Le libre-échange, de moins en moins libre

Si les taxes douanières engendraient paix et prospérité, tout le monde le ferait. Hélas, ce n’est pas aussi simple… et les Américains l’apprendront à leurs dépens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libre-échange, de moins en moins libre

Publié le 22 mai 2019
- A +

Par Bill Bonner.

Nous avons parié que Trump ne se lancerait jamais dans une guerre commerciale totale avec la Chine. Nous sommes-nous trompés ? Peut-être.

Un pari perdant ?

Ces deux dernières semaines, notre pari semblait en tout cas de plus en plus perdant. L’équipe Trump n’est pas passée à la guerre totale… mais, en augmentant les taxes douanières sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises, s’en approchait dangereusement.

Notre prédiction était basée sur la supposition que Trump se soucie davantage du cours des actions que de la politique commerciale. Une véritable guerre commerciale ferait chuter les marchés… pensions-nous… et le Président n’était pas assez idiot pour risquer cela.

Il s’organise pour que la Fed soit désignée coupable de la prochaine baisse ; il ne veut pas que des doigts accusateurs pointent vers lui.

Cependant, selon de récents tweets il semble que les taxes douanières n’aient jamais été une tactique de négociation mais bel et bien une fin en elles-mêmes :

« Les taxes douanières rapporteront BIEN PLUS de richesse à notre pays qu’un accord du genre traditionnel, même phénoménal. C’est aussi bien plus facile et rapide à faire. Nos fermiers s’en sortiront mieux, plus vite, et des pays en famine peuvent maintenant être aidés.

Les taxes douanières rendront notre pays BEAUCOUP PLUS FORT, pas plus faible. Regardez bien ! »

Bien entendu, si c’était vrai – que l’on puisse s’enrichir et se fortifier en appliquant des taxes douanières –, il y en aurait bien plus dans le monde. Pas uniquement pour les pays. Les régions, voire les départements, fermeraient leurs frontières commerciales.

Le Dakota du Nord pourrait vouloir construire ses propres raffineries pétrolières. Le Kentucky pourrait développer sa propre version de la Silicon Valley. Imaginez New York interdisant les films californiens pour protéger son industrie cinématographique !

Qui ne voudrait pas bloquer la concurrence extérieure, si cela rend plus riche ? Si la prospérité était aussi simple que ça, tout le monde le ferait.

Le gouvernement doit-il contrôler le commerce ?

Peut-être que le commerce devrait effectivement être contrôlé par le gouvernement. Apparemment, même nos lecteurs américains pensent que c’est le cas. Voici ce que nous lisons dans le courrier :

« Il faudrait interdire toutes les importations chinoises. On peut fabriquer ces 500 milliards de dollars de pacotille importée ici-même. Ce serait tout à fait bien. Les Américains sortiraient gagnants.  

Enfin, si l’on veut mettre fin aux discussions commerciales, on devrait exiger que tous les biens chinois soient valorisés au prix de la main-d’œuvre américaine, pour contribuer au travail impliqué dans leur production. Pas de raison de faire concurrence à la main-d’œuvre chinoise. On a bien assez de concurrence ici. Il faudrait appliquer les taxes douanières nécessaires pour atteindre la parité du prix de la main-d’œuvre ».

Oui, il y a de la concurrence au sein des frontières américaines parce qu’en interne, les États-Unis sont une zone de libre-échange. Un habitant de l’Alabama, par exemple, n’a pas besoin de demander la permission d’acheter un avocat en Californie.

Les habitants de San Francisco peuvent quant à eux acheter des automobiles fabriquées à Birmingham… même si les salaires et le coût de la vie sont bien plus bas dans le sud-ouest américain que dans le nord de la Californie.

Jusqu’à la création de l’Union européenne, les États-Unis disposaient de la plus grande zone de libre-échange au monde. Nous sommes convaincus qu’il s’agissait d’une cause majeure de la prospérité américaine.

Nous pensons également que d’une manière générale, cette prospérité a mené les gens à préférer les marchés ouverts et les échanges plutôt libres, sans que les autorités s’en mêlent, parce que cela rapportait.

Que s’est-il passé lorsque cela n’a plus été le cas ? C’est ce que nous sommes en train de découvrir.

Le travailleur américain moyen n’a pas eu de vraie augmentation de salaire depuis 45 ans ; pour lui, le libre-échange ne semble pas fonctionner. Ce n’est plus un jeu à somme positive. C’est un jeu à somme nulle… et c’est lui qui perd.

Il ne réalise pas que les autorités ont truqué le jeu en sa défaveur, avec leur fausse monnaie et leurs taux d’intérêts factices.

Il pense plutôt que quelque chose ne va pas dans l’accord gagnant-gagnant d’origine. Le capitalisme, c’est nul, se dit-il. Le libre-échange est une arnaque, pense-t-il. Il veut que les autorités fassent quelque chose. Il veut que les bidouilleurs bidouillent le système.

Nous y reviendrons… à mesure que les événements progressent ; ce pourrait être important.

En attendant…

L’enfer sur Terre

Pouvons-nous trouver un pays qui a interdit les importations étrangères et prospéré ? Nombreux sont ceux qui ont tenté de le faire. Au moins un essaie encore : la Corée du Nord. Qu’est-ce que cela donne chez eux ?

Les habitants de Pyongyang vont-ils au supermarché du coin pour acheter un lave-vaisselle fabriqué sur place… et meilleur que ceux fabriqués par les Chinois ?

Prennent-ils de l’eau pétillante mise en bouteille dans le pays et moins chère que la San Pellegrino importée d’Italie ?

Se rendent-ils chez leur concessionnaire et dédaignent-ils les Mercedes, les Acura et les Ford pour pouvoir acheter les véhicules fabriqués chez eux ?

Non. Ils n’achètent pas grand-chose parce qu’ils n’ont pas d’argent. Les importations sont quasiment inexistantes. Les rayons sont presque vides ; le Nord-Coréen moyen survit à peine… parce que les autorités nord-coréennes contrôlent le commerce et tout le reste.

Interdire le commerce n’a pas fonctionné pour la Corée du Nord. Au contraire, cela a engendré un enfer sur Terre. Qu’en est-il des États-Unis ? Cela en ferait-il un paradis ?

Revenons-en aux principes de base. La richesse réelle est créée par des accords gagnant-gagnant passés entre des personnes volontaires. Les deux parties en sortent gagnantes.

Les autorités, elles, ne créent pas de richesse ; elles se contentent de la faire circuler par le biais d’accords gagnant-perdant. Le commerce ne fait pas exception. Lorsque les autorités contrôlent le commerce, certains gagnent. D’autres perdent.

Donald Trump a vendu la mèche :

« Des exceptions seront accordées sur certains produits, ou ils iront à de nouvelles sources ! »

Les lignes téléphoniques ont dû chauffer tandis que les entreprises appelaient leurs lobbyistes vendredi.

Les consommateurs veulent simplement les meilleurs produits au meilleur prix. Les politiciens/compères/initiés/membres du Deep State/etc., eux, jouent un jeu différent. Ils cherchent à obtenir des exceptions, crédits d’impôts, traitements spéciaux, subventions, allocations, et même des sanctions contre leurs concurrents étrangers.

On passera des accords. On signera des contrats. On se verra à déjeuner. On tiendra des auditions devant le Congrès. On écrira des articles. On appliquera des pressions. De l’argent changera de main.

Le public paiera des prix plus élevés. Quelques personnes obtiendront davantage de profits. La prospérité américaine déclinera plus rapidement encore. Et les gens voudront plus de solutions faciles.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • La différence entre un monde ouvert et un monde fermé est celle qu’il y avait entre Athènes et Sparte : au tournant de l’empire romain, Athènes rayonnait dans le monde alors que Sparte était devenue depuis la guerre du Péloponnèse une insignifiante bourgade de Laconie. Même les ruines le confirment : il faut à peine une heure pour visiter l’antique Sparte et prévoir plusieurs jours pour les antiquités athéniennes.

    L’autarcie n’a jamais apporté la prospérité. Jamais.

    • C’est juste pour l’autarcie, mais faux pour la disparition de Sparte qui a d’autres causes en plus de celle-ci. Toute les civilisations sont nées de la prospérité due aux échanges, et disparues lorsque ceux-ci sont interrompus pour diverses raisons (épidémie, guerre, climat, etc…). Petra est l’exemple typique, mais on en trouve de nombreux au Moyen Orient: Crète Minoenne, Empire Hittite, etc…

      • je crois avoir vu que pour Petra il y aurait eu d’autres causes, notamment quelques désastres (innondations majeures) et… un changement climatique, pourtant arrivé bien avant l’heure 😉

  • La liberté des échanges est bonne pour le consommateur, donc pour tout le monde. Les droits de douane sont mauvais pour le consommateur qui est celui qui les paye.

    • Bien sûr. Mais le consommateur met parfois — souvent — un certain délai avant d’en prendre conscience. Pour Trump, on peut encore espérer qu’il soit en train de jouer la montre pour conserver une certaine partie de son électorat protectionniste jusqu’aux élections, et qu’il utilise ensuite son second mandat à faire remonter la bourse et les perspectives américaines à long-terme en trouvant miraculeusement un terrain d’entente avec Xi. Quatre ans de plus de guerre commerciale avec la Chine seraient bien une catastrophe pour les USA, mais un an et un armistice seraient bien plus favorables à Trump qu’un armistice aujourd’hui. C’est peut-être du wishful thinking, mais c’est à ça que je me raccroche.

      • Cessez de vous en prendre à Trump, le bouc émissaire, vu que l’UE fait pire! Ce ne sont pas les USA qui pâtiraient d’une guerre commerciale avec la Chine, puisque cette dernière fait 600 milliards d’excédent commercial avec eux. Ce manque à gagner si les échanges stoppaient lui vaudrait de sérieux ennuis, dont l’éclatement de la bulle financière! Les USA avec leurs 330 millions d’habitants ont un marché suffisamment large! Les américains vivaient très bien avant que la Chine s’ouvre!

  • Pour qu’il y ait libre échange faut-il encore que tout le monde joue le jeu honnêtement. Ce qui n’est pas le cas actuellement. La Chine triche honteusement en faisant du dumping et jugule les importations par des règlements et autres mesures pour piller les richesses des autres. L’UE applique des tarifs douaniers bien plus élevés que les USA. Et ce sont les consommateurs qui en pâtissent. Lorsque j’achète un produit US sur ebay je paye 40% de droits de douane, taxes et TVA.

    • Ben non, le libre-échange est justement le meilleur moyen de contrer un « partenaire » déloyal. Ils font du dumping ? Donc on obtient des biens à prix cassés. Ils ne veulent pas accueillir nos biens en contre-partie ? Donc il suffit de cesser de reconnaître les effets avec lesquels on les a payés pour amener à zéro le prix, déjà cassé, auquel on a payé.
      Bien sûr, il y a aussi des inconvénients au libre-échange unilatéral, mais globalement face à de tels partenaires, c’est formidable, et en tout cas toujours plus profitable, à terme, que les mesures de rétorsion.

      • « il y a aussi des inconvénients au libre-échange unilatéral »
        Oui, effectivement, comme l’ont montré les faits :
        * disparition massive d’emplois dans les secteurs primaires et manufacturiers, non remplacés
        * => tout une part de la population qui se paupérise de plus en plus (part qui augmente de plus en plus en proportion au fur et à mesure que les secteurs qui les employaient disparaissent, incapables de résister au dumping)
        * => qui se laisse charmer par les sirènes du socialisme et de la redistribution (et ce d’autant plus qu’une autre part de la population a elle effectivement profité de ce « libre échange » et que les socialistes vont se faire une joie de jouer la carte de la jalousie, carte qui marche nettement mieux sur un déclassé que sur quelqu’un qui gagne honorablement sa vie)
        * => ce qui amène des socialistes, d’abord discrets, puis complètement allumés au pouvoir (cf la dérive du parti Démocrate)
        * => ce qui finit par la mort de la liberté, tout en ayant renforcé à outrance un pays qui est tout, mais absolument tout sauf un exemple pour quelqu’un qui se s’affirme libéral, et qui n’a certainement pas prix le chemin de la liberté pendant qu’on le laissait abuser de votre « libre échange unilatéral »

        Maintenant, si cela vous convient…

        • Si les emplois n’existent que grâce à des droits de douane imposés par l’état, ils disparaîtront au final. Le plus tôt, qui permet de reconvertir les entreprises vers des domaines profitables, est le mieux, et le moins coûteux pour le contribuable. Quant au salarié qui se satisfait d’un boulot de ce genre, il n’a rien à envier au cheminot sous statut !

          • « Si les emplois n’existent que grâce à des droits de douane imposés par l’état »
            Vous êtes stupide ou vous faites semblant ? Les emplois dont nous parlons ont été détruits quand les droits de douanes étaient au plus bas, non pas en raison de l’absence de ceux ci, mais en raison des distorsions de concurrences provoqués par le dumping, le vol de propriété intellectuelle, le non respect de nombreuses réglementations (quand on pense que la Chine, 2ème économie mondiale, dispose encore du droit officiel de se dispenser de nombreuses réglementations parce que classée comme pays du Tiers Monde…), du travail des enfants (dispensez vous de vous ridiculiser en déniant cela, c’est tellement de notoriété publique que prétendre le contraire ne ferait que vous enfoncer), etc, etc…

            Y’a un truc fascinant chez tous les idéologues, qu’ils soient socialistes ou soit disant libéraux, c’est leur capacité à ressortir toujours le même discours, même des années après que la réalité ait démontré son inanité… Réussir à soutenir une économie de type mafieuse, en crachant son mépris pour les victimes, tout en continuant à se prétendre libéral,…

            Ajoutons quelque chose : votre mépris de classe, digne d’un communiste flamboyant. « Le salarié qui se contente d’un boulot de ce genre », fallait oser. Mais allez-y, le bobo, jouez la nous à la Ocasio Cortez dont vous êtes finalement bien plus proche que ce que vous pensez, dites que ledit employé, qui travaillait dans le manufacturier de base, est le seul responsable s’il n’est pas capable de devenir un ingénieur chez Intel et que dans ce cas, il n’a qu’à manger sa merde. Quand il aura finit, dégouté par votre mépris, par voter socialiste, vous pourrez pleurer (mais relativement, vous ferez partie de la catégorie « privilégiée », donc vous vous contenterez de votre relative absence de liberté tant que vous pourrez continuer de mépriser les cols bleus : on connait la solidité idéologique des « libéraux » qui en appellent à voter Clinton parce que Trump n’est pas assez « pur » idéologiquement…)

            • vous savez, depuis 1986 l’école est obligatoire en Chine grosso modo jusqu’à 16 ans (6 ans d’école primaire, 3 de collège, en commençant à 7 ans). Ça n’exclut pas des problèmes ponctuels, mais ils sont loin d’être aussi massifs que ce que vous laissez entendre. À noter aussi : à partir de l’équivalent du CM1 la scolarité inclut 2 semaines de stage en entreprise par an. Est-ce un mal…?

              Quant à ce que dit MichelO… un emploi qui ne tient que parce-que les droits de douane sont élevés est un emploi zombie, penser y faire toute sa carrière sans envisager de reconversion est au-mieux se bercer d’illusions. Mais vous avez parfaitement raison, on adore ça, en France.

              • « vous savez, depuis 1986 l’école est obligatoire en Chine grosso modo jusqu’à 16 ans »
                Probablement pour cela que sans chercher longtemps, divers journalistes ont trouvé des enfants de 13 ans bossant dans les usines de smartphones chinoises…

            • Commençons par répondre à votre question idiote, et évacuer ainsi toutes les personnalisations qui pourrissent le débat : Oui, je fais semblant.
              Les emplois dont nous parlons sont des rentes de situation au détriment du client-consommateur et du contribuable. Ceux qui s’y accrochent comme la bernicle à son rocher votent déjà socialiste, parce que dans un monde libéral, le client-consommateur et le contribuable refuseraient de les payer plus que ne vaut leur travail. Dans un monde libéral, il y a aussi un immense respect mutuel entre cols bleus et cols blancs, et dans chacune des catégories comme pour passer de l’une à l’autre (et de l’autre à l’une, d’ailleurs, ce qui est bien plus fréquent qu’on ne croit), il n’y a qu’une voie d’avancement : mieux faire son boulot. Tant que chez nous, ce sera obtenir une exception en sa faveur à la loi du marché, les bénéfices du libre-échange seront annihilés, et comme vous, chacun défendra le protectionnisme en prétendant soutenir le libre-échange, mais pas avec n’importe qui.

              • Je ne vais pas jouer votre jeu du « flou artistique », donc mouillez vous une bonne fois et indiquez nous, précisément, ces « emplois […] rentes de situation au détriment du client-consommateur et du contribuable ». J’attends sans illusion.

                « Dans un monde libéral, il y a aussi un immense respect mutuel entre cols bleus et cols blancs »
                Oui, bien sur, probablement pour cela que vous les définissez comme des « rentes de situation », prétendez qu’ils votent tous socialiste (forcément, ils sont trop cons pour comprendre les hauteurs auxquels les « libéraux » tels que vous naviguez, n’est ce pas ?) et passez votre journée à cracher sur Trump pour lequel ils ont voté, ne vous déplaise (et contrairement aux Never Trumper qui après à avoir appelés à voter pour la socialiste Clinton passent leur temps à taper sur Trump et à défendre la caricature totalitaire chinoise). Votre définition du respect est tout aussi singulière que celle que vous utilisez pour vous prétendre libéral tout en vous asseyant confortablement sur toutes les notions de droit naturel…
                Mais bon, qu’attendre de quelqu’un qui prétend que défendre le libre échange, c’est accepter de commercer avec un capo mafioso qui fait coudre des vêtements par des esclaves dans des containers, pendant que les honnêtes et laborieux couturiers locaux se retrouvent au chômage vu qu’ils ne peuvent bien évidemment pas être « rentables » en comparaison… (je vous caricature à peine, vous esquivez soigneusement de répondre à toutes les distorsions de concurrence qu’on vous signale, donc après tout, faire bosser des esclaves en mode mafieux, pourquoi pas, n’est ce pas ?)

                NB: « dans chacune des catégories comme pour passer de l’une à l’autre (et de l’autre à l’une, d’ailleurs, ce qui est bien plus fréquent qu’on ne croit) »
                Ce que j’ai fait plusieurs fois dans ma vie, donc évitez de vous la jouer grand sage, tant il est évident que VOUS ne l’avez jamais fait. Si c’était le cas, vous n’ignoreriez pas à un point aussi critique les caractéristiques socio professionnels de la majorité des gens composant la classe laborieuse, ignorance qui transparait dans chacun de vos commentaires passablement méprisant envers ceux ci parce que, non, ne vous déplaise, la majorité, pour ne pas dire l’immense majorité, des classes laborieuses ne pourra jamais devenir col blanc, non pas parce qu’ils « s’accrochent comme des moules au rocher de leurs habitudes » mais juste parce qu’ils n’en ont tout simplement pas les capacités (nombreux même sont ceux qui ne pourrait accéder à un statut d’OS…). Ce qui me différencie de vous, c’est que je les respecte, justement, tels qu’ils sont et pas tels que je désirerai qu’ils le soient (ce qui fait finalement de vous exactement le même genre de taré qu’un communiste) et ne les considère pas comme des variables d’ajustement d’une marche forcée vers un « libéralisme » fantasmé parce que je suis conscient que toute marche forcée ne fait toujours que favoriser les rapaces ne jouant pas selon les règles.
                Mais voilà, moi je suis un pragmatique, pas un idéologue, ce qui fait que je ne pave pas la voie de mes fantasmes de « variables d’ajustement »… Moi je suis un pragmatique ET un réaliste, qui constate que vos prétentions « le libre marché à marche forcée et de façon non symétrique fera forcément évoluer la Chine vers le libéralisme, alors sacrifions (le nous n’étant qu’un positionnement) nous pour le bien de l’humanité et un futur de licornes et de bisounours » n’est qu’un délire de salon, la Chine progressant au contraire de plus en plus dans la direction d’un cauchemar totalitaire que même Orwell ou Huxley n’auraient pu imaginer, et ne peut que constater que VOUS en êtes le complice, mode idiot utile, ce qui fait que VOUS êtes l’un des principaux responsables du non avancement de la liberté, tant vous vous démenez pour en défendre les ennemis. Savoureux de vous voir vous prétendre libéral, je le répète.

                • Aucun argument dans votre réponse. Que des insinuations, des contre-vérités sur ma situation personnelle, et à vrai dire quasiment des insultes. Plonk !

                • Vous vous trompez de cible. Déjà la politique de Trump est globalement relativement bien appréciée chez la plupart des commentateurs.

                   » mais juste parce qu’ils n’en ont tout simplement pas les capacités »
                  Vous êtes bien méprisant.
                  Il est certain que tous ne pourront pas. Mais le blocage dans l’évolution de la situation professionnelle des cols bleus est surtout la conséquence de la rigidité du système français qui bloque toute évolution, le statut étant érigé en dogme et l’importance du chômage finissant de brider toute velléité de changement. Mais le pire est qu’in fine, vous semblez considérer ces possibilités d’évolution comme négatives.

                  « ne les considère pas comme des variables d’ajustement d’une marche forcée vers un « libéralisme » fantasmé »
                  C’est vous qui fantasmez sur le libéralisme. On croirait entendre du Mélenchon.
                  L’évolution de la situation du travail en Chine est exactement la même que celle qui s’est ^produit en Europe à la fin du XIXè et début XXè siècle mais en plus rapide.
                  Arrêtez le couplet « mafioso qui fait coudre des vêtements par des esclaves dans des containers, » c’est éculé et en voie de disparition. Sauf peut-être en France dans certains quartiers avec des immigrés clandestins…
                  De toute façon, le changement est inéluctable. Donc soit on s’y adapte, soit on tombe. Les insultes n’y changeront rien.

                  • « Vous êtes bien méprisant. »
                    Je ne suis pas méprisant, juste réaliste de ce que j’ai pu voir. Celui qui est méprisant, c’est celui qui demande à un gars incapable d’aligner 3 mots sans faute d’orthographe, et qui compte en se servant de ses doigts, de devenir un col blanc…

                    « « ne les considère pas comme des variables d’ajustement d’une marche forcée vers un « libéralisme » fantasmé »
                    C’est vous qui fantasmez sur le libéralisme. On croirait entendre du Mélenchon. »
                    Mais bien sur…

                    « De toute façon, le changement est inéluctable. Donc soit on s’y adapte, soit on tombe. Les insultes n’y changeront rien. »
                    Et donc, s’y « adapter », c’est refuser de faire quoi que ce soit contre les abus qu’on peut réaliser ? Des conservateurs qui osent se prétendre libéraux…

    • Ce n’est pas tellement le « dumping » notion bizarre, que l’asymétrie tolérée par l’ouest. Les Chinois peuvent acheter des entreprises à l’ouest, mais les investisseurs de l’ouest ne le peuvent pas.

      Et les copies, mollement combattues par l’état chinois. C’est bien pire que le dumping.

      Il faut y mettre un terme.

      • D’accord sur l’asymétrie pour les achats d’entreprises, mais les mesures préconisées ne sont pas le rétablissement de la symétrie, alors qu’elles le devraient.
        Pour les « copies », d’accord quand il s’agit de contre-façons, de produits qui prétendent être ce qu’ils ne sont pas. Mais le refus de la pure copie est elle une taxation arbitraire protectionniste : des droits qui protègent une idée, c’est bien contraire au libre-échange, non ?

        • « Mais le refus de la pure copie est elle une taxation arbitraire protectionniste : des droits qui protègent une idée, c’est bien contraire au libre-échange, non ? »
          Oh elle est belle celle là, le « libéral » qui nous défend le vol de propriété intellectuelle, c’est grandiose !

          Eh, le comique, : si je me pointe dans votre usine, que je vous vole des machines outils pour lancer une boite concurrente à la votre, c’est normal n’est ce pas, vu que je refuse la « taxation arbitraire protectionniste » que représenterait l’investissement nécessaire ? (remplacer les machines outils par les milliards investis dans le R&D pour développer l’idée, et vous comprendrez que MichelO défend tout simplement le vol pur et simple)

          On dit que les Français ne comprennent strictement rien au libéralisme, mais là, par l’exemple, nous en avons une illustration tellement ahurissante que cela en devient comique…

          • La propriété intellectuelle est composée du droit d’auteur, duquel je ne renie rien, et de règles commerciales de « propriété industrielle » qui n’ont rien à voir avec des droits fondamentaux que défendraient les libéraux. Comment définissez-vous « propriété intellectuelle » et « libéralisme », vous ? Et accessoirement, « respect des idées d’autrui dans le débat », et « suffisance mal intentionnée » ?

            • « propriété intellectuelle »
              Trop vaste sujet pour en parler avec un cuistre qui la dénie et considère comme normal le vol du travail des autres, et qui en plus l’indécence de tenter de donner une moralité audit vol. Vos pseudos raisonnements sentent tellement bons leur vingtième siècle, pondus par quelqu’un qui ne comprend même pas que l’économie moderne et sa richesse produite est entièrement basée sur la création intellectuelle, que ça en est risible.

              « libéralisme »
              Primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle. Ses racines se trouvent dans l’opposition au conservatisme (à l’origine, l’absolutisme royal, de nos jours, ceux qui tentent de trouver des justifications à une situation donnée pour ne pas la faire évoluer vers le mieux, vu que comme les aristocrates et grands bourgeois de l’époque ils y trouvent leur petit intérêt égoïste)
              L’un des principes fondamentaux du libéralisme est le principe d’égalité en droit, principe que vous rejetez (où est l’égalité de droit dans le « libre échange unilatéral » ?) au nom de votre petit confort puisque vous désirez l’instauration d’un capitalisme de connivence spoliateur, la seule différence / modèle classique étant que le capitalisme de connivence que vous défendez n’est pas localisé dans votre pays, mais en provenance d’un autre : c’est encore plus savoureux.

              « respect des idées d’autrui dans le débat »
              Le respect, cela ne se doit pas, cela se gagne. Un débat, c’est quand lorsqu’un point est relevé (le dumping massif chinois, par exemple), on répond à ce point au lieu de fuir dans les poncifs.

              « suffisance mal intentionnée »
              Conservateur petit bourgeois et égoiste qui sacrifie la liberté (aussi bien celle des Chinois dont il défend les comportements prédateurs de leurs dirigeants que celle des travailleurs américains censés se sacrifier au droit du conservateur de jouir sans entrave de SA liberté) sur l’autel de son propre confort personnel (je consomme moins cher, na !) et à l’indécence d’habiller ce si banal et méprisable comportement humain de grands termes humanistes dont il ne comprend en réalité absolument rien.
              Je suppose que vous avez bien compris que je vous renvoyais votre perche que vous preniez pour un gourdin, isn’t it ?

              J’en ajoute, pour votre culture :
              « Libre échange unilatéral », soit une « concurrence forcée » : « La concurrence n’est pas une fin en soi, pas même un moyen, c’est seulement quelque chose qui peut (ou non) se produire dans un marché libre » (wikilibéral, chapitre concurrence)
              Marché libre : marché libre est un modèle économique idéal dans lequel les échanges sont libérés de toute mesure coercitive, y compris les interventions gouvernementales comme les tarifs, les taxes, et les régulations, à l’exception de celles qui autorisent la propriété privée des terres, des ressources naturelles et du spectre de radiodiffusion, ainsi que la propriété intellectuelle, les entreprises et autres fictions légales (toujours Wikilibéral, chapitre « marché libre »)
              Le « marché » US-Chine n’étant pas, de votre propre aveu, un marché libre (c’est bien pour cela que vous voulez un « libre échange unilatéral »), vous défendez donc une situation parfaitement alibérale.
              En réalité, cela va même plus loin : vous demandez expressément de l’Etat de cautionner le viol du principe d’égalité en droit et de soutenir de facto un état multipliant les interventions gouvernementales coercitives (absence de respect de la propriété privée, taxations et régulations à outrances, capitalisme de connivence planifié, …)

              Et pour conclure :
              « Quand le pillage devient un moyen d’existence pour un groupe d’hommes qui vit au sein de la société, ce groupe finit par créer pour lui même tout un système juridique qui autorise le pillage et un code moral qui le glorifie ».
              Je vous laisse imaginer ce que Frédéric Bastiat aurait pu éprouver à vous lire.

              • L’agressivité, la haine et le mépris qui suintent de votre post dessert le thème de vos propos.
                Du même niveau que certains militants LFI attaqués sur leurs fondamentaux. 🙂

                La discussion sur les règles de propriétés intellectuelles, industrielles, brevets…etc sont des débats récurrents. Ils ne méritent pas des insultes envers ceux qui ne pensent pas comme vous. Vous vous prenez pour le juge suprême qui détient la vérité?

                Frédéric Bastiat savait discourir et exposer ses idées sans haine ni insulte. Je pense qu’il n’aurait même pas été jusqu’à la fin de votre post…

                • LFI, LFI, LFI… Comment replacer la vacuité argumentaire par des slogans…

                • PS : « Je pense qu’il n’aurait même pas été jusqu’à la fin de votre post »
                  Non, ça, c’est le propre des esprits médiocres qui enfermés dans leur tour d’ivoire se tape sur le ventre, satisfaits de l’image qu’ils se donnent d’eux même, soit certainement pas ce qu’était Bastiat.

                  PPS : « la haine », ça, par contre, c’est par excellence un argument trotskyste, la diabolisation de l’adversaire quand il a le malheur de mettre un grain de sable dans votre petite litanie idéologique. Cet « argument », qui me glisse dessus tant il est à des années lumière de ce que je peux ressentir à lire les pseudo libéraux « précieuses ridicules », en dit surtout très long sur celui qui l’utilise comme étant pertinent, ne vous déplaise.

  • Il ne peut y avoir de libre-échange au niveau mondial sans une certaine uniformité des règles. C’est d’ailleurs pour cette raison que les accords dits « de libre-échange » comportent des milliers de pages.
    En réalité, cette utopie économique est le cheval de Troie d’une planète uniformisée au niveau politique. Donc les mêmes règles partout. Décidées par les mondialistes de l’OMC qui savent mieux que personne ce qui est bon…
    La vraie question est: quel est le bon niveau de décision pour assurer la propérité des peuples?

  • Je ne suis pas d’accord avec vous, Trump dit fabriquez chez nous et vous aurez 0 tarif.
    Il propose une alternative, baisse des impôts, suppression des regulations.
    Quand on est investisseur, y’a pas photo, c’est du cote des USA qu’il faut etre.

  • Qu’on achete du pétrole ou des matières premiere parce que on n’en a pas ou que le Groenland achete des oranges parce que ca couterais trop chers a produire sous serres, oui ca c’est du libre échange.
    Mais fabriquer une paire de basket en Chine a 7 euros et la revendre 10 fois le prix en Amérique, c’est pas pas du libre échange, c’est du capitalisme de connivence, c’est être trop greedy. Ils pourraient fabriquer leurs baskets aux USA, et les revendre aux meme prix, mais au lieu de faire fois 10, ils feraient fois 2 ou 3.

    Je sais pas, faire fois 2, c’est genial.

  • Le libre échange tel qu’il est a enrichis les Chinois et nous a appauvris.
    C’est pour raison que je rigole quand j’entends la propagande de certains économistes sur la bulle immobilière en chine, qui va s’écrouler. Les Chinois se sont enrichis en fabriquant tee short, telephone ordinateur, chaussures, et autres, sur les dos de l’occident, des africains, et ont transformer l’argent en dur c’est a dire en biens immobiliers. Meme si les prix baissent cela n’a aucunes importance, car cela s’est fait sur le dos des autres.
    Avec ma femme chinoise, pour le prix de 2 lingots d’or, on a acheté un studio dans la tour d’a cote, et pour l’instant il n’est pas louer, cela nous coute 15 euros de frais de copropriété par mois, c’est tout! aucuns abonnement ni taxe, ni CSG, ni TVA. A n’importe quel moment des amis, de la famille peuvent venir, et on peut les loger, c’est ultra pratique, compare a 2 lingots, qui servent a rien, qui ne produise rien, notre studio, il a fallu acheter des meubles, de électroménager… donc notre investissement sert d’autres secteurs économiques.
    Le prix de l’or est affiches dans toutes les boutiques de bijouteries, il est a 299 yuans les 999′, le prix ne bouge jamais, et quand je regarde les femmes dans les malls, une sur 10 a un bijoux, bague, boucle d’oreille, collier, le peuple chinois n’achète pas vraiment de l’or, acheter un appartement est nettement plus intelligent, plus pratique.
    Et les 2,1 millions d’employés qui travaillent chez Foxcon, ont plus d’impacts économique, que les 3 ou 4 milles ingénieurs de Apple payes 20 fois plus.

    • Il a enrichi les Chinois, point. Et même si les Chinois sont trop prompts à arnaquer l’étranger à mon goût, je m’en réjouis pour eux. Mais le libre échange nous a enrichis, nous aussi ! Les Chinois ne se sont pas enrichis sur notre dos : ils nous ont permis d’avoir un smartphone pour le prix d’un minitel. L’idée que nous n’en serions pas restés au smartphone au prix de 10 minitels, fabriqué dans nos usines d’état sans contrôle qualité, est parfaitement farfelue…

      • Sur le prix d’un iphone, le cout de fabrication par les chinois n’est que de 6 a 7%, c’est a dire tres peu.
        Les iphones peuvent très bien fabrique aux USA ou en Europe et être vendu au meme prix.
        10 fois le prix, faut pas non raconter n’importe quoi, j’achète tous mes ordinateurs portables a Hong kong depuis 26 ans (j’en ai 4 en permanence), car on peut y trouver des notebooks « 100% made in Japan ». Mes ordi étant allumes minimum 16 heures par jours et parfois toute la nuit, je ne tiens a ce que la batterie ou autre prenne feu.
        Et la difference de prix par rapport au made in china, n’est que de 20% a 30% suivant les modeles: preuve ci dessous:
        https://ibb.co/ZVx7Cb3

        • Oui, j’ai sans doute exagéré, mais si le coût de fabrication n’est que de 7%, le multiplier par 10 en fabriquant en France dans une usine « d’Etat » n’augmenterait le prix final que de +63% du prix actuel, ce qui n’est pas si invraisemblable que ça. Je voulais surtout faire remarquer que le « libre-échange » actuel ne nous a pas appauvris.

          • C’est bien de mettre « libre-échange » entre guillemets, car ça n’en est pas un. Et c’est tout le problème.
            Un marché faussé et délibérément asymétrique n’a pas à respecter des règles qui ne peuvent pas lui être appliquées. C’est tout simplement techniquement impossible et s’entêter à le faire de façon asymétrique ne règle strictement aucun problème. Surtout que ni l’UE, ni les US, ne sont pas des exemples du parfait libéralisme, avec leurs bureaucraties hypertrophiées…

    • Petite précision par rapport à votre commentaire : l’or qu’on achète en bijouterie en Chine est pur à 99%. On est loin du 750/1000 maximum qu’on trouve en France.

      • Juste une question : les bijoux fabriqués dans un or aussi pur ne sont pas mous ? A ma connaissance, l’or à 99% est particulièrement ductile, cela ne pose pas de soucis pour des bijoux ?

        • Exact, mais l’importance de ce critère dépend du type de bijou que vous fabriquez avec. En Grèce, il y a bcp de bijou à 22 carats (contre 18 en France) mais on y fabrique pas les mêmes types de bijoux avec.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Avec le conflit ukrainien, le monde a les yeux rivés sur le gaz et le blé. Pourtant, le gaz russe peut être remplacé par n’importe quel autre gaz, que ce soit du gaz naturel norvégien ou qatari, ou même du gaz de schiste américain. Tous sont remplaçables, le problème est logistique, voire financier.

Pareil pour le blé, un grain de blé est le même qu’il vienne de France ou d’Ukraine. On peut aussi raisonner par calorie, dans ce cas la calorie alimentaire est la même qu’elle provienne du... Poursuivre la lecture

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles