On va encore (encore !) tous mourir !

Cette année, c'est une véritable tempête de thèmes écolo-affolés qui nous sont offerts juste avant les élections européennes. Coïncidence ? Je ne crois pas.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On va encore (encore !) tous mourir !

Publié le 10 mai 2019
- A +

Par h16.

Si le réchau changement climatique n’a pas réussi à déclencher plus d’événements météos destructeurs, il n’en va pas de même avec les tempêtes journalistiques qui se font chaque année de plus en plus violentes et agressives.

Ces derniers jours, un véritable ouragan de force 5 s’est abattu sur les médias grâce à une énième publication onusienne tombée à point nommé pour relancer une louchée de folie dans un monde qui n’en manque pourtant pas.

Pour cette brochette d’experts (dans lesquels on retrouve — coïncidence ? Je ne crois pas — d’inaltérables écologistes de la première heure comme Ehrlich, le spécialiste des paris ratés), il n’y a plus aucun doute à avoir : non seulement, l’humain détraque le climat et pas seulement avec ses satellites, m’ame Ginette, mais encore en plus, il bousille le règne animal et végétal à un rythme si soutenu qu’on a bien du mal à en mesurer toute l’ampleur. Il va aussi de soi que cette compulsion à la destruction rabique de tout ce qui l’entoure le mène à la ruine et à une mort atroce, pleine de misères et de souffrances.

Voyez plutôt : selon eux, la biodiversité (terme mal défini) est lourdement menacée. On observerait ainsi que 75 % de l’environnement terrestre et 40 % de l’environnement marin présentent des « signes importants de dégradation », avec au bilan entre 500 000 et un million d’espèces, sur les quelque huit millions estimées sur la planète, seraient menacées d’extinction. Voilà : plus de 12 % des espèces vont disparaître à cause des humains, c’est dit.

Heureusement, il y a des solutions que les experts s’empressent de ne surtout pas détailler. Ce sera le travail des politiciens qui, surprise, sauront trouver les interdictions, les privations de libertés et les taxations indispensables pour remettre l’Humanité sur le droit chemin.

Bien évidemment, il importera peu que la titraille journalistique résultante se vautre dans la panique la moins contrôlée puisque c’est justement le but. Le recul nécessaire n’a été pris par personne, qui aurait permis de noter que les chiffres avancés sont, tous, entachés de très grandes incertitudes (pour le dire gentiment). Peu importe que certaines études estimeraient à plus de 1000 milliards le nombre d’espèces différentes, que la même presse diviserait avec décontraction cette information par un facteur 1000, ou qu’elle n’en trouverait finalement que 8,7 millions, avec la même désinvolture dans d’autres rapports. Peu importe le peu de sérieux des études qui rapportent les disparitions en question puisque le but est, je le redis, de tétaniser tout raisonnement par la peur.

La prudence inciterait donc à conserver numérateur et dénominateur de cette terrible proportion comme inconnus. Ce qui ne ferait pas vendre de papier, ne déclencherait aucune panique, et n’aboutirait à aucun levier actionnable politiquement pour tabasser les Occidentaux de taxes diverses afin de les déculpabiliser de vivre dans une opulence insolente avec un impact environnemental de moins en moins fort.

Les vannes du n’importe quoi alarmiste sont donc ouvertes en grand, et devant le flot ininterrompu d’âneries pseudo-scientifiques, il devient véritablement impossible de poser les débats, réfléchir à tête reposée et regarder froidement les faibles données qu’en réalité nous peinons à rassembler dans un monde en constante évolution.

Ainsi, l’hystérie sur la biodiversité a suivi avec entrain la rage climato-religieuse des dernières semaines qui virent moult défilés d’adolescents à peine pubères cornaqués par des ONG instrumentalisant une autiste. À peine passée dans le champ médiatique, la voilà enchaînée à une nouvelle bordée d’inepties, cette fois-ci sur le « jour du dépassement de la Terre », calcul grotesque dont aucun des tenants et des aboutissants ne tient debout, mais qu’on va relayer, année après année, pour faire mousser ce concept creux.

Cet emballement n’est pas un hasard. Ce qu’on pourrait croire être un chaos médiatique et une avalanche désordonnée de nouvelles toutes plus catastrophiques les unes que les autres obéit en réalité à un véritable objectif clair et bien compris.

À chaque période d’une vingtaine d’années, il faut trouver sa catastrophe pour mobiliser les foules. Dans les années 70, le choc pétrolier fut une occasion en or pour introduire l’idée que nous allions nous retrouver sans énergie quelques décennies plus tard. Le bide fut total 30 ans plus tard, mais plus personne ne s’occupait de ces prévisions idiotes qui avaient été remplacées, entre-temps, par un trou dans la couche d’ozone fort commode. Ce dernier, aussi fuyant que peu pratique à étudier, fut bien vite remplacé par un réchauffement climatique qui eu le bon goût de voir quelques températures augmenter un peu (on parle de moins d’un degré en plus de cent ans), pour, zut alors, stagner ensuite.

Ce dernier dogme de l’urgence climatique commençant à se fissurer devant des températures plus maussades, des catastrophes climatiques banalement ni plus ni moins fréquentes, « l’effondrement de la biodiversité » est maintenant poussé pour le remplacer discrètement avec toujours le même discours : si on ne fait rien, dans (insérer ici un nombre d’années raisonnablement élevé mais pas trop pour conserver un caractère d’urgence) années, on sera tous morts.

Et ça marche !

Les riches occidentaux, à la fois par culture d’un péché originel dont il faut tous les jours se repentir, et à la fois par culpabilité d’avoir su se sortir de la misère alors qu’une proportion (pourtant décroissante) de la population y barbote encore, a décidé de se flageller pour retrouver une bonne conscience, le ventre plein et la vie plus facile ne pouvant surtout pas être à ce point bon marché !

Comme un bon politicien offre à la masse ce qu’elle réclame, comme elle réclame actuellement de la culpabilité et de l’auto-flagellation et comme — ultime bonus — cette culpabilité peut se monnayer et cette auto-flagellation peut rapporter gros, il était inévitable que toute une coterie d’individus peu recommandables se jetteraient sur le créneau avec avidité.

Le communisme et le socialisme d’État ayant échoué misérablement, la sociale-démocratie ployant pitoyablement sous le poids de ses dettes et de ses incohérences, il ne reste plus qu’une soumission totale mais consentie au travers de la peur ancestrale d’un cataclysme planétaire que seule une poignée d’élus seront capables d’éviter.

Non, le déchaînement médiatique écolo-conscient de ces derniers jours ne doit rien au hasard : des élections approchent et l’écologie a bénéficié d’une tribune absolument inégalable depuis plusieurs semaines, qui a permis de complètement noyer tout autre sujet, tout autre débat (économique, sociétal) pour ne plus laisser qu’un seul cri : « pitié, taxez-nous pour sauver le Monde ! »


—-
Sur le web

Voir les commentaires (85)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (85)
    • Lire effectivement Christian Lévêque « La bio diversité, avec ou sans l’homme » paru en 2017.
      Il remet les pendules à l’heure sur le mythe d’une nature « vierge » comme sur l’invention d’une biodiversité, qui je pense n’existait pas du tout dans les systèmes agricoles aussi intenses que contrôlés du passé.
      A noter que comme pratiquement tous les scientifiques, spécialistes de la nature Christian Lévêque se fait appeler « Ecologue » pour ne rien avoir à voir avec les idéologues « Ecologistes ».

      A découvrir également pour ceux qui ne la connaissent pas, la géographe Sylvie Brunel, qui vient encore de frapper fort avec « Toutes ces idées qui nous gachent la vie : alimentation, climat, santé, écologie ».
      Comme beaucoup d’universitaires, géographes ou historiens, Sylvie Brunel en a ras le bol des fables écologistes que l’on nous raconte.

  • Très bien vu, merci. Reste à s’interroger sur la propension de la presse à colporter des mensonges.
    Sur les mouvements écologistes et leurs connivences avec le mondialisme, on peut lire cet excellent antidote à toutes ces fumisteries qui doivent davantage â la politique qu’à la science
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/31/89/29/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes.pdf

    • Ce ne sont pas des mensonges, c’est de la propagande. Comme l’a bien dit Junkers lorsque la situation est grave il FAUT mentir pour le bien des gens évidemment.
      Comme chacun sait les citoyens ne sont sage, clairvoyant et responsable que pendant le très court instant qui les fait mettre leur bulletin dans l’urne, le reste du temps ce ne sont que de pitoyable animaux que les politiciens doivent guider sur le bon chemin aidé par la presse servant de chien de garde.

      • Mais si est elle est fausse, quelle est la bonne raison de soutenir la thèse du réchauffement climatique ? Je tiens à noter que l’écologie en politique est une conséquence et non une cause de la théorie.

  • L’hystérie climatique actuelle met au moins en lumière ce qu’est en réalité l’écologisme. LA nouvelle religion tout simplement !!!
    Intolérance, fanatisme tout y est, l’inquisition médiatique est déjà en place. Pecheur climatique, bouffeur d’oxygene, tueur d’espèces animales et végétales repends toi !!!

    • On a raté la mort subite à coup de calendrier maya, alors on va essayer la mort douce à grands coups de barbecue 🙂

  • Personne ne sait ce qu’il va se passer! Ce qui est sur, c’est que souvent n’importe quoi est dit et nos objecteurs de conscience que sont les journalistes ne font plus correctement leur travail dépendant souvent du grand capital. Enfant dans les années 60, je me rappel des choses que je ne vois plus ou beaucoup moins (oiseaux, insectes, saisons, qualité de l’air), le temps et la nature ont visiblement changer, est-ce durable? Une vie humaine représente 6/1000 iéme de seconde par rapport à l’age de l’univers, ce tout petit temps nous permet-il d’être réellement performant sur d’aussi vastes questions?.
    Nous sommes tellement abreuver de chiffres souvent contradictoire qu’il est bien difficile de trouver le temps de les vérifier. Votre article en est encore la démonstration. Alors moi je me spécialise sur les ENR, dont la conclusion est qu’il ne servent vraiment à peut de choses et crées plus de problèmes que de solutions.

    • En effet, la difficulté est souvent de vérifier, et le risque est d’apporter crédit à une information parce qu’elle conforte nos impressions ou constatations… même si elle est scientifiquement fausse.

    • la qualité de l’air des années 60 ? Vraiment ? Quand on utilisait encore du chauffage au charbon (les plus modernes passaient au mazout, quant à l’électrique on n’y était pas encore), quand une voiture prenaient tranquillement ses 5-10L/100 (de la 2CV/4CV à la 404) d’essence plombée, que les fonderies tournaient à fond en consommant massivement de la houille dans un certain nombre de régions françaises…? Si vous avez grandi à la campagne et pas sous le vent d’une région industrielle, peut-être, mais sinon les progrès sont réels dans ce domaine. À Paris, Lyon et Marseille l’état des basiliques en témoigne (Sacré-Coeur, Fourvière, ND de la Garde). Et les forêt vosgiennes sont heureuses aussi de l’arrêt des usines de Lorraine.

    • Bonjour le bon sens.
      je me souviens aussi en 60 il y avait dans les campagnes plus d’insectes, de libellules, mais aussi plus de décharges sauvages plus de moustiques l’été, du paludisme (dernier cas en France métropolitaine en 1972), tout cela à cause du remembrement fait d’une manière autoritaire.
      L’agriculture en France n’est PAS libérale, avec sa PAC ses SAFER et autres chambres d’agriculture.
      Je ne suis pas contre l’écologie, je suis pour le principe pollueur-payeur, mais avec la politique que l’on nous prépare (et on n’y coupe pas), on aura ET la pollution, ET la pénurie.

      • c’est tellement simple de dire pollueur payeur.. de là a ce que nous soyons tous jugés comme pollueurs … çà facilitera la recette

    • Marrant, je me faisais récemment la réflexion que les soi-disant extinctions des oiseaux, bourdons, abeilles et j’en passe ont dû miraculeusement épargner mon jardin, vu la frénétique (et agréable) activité dont je suis chaque jour témoin. Il est vrai que mes souvenirs ne remontent « que » aux 80s.

      • Belle démarche scientifique ! Votre jardin, unique échantillon, vaut pour le monde !

      • J’appuie Amater, faire des blagues sur les réchauffistes tout en prenant comme échantillon son jardin ce n’est pas vraiment faire avancer le débat.

        • @Socrate: Vous avez raison, mais ici il s’agit juste de mon anecdote personnelle, en réponse à l’anecdote personnelle de @le bon sens. Pour l’argumentation scientifique, h16 s’en occupe mieux que moi ;p
          @Amater: A l’inverse du clergé de Gaïa, ma démarche ne consiste nullement à affubler une anecdote du nom de preuve et encore moins de science.

          • Vous tentez de contredire un résultat scientifique par une anecdote, c’est bien le contenu de votre message, ya pas à tortiller.
            Et vu la personne à qui vous faites appel pour l’argumentation scientifique, pas la peine de discuter. Je n’aime pas le cirque et les bonimenteurs.

    • Ah oui, l’air frais des années 60… parfumée au plomb…

    • Moi aussi, j’étais enfant dans les années 60 et je trouve que les choses se sont considérablement améliorées !
      Vous ne vous souvenez pas du fog à Londres ? Des murs noirs des immeubles parisiens, des pots d’échappement qui crachaient une abondante fumée noire ? Et je ne parle pas des gens qui mourraient en masse dans la soixantaine, ayant déjà l’air subclaquant à 60 ans et la pauvreté de certaines familles, la mer était sale, les gens jetaient leurs détritus, les avions et les voitures et les trains qui faisaient un boucan pas possible, la fumée irrespirable des locomotives, etc…!
      Tout va beaucoup mieux et le climat change de temps en temps…comme avant !

  • L’écologie, c’est le coup d’état médiatique continu …

  • La photo du Spiegel ne manque pas de sel! Aujourd’hui, Notre Dame n’est pas sous les eaux, sauf celles des pompiers, mais elle a brûlé et ce n’est pas dû au changement climatique!

  • Calculez, a chaque news sur télé, radio, presse papier ou sur le net, combien de fois le message a été martelé la semaine dernière.
    J ‘ai jamais vu une propagande pareille, même à l’époque de la guerre froide.

    • A l’époque de la guerre froide, le bouc émissaire était différent…Mais il est vrai que dans la société étaient moins importants pour l’information qui se faisait aussi au travers des livres.

    • Allez sur le site de l’Education Nationale, sur le climat, sur le bio, sur la biodiversité, c’est sidérant : educsol.education.fr
      Les enfants ont le cerveau lessivé.

    • On en a quand même moins entendu parlé que Notre Dame tout de même…

  • Magistrale démonstration des tenant et aboutissants de la vague alarmiste sur la « 6° extinction » ! Ça arrive à point nommé juste avant les élections, pour bien faire comprendre pour qui il faut voter pour éviter ça. Du délire total. En fait, personne ne connaît réellement le nombre d’espèces vivantes sur Terre. En ce qui me concerne, le « plus de vert, moins de frontières » de micron me conforte encore dans ma décision de ne JAMAIS voter pour lui ou son mouvement.

    • Et d’ailleurs désormais, pour ratisser très large le 16 mai, le slogan de LREM c’est écologie,climat, écologie…
      Il n’ont d’ailleurs rien d’autre à proposer.
      Si les électeurs sont assez c**s pour se faire leurrer c’est à pleurer.

  • dans la liste des fauses catastrophes pour manipuler les foules, vous pouvez ajouter le bug de l’an 2000, le crash de la station MIR…

    • Faut pas s’étonner que les français soient champions du monde des anxiolytiques et psychotropes.
      Et pendant ce temps, aux states, donald cartonne avec des chiffres du chomage au top et une croissance a plus de 3% au premier trimestre (france à 0,2%).
      Ils s’en bat le zgeg le donald…

  • Excellent tissime 🙂

  • A mettre en rapport avec cet article : https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2019/05/10/face-aux-climatosceptiques-de-cnews-l-ecologiste-claire-nouvian-en-appelle-au-csa_5460515_3236.html

    La version tl;dr : une écologiste s’emporte de manière hystérique durant un débat télévisuel, durant lequel ses positions sont mises à mal, notamment sur l’origine anthropique du changement climatique. S’ensuit des montages tronqués, les soutiens des habitués de la Cause, et une pétition au CSA pour punir et censurer les opinions contraires au dogme en vigueur.

    Quelle magnifique époque!

    • mise en scène dont il ne faut pas être dupe : cela a permis aux protagonistes de sortir de l’anonymat dans lequel ils pataugeaient lamentablement et dans lequel ils vont retourner !
      https://blog.causeur.fr/lavoixdenosmaitres/claire-nouvian-chez-pascal-praud-je-dis-bravo-00955#ligne

    • @Charles P.
      Bonsoir,
      Pour une fois qu’un des réchauffistes est seul contre tous… Là c’est sûr ça a dû lui faire drôle. Elle se plaint que les climatosceptiques aient plus d’accès aux médias que les réchauffistes comme elle. C’te blague !
      Pascal Praud lui a dit qu’elle n’était pas scientifique. Elle n’a pas aimé la dame qui dit qu’on est dingue et qu’il nous reste à peine plus de 10 ans.
      J’apprends par cet article que le C.S.A a un mandat de “protection de l’environnement et de la santé humaine”.
      Sa phrase au C.S.A est magnifique :
      « Le CSA doit rappeler les chaînes à leurs responsabilités : si le débat scientifique est légitime, les médias audiovisuels ne doivent pas servir de tribune à la négation du réchauffement climatique qui est un fait avéré. »
      Laissez-nous parler de ce qu’est la vraie science, et interdisez aux autres de parler, en gros quoi. Vraiment magnifique !

  • le réchauffement climatique battant (fortement) de l’aile, on passe à la biodiversité…
    Faut bien que les parasites/menteurs/escrocs trouvent de quoi vivre, le consentement à l’impôt devient moins évident.

    quel sera le prochain truc ?

  • La biodiversité est un vrai problème planétaire. Mais bien avant l’arrivée des apprentis-écolos nous savions prendre soin de la nature et des animaux. Alors pourquoi nous culpabiliser pour mieux nous contrôler? L’ONU est phagocyté par les mondialistes, il est temps de mettre fin aux agissements de ce « machin » et de le dissoudre pour passer à autre chose, comme nous étions déjà passés de la SDN à l’ONU qui a maintenant fait son temps et qui a perdu toute crédibilité.
    S’il faut « sauver la planète » il faudrait donc supprimer l’homme. Alors commençons par supprimer cette espèce toxique que sont les écolos.

  • Il y aussi eu les pluies acides a un moment.
    Pseronnelement l’écologie est comme une guerre éternelle de la société contre elle même, en gros, une aubaine pour nos politiciens toujours à la recherche d’ennemies suffisemment meanaçant pour justifier l’augmentation démesuré de leur pouvoir. Jouer les superman c’est vraiment leur sport favoris surtout avec l’argent des autre évidement…

  • ok c’est d’accord…mais je remarque que malgré tout le mot écologie ou des concepts comme la défense de l’environnement est vu positivement sauf par une poignée …
    et on est tombé dans les abîmes ce midi sur france 3 j’ai vu une jeune fille, qui se dit écologiste m’expliquer que son voyage au japon est écologique car elle y va en train…
    ce qui effrayant…est de voir l’absence de réaction…la journaliste de service sourie stupidement en parlant de planète…con..con con…

    • « j’ai vu une jeune fille, qui se dit écologiste m’expliquer que son voyage au japon est écologique car elle y va en train… »
      Et c’est surtout du pipeau.
      Paris – Moscou : 2j en train
      Moscou -Vladivostok: 6j avec le transibérien
      Vladivostok – Takaoka (Japon): 1.5j (ferry)
      Takaoka- Tokyo: qq heures en train

      Donc Paris-Tokyo en train: 10 jours de trajet soit environ 2000 Euros en comptant l’hébergement et tutti quanti sans parler visas et Cie pour la Russie…
      La petite jeune n’a pas creusé la question du trajet en train pour aller à Tokyo (la journaliste non plus d’ailleurs). Cela reste un slogan superficiel comme la plupart des slogans de l’écologisme.

      https://www.lemondeentrain.fr/paris-tokyo-en-train.html

      • bien sur le seul element de comparaison qui fut donné fut les emissions de CO2 et d’un avion au km…
        que cette jeune fille soit stupide , ça ne se discute pas..mais la rédaction de la chaîne…pas UN qui ne dise ..on déconne sec les mecs…

        • Peut être que cette jeune fille voit son trajet de France jusqu’au Japon comme faisant partie du voyage…

  • Pourquoi je ne trouve pas Paul R. Ehrlich dans la liste des experts de l’IBEPS ?
    Concernant le catastrophisme (de Ehrlich notamment), le site Reporterre en a parlé : https://reporterre.net/Le-rapport-au-Club-de-Rome-stopper-la-croissance-mais-pourquoi
    (youhou, j’ai réussi à écrire un comm sur un « article » de M16 sans le critiquer ! Je progresse dans le politiquement correct)

    • reporterre pas de commentaires…

      • Lisez avant de critiquer. Vous allez surpris. La pluralité des sources d’informations devrait être un réflexe quand on fréquente un site d’opinion comme Contrepoints ou l’Humanité.

        • je suis d’accord ..
          mais a t on vu un seul écologiste s’insurger conte la publicité?
          pourtant là on est au cœur du probleme

          • Quelle publicité ? Pas sûr de comprendre

            • la consommation c’est la pub, c’est simple a piger non?

              • ben non, vu que vous sortez « la pub » de nul part. Quelle pub ? La Publicité dans son ensemble ? Le fait de communiquer et d’essayer de vendre des biens et des services ? Je ne vois pas pourquoi vous parler de ça. Aucun rapport… (mais sinon ya plein de gens qui militent contre la pub).
                Et bonne nouvelle pour vous et vos camarades : vos thèses progressent et cela inquiète les écolos : https://reporterre.net/Le-climatoscepticisme-prospere-a-la-television
                (c’est incroyable dans cet état de dictature écolo, n’est-ce pas ?)

                • @Amater
                  Bonsoir,
                  Whouaaaaah ! Le climatoscepticisme prospère à la télévision ! Ouuuuuuuuuuh ! UN cas, UN seul, tout frais, et c’est la « prospérité ». C’est fait la télé est du côté des anti-réchauffement climatique, de ceux qui fument des clopes et roulent au diesel même le dimanche, le vendredi, et même le samedi.
                  Cela ne les inquiéte pas : cela les irrite, les agace.

        • je lis parfois reporterre!!!! et c’est une vision arbitraire du monde assez classique… c’est typiquement des gens qui doivent parler au sein d’un cercle et ostraciser les avis contraires…plus deep que l’ecologie de téloche..mais du même acabit.

  • L’écologisme est l’héritage direct du marxisme.
    Remarquons la dernière attaque contre le glyphosate.
    C’est Monsanto, qui a été attaqué pour les fichiers qu’il tenait sur l’opinion des uns et des autres sur le glyphosate.
    Absolument toutes les multinationales tiennent des fichiers similaires qui leur permettent de travailler à leur stratégie commerciale.
    Mais Monsanto est devenu l’obsession des écolo-marxistes de la planète….
    Et comme il n’y a guère d’arguments scientifiques pour faire du glyphosate un produit dangereux dans des conditions normales d’emploi, on attaque Monsanto sur sa stratégie commerciale.

    • Bien sûr, ignorer toute les histoires précédentes concernant Monsanto, les semences Terminator, les PCB, les pots-de-vins (prouvés et reconnus par Monsanto), etc, c’est mieux. Et les « Monsanto Papers » prouvant les fraudes scientifiques ?
      Et vous défendez en plus cette société car elle ferait le même mal que les autres ? Quelle belle défense..
      Que vous défendiez vos idées, certes. Mais ne défendez pas le criminel juste parce qu’il est accusé par vos adversaires, vous risqueriez de vous compromettre avec des individus et des entreprises peu recommandables.

      • @Amater
        Bonsoir,
        Vous, par contre, vous condamnez sur des actes passés, et différents reconnus et prouvés donc sanctionnés.
        Ah ? C’est vrai ! régulièrement ici, les politiciens sont assez vite soupçonnés suivant leur mouvance politique dont on connaît les tenants et aboutissants, et comment elle finit ; ou suivant leurs soucis judiciaires (la liste est longue, prouvée, mais peu reconnue). Je suis sûr que pour certains d’entre eux, vous leur trouveriez de belles défenses.

      • une fraude scientifique c’est quoi? normalement c’est de produire un travail faux…intentionnellement…en réalité, ce que prouve les monsanto papers est que la p value science est proche de la nullité au point de vue scientifique.. monsanto se défend de la façon dont on l’attaque …
        il est facile de produire des articles à charge contre n’importe quelle substance sur a base de la p value… et ce avec une apparence formelle inattaquable.

        dans un monde normal.. le glyphosate ne serait pas accusé car il y a des cacahuètes contre lui…

      • tiens tiens le sénat vient de publier un rapport sur l’innocuité du glyphosate en matière de carcinogenèse prouvé SCIENTIFIQUEMENT..
        les ayatholah verts l’ont dans le fion

  • L’écologie (comme le marxisme) est la préoccupation de ventres bien pleins sans effort, souvent contre les ventres vides.

  • Peut être qu’on ne connaît « qu’un millième d’un pourcent » des espèces vivantes sur Terre, mais la disparition des orangs outan, des rhinocéros, des tigres et des thons rouge (listing arbitraire) sera difficilement palliée par la présence de quelques (milliards) de microbes (littéralement). A noter que ce nombre (du papier d’Indiana University) est une estimation issue d’un modèle basé sur des données de faune et de flore collectées; processus qui n’est pas sans rappeler les études et prédictions en faveur d’un changement climatique tant critiquées…

    • Baleines et gorilles : https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/11/14/biodiversite-hausse-de-la-population-de-baleines-et-de-gorilles_5383608_1652692.html
      La population des baleines augment de 3 à 8% par an (selon les espèces).
      Thon rouge : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/05/26/20002-20150526ARTFIG00002-les-stocks-de-thon-rouge-sont-quatre-fois-plus-importants-qu-il-y-a-quinze-ans.php
      Les pandas n’ont pas disparu grâce à l’Homme. Il y a des centaines d’espèces qui apparaissent chaque jour (ce qu’on ne voit pas, c’est un phénomène continu et progressif), pour une qui disparaît tous les ans (ce qu’on voit, c’est un phénomène ponctuel immédiat).

      Enfin, une théorie (RCA par exemple) ne vaut que par les prévisions qu’elle est capable de faire. Pour le moment, ces théories ont aligné des prévisions qui ont toutes été infirmées. Toutes. C’est pitoyable, mais on en redemande. Ce sont les mêmes olibrius qui font maintenant les mêmes prévisions sur les espèces. Leur crédibilité est nulle.

      NB : ceci n’est pas un blanc seing pour ravager l’environnement, excuse facile et traditionnelle des abrutis en cycliste jaune moulant.

      • Trouver en un clic sur Google le premier article de vulgarisation pour soutenir ses propos est un procédé quelque peu discutable.
        De plus, la hausse de population de toutes ces espèces (emblématiques) est dû à l’effort d’une poignée de personnes luttant pour leur protection face aux avidités des industriels.
        Par exemple la hausse des stocks de thons rouge (qui a drastiquement chuté en 70 ans quoi qu’il en soit) est dû à la création de consortiums et l’application de lois restrictives qu’il en résulte (https://www.wcpfc.int/system/files/Agenda%204.2.2.1%20ISC_PBF_Assessment.pdf).
        NB: les pandas ont disparus à cause de l’homme (on évitera d’utiliser le mot « grâce » quand même très mal venu ici 🙂

        • Les pandas sont encore en vie grâce à l’homme, je maintiens (je sais que ça vous défrise, tant mieux) : animaux cantonnés à une niche écologique extrêmement étroite, ils ne doivent leur survie qu’à leur côté mignon/emblématique, mais auraient disparu de toute façon face à la pression écologique (pas de l’homme, de tout le reste). C’est connu pour ceux qui ont un peu de bonne foi (rassurez vous, je suis sûr que vous n’en aurez pas trop).

          Quant à l’avidité des industriels, c’est particulièrement comique : on ne peut pas à la fois leur reprocher de vouloir toujours plus de profit (et donc d’exploiter de façon optimale une ressource) et de l’autre de vouloir saboter cette ressource qui leur rapporte tant. C’est parfaitement con.

          • Je pense que si vous voulez trouver un article qui ne fait pas de corrélation entre l’activité humaine et le taux de mortalité des pandas, ce sera à vous de l’écrire…
            En conclusion les industriels ont le droit de taper le plus possible dans un stock sans réfléchir jusqu’à ce qu’un groupe de personnes censées se rende compte de l’excès et militent pour le réduire; et alors on arrive à un tangent équilibre et on a le droit de dire que les stocks sont exploités optimalement ?

        • Mon commentaire/réponse à H. n’est pas passé, c’est dommage. Je notais que dans les articles qu’il met, la population des gorilles, thons rouges, certaines baleines augmentaient grâce à des mesures de protection et limitations (quotas de pêche, accords internationaux, gardes armés pour les gorilles). C’est l’homme qui a mis en danger ses espèces, et c’est l’homme qui les a sauvées. Pas de quoi se réjouir sur l’état de la biodiversité (terme vague c’est vrai).
          Et sur ce qu’il dit sur les espèces qui apparaissent/disparaissent : ce ne sont pas de grandes théories compliquées, c’est du comptage et de l’extrapolation statistique (les mêmes méthodes normalement à chaque comptage). Et ces centaines d’espèces qui apparaissent (Source svp), ça me semble très suspect. Une espèce se définit par une population qui se reproduit entre elle. Des preuves monsieur 16, des preuves svp…

    • pourquoi????
      la france etait peuplée d’ours d’aurochs de bisons…couverte de forets de feuillus…
      les orang outangs ne sont pas votre affaire!!!! et si vous le pensez ..montez une association collectez des fonds..achetez la foret où il vivent payez des impots dans ce pays et ne me cassez plus les pieds… sinon quoi?? quelle machine à peyur des parasites allez vous encore inventer???

      • ça vous dérange? vous préférez corrompre un dictateur qui va creer un « parc » en foutant des pauvres dehors et payer des gardes et faire venir sauveurs de monde et des touristes en expliquant que ‘est la seule façon de vivre de la nature et le futur du pays, un parc d’attraction pour riches étrangers?

        • Les ours ont disparus à cause de la chasse, tout comme les aurochs; les bisons d’europe ont eu plus de chance mais ont bien failli y passer également. Si on pouvait éviter de voir les orangs-outans subir le même sort parce qu’on exploite leur habitat naturel pour faire du Nutella et des agro-carburants, ça serait sympa.

          • sympa????? pour qui???

            mon ami si on exploite pas la foret pour l’huile car on la produit ici, ils exploiteront la forte pour autre chose…

            votre but est d’interdire à des gens en asie d’exploiter leurs forets..car c’est sympa..mais les animaux qu’on aura tué ici pour produire de l’huile ne sont pas sympas…

            • Le but ici, c’est de moins produire d’huile. Surtout pour la production de produits transformés dont on pourrait bien se passer.

  • Question a 2 euros , l’homme de cro magnon a disparu ,est ce bien ou mal pour la diversite … d’ailleurs , connait on la cause de sa disparition, l’elevage intensif le diesel mosanto ?
    Tout ca pour dire que de tout temps des especes disparaissent et sans doute des milliards depuis que la terre est habitable….et si le thon rouge disparait je doute qu’il manque a quelqu’un.. a part à un japonais

  • L’ambiance « findumondiste » permanente dans les médias est anxiogène. J’espère que ça passera et que dans quelques années, quand la fin du monde sera encore repoussée pour la nième fois, on finira pas trouver ça ridicule.
    L’Homme s’est toujours adapté (et la nature aussi). Arrêtons de croire qu’en quelques années on a changé, ou on peut changer, l’évolution de la planète. c’est finalement extrêmement prétentieux et ridicule à la fois.

    • Je suis d’accord avec vous sur le ras-le-bol de l’angoisse colportée par les médias à coup de raccourcis, d’éditions spéciales et vocabulaire guerrier.
      Bien que le changement climatique soit réel, que l’homme a une part de responsabilité, que la biodiversité décroît, que les ressources ne sont pas infinies, etc etc, ça c’est largement prouvé. Mais je prône une changement en vue d’une adaptation au lieu d’une révolution. Mais c’est mon avis perso bien sûr.

      • 1)ou est la preuve SCIENTIFIQUE du réchauffement climatique du a l’activité humaine
        2) pourquoi refuser le nucléaire qui n’émet aucun CO2 (si tant est que le co2 soit nocif)

        • 1) les preuves se comptent par dizaines de milliers de pages de données… et pleins d’articles scientifiques (trop d’articles, mais ça, c’est le souci des publications, qui touchent tous les domaines), mais vous avez décidé de ne pas les accepter, je n’y peux rien.
          2) ben je sais pas… je suis pour le nucléaire perso…

  • en fait une remarque à faire aussi est que depuis que le taux de C02 a augmenté, la quantité de biomasse semble avoir augmenté…
    alors que la façon de présenter les choses laisse à penser aux gens que l’homme détruit cette biomasse, d’où l’accent mis sur la biodiversité qu’il serait « mal » de changer…
    on peut faire une liste édifiante des peurs écologistes et les mettre en face des choses qu’on voit..
    nous mourrons donc en masse par la pollution..
    et l’espérance de vie est laplus élevée là où la pollution est la plus élevée..ce qui montre avec éclat que les causes de la pollution qui sont bénéfiques surpassent leurs inconvénients…les sols se meurent..et la production agricole augmente…etc…

    les écologistes ne peuvent pas s’emecher de dire des choses inexactes ou ambiguës..
    une remarque construire une éolienne..émet du CO2 fossile
    planter un arbre..émet du CO2 fossile…

    si au moins ce discours délirant de diabolisation des fossiles allait vers l’admission des bienfaits au moins à des échelles de décennies sur a condition humaine!!!

    on remarque qu’aussi qu’à mesure que des trucs « verts » sont faits, les écologistes changent leur discours…

    • les écologistes sont des escrocs , point

    • Dire que depuis que le CO2 augmente la biomasse augmente et que depuis que la pollution augmente l’espérance de vie augmente; c’est un peu comme dire que depuis que la vente d’iphone augmente la biomasse et l’espérance de vie augmente.

      • pardon…..????

        vous n’aurez pas les causes de la pollution bonne sans la pollution alors si bien sur si on pouvait vivre comme on vit sans polluer on vivrait plus longtemps…

        pour la biomasse et le CO2 par contre…

        oui avec un taux de CO2 plus élevé la biomasse est plus élevée…

        wow..socrate se fait vieux///

        • je vais dont reformule rpour vous andouille..la quantité de biomasse est constatée liée à la quantité de CO2 atmospherique et sans doute disponible…et la relation est très claire et si on ne la « comprend » pas on la constate très bien et on en comprend le mécanisme très souvent observé le CO2 nourrit les plante, et je dis biomasse pas biodiversité…

          si vous n’etes pas d’accord expliquez.. c’est supposé en partie expliquer où part le CO2 d’origine fossile, en partie dans la flotte en partie dans une augmentation de la biomasse.
          ensuite la pollution passée un certain seuil est constatée néfaste pour la santé toute choses égale par ailleurs..
          en théorie donc diminuer la pollution toute chose égale par ailleurs est une bonne chose…
          mais diminuer la pollution sans se soucier des autres conséquences est une imbécillité classique..

          je dis juste il me semble que tant qu’on ne sait pas par exemple faire du feu sans fumée ..le feu est un progrès malgré la fumée….
          mettre un moins un comme seule réponse à cet argument de bon sens est désolant.

          en vérité toute action humaine engendre de la pollution..le constat est clair le monde moderne a entraîne pollution mais aussi des avantages clairs qui le rapport coût bénéfice bénéfice du monde moderne est encore très en faveur du monde moderne…

          oui j’ai déjà entendu un jour viendra;…

          .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droite dans ses bottes, la Commission européenne a présenté le 22 juin 2022, selon son communiqué de presse, « des propositions inédites pour rétablir la nature en Europe d'ici à 2050 et réduire de moitié l'utilisation des pesticides d'ici à 2030 ».

Rien ni personne n'a arrêté le train qui roule, certes lentement, vers le désastre.

Ni les avertissements sur les conséquences de la stratégie « de la ferme à la table » (des pertes de production agricole et alimentaire à deux chiffres en pourcentage – à notre sens évaluées de manièr... Poursuivre la lecture

pesticides
1
Sauvegarder cet article

https://twitter.com/INRAE_France/status/1522237719799382018

 

L'Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement (INRAE) et l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la Mer (IFREMER) ont organisé une conférence de presse – à moins que ce ne fut un « colloque de restitution » d'à peine une demi-journée – le 5 mai 2022 pour présenter les principales conclusions de leur expertise scientifique collective relative à l’impact des produits phytopharmaceutiques (« pesticides ») sur ... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles