Wallonie 2050, le cauchemar écosolidaire et citoyen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Greta Thunberg på Mynttorget, Stockhom By: ulricaloeb - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Wallonie 2050, le cauchemar écosolidaire et citoyen

Publié le 7 mai 2019
- A +

Par Drieu Godefridi.

Par un matin catastrophiquement beau et chaud, le soleil se lève sur la République éco-populaire de Wallonie.

Nous sommes le 6 juin 2050 — jour de la Sainte-Greta — et les stencileuses du gouvernement wallon tournent à plein régime : des placards sur papier éco-sympathique seront bientôt affichés dans tous les cantons administratifs de la République éco-solidaire sur le thème « Pourquoi nous devons nous débarrasser des chats, chiens et autres nuisibles ! ».

L’heure est grave. Depuis que la Flandre s’est retirée pour permettre à la Wallonie d’embrasser pleinement son ambition éco-solidaire, la région héroïque a véritablement révolutionné la vie de ses habitants.

Ayant renoncé au libre-échange puis à toute forme d’échange avec ses voisins pour privilégier les circuits courts, l’économie circulaire et la méditation introspective, la Wallonie s’offre désormais comme « Terre d’Avenir et Avenir de la Terre », avec ce sens du jeu de mots si truculent et célèbre dans le monde entier.

La Wallonie contre le CO2

Quand le gouvernement leur interdit l’avion, les Wallon.ne.s se sont montrés compréhensifs : les horribles émissions de CO2 des avions — qui se voyaient à l’œil nu dans le ciel, selon certains experts — étaient insupportables.

Quand le gouvernement leur interdit la voiture, il y eut bien quelques frictions, surtout les jours de grève générale des 187 sociétés locales de TEC — une par canton — et de la Société nationale des chemins de fer wallons (SNCW). Mais les courageux Wallons s’acclimatèrent bientôt à ne plus se mouvoir que sur des milliers de kilomètres de pistes cyclables, ornées de mille potagers citoyens éco-responsables, slalomant entre les Nouveaux terrils (constitués des panneaux photovoltaïques et éoliennes en fin de vie).

L’interdiction de la viande s’inscrivant dans la même stratégie humaniste de lutte contre l’humain, elle fut acceptée sans trop de heurt — ce qui permit par la même occasion de supprimer le secteur de l’agriculture, notoirement avide de diableries techniques.

Il y eut quelques récalcitrants sur les hauteurs de Liège et dans le Brabant wallon quand on saisit les villas pour les tronçonner en logements éco-solidaires et centres de vie pour réfugiés climatiques.

Des séjours en Unités de réévaluation des Vraies Valeurs Gaïa-compatibles eurent raison de ces égoïstes.

Mais quand le Wallon, sagement confiné dans son logement éco-borné de 25m2, sans voiture ni enfant, avec un revenu annuel de 1500 euros, s’avisa qu’on voulait lui supprimer Zézette, sa chatte, et Jean-Pierre le berger allemand, il sentit confusément que l’époque ne lui était pas favorable et se révolta.

La campagne de stencils devenait inévitable.

L’écologisme, nouveau totalitarisme ? vient de paraître.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Supprimer zezette ..la j’ai eu des sueurs dans le dos ,supprimer popol (version francaise compatible) jamais , plutot mourir.

  • 2060 : La révolte avait été matée, on avait fait appel à Maduzéro, petit neveu de Maduro. Toute l’économie était maintenant centrée sur l’armée, car il fallait tenir le peuple à distance.
    2070 : La chasse à l’homme était devenue la norme. Comme il n’y avait plus de gibier, sauf de potence, il fallait bien entretenir la forme des militaires qui avaient le droit de tirer à vue.
    2080 : La Haye avait approuvé cette activité. En effet, il fallait bien sauver la planète, et l’homme était maintenant considéré comme un nuisible, pire que le rat. Seuls les membres des partis écologistes étaient épargnés, parce que géo-localisés.

  • Et pendant ce temps la belmgique ferm des centrales nucléaire avec la bénédictio des écolo pour créer des centrales à gaz …
    Et la NukePride de bruxelles a du se faire sans appeler les média pour pas déclencher de contre manifestation violente.

    C’est ca la démocratie verte.

  • Le Rouméliote
    7 mai 2019 at 10 h 23 min

    En Provence, les réfugiés climatiques sont arrivés ! C’est tous les touristes allemands et néerlandais qui viennent chercher un peu de soleil après s’être caillé les meules tout l’hiver. Mais ils sont déçus : il fait encore un froid de canard ici ! Vite, du CO2 !

  • On remarque la dichotomie entre la Belgique française et la flamande! La première est comme la France, gauchiste et écologique où les habitants ont complètement perdu la raison. La seconde est peuplée de gens travailleurs, solidement ancrés dans la réalité!

  • « Par un matin catastrophiquement beau et chaud, le soleil se lève sur la République éco-populaire de Wallonie.

    Nous sommes le 6 juin 2050 …. »

    Ben moi, j’attends impatiemment que la terre se réchauffe de 2°. Parce qu’après les 15cm de neige de ce dimanche matin, il faisait -4° ce matin. Et on est le 6 mai !!!!!

  • L’histoire est cocasse et délicieusement effrayante…

    Pourtant nous savons au fond de nous que ce n’est pas ainsi que ça se déroulera, et ce genre d’histoire est plutôt rassurante.

    Je redoute une ère de révolte permanente, une ère où les fils et filles de GJ , embarqués dans des diesels sans CT occuperont tels des zadistes des portions entières du pays, affronteront une police de plus en plus armée et retranchée.
    Ils engloutiront des tonnes de saucisses et ribs sur des barbecues brûlants comme l’enfer.
    Les télés commenteront avec des journalistes floutés pour ne pas être reconnus, mais beaucoup ayant senti le vent tourner les approuveront.

     » Winter is coming « 

  • Aussi effrayante que bien écrite cette petite dystopie. Un grand merci.

    Je serais bien intéressé par un article parlant d’une France qui aurait enfin trouver le courage de réformer en profondeur, non sans sueur ni larme, notre beau pays. On imaginerait sans trop de problème les conséquences à court, moyen et long terme.

    Je pencherais pour un court terme très dur, avec pas mal de manifestation; un moyen terme (vers la fin d’un mandat) où le chômage commence à baisser et l’économie repartir; enfin, un long terme avec un absence de dette, des français plus riches et optimistes et un France apaisée.

    J’ai lu le roman « à la découverte du fabuleux miracle français » d’Hector Allain. Bien que capillotracté au possible, j’ai vraiment apprécié le voyage des 3 personnages du livre.

    https://www.contrepoints.org/2015/01/18/194902-a-la-decouverte-du-fabuleux-miracle-francais

  • D(r)ieu de Godefroid, d’Isaac et de Jacob, prends pitié, ne nous fait plus rire, nous n’avons vraiment pas le coeur à ça

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Samuele Furfari.

Après avoir adopté une stratégie hydrogène pour faire comme tout le monde, l’écologiste Tinne Van der Straeten, ministre fédérale belge a signé ce 3 novembre 2021 un protocole d'accord avec la Namibie pour produire de l'hydrogène baptisé vert parce que produit par électrolyse de l’eau grâce à de l’électricité photovoltaïque solaire, hydrogène qui sera transporté en Belgique. L’écocolonialisme est la forme moderne du colonialisme.

On comprend que madame la ministre, au demeurant historienne, ne soit pas en me... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles