Seule la propriété libre vous protège contre le pouvoir

En libérant la propriété des carcans de la tradition et de la politique la révolution libérale a donné à l’individu la possibilité de se protéger contre l’arbitraire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source https://unsplash.com/photos/j_Ch0mwBNds

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Seule la propriété libre vous protège contre le pouvoir

Publié le 14 mai 2019
- A +

Par Alain Cohen-Dumouchel.

La notion de propriété est centrale dans la philosophie libérale. La propriété conçue comme un droit de l’homme reconnu par le pouvoir est le pilier de la doctrine libérale classique. Cette notion subtile basée sur un équilibre entre le droit naturel et le droit positif s’oppose à la conception de la propriété qui a prévalu de façon immémoriale et qui a été reprise par les différentes formes de socialismes : la propriété équitable.

La propriété basée sur l’équité

Dans ce modèle la propriété est distribuée par le pouvoir en fonction de ce qui est jugé équitable.

La nature de cette équité est très variable suivant les périodes et les civilisations. La source de ce que le pouvoir juge équitable pour attribuer une propriété peut être la naissance, le mérite, l’égalité réelle, le besoin. Lorsque la propriété est équitable, aucune propriété n’est opposable au pouvoir. Toute propriété peut être modifiée ou retirée à son usufruitier. La propriété n’est pas un droit de l’Homme, c’est un droit du citoyen.

Ce modèle très stable est celui de la société antique, du féodalisme, de l’absolutisme et, comme nous le verrons, il a été repris par le socialisme et le communisme.

Dans cette conception de la société, l’impôt n’est jamais du vol puisque la propriété est toujours un privilège qui est accordé par le pouvoir. La propriété apparaît, ne se constitue qu’après l’impôt et sous une forme révocable à tout moment. La propriété est toujours publique, accordée sous conditions par les puissants aux plus faibles, après que les premiers eurent prélevé leur part sur la création de richesse.

La propriété, simple concession du pouvoir

L’équité qui présidait à la conservation et à l’attribution de la propriété a eu plusieurs significations au fil des âges. On pouvait acquérir la propriété par le travail, par la naissance, par des faits d’armes, par la valeur (jugée par le pouvoir), par la bonté ou le caractère pieux de ses actes, par les services rendus à la communauté ou au pouvoir ; on la conservait ou on la perdait pour les mêmes raisons. Une propriété n’était jamais acquise définitivement ni totalement et le pouvoir n’était pas privé de la possibilité de la remettre en question.

Ainsi si le droit romain établit bien des règles d’échange et de transmission de la propriété, ce que les juristes romains nommeront le droit « commutatif », il n’en reste pas moins que la propriété initiale n’est pas une création ou un droit de l’individu, mais une concession du pouvoir. Même si elle résulte d’échanges successifs, toute propriété peut être révoquée par l’administration.

À l’époque moderne, le socialisme et le communisme ont rétabli les formes antiques de la propriété en changeant uniquement les règles de son attribution. Il ne s’agit plus ici de distribuer la propriété suivant la naissance ou la caste mais suivant un principe « d’égalité réelle » ou de « besoin ». Celui qui a moins que les autres devient donc « méritant », il acquiert un droit à posséder davantage.

La propriété collective, le communisme

Les communistes ne supportent aucune forme de propriété personnelle. L’État est l’unique détenteur de la propriété et en distribue l’usufruit à ceux que les hommes de l’État jugent méritants. Le mérite repose ici sur le travail, la fameuse valeur travail qui continue à inspirer nos hommes politiques contemporains, et sur le besoin : « à chacun selon son besoin » car il est immoral que quelqu’un soit dans le besoin.

Même la commutativité de la propriété pratiquée par les Romains disparaît. Les échanges sont paralysés, figés ; de ce fait les ressources ne sont plus allouées à ceux qui en tirent le meilleur parti. Personne n’est incité à diminuer le travail nécessaire pour accomplir une tâche puisque celui-ci est une valeur qui augmente le mérite de celui qui le fournit.

La propriété citoyenne, le modèle socialiste

Les socialistes, eux, tolèrent la propriété individuelle dans certaines limites, variables selon le pouvoir en place. Pour des raisons utilitaristes les socialistes modernes acceptent la propriété des moyens de production, ayant compris qu’elle est une condition nécessaire à la création de richesses. Mais malgré la cohabitation qui existe à notre époque entre le socialisme et l’économie de marché, il est clair que les hommes du pouvoir socialiste considèrent que toute propriété peut être révoquée si elle devient inéquitable à leurs yeux.

Ainsi lorsque les socialistes voient un gouvernement baisser les impôts des riches, ils considèrent que le pouvoir leur « fait un cadeau » c’est-à-dire qu’il leur donne de l’argent. Dans la logique socialiste c’est tout à fait normal, puisque la propriété n’est acquise que sous condition morale et que celle-ci est soumise à leur appréciation.

Acquérir trop de richesses par l’échange volontaire étant immoral pour les socialistes, la propriété des riches ne leur appartient pas. Donc toute entrave à la saisie de cet excédent de propriété est bien un cadeau fait aux riches. On parle souvent de redistribution pour décrire les limites imposées à la propriété par les lois d’inspiration socialiste.

Mais dans la logique socialiste il faudrait plutôt parler de distribution car ces sommes n’appartiennent pas aux riches. Elles sortent du champ de la propriété-droit-de-l’homme pour entrer dans la sphère citoyenne, permettant ainsi aux riches d’échapper à l’immoralité. Dans le modèle socialiste, les droits du citoyen sont donc clairement prééminents sur les droits de l’Homme.

Du féodalisme au socialisme, la propriété reste équitable

Ainsi, entre la propriété féodale, tant décriée et caricaturée, et la propriété socialiste, il n’y a qu’un changement des méthodes qui déterminent ce qui est, ou pas, équitable. On est passé d’un droit coutumier rigide, garanti par le seigneur et par l’Église, à un droit pléthorique et variable, établi par des instances représentatives, qui distribue des avantages en nature à l’électorat constitué des plus pauvres.

Dans les deux cas, féodalisme ou socialisme, la propriété fait l’objet de privilèges (privata lex) c’est-à-dire de lois qui visent à favoriser un groupe par rapport à un autre. Dans les deux cas, la structure d’attribution de la propriété demeure globalement un attribut du pouvoir, même s’il est devenu démocratique avec l’avènement des sociales-démocraties.

Les socialistes se défendent d’un telle analogie en clamant haut et fort que les sociales-démocraties n’ont rien à voir avec la féodalité ou l’ancien régime puisque les décisions et les normes morales naissent maintenant de la pratique démocratique.

Effectivement, la structure qui régit l’établissement de la norme morale a bien changé, pourtant l’attribution de la propriété reste soumise à cette morale et, comme c’était le cas avant la révolution libérale, elle s’oppose à la propriété-droit-de-l’Homme.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • le problème n’est pas la proprieté mais quand il y a la nécecité de « louer » la force de travail des non-propriétaires pour valoriser cette propriété……

  • « gauche libérale » (je dis  » gauche pro-capitaliste » c’est le PS ça ….

    • « gauche pro-capitaliste » c’est le PS ça …. »

      Si vous voyez une logique dans un parti où étaient Filoche et DSK…

  • « entre la propriété féodale, tant décriée et caricaturée, et la propriété socialiste, il n’y a qu’un changement des méthodes »
    Merci pour cet article ! Merci beaucoup.

  • Bien qu’étant d’accord sur le fond et le principe, je ne peux m’empêcher à cette phrase de Nietzsche :

     » La possession nous possède.
    Ce n’est que dans une certaine mesure que la propriété rend l’homme plus indépendant, plus libre;
    un pas de plus – et la propriété devient maître, le propriétaire esclave.  »

    ( Menschliches, Allzumenschliches. Ein Buch für freie Geister, 1880. )

  • Je trouve que cet article est un fourre tout pas très rigoureux. Les conceptutilisés sont mal définis, les conceptions historiques sont hyper discutables. Bref, je suis assez dubitatif.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici. Dans un précédent article, je listais les trois pièges du pass vaccinal de la France pour nous citoyens :

il permet de changer facilement les règles de validations, facilitant la tyrannie. il laisse toutes nos données de santé et d'identite disponibles à n’importe qui. Tout ceci part dans une application étatique à chaque scan. De plus il serait très facile de la changer pour rapatrier les scans des Français vers un serveur central, et ainsi organiser une surveillance de masse. il est conçu pour gérer p... Poursuivre la lecture
sncf régimes spéciaux
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Luc Ginder.

Je suis économiste et il est de ma mission de vous interpeller sur notre actualité inondée de cette grève dite des cheminots et que l’Histoire pourrait nommer la « grève indécente ». Je suis frappé : une noblesse salariale contre les sans-culottes de l’économie française. Une grève qui a pour intention de bloquer l’économie pour le maintien de ses privilèges. Une prise en otage de chacun par 150 000 privilégiés du travail.

Le 1er février 1954, l’Abbé Pierre lançait un appel déchirant appelant à l’insurrectio... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Nous sommes le 14 janvier 2014. François Hollande, conditionnant à une baisse du taux de chômage sa possible candidature à sa réélection, connaît une situation désastreuse sur le plan économique.

Depuis son élection, la France connaît 138 000 chômeurs de plus et la dette a augmenté de 170 millions d’euros. Plus frappant encore : la pression fiscale a augmenté de plus de 34 milliards d’euros.

La politique de l’offre : la réconciliation de la gauche et de l’entreprise

Le président de la République org... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles