Droite ? Gauche ? Centre ? Nathalie Loiseau « choisit tout » !

De l’extrême-droite à la République en Marche : le parcours politique de Nathalie Loiseau s’inscrit dans le sillon de l’opportunisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nathalie Loiseau, candidate du parti La République en marche, lors du Grand oral #PlacedelaSanté le 11 avril 2019

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Droite ? Gauche ? Centre ? Nathalie Loiseau « choisit tout » !

Publié le 25 avril 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Drôle d’histoire que celle qui vient de s’abattre sur le bec de Nathalie Loiseau. Tête de liste LREM pour les élections européennes du 26 mai prochain dont la première ambition politique semble être de « battre le RN » (ex-FN), cette ancienne directrice de l’ENA qui fut jusqu’à tout récemment ministre en charge des Affaires européennes d’Emmanuel Macron est soudain rattrapée par une sombre histoire de participation à une liste étudiante d’extrême-droite pour des élections internes à Sciences Po Paris alors qu’elle avait 20 ans. Éclat de rire général !

La révélation nous vient de Mediapart, le site d’Edwy Plenel dont les engagements à l’extrême-gauche sont connus ; et c’est peut-être ce qui permettra in fine à Mme Loiseau de s’en tirer.

Car si Edwy Plenel use et abuse lui aussi de cette ficelle politique éculée qui consiste à dissimuler ses intentions politiques derrière l’appel forcément vertueux et citoyen à battre la droite et l’extrême-droite, il entretient un deux poids-deux mesures absolument insupportable quand on en vient à examiner ses propres engagements « de jeunesse » dans la mouvance trotskiste de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) et le soutien au groupe terroriste palestinien Septembre Noir.

On a vu plus humaniste. Ah oui, mais j’oubliais : la gauche a le monopole du cœur. Ce ne sont pas deux ou trois famines par-ci et deux ou trois goulags par-là qui pourraient changer ce dogme absolu de la bien-pensance.

Par ailleurs, il est difficile de penser que ce scoop – parfaitement exact comme a dû finalement le reconnaître Nathalie Loiseau – ne résulte que de la volonté candide de Mediapart de voir la vérité politique émerger et la transparence des élus s’imposer. Tandis que la date du scrutin européen se rapproche, les sondages montrent une gauche PS et une extrême-gauche plus émiettées et plus déconfites que jamais. Il est loin le temps où Jean-Luc Mélenchon raflait 19 % des voix à la présidentielle. Son parti est tombé à 9 % des intentions de vote tandis que le PS semble incapable de s’extraire des piteux 6 % obtenus lors de l’élection présidentielle de 2017.

Bref, il se confirme tous les jours que le match va se jouer entre la République en Marche (23 %) et le Rassemblement national (21 %). Dans cette configuration, il est d’ailleurs assez logique que Mme Loiseau ait identifié le RN comme son premier adversaire. Parvenir à l’amalgamer elle-même avec l’extrême-droite pour faire remonter la gauche et surtout la France insoumise, quitte à se contenter de voir LREM passer au second rang et hurler ensuite au loup face à la victoire du RN, en voilà une bonne idée ! Ce document trouvé à Sciences Po dans le cadre d’une autre enquête, c’est vraiment l’occasion qui fera peut-être le larron !

Il n’en demeure pas moins que Nathalie Loiseau a contré cette révélation avec une… « maladresse », pour ne pas dire une mauvaise foi, qui commence à prendre une tournure coutumière chez elle. On se rappelle par exemple qu’elle avait tenté de faire de l’humour aux dépens des Britanniques en expliquant que son chat s’appelait Brexit par référence à son indécision à sortir d’une pièce quand on lui ouvrait la porte. Sauf qu’on a appris peu après qu’elle n’avait pas de chat. Encore une fake news à l’approche des élections ! Mais que fait le gouvernement ?

Plus récemment, la mention de sa participation à la messe des Rameaux qui figurait sur son programme officiel de déplacement à la Réunion distribué aux journalistes a été hâtivement attribuée à une « erreur humaine ».

Dans l’affaire Mediapart, ses équipes ont commencé par tout démentir et qualifier de faux le document produit à l’appui de la révélation. Malheureusement pour elle, il sort directement des archives de Sciences Po et fait bien état de sa candidature sur la liste de l’UED (Union des Étudiants des droites) lors des élections à la commission paritaire de l’école en 1984. Réinterrogée ces derniers jours, Nathalie Loiseau a plaidé ensuite l’absence totale de souvenir puis finalement l’erreur de jeunesse.

C’est légèrement difficile à croire car cette année-là, elle préparait le concours de l’ENA, ce qui suppose – du moins je l’imagine – une certaine connaissance du paysage politique français.

Au sein de Sciences Po, l’UED prônait l’union des droites contre l’omniprésence de la gauche marxiste dans l’école de la rue Saint-Guillaume et n’avait de cesse de dénigrer « les petits tâcherons du libéralisme mou », autrement dit un parti gaulliste – étiquette que LREM applique maintenant à Nathalie Loiseau en souvenir de cette époque (voir tweet ci-dessus) – ainsi qu’un collectif d’étudiants centristes également présents dans l’école. Elle avait donc amplement la possibilité d’exprimer directement sa sensibilité « gaulliste » pour autant que cet axe de défense ne soit pas une fable de plus.

Mais pourquoi pas, après tout ? Nathalie Loiseau n’avait que 20 ans à l’époque. Titulaire du bac C avec mention très bien à 16 ans, elle avait de plus le profil de l’élève intellectuellement brillante et en avance, se révélant probablement plus à l’aise pour disserter sur tout et son contraire en deux parties deux sous-parties que véritablement mature. Et du reste, rien n’interdit d’évoluer.

Ce qui reste gênant chez elle cependant, c’est cette amnésie bien pratique aujourd’hui, doublée d’une remarquable capacité de girouette à endosser un peu tout, tout le temps, au gré des nominations, des mentors et des opportunités.

Alors qu’elle était directrice de l’ENA – école que Macron veut maintenant supprimer, ce qui rend sa position en tête de la liste LREM relativement bizarre, mais passons – Nathalie Loiseau a écrit un livre intitulé Choisissez tout. Dans cet ouvrage, elle encourage les femmes à ne pas se laisser réduire à un arbitrage entre leur vie professionnelle et leur vie de famille. Elle-même a eu quatre enfants dont elle a assuré l’éducation tout en menant une carrière de haut fonctionnaire puis de ministre. Ne rien sacrifier, choisir tout, voilà le conseil qu’elle souhaitait donner pour pousser les femmes à s’affirmer dans leur vie professionnelle sans culpabiliser.

À regarder le déroulement de sa carrière cependant, on a vite le sentiment assez net que cette idée de « tout choisir » s’applique également. Rocardienne un temps d’après Libération – avant ou après son « gaullisme » ? – elle a monté les échelons de la haute fonction publique dans le sillage de Juppé, Sarkozy et Jean-David Levitte (ambassadeur de France aux États-Unis, fidèle de Chirac et Sarkozy), c’est-à-dire poussée par la droite.

Évincée ensuite du quai d’Orsay en 2012 avec l’arrivée de Laurent Fabius dans la foulée de l’élection de François Hollande, elle est repêchée quand même par la gauche avec sa nomination à la tête de l’ENA (elle-même n’est pas énarque mais diplômée de l’Institut des langues orientales).

« Ce qui lui sert d’opinion, c’est le service de l’État » dit d’elle un ami proche, sans qu’on puisse vraiment discerner si c’est un compliment ou une critique. Un autre ajoute plus ouvertement :

Tout son discours est de gauche. Mais sa carrière est à droite. C’est très bizarre.

Pour les élections présidentielles de 2017, elle soutient Juppé lors des primaires de droite, exprime son opposition à la candidature Fillon, trop « mariage pour tous » pour son goût pro-PMA et pro-GPA et trop catholique pour son catholicisme éloigné des positions de l’Église sur ces sujets, et rejoint logiquement… Macron, qui la fera accéder à un poste de ministre dans le gouvernement Philippe.

Droite, gauche, centre, Nathalie Loiseau « choisit tout » ! Quoi de plus résolument « en même temps » que son parcours ? Quoi de plus « à la fois de droite et gauche » ? Incontestablement calibrée pour répondre aux multiples injonctions jupitériennes aussi paradoxales soient-elles, reste à savoir si le 26 mai prochain, en dépit d’un manque de « charisme » criant (pour mettre les choses au mieux) elle sera l’oiseau multicolore qui fera à nouveau le « printemps » macronien.

Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • L’opportunisme de nos politiques n’est plus a prouver.; il est évident que ces gens sont des aventuriers qui scrutent en permanence le magma électoral pour en deviner les tendances « porteuses » d’avenir.

    Croire que ces gens portent des convictions intimes est une erreur
    Il sont le resultat d’un marketing intensif sur des thèmes puisés dans l’étude de l’évolution de la société ..
    Ainsi le succès de la gauche depuis 1981 a été porté par l’appauvrissement général provoqué par leur propre politique.. c’est clair que les gens qui s »appauvrissent votent a gauche..
    jusqu’au jour ou il appert que la gauche brasse du vent , alors elle aura beau se peindre en vert ou se macroniser elle sera reversée
    par un populisme plus puissant le nationalisme..
    D’autres aventuriers pour se goinfrer a leur tour..

    • « tendances « porteuses » d’avenir » et ce à court terme.
      Attendre un quinquennat ils ne le supportent même plus et se vautrent dans la compromission perpétuelle.

  • Si Loiseau veut s’envoler il faut bien qu’elle batte son aile droite aussi bien que la gauche… (la blague n’est pas de moi mais trop heureux de pouvoir la replacer en cette occasion).

  • Les opportunistes battent de la langue comme les chiens battent de la queue…

  •  » Choisir n’est pas tant élire qu’éliminer.  » — André Gide.

  • LREM n’est qu’un parti d’opportunistes, de repris de justesses, de prévaricateurs ou de machos.

    Les politiciens choisissent d’entrer en politique pour le pouvoir et les avantages, et ensuite choisissaient le prétexte de la défense des valeurs ou des opprimés. Aujourd’hui, ils choisissent LREM, le camp des bobos, parce que « je le vaux bien », et que « je suis l’élite ».

    Alors pourquoi pas des trotskistes ou des fachos à LREM, ils nous ont habitué à pire …

  • Pourquoi l’élection européenne doit-elle se jouer exclusivement entre LREM et RN? Les Républicains ont-ils disparus du paysage? Pourquoi enterrer Bellamy qui est un bon candidat? Je pense que les électeurs de droite voteront pour lui et je ne vois pas pourquoi ils ne feraient pas un meilleur score que les électeurs de Le Pen.

    • Parce que Wauquiez est une quiche !

      • d’une part,
        d’autre part parce que la droite s’est totalement démonétisée en faisant assaut de socialisme économique et de conservatisme social (soit le contraire de ce que l’on attendrait),
        et donc parce que du coup Bellamy est inaudible.

    • Parce que les médias poussent (sur injonction?) à rejouer le 2e tour de 2017.
      Tout est fait pour enterrer les autres candidats (et pas que LR) et éviter un débat sur l’Europe. Bis repetita…

    • au royaume des borgnes les aveugles sont rois

      Entre une tete de liste de LREM qui prend ouvertement l electeur pour un abruti (nier, puis avoir oublier pour finalement dire « ben oui mais je savais pas qu ils etaient d extreme droite ») et un FN qui semble incapable d evoluer, il y a un espace. Meme si les LR ont envoye a l origine Bellamy au casse pipe (si aucun notable LR a voulu se presenter, c est bien parce qu ils anticipaient une defaite)

  • « le bec de Nathalie Loiseau » : non mais franchement, Nathalie (vous permettez que je vous appelle Nathalie ?), que se passe-t-il ?

  • Pour un(e) socialiste, l’opportunisme rend toutes les b***s fréquentables. La preuve à Beziers.

  • Madamr LOISEAU correspond très bien au profil recherché par MACRON. et de Gauche et de Droite. Elle a fait sa carrière politique en bouffant à tous les râteliers.Mais vu l’odeur pestilentielle quelle dégage elle ne piquera aucune voix au RN.

  • Le deux poids deux mesures de Plenel ? Aussi peu recommandable que soit le bonhomme, ça se discute.
    Plenel n’a jamais, concernant sa jeunesse :
    – nier avoir été journaliste d’extreme-gauche
    – puis déclarer qu’il ne s’en souvenait plus
    – pour finir par concéder que c’était bien le cas mais que c’est un camarade qui l’avait embarqué dans cette galère !
    La critique de Mediapart ne porte pas sur le fait d’appartenir ou non à l’extreme-droite mais sur la cohérence intellectuelle de Loiseau, sa mauvaise foi pour tout dire, elle qui a prétendu avoir toujours combattu l’extrême droite !
    C’est un Cahuzac en jupon, un Tartuffe en dentelle ! C’est ce que dénonce Mediapart, pas autre chose.
    Et si l’affaire fait si grand bruit, c’est parce qu’elle rencontre le dégoût des citoyens pour l’absence criante de crédibilité du personnel politique, qui pratique l’opportunisme et le mensonge à un niveau insupportable. Surtout quand le même personnel politique exige de son peuple une conduite morale qu’il est incapable lui de tenir : ministre du budget qui fraude, ou ministre qui ment d’un gouvernement qui veut réglementer les fake news.
    Je ne remercierai jamais assez la presse comme Mediapart ou Le Canard de dénoncer la tartufferie de nos décideurs.

  • Droite ? Gauche ? Centre ? Nathalie Loiseau « choisit tout » !

    D’un autre côté c’est normal puisqu’au final il n’y a ni centre ni droite en france mais que différentes saveurs (putrides) de la gauche.

    Tout le spectre politique français est complètement décalé à gauche.

    Le meilleur exemple était les 2 dernières elections présidentielles avec le concours de « plus socialiste que moi tu meurs » entre les candidats.

  • comme tout bon parasite qui se respecte..

  • Si Plenel la voit juste « de droite » déjà ça veut dire qu’elle est de gauche, qu’elle est collectiviste, pour le plus d’Etat contre les méchantes entreprises etc…

  • Le système Plenel On a le choix entre le bourgeois repentant et le trotskiste de salon et tout cas l’authentique faux-cul:
    https://janeaymard.wordpress.com/2014/03/13/limposture-mediapart/

  • Mme Loiseau s’est réjoui de la possible suppression de l ‘ENA, dont elle a été directrice pendant 5 ans, au motif qu’il y avait une grande inertie et qu’elle n’avait rien pu faire !
    «J’ai été accueillie au départ par certains conservatismes, par certains corporatismes, en étant une femme de moins de 50 ans n’ayant pas fait ENA, à peu près comme une saltimbanque», a raconté celle qui a dirigé l’ENA entre 2012 et 2017 avant de faire son entrée au gouvernement comme ministre des Affaires européennes. «Ça vous donne une idée de ce à quoi on se heurte en essayant de bouger cette école», a-t-elle poursuivi, en précisant avoir fait «ce qu'(elle) a pu, sans être suivie à l’époque ni par la volonté politique ni accompagnée par les moyens qu’il fallait».
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/loise … a-20190418

    Donc, elle n’a rien pu faire à la tête d’une école, pas les reformes qu’elle pensait nécessaires, mais elle saura faire avancer l’UE ????
    Ça ne sera pas plus facile, Mme Loiseau ! Vous risquez donc d’y être juste inutile….

    Et pour connaitre ses « talents » de gestionnaire, allez voir ici ce qu’il en est. Dès son arrivée à la tête de l’ENA, les déficits (et pas qu’un peu) ont commencé !! Pas étonnant qu’elle n’ait pas été bien reçue, les autres administrateurs sont peut être plus compétents…
    http://prochetmoyen-orient.ch/lardoise-de-loiseau-lena/

  • claire , vous avez bien résumé ce personnage
    qui est une girouette , c’est la faute des autres et une mémoire sélective , qui invoque l’oublie de ses mensonges en pensant que le temps personne ne s’en souviennent ! Sa fonction à l’ENA a démontré sa limite et sa compétence… Elle suit la vague et récupère des postes lucratifs et ses privilèges ne leur demandons pas d’être honnête c’est un mot qui est banni de leur vocabulaire ! En Marche
    est en réalité des opportunistes à la recherche de quelques miettes du pouvoirs et
    surtout des privilèges dans la continuité , la retraite leur sera très agréable ( 15 à 30 milles euros par mois bien entendu ) Le seul désagrément , être oublié et devenir rien !!

  • « Droite ? Gauche ? Centre ? »

    Pourquoi pas au dessus? On y respire mieux et c’est moins encombré.

  • Je ne sais plus qui disait que celui qui n’est pas communiste à 20 ans est un facho et celui qui l’est encore à 40 ans est un idiot.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend souvent, et pas plus tard que la semaine dernière, qu’un parti cherche des idées, des propositions pour construire un programme. En novlangue : « pour nourrir le débat ». Comme si les partis politiques étaient des lieux de débat.

C’est donc le parti RDLREM (Renaissance De La République En Marche) qui sollicitait ses élus pour faire remonter des idées récemment.

Ce parti au pouvoir depuis 5 ans, élu sur un projet, est à la recherche d’idées pour gouverner la France.

Qu’est-ce à dire ? A-t-il déjà réalisé son proj... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Youpi, les législatives approchent et c'est de nouveau l'occasion de découvrir ce que le paysage politique français peut offrir de plus dodu : des politiciens qui s'égaillent en liberté pendant cette courte période leur permettant de se dégourdir les jambes et de gambader dans la campagne (électorale) à la rencontre du gogo de l'électeur qu'il devra convaincre. Cependant, la fête a parfois un goût amer : il semble que - horreur ! - le Français moyen soit de plus en plus attiré par un populisme des extrêmes.

Eh oui : alors que, pourtant... Poursuivre la lecture

Le Rassemblement national pourrait faire une percée spectaculaire au Palais Bourbon, entre 75 et 105 députés contre 8 seulement actuellement. Les Républicains verraient leurs effectifs fondre avec entre 35 et 65 députés, contre 101 actuellement. Les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon n’obtiendraient que 73 à 93 sièges, même avec une union de toute la gauche.

Rappelons que pour imposer un Premier ministre au président, il faut 289 députés.

La bataille pour les législatives, prévues les 12 et 19 juin prochains, le troisième tour des é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles