Européennes : la Macronie à la rescousse de Nathalie Loiseau

Konferenzdiskussion zur `ZUKUNFT DER EU` By: Bundesministerium für Europa, Integration und Äußeres - CC BY 2.0

Comment sauver le soldat Nathalie Loiseau quand le bilan gouvernemental n’est pas vraiment au rendez-vous ?
HUMEUR

Par PABerryer.

Le gouvernement a de quoi s’activer en ce moment, entre les Gilets Jaunes qui n’en finissent pas de défiler et une campagne européenne dont la dynamique est telle que le Rassemblement National est en train de passer en tête. Ajoutez à cela quelques polémiques comme seul un ministre de l’Intérieur peut en créer et vous aurez droit à une situation aussi satisfaisante qu’un gouvernement pourrait le souhaiter.

Il s’agit d’abord et avant tout de sauver les élections européennes et une candidate membre du parti présidentiel. Nathalie Loiseau a passé sa vie à combattre l’extrême-droite, jusqu’à figurer sur l’une de ses listes électorales. Tout le monde a le droit à l’erreur, mais il ne s’agit pas de surjouer. Bref, pour raviver la flamme présidentielle et éviter une déconvenue malvenue aux européennes, le gouvernement fait preuve d’une activité digne d’un chihuahua cocaïnomane.

Édouard Philippe en renfort de Nathalie Loiseau

L’offensive commence par une mobilisation générale sur l’emploi et l’écologie orchestrée par Édouard Philippe afin de répondre aux attentes des Gilets jaunes. Là où la contestation a commencé par un refus d’une fiscalité écologique, on répond transition et gestes écologiques du quotidien. La situation commence à faire penser aux états généraux de la bioéthique dont le gouvernement ne tire que les conclusions qu’il souhaite.

Cette mobilisation n’est pas la seule car en quelques jours nous avons également eu les plans baignoires (1 milliard s’il vous plaît) et permis de conduire. Ces deux sujets étant la priorité absolue des Français à l’heure actuelle, bien entendu.

Nous pouvons également compter sur la gestion maladroite des suites de l’incendie de Notre-Dame et de sa restauration. Entre l’annonce d’un délai coïncidant avec les JO et le « geste contemporain », on se retrouve avec un gouvernement qui change tout pour que rien ne change. Si vraiment il pensait annoncer la bonne solution, pourquoi ne pas l’avoir fait avant ? Le discours et l’image changent un peu mais le fond reste le même.

Des élites coupées du réel

Nous avons un président et un gouvernement incapables de prendre la mesure du réel et du quotidien de la majorité de la population. Ils restent bloqués sur l’image médiatique de leur époque, celle des centres urbains bobos conscientisés et déracinés, incapables de comprendre ce qui se passe en dehors des dix premiers arrondissements de Paris.

La campagne des européennes est symptomatique de cet aveuglement, la seule chose dont on entend parler est la montée de l’extrême-droite et des populismes. Certes, cette poussée est réelle, mais elle est la conséquence des problématiques qui agitent les populations, et pas seulement en France.

Entre l’essoufflement du projet européen et la question de son achèvement, les différences Est/Ouest, la question russe, la pression migratoire, etc., il y a beaucoup de sujets à travailler et pour lesquels plusieurs réponses sont possibles. Résumer cela à la guerre contre l’extrême-droite est vraiment la preuve que nos politiques n’ont rien appris et rien oublié.