariat ou à la gendarmerie. Parmi le dernier tiers, 8 % des ménages ont déposé une main courante ou ont abandonné leur démarche en 2016 ! Il n’y a donc que 24 % des vols sans effraction visant les résidences principales qui sont déclarés. A contrario, aux États-Unis, environ trois quarts de tous les cambriolages de maisons y compris avec effraction ont été signalés à la police même lorsqu’aucun résident n’était présent à la maison.

Comme les autres crimes, il y en a toujours beaucoup trop aux États-Unis. Mais ils se font plus rares, beaucoup plus rares : le nombre de cambriolages en 2017 a diminué de 27,4 % par rapport aux données de 2013 et de 37,1 % par rapport à l’estimation de 2008. Cela a de multiples causes : l’amélioration des méthodes de la police, l’augmentation du nombre d’officiers et l’augmentation des mesures de sécurité des citoyens.

Sans surprise, en France, l’évolution est inverse sur la période avec une hausse des cambriolages de la résidence principale en hausse de 15 % entre 2007 et 2016. Bien sûr, le laxisme ambiant n’a rien à y voir et la police veille, mais « en conservant une saine retenue apte à garder les esprits calmes et la paperasserie maigre », nous dit HSeize.

Certes, les chiffres américains bruts du cambriolage sont considérables : à l’échelle du continent, en 2017, le FBI estimait leur nombre à 1 401 840, en baisse de 7,6 % par rapport aux données de 2016. Ce qui fait la bagatelle de 160 cambriolages à l’heure !

Mais c’est assez peu si on rapporte ces chiffres au nombre de foyers – je traduis household par foyers – ou au nombre de logements (dwellings). Selon l’échantillon de données publiques (Public Use Microdata Sample ou PUMS) de l’étude des communautés américaines (American Community Survey ou ACS) du bureau fédéral du recensement (U.S. Census Bureau), il y a environ 135 millions de logements. Ils ne sont donc cambriolés qu’une fois tous les 96 ans, en moyenne ! Comme il y avait, en 2017, environ 126 millions de foyers, la famille américaine moyenne est cambriolée tous les 90 ans. Et, encore, ces chiffres sont très surestimés car les cambriolages de propriétés résidentielles ne représentent que 67,2 % de toutes les infractions concernant les cambriolages.

Si les tentatives de cambriolage sont au nombre de presque 3,7 millions aux États-Unis en 2014, la famille américaine moyenne attend donc plus de 30 ans pour en être victime… Encore une fois, si on ne garde que les cambriolages de propriétés résidentielles, on tombe à une tentative tous les 50 ans en moyenne. Le Far West n’est plus ce qu’il était !

Les cambrioleurs entrent quand vous êtes présents

Là où ça devient intéressant, c’est que contrairement à la France, la vaste majorité des cambriolages se produit entre le milieu de la matinée et la fin de l’après-midi. Le cambrioleur cagoulé qui entre la nuit par effraction relève davantage du cinéma hollywoodien que de la statistique.

Aux États-Unis – pour des raisons évidentes que je laisse à la sagacité des lecteurs – les cambrioleurs font attention à ce que leur cible soit vide de ses habitants : sur la période 2003-2007, seulement 27,6 % des tentatives de cambriolages ont lieu lorsque les résidents légitimes sont présents ! Si on regarde non plus les tentatives de cambriolages mais les « vrais » cambriolages avec effraction (forcible entry), un résident légitime n’est présent que dans seulement 15,5 % des cas, soit environ 175 800 fois par an, un chiffre très faible à l’égard de la population du continent.

Pour comparaison, en France, 43 % des tentatives de cambriolages et 54 % des vols sans effraction ont lieu alors que les résidents sont présents selon les enquêtes de l’INSEE et de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP). Les cambrioleurs entrent tranquillement chez leurs victimes quand les portes sont ouvertes. En fait, dans 8 % des cas, le ou les voleurs s’introduisent par la ruse en se faisant passer pour un représentant, un agent EDF ou un policier. En France, on fait connaissance : sans distinguer cambriolages et tentatives, 11 % des ménages victimes déclarent avoir vu, et 6 % avoir entendu, un ou plusieurs des criminels !

La France n’est pas un cas isolé en Europe : les cambrioleurs commettent leurs crimes alors que les victimes sont présentes dans 53 % des cas au Royaume-Uni !

Les cambrioleurs sont très sensibles au risque

Aux États-Unis, les cambrioleurs font une tentative mais prennent la poudre d’escampette dès qu’ils s’aperçoivent qu’ils vont affronter un habitant légitime de leur cible. Selon le Bureau des statistiques judiciaires (Bureau of Justice Statistics), dans le cas contraire – c’est-à-dire quand le cambriolage a lieu alors que les habitants sont présents – les deux cas les plus communs sont ceux issus d’erreurs d’appréciation : soit le délinquant entre dans une résidence en croyant à tort que personne ne s’y trouve (et une confrontation a lieu entre un résident et le délinquant), soit un membre du ménage rentre chez lui alors qu’un cambriolage est en cours (et une confrontation a lieu entre lui et le délinquant).

Clairement, les statistiques nous indiquent sans ambiguïté que les cambrioleurs américains ne veulent pas avoir affaire à un résident lors d’un cambriolage alors que leurs homologues européens s’en fichent.

Avec plus de 400 millions d’armes à feu dans les ménages aux États-Unis, on peut les comprendre. Ils ont probablement peur de faire face à un citoyen armé.

C’est une hypothèse raisonnable mais est-elle réfutable ?

Si les cambrioleurs ne réagissaient pas à la menace physique, ils cibleraient toutes les tranches démographiques dans la même proportion.

Évidemment, ce n’est pas le cas. Si on étudie les données 2003-2007, les ménages composés de femmes célibataires avec des enfants avaient les taux les plus élevés de cambriolage alors que quelqu’un était présent. Les foyers composés d’hommes célibataires étaient plus susceptibles que ceux composés de femmes célibataires de faire l’expérience d’un cambriolage alors que personne n’était à la maison mais – dès qu’ils étaient présents chez eux – les hommes célibataires étaient moins susceptibles que les femmes célibataires d’être victimes d’un cambriolage. Et pour finir, les ménages composés de couples mariés sans enfants avaient les taux les plus bas des deux types de cambriolage – quand personne n’était à la maison (14 pour 1000 ménages) et quand un membre du ménage était présent (4 pour 1000 ménages).

En d’autres termes, on ne peut pas réfuter l’idée que les cambrioleurs sont insensibles au risque : au contraire, tout semble indiquer qu’ils préfèrent n’affronter personne, ou alors une femme seule, ou à défaut un homme seul mais jamais un couple, surtout un couple sans enfant.

Les cambrioleurs sont donc très sensibles au risque.

Ceci est tellement vrai que la probabilité qu’un logement de « pauvres » (20 à 30 000 euros annuels de revenus) soit cambriolé lorsqu’un résident légitime est présent est deux fois plus élevée que pour un logement de « riches » (plus de 65 000 euros annuels de revenus) ! En d’autres termes, bien qu’il y ait – a priori – plus à voler chez les riches que chez les pauvres, les cambrioleurs ciblent les pauvres. Pourquoi ? Parce que chez les riches, ils seront confrontés à davantage de police, de systèmes d’alarme, de caméras et, surtout d’armes à feu !

En France, ce sont au contraire les ménages les plus aisés qui sont le plus souvent victimes… Même en excluant les résidences secondaires, les 25 % de Français aux revenus les plus élevés ont 35 % de malchance de plus d’être victimes que les 50 % de Français les moins riches !

Ceci ne signifie pas qu’il n’y a jamais de violence aux États-Unis lors de cambriolages. Cependant, elle est limitée par le risque que les propriétaires se défendent. Seulement 7,2 % des 3,7 millions de tentatives annuelles de cambriolages sur la période 2003-2007 se sont soldées par des violences. À peu près un tiers de ces 7,2 % représente des violences armées. Sur ce, seulement 12,4 % des cambrioleurs portaient une arme à feu. Lors d’un cambriolage avec violence, le ou les cambrioleurs n’étaient des inconnus que dans 27,5 % des cas ! Le reste du temps, les perpétrateurs étaient des membres de la famille, des « amis » ou des connaissances.

Tous ces chiffres tendent vers une conclusion : comme l’avait prédit le prix Nobel d’économie Gary S. Becker, le criminel réagit à la structure des coûts et des risques auxquels il fait face comme n’importe quel agent économique. Si on veut réduire les cambriolages, à défaut d’en réduire les gains en se privant de belles choses, on peut en augmenter drastiquement le coût avec davantage de police, des peines plus longues et, pourquoi pas, des citoyens bien armés.

Voir les commentaires (95)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (95)
  • Mon fils habite la Caroline du Nord. Je rendais visite avec lui à un de ses amis qui retapait une maison achetée en plein milieu de nulle part. Ayant observé que la profusion de matériel de menuiserie pro installée dans le futur séjour se voyait très bien de l’extérieur, j’ai demandé au propriétaire s’il ne craignait pas d’être cambriolé. Avant qu’il n’ai eu le temps de répondre, mon fils m’a dit « Tu sais, Papa, par ici, cambrioleur est un métier à risque … ». Dont acte.

  • des peines de prison plus longues…..quel intérêt ? en douce France , on les prive de libertés mais c’est tout ; la racaille incarcéré trouve tout ce qu’elle veut , drogue , portable , ils ont la télé , bientôt ils auront le droit de vote ……et quand ils sortent ils recommencent ; seule solution , des citoyens armés comme l’auteur le préconise ;

    • claude henry de chasne
      19 août 2019 at 9 h 40 min

      et des consoles de jeu meme

    • Et cela relance le débat sur les armes. On sait pourtant bien que plus les gens sont armés, plus le nombre d’homicides par armes à feu augmente. (Il ne faut pas regarder le nombre d’armes à feu en circulation mais le nombre de personnes possédant une arme à feu. La corrélation est sans appel).
      Les systèmes d’alarme, c’est bien joli, mais encore faut-il que les gens aux alentours réagissent. J’ai eu le cas où j’ai été voir la maison des voisins qui sonnaient, tous les autres du quartier ne bougeaient pas. Dans ce monde où c’est chacun pour soi, tout le monde se lave les mains de ce qu’il arrive à son voisin.

      • Avez-vous lu l’article en lien ? C’est édifiant : en pratique, quand ça sonne si le cambrioleur est malin ça ne sert à rien qu’un voisin se déplace (sauf éventuellement lui permettre de se prendre un coup), il ne pourra rien faire (légalement).
        Quant à armer les citoyens, c’est le meilleur moyen pour leur permettre de découvrir (à leurs dépens) la qualité de notre système judiciaire.
        Quelques références :
        https://www.contrepoints.org/2018/03/07/311259-cambriolage-propriete-privee-ne-comptez-plus-police
        http://www.leparisien.fr/alpes-maritimes-06/nice-un-braqueur-abattu-par-un-bijoutier-11-09-2013-3127057.php (avec son épilogue raconté ici, 5 ans plus tard : https://www.liberation.fr/france/2018/05/31/cinq-ans-de-prison-avec-sursis-pour-le-bijoutier-de-nice_1655790)

        • Malheureusement vous résumez de manière imparable la situation. Ce pays se fout du régalien et de ses citoyens. Seules solutions: transformer votre habitation en fort Knox avec les investissements qui vont avec ou quitter ce pays cinglé.

      • Bonjour W Morris
        Il y a une corrélation en effet entre le nbre d’homicide par armes à feu et détention d’armes à feu par hab, mais pas de corrélation entre homicides et détention. En effet on peut tuer avec des armes blanches, donc au final faire autant de dégâts.
        En fait, l’état NE VEUT PAS de citoyens armés, (Deuxième amendement de la Constitution des Etats-Unis). L’état se désintéresse de la sécurité de français, seul compte la sécurité des hommes d’état (et les homards géants).

        • Je n’ai pas eu connaissance de tueries de masse à l’arme blanche dans une école, un centre commercial ou une église aux Etats-Unis ces dernières décennies. Le nombre d’homicides est lié au nombre d’homicides par arme à feu puisque ce dernier en fait partie.
          L’état, en tant que légitime détenteur du droit régalien de la violence légitime, a « raison » de refuser aux citoyens le port d’arme. Dans votre petite phrase populiste, vous ne parlez pas des riches, pourtant ils sont aussi largement au-dessus de la plèbe de par leurs accointances, positions et leur pognon.

          • … et alors ???

          • Les tueries de masse est un autre pb. D’ailleurs on peut tuer 86 personnes en louant un camion (Nice).
            L’état n’est pas au dessus des lois et au US ils respectent la constitution alors que l’état français piétine les droits de l’homme en modifiant la constitution constamment.
            Que l’état Français respecte les droits des citoyens, la propriété privée et on reparlera de la légitimité. Votre monopole légitime ressemble bien souvent au droit du plus fort.
            Quant à votre petit laïus sur les riches, c’est plutôt vous qui basculez dans le populisme (à défaut d’arguments).

            • Dans un Etat réduit à sa plus simple expression, il ne lui reste que les fonctions régaliennes, dont celui de posséder et d’exercer la force et la justice.
              Oublions alors les tueries de masse et parlons des guerres des gangs alors. Je ne suis pas sûr qu’elles seraient aussi meurtrières si elles se déroulaient à l’arc à flèche. Ou parlons des accidents domestiques d’arme à feu, que ce soit en nettoyant son arme ou le fiston qui trouve l’arme.
              Quel état espionne plus ses citoyens ? La France et son service intérieur au budget limité, en sous-effectif chronique, avec des lois et des juges à tendance socialistes laxistes ? Des tribunaux surchargés, des policiers en détresse psychologique à cause du manque de moyens et de soutien ? La France qui ne lutte pas efficacement contre le crime, le banditisme, les fraudes car elles n’a pas (entre autre) l’arsenal juridique ?
              Ou les USA, avec des forces de police lourdement armés qui seraient prompts à mater toute rébellion civile bien plus rapidement et efficacement que les CRS ? Un système qui autorise la police à provoquer un délit pour appréhender quelqu’un ? Un réseau d’espionnage mondial, des budgets pharaoniques pour lutter (officiellement) contre le terrorisme ?
              La constitution de l’Etat français a été modifiée quelque fois, comme dans chaque pays, selon des règles connues, établies, publiques.

              • @William Morris
                Bonsoir,
                Depuis 1950, 97,8% de toutes les tueries de masse ont eu lieu dans des « Gunfree Zones ».
                Les gangs ne vont pas chez Wallmart ou autres armuriers du coin pour obtenir des armes à feu. Ce sont des criminels, ils vont au marché noir. D’ailleurs, certains se débrouillent très bien avec des couteaux et des machettes.

                « Ou parlons des accidents domestiques d’arme à feu, que ce soit en nettoyant son arme ou le fiston qui trouve l’arme. »
                A comparer avec les morts « par » piscine.

                « Ou les USA, avec des forces de police lourdement armés qui seraient prompts à mater toute rébellion civile bien plus rapidement et efficacement que les CRS ? »
                Je vous recommande le cas Cliven Bundy. Disponible sur Youtube.
                je vosu recommande aussi le cas de Antunoz dans le Michoacan, au Mexique. Des citoyens VS un cartel de drogue bien aidé par des flics corrompus et des politiciens verreux.
                Les C.R.S ont affaire à des citoyens désarmés. Le LB.D (Flashball) est une arme à feu.

                 » Un système qui autorise la police à provoquer un délit pour appréhender quelqu’un ? »
                Parleriez-vous de nos chers policiers en civil qui détruisent des vitrines pendant des manif et qui appellent au pillage, pour ensuite enfiler leur brassard « Police » pour appréhender les malandrins ? Ou d’autres policiers en civil cherchant à faire de la casse pour ternir l’image de certains manifestants en jaune, ces derniers les démasquant et les faisant fuir ?

                « Je ne suis pas sûr qu’elles seraient aussi meurtrières si elles se déroulaient à l’arc à flèche. »
                L’arc est une arme. Vous semblez ne pas savoir de quoi étaient capables les archers anglais au Moyen-Age.

                « Dans un Etat réduit à sa plus simple expression, il ne lui reste que les fonctions régaliennes, dont celui de posséder et d’exercer la force et la justice. »
                L’Etat n’a pas exercer la Justice. Les pouvoirs de l’Etat lui venant de la Nation, si la Nation n’a pas le droit aux armes, comment l’Etat pourrait en avoir le droit ? Ce sont d’ailleurs des citoyens sans droit de port d’armes qui octroient se droit aux forces de police, de gendarmerie, et militaire.

                • STF, je suis content de vous voir. Je voulais m’excuser et vous remercier. Car lors du récent article sur les armes à feu, je me suis aventuré sur un terrain que je ne connaissais pas et je vous ai fait perdre votre temps. Mais je dois vous remercier car, après avoir lu votre catéchisme de la NRA, j’ai bien dû agrandir mes connaissances.
                  Et c’est donc ainsi que j’ai appris que le nombre d’homicide par arme à feu était corrélé au nombre de personne possédant une arme à feu. (3% de la population US détient la moitié des armes). Le nombre de ménages possédant une arme décroit et le nombre de crime aussi, donc l’exposition au facteur « personne armée » diminue l’homicide par arme à feu.
                  La reprise de l’économie est aussi un facteur mais ça, vous ne pouvez pas le dire puisque que vous avez dit que la société n’était pas responsable des agissements des gens, donc le contexte économique ne joue pas, selon vous.
                  Vous avez déjà dit que les citoyens devaient avoir une arme pour se protéger des citoyens ayant une arme. Donc vous reconnaissez qu’un citoyen armé est une menace, un danger potentiel. Votre société n’est donc pas plus sûre.
                  Question que j’avais posé récemment : lors du match PSG-OM, diriez-vous que des foules de supporters armés seraient moins dangereuses que non armées ? Que le risque de décès accidentel ou criminel serait moindre ? Chez les supporters, chez les policiers ?
                  J’ai aussi lu d’où venait votre chiffre de 97,8% de tueries dans les gun free zone. Et c’est croquignolet d’apprendre que pour arriver à ce chiffre, l’auteur exclut les meurtres commis dans le cadre de guerre des gangs (gunfight between two rival biker gangs in Waco,Texas, in 2015 that left nine people dead. : pas inclus) ou lors d’attaques à main armées. De plus, la définition de gun free zone est étrange : « Lott characterized Fort Hood and Washington Navy Yard, military sites attacked by gunmen, as gun-free despite the presence of armed security ».
                  Lott n’a également pas inclus dans son étude les crimes se déroulant à domicile…
                  Par contre, je vous invite à lire l’étude de Klarevas sur le sujet, qui lui inclut les crimes autant dans l’espace privé que public. Et votre 97,8% devient à peine 10%

                  • @William Morris
                    Bonjour,
                    Le Navy Yard et Fort Hood sont des gunfree zones : un citoyen américain ne peut pas y entrer avec une arme. Des militaires non affectés à la sécurité ne peuvent pas non plus porter une arme. C’est d’ailleurs le cas dans nos bases militaires. Celle dans laquelle j’ai été affecté n’avait pas de garde armé à l’entrée. Les fusilliers-commandos, armés, assuraient la protection en patrouillant.
                    Les « gunmen » qui sont entrés sur les bases militaires américaines, y sont entrés avec des armes, donc illégalement.
                    Quant aux crimes se déroulant à domicile, c’est un lieu privé qui n’accueille pas de public, par opposition à des cafés, des pubs, des boîtes de nuit, des salles de cinéma, par exemple. Normal que Lott ne les compte pas.

                    Les gangs qui s’entretuent on s’en moque, ça fait des criminels en moins. Ces crimes là sont comptabilisés dans les guerres de gangs

                    « vous avez dit que la société n’était pas responsable des agissements des gens, donc le contexte économique ne joue pas, selon vous. »
                    Un contexte économique défavorable, voire catastrophique, est en général le fait de politiciens. (Vénézuéla, Brésil, France, …)
                    La Société n’est pas responsable des agissements néfastes de certains éléments qui en y étant hostiles s’en séparent. Chacun est responsable de ses propres actes bénéfiques ou néfastes.
                    Quand des personnes comme vous disent que la Société est responsable des agissements néfastes de certains, cela revient à encourager leurs actes, à les conforter, et à leur donner une justification positive d’agir de la sorte, en plus de leur ôter le poids de leur propre responsabilité.

                    « Vous avez déjà dit que les citoyens devaient avoir une arme pour se protéger des citoyens ayant une arme. Donc vous reconnaissez qu’un citoyen armé est une menace, un danger potentiel. Votre société n’est donc pas plus sûre. »
                    Ah ? Vous avez les termes exacts ?
                    Je n’ai pas dit qu’un citoyen devait avoir une arme pour se protéger d’un autre citoyen armé, mais pour se protéger des criminels armés ou non.
                    Aucune Société n’est sûre. La sécurité n’existe pas. Les Sociétés les plus paisibles ont aussi des crimes.

                    « Et c’est donc ainsi que j’ai appris que le nombre d’homicide par arme à feu était corrélé au nombre de personne possédant une arme à feu. (3% de la population US détient la moitié des armes). Le nombre de ménages possédant une arme décroit et le nombre de crime aussi, »
                    Le nombre de morts « par » piscine est aussi corrélé au nombre de piscines détenu par les gens. Le nombre de pouces blessés « par » marteau est aussi corrélé au nombre de marteaux déténu par les gens. Peronnnellement, je n’ai pas de piscine, mais je dois bien avoir 4 marteaux. Bizarrement aucun ne me saute dessus pour me taper sur le pouce.
                    Dites, avez-vous le nombre d’homicides corrélés avec le nombre d’être humains les perpétrant ?
                    Dans certains états tels la Californie, le Michigan, l’Illinois, et autres états restrictifs, les citoyens armés sont moins nombreux puisque ces états font en sorte qu’ils le soient moins avec force lois, et que ceux qui l’étaient avant les lois, ne le soient plus. La criminalité décroît dans l’ensemble du territoire américain, bien que certains états voit leur criminalité stagner ou empirer.
                    Les’américains détenant des armes à feu sont 10 fois moins susceptibles de commettre un crime que les autres. Il y a 60 millions à 80 millions d’américains qui possèdent une arme sur 320 millions d’habitants. 3% de 80 millions = 2,4 millions d’américains possédant 200 millions d’armes à feu. (83 armes par personne en moyenne. Ca en laisse 2 en moyenne pour les 97% restant.)

                    Quant à votre PSG-Marseille, je vous renvoie à tous les matchs de foot U.S, à l’ambiance dans les stades où on se déplace en famille. Les « supporters » dont vous parlez ne sont pas des supporters : ce sont des hooligans. En tant que hooligans, ils doivent être traités comme des criminels, les armes leur sont interdites. Les supporters, ceux qui viennent voir une rencontre sportive à l’issue heureuse ou malheureuse pour l’équipe soutenue, devraient pouvoir porter une arme au sein du stade, sauf s’il est privé, et que le proprio n’accepte pas les armes.
                    Les trouvez-vous moins dangereux alors qu’ils ne sont pas armés (quoique…) ? Vous les trouvez dangereux, c’est pour cela que vous en parlez.

                    • Un commissariat est alors gun free zone ? Vu que les citoyens ne sont pas autorisés à rentrer avec une arme et que le personnel purement administratif ne peut être armé.
                      C’est très étrange comme vous différenciez magiquement le criminel armé et le citoyen armé. Les auteurs de fusillades sont des citoyens armés, un criminel est un citoyen également.
                      Vous dites donc que enlever les crimes « privés » et les guerres des gangs est normal ? Demain vous allez m’expliquer que une grenade à main n’est pas dangereuse en enlevant les zones de combats des stats ? Cela n’a pas de sens.. ou plutôt cela va tellement bien dans votre sens. (votre exemple de la piscine et du marteau n’ont pas de sens non plus).
                      Vous différenciez aussi de manière très avantageuse hooligans et supporters. Bref, on tourne en rond.
                      Je ne sais plus si c’est vous ou un de vos camarades qui a dit « les citoyens armés pourraient aider la police en tirant/ripostant aux criminels lors d’une fusillade ». J’ai ri. Déjà que avoir l’air d’avoir une arme peut vous valoir une balle aux USA, j’imagine assez peu une personne sensée (si elle est de couleur, elle serait suicidaire) sortir son arme à côté de policiers armés.
                      Et oui j’ai entendu parler de l’attaque du London Bridge. Un cas particulier, isolé, spécifique.
                      Quand vous dites tuerie de masse, c’est 2 victimes mortes selon le FBI, sauf si on est chez soi bien sûr. Je pourrais tuer les 150 personnes de mon immeuble au fusil à pompe, hop, magie, pas dans vos statistiques sur mesure.

                    • @William Morris
                      Bonsoir,
                      « Un commissariat est alors gun free zone ? »
                      En France oui, comme l’ensemble du territoire.
                      Aux States, ça dépend des législations d’état ou municipales. Dans certaines villes aux States, il est interdit d’entrer avec une arme, même en étant possesseur d’un permis, dans un bureau de Poste. Il est préconisé de la laisser sécurisée dans la voiture. DAns certains bureaux de Poste U.S, il y a des gardes armés, comme dans les banques. Le bureau de Poste du quartier émotif, en France, où j’ai habité quelques années n’avait pas de garde armé, ni aucune banque à ma connaissance non plus, mais avait des vitres blindées, perlées d’impacts de balles pendant un certain temps… le temps que la bureaucratie décide de changer les vitres.
                      Le personnel administratif de la police n’est pas fonctionnaire de police : il n’est donc pas autorisé par l’Etat à porter des armes. Dans un pays aux lois moins rigides, ce personnel administratif pourrait porter une arme s’il en avait envie.

                      Un criminel armé et un citoyen armé.
                      Il n’y a rien de magique, il y a un cadre légal, celui actuel de la France que je vous ai cité, qui fait que n’importe quel citoyen, hors force de police nationale en civil en service ou non, gendarmes idem, et militaire en mission, est un délinquant pur et simple en regard du Code Pénal, même s’il est un ancien du RAID fraîchement libéré du service.
                      Ensuite, je me demande comment vous, avec votre difficulté de perception et de compréhension, vous faites pour distinguer un citoyen non armé d’un criminel non armé.
                      Cependant, je vais répondre à votre interrogation.
                      Un citoyen est un individu qui jouit pleinement de tous ses droits civiques/civils et politiques. Commettre certains délits, et des crimes, entraîne la perte de ces droits. Etre dépendant d’autrui ne donne pas la possibilité de bénéficier de ces droits.
                      « Les auteurs de fusillades sont des citoyens armés, un criminel est un citoyen également ». (Ceux de Colombine étaient des lycéens, pas des citoyens, mais passons.)
                      Un criminel c’est quelqu’un qui :
                      – a commis des crimes, en a été reconnu coupable et condamné ;
                      – commet un acte criminel, même si personne ne le voit faire ;
                      – est en train de commettre un acte criminel, qu’il est vu.
                      Citoyen respectable ou pas, commettre une fusillade, un viol, et autres crimes répertoriés, fait de celui qui les commet un criminel. Des tueurs en série étaient des personnes fort respectables d’après quelques témoignagnes.
                      A vous lire, on dirait que vous ne sortez pas trop. L’Homo Sapiens est un animal, et en tant qu’animal il réagit aux expressions physiques/corporelle de ses semblables. Bien qu’évolué et civilisé, cette part animale, est toujours bien présente. C’est cette part qui a fait que l’Homme est ce qu’il est et qu’il a survécu jusqu’à nos jours. Quand je dis que vous ne sortez pas trop, c’est parce que j’ai l’impression que vous n’avez jamais eu « d’ennuis » avec autrui et que, du coup, vous ne percevez pas les signaux de menaces que peuvent diffuser les expressions corporelles de certains éléments de l’espèce Homo Sapiens. A ces signaux de menace correspondent certains signaux de réponse. pour faire bref, c’est comme deux chiens qui se rencontrent et qu’on sent qu’il ne se passera rien, ou qu’on sent qu’il y aura du sang. Les deux dernières fois que j’ai ignoré des signaux de menace, j’ai fini à l’hosto.
                      Tout comme vous je pense, j’ai grandi avec : « Arrête de te battre » (de ma mère) ; « la violence c’est mal/ça sert à rien », « Ce n’est pas sa faute s’il est violent, il faut le comprendre. » « Ne joue pas son jeu, ne soit pas comme lui. » etc… (à l’école, des fois à la troisième personne du pluriel) Bah c’est de l’excrément de taureau. Quand on s’écrase et qu’on laisse la violence se produire qu’est-on ? A constamment répéter à des gamins qu’ils ne doivent pas se battre, et surtout pas se défendre, quel genre d’hommes vont-ils devenir ? Ceux qui perpétuent la violence ne trouveront plus de répondant. Et ce que ça devient je le vois là où je bosse. Vous avez le mot « inégalité » en verve souvent, et bien voilà ce que je vois là où je bosse. Une inégalité imposée par la violence de quelques uns, confortée par la non chalance des adultes biberonnés à la non violence qui répriment les véléités de défense et de résistance de ceux qui subissent de plein fouet cette violence.
                      La violence de mes camarades de classe étaient un fait, douleureuse mais un fait, la pire ayant été celle de mes profs qui me refusaient la possibilité de me défendre, c’est moi qu’ils attrapaient, et le manque de réaction quand la violence me tombait dessus. On parle de « bagarre », mais quand on a dix ans et qu’on est un contre 4, ce n’est pas une simple bagarre, c’est un combat. Quand on en a 2 fois plus, à partir d’un contre deux, ça peut vite être un combat pour sauver sa vie. Mais pour ça, il faut avoir connu le goût de son propre sang auparavant, quand perdre est moins grave. Il y a encore quelques années, on pouvait avoir un combat « à la régulière » entre adultes, mais c’est fini. Maintenant quand vous vous portez au secours de votre pote qui est à battu à terre, vous prenez un coup de couteau dans le coeur. (Adrien Lopez, RIP)

                      Les guerres de gangs sont comptabilisé dans d’autres stats et sont sous le coup de la loi RICO. Mitch vous a très bien expliqué pourquoi on les sépare, tout comme pourquoi on sépare les meurtres domestiques.

                      Une grenade à main… Vous vous êtes demandé, avant d’écrire ces mots pourquoi les policiers, n’en portent pas ? Vous êtes au courant de l’effet que produit ne serait-ce qu’une grenade à plâtre ?
                      Une grenade à main n’est pas plus dangereuse qu’une tronçonneuse. Ce qui peut-être dangereux est celui qui a l’une ou l’autre en main. Mais ça vous avez du mal à le concevoir clairement.

                      « Vous différenciez aussi de manière très avantageuse hooligans et supporters. »
                      Il n’y a aucune manière avantageuse. Le hooliganisme a valu aux équipes de foot anglaises d’être privées de compétitions européennes pendant des années. Le hooligan vient au stade pour envenimer l’ambiance, et se retrouver face à face avec les hooligans adverses à la fin du match. S’il peut provoquer un supporter adverse (pas un hooligan) il aura fait sa soirée. Le stade, la rencontre, le Hooligan n’en a rien à faire. Il regarde à peine ce qui se passe sur le terrain. Ne pas savoir cela, c’est que vous n’êtes pas amateur de sport.

                      Ce qui vous a fait rire c’est le cas de Vic Stacy. eh beh !
                      Vic Stacy a mis fin en tirant une seule balle à 50 mètres avec son arme de poing au déluge de balles que subissaient les policiers venus chez ses voisins. Le voisin avait tué sa femme, et tirait sur les agents qui s’étaient mis à couvert derrière leur voiture. Vic Stacy a sorti l’arme qu’il pointait, a pris appui sur le capot de sa voiture, a pris son voisin en ligne de mire et a fait feu. Il a sauvé les policiers.
                       » j’imagine assez peu une personne sensée (si elle est de couleur, elle serait suicidaire) sortir son arme à côté de policiers armés. »
                      Un peu de racisme également réparti c’est bien joué monsieur égalité sociale.
                      Il y a effectivement un agent de sécurité, noir, qui a stoppé un « active shooter » en le mettant en joug avec son arme, qui a été abattu par les policiers à leur arrivée, malgré le bandeau « SECURITY » et les avertissement des témoins présents. Mais ça vous fait rire semble-t-il.
                      Il y a aussi le cas d’un policier en difficulté sur une autoroute, sur le dos, au prise avec un individu pas très stable mentalement. Le policer lutte pour éviter que l’individu ne lui prenne son arme dans son holster. Il y a une file de voitures arrêtée sur l’autoroute, personne ne bouge. Un homme longe la file de voitures, il a une arme de poing, il essaie de ne pas se montrer jusqu’à être à hauteur. Il prend aussi garde à son angle de tir. Il ordonne à l’individu de lâcher le policier, de se mettre à terre les mains derrière la tête. L’individu cherche toujours à attrapper l’arme de service. L’homme réitère son ordre. L’individu l’ignore. L’homme l’abat. L’homme c’est un afro-américain.
                      Mais vous avez raison, noir, blanc, jaune, beurre, on devrait (on doit, selon vous ?) tous regarder le sol quand la violence s’abat autour de nous.
                      Les américains, dans certains états, pas tous, ont la possiblité de protéger leur vie, et celles de leur famille, et celles de gens autour d’eux. Ils en ont la possibilité parce qu’on leur laisse les moyens de le faire. Au Brésil, la loi sur les armes à feu est quasiment la même qu’en France, et pour une population un tiers moins nombreuses que celle des U.S.A, le Brésil les dépasse en nombre de morts causés avec une arme à feu. (plus de 43 000 l’année dernière)

                      « Et oui j’ai entendu parler de l’attaque du London Bridge. Un cas particulier, isolé, spécifique. »
                      Mais qui apprend beaucoup. Et qui apprend comme les cas « particuliers, isolés, spécifiques » des tueries des terrasses, des écoles, des églises, que sans armes nous sommes tous vulnérables et à la merci de ceux qui sont armés, peu importe avec quoi et que la police arrive trop tard.

                       » Je pourrais tuer les 150 personnes de mon immeuble au fusil à pompe, hop, magie, pas dans vos statistiques sur mesure. »
                      Votre immeuble n’est pas votre domicile, ni un repère de gang. Si 150 âmes vivent dans cet immeuble, je pense que vous devriez vous préparer à ne pas aller au bout des 150 victimes. Plus vous avancerez, plus la probabilité que vous tombiez sur un résident armé croît. Dans un pays aux lois restrictives comme la France, il se peut que l’arme ne soit pas déclarée, peu importe la raison. Celui qui la tiendra pourra même être défavorablement connu des services de police et de justice, mais dans ce cas précis, VOUS serez LE criminel, armé légalement ou non, tout citoyen que serez avant ou non. Et la dose de plomb que vous recevriez serait justifiée. Si vous avez du bol, vous seriez plombé par le 150ème ; si vous n’en avez pas, vous seriez plombé par le 2nd ; statisquement, ce serait par le 3ème. Vous feriez mieux de choisir une « gunfree zone », vous savez, celles où se produisent 97,8% de toutes les tueries de masse depuis 1950 aux Etats-Unis, et où 100% des tueries se font en France depuis 1939.

                    • RAAAAH !
                      « Vic Stacy a sorti l’arme qu’il pointait » … qu’il portait
                      « vous vous portez au secours de votre pote qui est battu à terre »

                    • Je comprends mieux votre position sur le sujet au vu de votre passé. Ce qui n’enlève rien au fait que la multiplication du nombre de possesseurs d’armes accroit le risque d’homicide par balle. Vous ne souhaitez pas la paix et la sécurité de la population, de la société, des gens dans l’espace public, mais juste pouvoir vous accrocher à un (faux) sentiment de sécurité avec votre arme dans votre bunker. C’est vous qui ne devez pas sortir beaucoup.
                      Un lycéen n’est pas un citoyen ? Il n’a pas de droit et de devoir ?
                      Vous sortez à chaque fois un cas particulier comme une preuve de généralité… Hier j’ai gagné 10 euro à la loterie, dois-je en faire une loi ?
                      La loi sur les armes à feu au Brésil ? Le nombre d’armes illicites au Brésil est estimé entre 3 et 9 millions d’armes. Y a-t-il entre 1 et 3 millions d’armes illicites en France ?
                      Et non, votre statistique de 97,8% de gun free zone ne tient pas la route car c’est une statistique arrangée. Pourquoi sortir les guerres des gangs ? Mitch a expliqué quelque chose, mais rien de satisfaisant. Si je sors dans la rue tuer mon voisin, sa femme et son fils qui sont sur le trottoir pour une histoire de trafic de Kinder Bueno, et que dans ma rage, je tue 3 autres personnes qui passaient par là, on fait moitié-moitié dans vos statistiques ?
                      Pourquoi les travaux de Klarevas ne vous satisfont pas ? Quand il prend une définition plus large..
                      Quand vous dites 100% des tueries en France (rares) ont eu lieu dans une gun free zone, c’est comme si je disais que 100% des braquages de banque ont lieu.. dans une banque. Bravo.
                      Pour la remarque sur le racisme, c’est juste qu’un noir a plus de « chance » de se prendre une balle qu’un blanc. Les policiers ne voulant pas trop prendre de risques, ils tirent avant de poser des questions. Tiens, vous qui savez tout, vous pouvez me comparer le nombre de personnes abattues « par erreur » par la police dans les états avec autorisation du port d’arme et états sans autorisation du port d’arme ?
                      Vous dites que les criminels/meurtriers sont des gens choisissant leurs actes librement patatipatata et que la société n’y est pour rien, pourquoi tant de meurtres aux USA ?

                    • @William Morris
                      Bonjour,
                      Vous êtes épatant.
                      « Bunker »
                      Dans aucun des commentaires que je vous ai adressés, sous votre pseudo actuel ou précédent, je n’ai écrit, ni même évoqué le terme ou la notion de « bunker ».

                      « C’est vous qui ne devez pas sortir beaucoup. »
                      Le lieu où je travaille, compte plus de 1000 personnes.

                      « Ce qui n’enlève rien au fait que la multiplication du nombre de possesseurs d’armes accroit le risque d’homicide par balle. »
                      Le nombre de véhicules possédés circulant sur les voies routières augmente le risque d’accident routiers (mortels ou non). Quelle belle Lapalissade !

                      Un lycéen n’est pas un citoyen. Il n’a pas la possession de tous ses droits. Ses droits et devoirs sont ceux érigés par le lycée qu’il fréquente, et les droits et devoirs envers ses parents. Les parents sont responsables des actes de leurs enfants mineurs, civilement et pénalement. Les mineurs de 13 ans deviennent responsables pénalement de certains de leurs actes. (En France) Et au cas où vous ne le sauriez pas, on est citoyen à la majorité, soit à 18 ans révolus en France.

                      La statistique des 97,8% concernent les tueries de masse, pas les guerres de gangs, parce que les forces de police en l’occurence, ne veulent pas tout mélanger, pour faire ce qu’ils nomment du profilage. Un tueur en série genre Norman Bates, n’a pas le même profil qu’un Hells Angel ou qu’un MS13. Ils peuvent commettre des meurtres (bien sordides à la machette) sans avoir le même profil. Ils n’entrent pas dans les mêmes catégories criminelles.

                      « Vous sortez à chaque fois un cas particulier comme une preuve de généralité…  »
                      Oui, c’est le principe de l’argumentation. Dans une compo, pour un argument, on pose 3 exemples. Vous avez du mal à en intégrer un seul, je ne voudrais pas vous saturer.

                      « Hier j’ai gagné 10 euro à la loterie, dois-je en faire une loi ? »
                      La loi est déjà faite : vous avez le droit de jouer au Loto, et donc de gagner (une somme colossale ou non) ou de perdre votre mise. La « loi », est la loi statistique que vous avez des chances de gagner quelque chose en jouant au loto.

                      « Si je sors dans la rue tuer mon voisin, sa femme et son fils qui sont sur le trottoir pour une histoire de trafic de Kinder Bueno, et que dans ma rage, je tue 3 autres personnes qui passaient par là, on fait moitié-moitié dans vos statistiques ? »
                      Encore un exemple théorique dans lequel VOUS tuer quelqu’un. (Vous vous contenter de 6 victimes cette fois-ci). Alors que je montre des exemples de gens réels qui se défendent, sans forcément tuer, et que pour ma part, je n’ai évoqué nullement le fait d’aller dessouder des femmes et des enfants. Dans ce cas, vous serez un simple tueur en série de la pire espèce. Félicitations ! C’est le summum de la hiérarchie criminelle. Et c’est vous qui me reprochez de ne pas « souhaiter la paix et la sécurité de la population des gens » (pour vous citer), alors que dans votre exemple (où vous êtes un « serial killer »), dans un état qui laisserait les gens s’armer, au moment où vous buter son mari, la femme vous abattrait avec sa propre arme, sauvant ainsi sa vie, celle de son enfant, et celles des badauds sur lesquels vous auriez passé vos nerfs (« rage » dans votre texte) soit 5 vies. Et en fait, elle pourrait faire la même chose si pour perpétrer la même théorie, vous utilisiez un gourdin, un club de golf, une barre de cric, une planche à clou, une lame, une hache, une tronçonneuse, ou autre chose qu’une arme à feu. Et si dans ces cas où vous auriez une arme, à feu ou non, l’épouse ne serait pas armée, dans le même état, une des personnes dans la rue pourrait l’être et vous faire connaître le même sort. Là, on recolle au sujet de l’article coût/gain/risque. Dans votre théorie, un citoyen armé, dont vous ne pourrez pas prévoir la présence, fera explosé votre ratio « risque ». Si vous savez qui est armé sur les 6 victimes théoriques, vous le prendrez en cible en premier, et vous manquerez peut-être votre cible principale : votre voisin. Sachant qu’un citoyen armé est plus vigilant qu’un qui ne l’est pas… Mais pour votre exemple théorique, pour une probabilité de succès proche de 100%, il vaut mieux que personne d’autre que vous ne soit armé. Y a pas ! Vous êtes la paix et la sécurité incarnées.

                      « La loi sur les armes à feu au Brésil ? Le nombre d’armes illicites au Brésil est estimé entre 3 et 9 millions d’armes. Y a-t-il entre 1 et 3 millions d’armes illicites en France ? »
                      En 2017, sur Gun Policy, le Brésil comptait 17 510 000 armes à feu (licites et ilicites confondus) pour un peu plus de 200 millions de personnes, soit 8,30 armes à feu pour 100 habitants. En France, on estime à . Le Brésil a dépassé allègrement les 43.000 homicides « par » armes à feu l’année dernière. GunPolicy en compte 44 937 en 2015, et 45 861 en 2014. La barre des 40.000 a été explosée entre 2011 et 2012. Comme je l’ai dit, le Brésil a une légilsation similaire à celle de la France que GP.org qualifie de « restrictive » pour les deux pays. En France il y aurait entre 2 et 3 millions d’armes répertoriées/enregistrées, et au total 15 à 20 millions suivant les années circuleraient sur le territoire. (entre 25 et 30 armes pour 100 habitants environ suivant les années et les restrictions)

                      « Quand vous dites 100% des tueries en France (rares) ont eu lieu dans une gun free zone, c’est comme si je disais que 100% des braquages de banque ont lieu.. dans une banque. Bravo »
                      « Rare » ne veut pas dire nul ou inexistant. Centre d’observation de la Société acompté 804 « homicides » ‘en lieu et place de meurtres, sans inclure les victimes d’acte terro-criminels, en 2016. Libé en compte 807 entre septembre 2017 et septembre 2018. Il est question de meurtres en fait pas d’homicide. Les suicides et les « morts sur la route » sont aussi des homicides. Et puisque j’ai précisé « gunfree zones » il était question de tueries au moyen d’arme à feu, dans un pays qui en restreint l’acquisition, la détention, et qui en interdit le port. Même pays qui en une seule journée a vu 138 de ses habitants être abattus illégalement (le meurtre est interdit), 413 illégalement blessés, par une bande criminelle, illégalement armée d’armes illégales, obtenues illégalement,

                      Pour finir là, je vais prendre un autre cas particulier, mais qui est malheureusement le lot de bien trop d’épouses, de compagnes, de conjointes : celui d’Alexandra Lange, dont le film « L’Emprise » raconte le calvaire.
                      Dans son cas, après des années de violences conjugales, elle a fini par tué son mari [Fred Testot est bluffant dans le rôle]. Ni l’Etat, ni la Police, ni les assocations, service de protections sociales et autres n’ont réussi à la protéger. Aucun de ces services, ni la justice, ni la police, ni la santé, n’a réussi à mettre à l’abri Mme Lange de son oppresseur. Le Procureur de la République qui la poursuivait piur meurtre avec préméditation, et pour la première fois dans l’histoire judiciaire de la France, a pris parti pour l’accusée, disant que la Société, qu’il réprésente, ne lui a apporté l’aide dont elle avait besoin, que la Société l’avait même abandonnée à son triste sort, ainsi que les services de police et de justice, dont le rôle était de protéger cette femme.
                      Le film montre que tout ce que préconise l’Etat comme procédures, moyens de protection, (et qu’il « assure la sécurité des citoyens » hein Me Lienard ?), c’est du flan. Quand Mme Lange a eu le cran de se barrer de chez elle avec ses gosses, la gueule en vrac, dans un refuge social, après une attente dans un couloir froid, on lui a dit : « Désolée ».
                      Oui, clair et net, si l’Etat lui avait permis de s’armer librement, sans le consentement de son mari, on reste en France, elle aurait pu défendre son intégrité physique, sa vie, bien avant tout cela. Et au lieu de lutter pour tenter de chopper un couteau, alors qu’elle est étranglée, sortir son arme et le présenter à son oppresseur, devrait le calmer au minimum. Dans un autre endroit que la cuisine avec des couteaux, il n’y aurait eu ni livre, ni film, ni survie. Pour info, le mari se met à vouloir l’étrangler, quand il vient de la brutaliser, quasiment devant les enfants, mais quand il décide de s’en prendre à l’aînée, elle se rebiffe et ça ne plaît pas au tyran domestique.
                      Dans un passage du film, Alexandra et ses enfants sourient, sont heureux, le tyran n’est pas là : il est en H.P. Sauf qu’il s’en échappe et apparaît dans le salon. Le fils, s’urine dessus en le voyant. et l’atmosphère n’est plus à la fête. Avec une arme de poing sur elle, en le voyant apparaître, la lui pointer droit sur la face avec détermination, et lui intimer l’ordre de déguerpir illico avec force, trace une ligne nette : soit il décampe et il vit, soit il déconne et reste sur le carreau. A ce moment-là, s’il déguerpit, elle est en danger, mais une femme battue, est en danger de mort constant, et le risque de mort croît avec le temps. Ce sont des stats.
                      Peut-être allez-vous me rétorquer le cas de Jacqueline Sauvage. Cas que je n’ai pas vraiment suivi. Cependant, si son mari était violent avec elle, qu’elle était donc une femme battue, qu’elle lui colle une balle, n’importe quand dans la tête, dans le dos, dans l’oignon, ne me fait ni chaud ni froid. En tant que femme battue, elle était en danger de mort (statistiquement), son mari était un oppresseur, un tyran, un tortionnaire ; sa maison était une prison, un lieu de torture. Les tortionaires brisent le moral de leurs victimes. L’effort de résistance des victimes est un acte inouï. La loi française, les lois restrictives sur les armes à feu, brident ces femmes dans leur résistance, et brisent leurs efforts.

                      Vous, vous êtes de ceux qui veulent que ces femmes restent « à leur place », que les citoyens restent aussi à leur place, qu’ils ne résistent pas, jamais, et qu’ils laissent faire ceux qui ne respectent pas les lois, aussi pléthoriques soient-elles, et que femmes battues et citoyens n’ont pas à posséder une arme ni même à esquicer ne serait-ce que la volonté d’en acquérir une, car ce sont des objets malfaisants, nocifs, néfastes, et que seuls les « grands » peuvent les avoir pour s’en servir sur autrui, usage règlementer par l’Etat bien évidemment.
                      Je me moque que vous disiez que vous n’exprimiez pas votre propre opinion sur le sujet, en jouant l’avocat du diable, c’est vous qui écrivez et exposez des contre-arguments. Vos exemples théoriques où vous allez tuer autrui, reflètent la tendance générale des antiguns, à sortir ce genre d’exemple se mettant en position d’oppresseurs/tyrans, (domestiques ou non), alors que la tendance des progun est dans la défense de soi, de sa famille, et d’autrui quand c’est possible.
                      Et pour finir, vu que vous avez des lacunes dans l’argumentation, des difficultés de compréhension de l’écrit (il faudrait presque vous donner la définition de chaque mot qu’on utilise, tout autant que des concepts basiques), ceci sera mon dernier commentaire envers vous (et ce pseudo )sur ce sujet (et peut-être d’autres).
                      Cordialement.

                    • « Vous, vous êtes de ceux qui veulent que ces femmes restent « à leur place », que les citoyens restent aussi à leur place, qu’ils ne résistent pas, jamais, … »
                      Alors qu’en bon socialo-communiste anticapitaliste (n’est-ce pas Mr. Morris ? intéressant pseudo), vous nous rabâchez depuis moults pseudos que le système capitaliste exploite les Peuples, les asservit, etc, tout en leur interdisant les moyens de se protéger de la « plaie capitaliste ».

          • @William Morris
            Bonjour,
            « Je n’ai pas eu connaissance de tueries de masse à l’arme blanche dans une école, un centre commercial ou une église aux Etats-Unis ces dernières décennies. »
            Vous n’avez pas entendu parler de l’attaque du London Bridge en juin 2017 non plus semble-t-il.
            (Tuerie de masse c’est à partir de 2 victimes mortes selon le F.B.I)

            • J’ajoute :
              En 2012, le F.BI comptait le nombre d’homicides effectués avec :
              – des couteaux : 1589 ;
              – les mains : 678 ;
              – des outils de bricolage/jardinage : 518 ;
              – armes à feu : 322.
              (10,36% des homicides sont commis avec des armes à feu. 51% le sont avec des couteaux.)
              Un homicide n’est pas forcément un meurtre ; un meurtre est forcément un homicide.

              • J’espère que vos statistiques n’intègrent pas les homicides ayant eu lieu à domicile ou dans le cadre de guerre des gangs. Il ne faut pas mélanger hein.

                • @William Morris
                  On va dire que si, elles les intègrent, elles sont mélangées, et donc ?

                  • « on va dire que si ». Etrange. Pourquoi les intégrer ici, et pas dans votre fameux 97,8% ?
                    Tiens en parlant de cette statistique, je me demandais tout simplement : quel pourcentage du territoire US est considéré comme Gun Free Zone, histoire de mettre ce chiffre en perspective.

      • Sources? Parce que justement je trouve qu’on peut tres facilement remettre en cause cette correlation à chaque fois qu’on me montre une série statistique. Donc puisque vous faites cette affirmation que « on sait que », pourriez vous nous dire sur base de quels chiffre le dénommé « on » fonde son savoir?

        • Ah pardon, je n’avais pas encore remarqué que seuls certains points de vue nécessitaient des sources pour être admissibles.
          https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/etats-unis-la-moitie-des-armes-a-feu-detenues-par-3-des-americains-600461.html
          (je vous laisse libre de trouver des sources « non-orientées » politiquement, car je suppose que le https://lawcenter.giffords.org/facts/gun-violence-statistics/ n’est pas trop de votre chapelle..
          Le nombre d’homicides a diminué aux USA alors que le nombre d’armes à feu a augmenté. On pourrait croire que + d’armes = – homicides. Or il s’avère que le nombre de personne détenant une ou plusieurs armes chutent, réduisant de facto « l’exposition à une arme » et expliquant (en partie) la baisse des homicides. Une personne ne pouvant pas utiliser plusieurs à la fois, ces armes étant spatialement moins présentes, la corrélation est explicable facilement.

          • Votre première source dit qu’une minorité d’américains possède la majorité des armes à feu tout en admettant qu’on ne saist pas combien d’armes à feu s’y trouvent réellement. Donc déjà cet article s’auto saborde mais surtout il n’établit PAS que « On sait pourtant bien que plus les gens sont armés, plus le nombre d’homicides par armes à feu augmente »
            Votre seconde source est effectivement une source partisane anti gun. C’est un peu comme citer la bible pour démontrer l’existence de dieu.
            D’un point de vue argumentatif vous êtes juste nul. Vous êtes mauvais et de mauvaise foi.

            Par exemple dans votre seconde source (un site anti gun), il y a une page qui dit que parmi les états où il y a les loi les moins restrictives on trouve les Etats avec le plus de « gun violence ». Sauf que si on regarde dans le détail une fois de plus ce sont des SUICIDES. Si on prends le taux d’homicide par Etat, cette relation apparaît très différente. Seule la Louisiane rentre dans cette coorelation que vous décrivez alors que le New Hampshire présente des lois extrêmement permissives sur les armes avec le plus faible taux de criminalité du pays.
            Le taux de « gun violence » du Montana est présenté comme grave… Et quaand on enlève les suicides il est très inférieur à celui de la Californie, pourtant l’un des plus restrictifs.
            Et puis on parle de la Suisse?

            Bref vous n’avez RIEN démontré du tout. Votre sois disante correlation n’existe que dans votre tête. C’est du mensonge digne de la Pravda.

            • https://www.politifact.com/florida/statements/2017/feb/21/richard-corcoran/do-most-mass-shootings-happen-gun-free-zones/

              La Pravda… faudrait peut-être changer de disque monsieur Maccarthy.
              Lisez plus haut ma réponse à STF. Et s’il vous plait, ne me dites pas que je suis mauvais et de mauvaise foi, des gens pourraient croire que je suis comme vous.

              • Je préfère comparé à Mc Carthy que ressembler à Beria.
                Vos critiques sont des querelles de nombre mais regardons les:

                L’objection la plus forte de votre réponse à STF est celle qui consiste à montrer que les mass shootings ne sont pas pour la plupart perpétrés dans des gun free zones puisque les fusillades entre gangs sont des mass shootings et se passent rarement dans des gun free zones. Les autres arguments sont de mauvaise foi. Il peut y avoir un garde armé dans une gun free zone. La maison blanche est une gun free zone. On y voit des flingues partout. Gun free zone signifie que c’est un endroit où l’acces aux armes n’est pas accordé à tout le monde. Les policiers ont le droit d’aller dans des gun free zones avec leur arme. Donc votre objection sur ce point ci est nul.
                Pour les crimes se déroulant à domicile c’est assez pertinent comme objection.
                Mais regardons le ratafia immonde produit par les anti guns:
                C’est les guerres de gangs qui s’entretuent qui les émeuvent? Non… C’est les tueries familliçales qui restent en famille? Non… Ce qui pousse au gun ban c’est les vrais mass shooters qui tirent dans la foule des gens qui n’ont rien à voir avec le tireur. Et ces crimes là. Ces mass shootings dont on nous parle tout le temps ont lieu dans des gun free zones.

                Et puis si vous interdidez les guns c’est sûr, ils vont se pacifier ces gens là…

                Quant-à une hypothétique ressemblance, souvenez vous de Nietzsche: « Qui combat trop le dragon devient dragon lui même ».

                Donc peut être ais-je certains de vos travers, mais si c’est trop dur pour vous à supporter, je suis censé faire quoi? Vous consoler?

      • C’est faux.
        Royaume Uni : armes quasiment totalement interdites et pourtant : 50% de crimes en plus. Evidemment la majorité par couteau et autres moyens…
        L’humanité n’a pas attendu les armes à feu pour s’entretuer. Ce que permettent les armes à feux c’est que le faible peut se défendre contre le fort.
        Qu’est-ce qui vous dérange dans ce fait ?

        • Ce qui me dérange ? De trouver des informations totalement contraires à ce que vous racontez.
          Selon le journal Letemps.ch : « En 2015, il y en a eu 518 en Angleterre et au Pays de Galles. Rapporté à la population, c’est le chiffre le plus bas depuis 1977 et le plus faible taux de tous les pays de l’OCDE. Selon Bernard Hogan-Howe, l’une des explications est l’accès très difficile aux armes à feu au Royaume-Uni. «Les forces de l’ordre de France ou de Belgique reconnaissent qu’il est plus facile de s’y procurer des pistolets semi-automatiques qu’ici.» »

          Imaginez maintenant une agression pour vol : Monsieur X pointe son arme sur monsieur Y. Monsieur Y est également armé et tues monsieur X car il craint pour sa vie. Question : qui est l’agresseur et qui est la victime de l’agression originale ? Et donc qui tue qui ? Le voleur ou la victime ?
          Donner des moyens supplémentaires pour s’entretuer alors qu’on s’entretue déjà ne me semble pas une idée fabuleuse.
          Dernière question : vous semblez être en faveur des citoyens armés en rue. Port d’arme libre. Ok. Lors du prochain match de foot OM-PSG, diriez-vous que ces supporters armés augmentent le niveau de sécurité d’eux-mêmes et de la population en général ? Est-ce que le risque d’homicide serait plus grand ou plus faible en ces circonstances ?

          • Les gangs à Marseille ne devraient pourtant pas être armés selon votre théorie. Pourtant les morts sont récurrentes, une hécatombe dans le milieu de la drogue, ce qui invalide vos propos dans une bonne proportion.

            • Ces armes ont-elles été acquises légalement ? Est-ce que ces armes ont été mises à la disposition des criminels de manière transparente, facile d’accès ? Répondre à ces questions invalident votre remarque.

              • @William Morris
                « [1] Ces armes ont-elles été acquises légalement ? [2] Est-ce que ces armes ont été mises à la disposition des criminels de manière transparente, facile d’accès ? »
                1 Non.
                2 Transparente non, Facile d’accès oui car au marché noir, on ne demande pas de permis/autorisation quelconque ni de remplir des formulaires.

          • SI vous aviez lu les commentaires d’autres articles concernant ce sujet vous sauriez que je ne suis pas pour un accès libre et sans contrôle aux armes.

            Je suis tireur sportif depuis 25 ans, mon épouse et mes enfants également. Je n’ai jamais eu aucune inquiétude concernant le fait d’avoir des armes à la maison. Une arme en sécurité c’est uniquement de l’acier usiné. De la mécanique.

            Les chiffres que j’avais étaient antérieurs je ne me suis pas mis à jour effectivement.Il semble effectivement que la criminalité ait baissé en UK.Cependant cet article confirme que les meurtres, notamment par armes blanches, augmentent.

            Il faut de toute façon regarder l’ensemble des éléments avec notamment : efficacité des forces de l’ordre et surtout de la justice. Limiter la lutte contre la criminalité par des lois anti-armes est simpliste.
            Cela ne fonctionne pas à Marseilles et dans les « quartiers »…

            Nous vivons dans un pays ou des commissariats sont attaqués par des bandes armées, Huit « home jacking » et 250 viols par jour en France….cela devrait vous faire poser des questions…

            Enfin lutter contre les armes légales alors que les vrais méchants (ceux qui perpétuent des crimes) sont armés, avec en contrepartie des effectifs de force de l’ordre de plus en plus sibyllins , mal entrainés (et notamment au tir) et une justice laxiste qui de toute façon ne peut faire effectuer un grand nombre de peines…c’est juste stupide.

            • Aux USA, selon la RTBF : « 51 policiers ont été tués en 2014, dont 46 par armes à feu, contre 27 en 2013. Ces chiffres restent toutefois en-dessous de la moyenne depuis les années 1980, qui est de 64 policiers tués par an. »
              En France, le nombre de policiers tués par arme à feu en 2018 est de 0. En 2016 de 0, en 2014 de 0. Y en a eu 4 en 2015.
              Moins de 5 morts d’autres causes par an (fauché par une voiture, attaque à l’arme blanche) hors accidents.
              Cela devrait vous faire poser des questions.

              • Forcément la police ne rentre même plus en voiture dans les « quartiers » et l’on comprend aisément pourquoi…

                • Si la probabilité de se retrouver face à une arme à feu dans un « quartier » était plus grande grâce à des lois plus permissives pour la possession d’armes, est-ce que la police rentrerait plus ou moins dans ces « quartiers » ?
                  La réponse est clairement non.

                  • @William Morris
                    La Police ne va déjà pas dans ces quartiers parce que la probabilité d’être confrontée à des délinquants/criminels armés est déjà forte.
                    La différence est qu’aux States, un citoyen armé peut venir en aide à un policier avec son arme (par exemple Vic Stacy). Ce n’est pas le cas en France où vous ne pouvez que filmer la mise à mort du policier. (Ahmed Mérabet)

                    • Donc vous reconnaissez que des gens armés (vous les classez vite comme délinquants/criminels…) sont un danger pour la police ? Mais que plus de gens armés ne sont pas un danger ?

                    • @William Morris
                      « Donc vous reconnaissez que des gens armés (vous les classez vite comme délinquants/criminels…) sont un danger pour la police ?  »
                      Pas du tout. J’ai écrit « délinquants/criminels armés » pas « gens armés » ni citoyens armés. La police n’a rien à craindre de citoyens armés (tant qu’elle reste dans son rôle de police au service de la Nation).

                    • @William Morris
                      « vous les classez vite comme délinquants/criminels…) »
                      En France, de facto, porter une arme sans être policier national ou municipal, gendarme, militaire en mission « Sentinelle », ou accrédité par le ministère de l’Intérieur, fait de celui qui la porte un délinquant au minimum.
                      « Le fait de porter ou de transporter, hors de son domicile, sans motif légitime, et sous réserve des exceptions résultant des articles L. 315-1 et L. 315-2 du code de la sécurité intérieure, des matériels de guerre, armes, éléments d’armes ou munitions relevant des catégories A ou B, même en en étant régulièrement détenteur, est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende. » art. 222-54 du Code Pénal, section 7 « Du trafic d’armes ». La défense/protection de soi n’est pas considérée comme légitime alors que c’est la seule qui le soit vraiment.

                    • Concernant les policiers, Me Lienard, avocat spécialisé dans la défense des agents de police, dans une entrevue vidéo « Aux armes citoyens ? avec Frank Lienard » sur YT prononce cette phrase :
                      « Assurer la sécurité des citoyens, c’est un pouvoir régalien de l’Etat, et l’Etat estime qu’il est en charge de notre sécurité et qu’il assure cette sécurité aujourd’hui. »
                      L’insécurité est le problème numéro 1 des français. Maître Lienard et l’Etat se plantent.
                      Il dit que pour porter une arme il faut être « parfaitement formé » et annonce plus tard que la formation des policiers n’est pas parfaite.
                      « Aujourd’hui le vrai soucis c’est celui-ci. C’est la formation des policiers et des gendarmes, à la fois la formation juridique, la formation pratique, la formation continue. Tout cela pose des grosses questions, parce que aujourd’hui, les gendarmes qui assurent notre sécurité, ils tirent 20 cartouches par an. Et ils sont donc dans l’incapacité technique de maîtriser leur arme dans des conditions acceptables. »
                      Il sait de quoi il parle le monsieur, il est spécialiste de l’usage des armes, membre de l’Association des instructeurs de tirs de police, et gendarme réserviste.

          • Et pour moi c’est simple : l’agresseur, même non armé, est le voleur. Il constitue bien le primum movens. Rien ne serait arriver sans son agression.

            • Un agresseur risquant de se trouver face à quelqu’un d’armé le mettra hors d’état de nuire (le tuera ou blessera) au moindre soupçon, ou même avant tout soupçon. Simple escalade.

              • J’assume le risque.

              • @William Morris
                « Simple escalade. »
                Que l’agresseur pense qu’il aura affaire à une victime désarmée ou non, c’est lui qui iniciera l’escalade. Tout ce qui arrive, ou qui lui arrive, ensuite est de son fait.
                La victime armée aura une chance de se défendre, alors que non armée elle en a quasiment aucune. Mais vous devez avoir raison au final : Il aurait fallu que Joel Myrick, Jeanne Assam, Stephen Willeford, E.C. Butts, n’aient pas eu d’armes dans les mains, ça aurait tellement bénéfique comme ça le fut pour Suzanna Hupp, ou Nikki Goeser. IL vaut mieux laisser des policiers payés 25000€ l’année prendre le risque à votre place de prendre un coup de couteau ou une balle. C’est moins risqué pour eux d’arriver après coup et de n’avoir qu’à sortir une craie.

          • Tu me fous -1, ben alors, j’y vais franco Kamarad Ama 12 :mrgreen:

          • @William Morris
            « Imaginez maintenant une agression pour vol : Monsieur X pointe son arme sur monsieur Y. Monsieur Y est également armé et tues monsieur X car il craint pour sa vie. Question : »
            Il est beau votre exemple tout flou à dessein.
            Agression avec arme. crainte pour sa vie légitime, usage de la force létale pour préserver sa vie légitime => légitime défense.
            L’agresseur déclenche l’agression, il a l’initiative. L’agressé ne peut que réagir à cette agression. Il ne peut donc pas devenir un agresseur.

          • « En 2015, il y en a eu 518 en Angleterre et au Pays de Galles. »
            518 quoi ? Homicides/meurtres « par » armes à feu ?

          • En quoi avez-vous répondu à ma question:
            « Ce que permettent les armes à feux c’est que le faible peut se défendre contre le fort. »

        • @Balthazar
          Bonjour,
          « Royaume Uni : armes quasiment totalement interdites et pourtant : 50% de crimes en plus. Evidemment la majorité par couteau et autres moyens… »
          Entre septembre 2016 et septembre 2017, 6694 crimes ont été commis avec une arme à feu, alors que comme vous les dites, elles sont quasiment totalement interdites.

  • Dans les actualités du jour en France, les pompiers se plaignent d’être de plus en plus victimes d’agressions traduisant le même fait de ne plus avoir à craindre une réaction des personnes agressées.
    La dissuasion des voleurs et des délinquant passe par une réforme du droit en autorisant les citoyens à défendre leur vie et leurs biens.

    • bon, à une époque les profs n’hesitaient pas à dénoncer les policiers.. et puis un jour on a brûlé des écoles et là consternation..comment cela est il possible? puis agressé des pompiers, puis dess médecins..des infirmières..

      en fait les gens se révoltent contre l’etat nounou sans m^me sans rendre compte..

  • Si vous avez besoin de prendre les biens des autres, c’est que vous êtes pauvres. Si vous êtes cambriolés, c’est que vous avez des biens, donc riches.
    Dans un pays où la chasse aux « riches » est ouverte, le cambriolage est un moindre mal. Agresser le cambrioleur sera assez impardonnable.

    • Bah, c’est lui-même qui va enclencher les pointeurs laser et s’aveugler comme un grand. Fallait pas entrer sans l’occupant officiel des lieux.

    • Extrait d’un article de Boursorama ce jour : « Les actionnaires français tirent en revanche leur épingle du jeu, les entreprises tricolores s’étant montrées à nouveau très généreuses avec eux. La France est « de loin le plus grand payeur de dividendes en Europe » (+3,1% à 51 milliards de dollars). »
      Chasse aux riches vous disiez ?
      Certes, il est certain que la jalousie, l’envie envers les personnes possédant du patrimoine est tenace en France.

      • Quand on sait que les français ne possèdent pas leurs entreprises en raison d’une fiscalité folle et de l’absence de fond de pension, et quand on prend en compte qu’elles sont parmi les plus imposées du monde, elles ne font que reverser à l’actionnaire, par rapport au capital investi, que l’équivalent des autres, l’Etat s’étant goinfré avant et pendant.

        • Il va peut-être falloir apprendre les taxes sur les dividendes, notamment les différents taux nationaux avant de vouloir parler du sujet. Les USA taxent à 30%, la France aussi, 35% en Suisse, 19% en Espagne.
          Chaque individu est libre (s’il en a les moyens, petite subtilité) de prendre par au capital de ces entreprises et d’en posséder une partie. Ce sont ces gens-là aussi qui perçoivent des dividendes.
          En Belgique, une petite partie de ces dividendes est également déductibles. En tant que Belge, sur les actions françaises, je bénéficie d’un taux réduit : le dividende n’est taxé « que » à 12,8%
          Que l’état soit trop gourmand est une certitude, mais n’abusez pas.

          • Ah, ce monde magique où l’on croit que la fiscalité, ou le prix de la nuée de fonctionnaires qui occupent ce pays, se résume à la taxe sur les dividendes. Le dividende est ce qui indemnise l’actionnaire de son apport en capital. Avant ce moment tant attendu pour lui, l’Etat et ses obligés se sont très largement goinfrés par les impôts de production les plus élevés de la planète développée, par les 400 000 normes et réglements qui représentent un coût de 80 milliards d’euros (en comparaison l’Allemagne avec 80 000 normes, soit 5 fois moins a un coût d’environ 60 milliards pour les entreprises tout en ayant bien plus d’entreprises). Avant le dividende il aura fallu payer les salariés avec des salaires ultra chargés en particulier dans les entreprises innovantes consommatrices de ce capital à rémunérer. Et puis à quoi bon aligner tous ces éléments, c’est tellement gros et factuel que ne pas en avoir conscience signe soit un âge prépubère soit une idéologie qui amène à refuser le réel.

            • Je répète que l’état (français) est en effet trop gourmand mais que vous abusez avec de grosses pelletées de mauvaise foi.
              Que les entreprises françaises soient championnes des dividendes MALGRE la forte imposition des entreprises, c’est qu’elles ont des santés financières bien costaudes.

              • Bah oui ! Il faut bien que l’Etat récupère ses dividendes des 700 et quelques entreprises dans lesquelles il a transformé l’argent public en capital.

              • Ce chiffre des dividendes est obtenu en comptant non seulement les sommes que les sociétés versent aux ménages, mais aussi celles qu’elles se versent entre elles. Airbus verse des dividendes à EADS, qui verse des dividendes au groupe Lagardère, qui verse des dividendes à M. Lagardère. Mais ce sont les mêmes dividendes, et les additionner revient à compter deux ou trois fois la même chose.
                Ce qu’il faut regarder, ce sont les revenus, dividendes ou autres, que toutes les sociétés, qu’elles soient cotées ou non, versent directement à leurs propriétaires quand ce sont des personnes physiques.
                On trouve ces chiffres pour beaucoup de pays dans les bases de données de l’OCDE.
                France: 30,2 milliards d’euros en 2017.
                Allemagne: 289 milliards d’euros.
                Royaume-Uni: 106 milliards de livres.
                USA: 1071 milliards de dollars.
                La France est donc loin d’être le pays d’Europe où les sociétés rémunèrent le plus leurs propriétaires. C’est même plutôt le contraire.

                • @breizh06
                  Bonjour,
                  « La France est donc loin d’être le pays d’Europe où les sociétés rémunèrent le plus leurs propriétaires. C’est même plutôt le contraire. »
                  Ca colle plus avec l’esprit France actuel en effet.

          • @William Morris
            « Chaque individu est libre (s’il en a les moyens, petite subtilité) »
            Avoir des moyens ou non n’entame pas la liberté. J’ai la liberté d’acheter une villa avec piscine, ou une Ferrari, bien que je n’en ai pas les moyens. Ma liberté n’est pas entamée puisque d’autres qui ont les moyens peuvent se les offrir.
            En socialie, la liberté est niée, combattue ; y acquérir des moyens d’agrémenter son quotidien et sa qualité de vie est jalonné de bâtons et de coups de bâtons.

  • J’ai 2 chiens.
    En appartement c’est plus compliqué, mais les chihuahua font ouah-ouah aussi.

  • Le vol en France bénéficie d’une indulgence coupable alors que le crime, vol le plus grave puisqu’il prive de vie la victime, est à juste titre condamné sévèrement.
    L’adage « qui vole un œuf, vole un bœuf » devrait être la source de sanctions réelles.
    Mais il est vrai qu’on vole un œuf pours se nourrir puis un bœuf pour acheter plusieurs œufs et alimenter sa famille exploitée par les salauds de riches…..
    Un nouvel adage, « qui vole un burger, vole une vie » serait peut-être plus efficace pour réagir sainement à tous vols quel qu’en soit la nature!

  • claude henry de chasne
    19 août 2019 at 9 h 39 min

    aux états unis si vous tirez sur une personne qui viole votre propriété vous ne passez meme pas en justice

  • Lors d’un cambriolage avec violence, le ou les cambrioleurs n’étaient des inconnus que dans 27,5 % des cas !

    Remarquable. Ce chiffre doit être bien plus élevé en France.

  • En France ils préfèrent la présence du résident qui leur permet de gagner du temps,en tordant un peu des bras on obtient la cache de l’argenterie les nos de cartes bancaires ainsi que celui du coffre fort

  • « …l’augmentation du nombre d’officiers… » La Police US va prendre des allures d’armée mexicaine!

    Sérieusement: en anglais, « officier », s’agissant d’un militaire, signifie la même chose qu’en français. Mais s’agissant d’un policier, cela signifie « agent ». On peut dire aussi « policier ».

  • A partir de la troisième condamnation => Prison à vie

    Pour beaucoup, nous les entretenons lorsqu’ils sont libres, autant payer pour les mettre dans l’incapacité de nuire.
    1 par cellule, pas de visite, pas de religion, pas de distraction, 1 repas par jour, l’unique sortie se fait les pieds devant.

    Sinon la détention d’armes sans la révision de la loi sur la légitime défense n’est qu’une illusion dangereuse.

  • Tout¨d’abord, avant toute chose : soutient à l’ami victime des tentatives de cambriolage.

    Venons-en maintenant au fond du propos de l’article : l’auteur a raison sur le fait que si en France les gens honnêtes n’étaient pas aussi désarmés et résignés (à cause de lois liberticides), et s’ils étaient réellement autorisées par la loi à se défendre, il est probable que les crimes, en l’occurence les cambriolages, seraient beaucoup moins nombreux.
    À ce propos, tel qu’expliqué dans l’article, un avantage induit lorsqu’un pays respecte le Droit à la possession et au port d’arme c’est l’effet dissuasif : il n’y a même pas besoin que tous les foyers du pays achètent des armes, le seul fait que tout le monde sait qu’un petit nombre de foyers sont armés suffit à grandement décourager les cambrioleurs étant donné qu’il leur est difficile de déterminer quels sont les foyers à éviter (foyers armés) et quels sont les foyers à cibler (foyers désarmés.)

    L’auteur de l’article a cependant tort de répéter le refrain éculé « l’État est trop gentil/laxiste ». Pourquoi ? Parce que tout libéral digne de ce nom sait qu’en réalité l’État ( français ou américain, peu importe) est À LA FOIS trop laxiste ET pas assez laxiste.
    – L’État est trop laxiste car, pour divers raisons, il laisse souvent impuni les criminels ( criminels = cambrioleurs, voleurs, agresseurs, violeurs, escrocs, etc etc… )
    – L’État n’est pas assez laxiste car il n’arrête pas d’emmerder des innocents : d’un point de vue libéral (contrairement au point de vue des conservateurs ou des socialistes) les fournisseurs ou consomateurs de drogues, et les prostituées ou clients de prostituées, et les camelots/vendeurs à la sauvette, et les taxis dépourvus de licence, et les patrons employant des travailleurs au noir, et les marchands de sommeil, et les évadés fiscaux, et les « racistes, sexistes, homophobes », etc etc… ne sont pas automatiquement des criminels. Bien évidemment ceux qui parmi eux sont des criminels méritent d’être punis par l’État, mais il faut que ce dernier laisse tranquille ceux qui se tiennent à carreau (ceux qui ne portent pas atteinte à autrui ou aux biens d’autrui.)

    L’auteur de l’article à donc à la fois raison et tort d’écrire que l’État doit se montrer plus sévère dans des villes dangereuses comme Chicago, Baltimore, ou Détroit :
    – Il a raison car dans ces villes l’État laisse impuni beaucoup de criminels ( cambrioleurs, agresseurs, violeurs, escrocs, etc etc… )
    – Il a tort car dans ces villes l’État traite beaucoup d’innocents comme des criminels ( innocents = certains dealers ou drogués, certaines prostituées ou clients, certains vendeurs à la sauvette, etc etc…)

    Cependant, au risque de me répéter, l’article est malgré tout globalement correct : il est plus que temps que la France prenne exemple sur les États (américains, ou suisse, ou autre…) favorables au Droit à la possession et au port d’arme.

  • Mort de rire à la lecture de cet article ! ^^
    On comprend bien tout le long de l’article le message entre les lignes « si on est armé on va subir moins de cambriolages » et la conclusion, légère, au passage « et, pourquoi pas, des citoyens bien armés »…

    Sans déconner ?!

    Un petit peu de référence de Nobel pour faire style mon article est censé, des références par-ci par-là à une quantité de chiffres trop rarement sourcés, bref… un superbe article bien consistant qui a de quoi faire frémir tous les Français !!!

    « Pour retrouver des taux au niveau français, il faudrait aller dans des États moins conservateurs ou dans des grandes villes comme La Nouvelle-Orléans, Baltimore, Chicago, Saint-Louis ou Détroit » –> Le port d’armes y est interdit là-bas ? Ben non… Donc moi, mon analyse (hautement documentée) me fait dire qu’en fait, le niveau de cambriolage n’est pas lié au fait d’être armé.

     » Parce que chez les riches, ils seront confrontés à davantage de police, de systèmes d’alarme, de caméras et, surtout d’armes à feu  » –> ça sort d’où ça les riches sont plus armés ? (au passage quitte à être caricatural à fond, autant rester dans l’esprit de l’article : j’aime la définition des pauvres aux USA, 20 à 30 000 euros annuels de revenus)

    Finalement dans cet article on comprend qu’aux USA on a plus de chance de se faire tuer dans une fusillade que de se faire cambrioler !
    Ouf, c’est rassurant, je cours m’acheter un AR-15 chez Wallmart.

    Aller Tcho, et surtout prevenez-nous quand vous redescendrez sur Terre !

    • @Allolaterre
      Bonsoir,
       » Pour retrouver des taux au niveau français, il faudrait aller dans des États moins conservateurs ou dans des grandes villes comme La Nouvelle-Orléans, Baltimore, Chicago, Saint-Louis ou Détroit » »
      Toutes ces villes sont dans des états restrictifs sur les armes à feu. Le pire de tous étant l’Illinois. Le port d’arme y est soumis à autorisation, ce n’est pas un droit, et donc une infraction au 2nd amendement.
      Baltimore, Chicago, Détroit, Washington D.C et Los Angeles concentrent à elles seules 25% des meurtres du pays.

      Pour Chicago :
      « Depuis que la mairie de Chicago a été contrainte d’autoriser le port d’arme dans les lieux publics pour les propriétaires de permis plus tôt cette année, les vols ont baissé de plus de 20% et le taux d’homicide de la ville est à son niveau le plus bas depuis des décennies. […] le port d’arme légalisé n’a pas mené à des tueries folles dans la rue comme les anti-armes aiment à le fantasmer. La ville attend plus de 100.000 demandes de permis d’ici la fin de 2014. »
      (http://rare.us/story/guess-what-happened-when-chicago-started-allowing-concealed-carry-firearms/)

      « Ouf, c’est rassurant, je cours m’acheter un AR-15 chez Wallmart. »
      Achetez plutôt une arme de poing, c’est moins cher et plus facilement dissimulable. Ah oui ! et évitez les gunfree zones.

  • On s’y perd un peu dans les chiffres :

    – Dans ma Virginie, il n’y a que 218 cambriolages annuels pour 100 000 habitants contre plus de 900 pour 100 000 ménages en France en 2016, soit à peu près le double.
    – Si on essaie de normaliser ces définitions disparates, on a probablement à peu près trois fois plus de cambriolages en France que dans mon État de Virginie.

    Un peu plus loin..

    – Si les tentatives de cambriolage sont au nombre de presque 3,7 millions aux États-Unis en 2014, la famille américaine moyenne attend donc plus de 30 ans pour en être victime..
    Ok en France on a 507 000 (source Vérisure) tentatives de cambriolage soit pour 29 millions de foyers soit une moyenne de 56 ans

    mais quid des cambriolages domestiques :

    – si on ne garde que les cambriolages de propriétés résidentielles (67% des cambriolages), on tombe à une tentative tous les 50 ans en moyenne.
    En France la part domestique représenterait 50% soit une tentative tous les 111 ans en moyenne.

    La Virginie est aux Etats-Unis ce que le Cantal est à la France en terme de cambriolage. C’est un peu près tout ce qu’on apprend.

    • Il serait intéressant, en France, de comparer les statistiques pour les logements sociaux et pour les autres.

      • Je pense que ce n’est pas nécessaire..
        J’habite dans un tout petit hameau de 3 foyers qui s’appelait jadis « Prends garde à toi ». De mémoire d’anciens jamais vu de cambriolage. J’espère que ça va durer..

  • « on peut en augmenter drastiquement le coût avec davantage de police, des peines plus longues et, pourquoi pas, des citoyens bien armés. » Jusqu’à la peine de mort pour les criminels armés. Armer les honnêtes citoyens et désarmer les criminels, soit l’inverse de la situation actuelle. Mais tant que nos gouvernements seront avachis dans l’idéologie socialiste, ils se feront complices des criminels puisque, c’est bien connu, le crime disparaîtra avec la fin du capitalisme. Et puis, s’occuper des crimes est une affreuse perte de temps quand il y a du homard et du champagne à dîner.

    • L’énigme du homard …
      Il rugit quand on le mange, surtout quand c’est François… 😉

    • Le socialisme est-il responsable pour le coup?
      Historiquement, oui. L’interdiction des armes a feu est un héritage, comme tant d’autres vaches sacrées, du maréchal. Mais c’est plus une expression de l’étatisme absolue, de la corporation au pouvoir qui ne fait pas confiance au peuple qu’il dirige, ou, qui se doute que sa légitimité et donc autorité sont contestables. Un régime socialiste dur tel le chavisme, le fascisme, le national socialisme, le pétainisme donc n’a en effet aucun intérêt a ce que les habitants puissent se défendre une fois leur autorité contestée.

      Vu certaines réactions ultra émotives, ce n’est pas demain la veille que les français comprendront le sentiment américain (dernier rempart contre la tyrannie), ce n’est pas demain la veille que les français feront l’effort d’affronter leur histoire, et ce n’est pas demain la veille qu’ils comprendront enfin que le port d’arme n’est qu’une petite partie du débat.
      Qu’attendent ils de leurs impôts?
      Parce que pour le moment, ils paient plus que tout le monde pour avoir une des forces de police la plus dégarnie du monde occidental, mal équipée, mal payée, mal formée, mal aimée et surtout dirigée par des c..s (cf, Bataclan, Nice) qui en font de surcroît un instrument politique.
      Et si cela ne suffisait pas, la France est le pays de l’EU qui dépense le moins en % pour sa justice et le plus pour sa classe jacassante pour une véritable diarrhée legislative.

      Perso, les armes a feu en Europe, je ne sais pas. Je sais que refuser le débat et les retours d’experience, nier notre histoire, et continuer a danser en ricanant, MDR, vers l’abime ne peut que très mal se terminer.

  • Charles Pasqua disait : il faut terroriser les terroristes ! (cambrioler les cambrioleurs?)

  • je me suis toujours demandé ce que la justice (France, Belgique) dirait si j’aspergeais un cambrioleur d’essence. En cas de ma malheur (il fonce sur mon briquet) j’aurais aimé que ça soit ma préméditation de le faire fuir contre sa pulsion subite à se suicider. C’est plutôt magique comme défense physique, peu importe le nombre d’intrus, la fuite est quasi certaine et sans infliger aucune blessure.

  • Erreur arithmétique :

    900 pour 100000 ce n’est pas près du double de 218 pour 100000 mais plus du quadruple.

    • La taille moyenne d’un foyer français est de 2.2 personnes, on compare donc 900 pour 220000 et 218 pour 100000.

  • 180 000 cambriolages comptabilisés en France en 2009,
    202 000 cambriolages en 2011,
    548 000 en 2014.
    507 000 en 2018.
    Ici, on parle d’augmentation du nombre de cambriolages sur le semestre passé. (https://www.capital.fr/economie-politique/les-cambriolages-explosent-de-nouveau-partout-en-france-1346222)
    Dans certains département, l’augmentation dépasse 10% (Paris), pour d’autres elle dépasse 33% (La Haute-Marne avec 36%).
    Et une belle phrase : « Pour dix cambriolages commis, c’est à peine si un cas est résolu par la police. » Du coup, si ce n’est pour l’assurance, à quoi bon porter plainte ?

    • Entre 2011 et 2014 je verrais bien un changement dans la comptabilisation, la prise en compte assurancielle ou autre chose pour expliquer cette brutale hausse des cambriolage. La hausse serait donc à relativiser un peu.

      • @indivisible
        Bonsoir,
        Les assurances couvraient les vols à la suite de cambriolages sans P.V de plainte avant 2011 d’après vous ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

Cet après-midi, le président polonais Andrzej Duda vient rencontrer à l’Élysée son homologue français Emmanuel Macron. Une réunion qui a lieu sur fond de crise politique et juridique européenne avec la question de la primauté du droit européen.

Les discussions porteront avant tout sur les relations commerciales bilatérales dans des domaines tels que l’énergie, ainsi que sur la politique de sécurité et « la coopération des deux pays au sein de l’Union européenne et la protection des frontières de l’UE ». Né... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Le média Liber-thé invite cette année les étudiants de toute la Belgique à participer à son concours d’essai sur la thématique de la tension qui existe entre la liberté et la sécurité. Le concours est organisé en collaboration avec le Cercle des Étudiants Libéraux (CEL) de l’Université Libre de Bruxelles.

Thématique

Cette année, les participants devront traiter de la tension qui existe entre la liberté et la sécurité en se basant sur la citation de Benjamin Franklin :

« Ceux qui abandonnent une li... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Vilfredo Burgess.

"La sécurité est la première des libertés". On s’est formalisé de ce que Emmanuel Macron ait employé cette formule sous prétexte qu’elle s’est jadis trouvée dans la bouche de Jean-Marie Le Pen. Là n’est pas le problème. On peut passer un temps inutile à s’attacher à ne pas employer les mêmes « éléments de langage » de tel ou tel adversaire politique, mais ce ne sont que des mots.

Ce qu’il me paraît d’abord plus important de souligner est que la hiérarchie des libertés implicite dans l’expression est arbitr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles