Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ? de Thibault Mercier

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ? de Thibault Mercier

Publié le 29 mars 2019
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

La discrimination est aujourd’hui interdite par de nombreuses lois et très mal perçue par l’opinion. Elle est associée à une faute morale, à une atteinte à l’égalité, à un jugement malsain des personnes. Pourtant, discriminer est un acte naturel et quotidien.

La discrimination est un choix libre effectué par les personnes. Choisir ses vêtements, sa nourriture, le lieu de son habitation, son conjoint, etc. c’est effectuer une suite de discrimination. Mais depuis la loi Pleven de 1972, une série de lois et de décrets ont été pris qui restreignent le champ possible des choix libres et qui criminalisent des actions libres et naturelles.

Ainsi, un employeur ne peut plus recruter sur des critères de sexe, de langue, de religion. Et l’auteur de citer des exemples, comme ce charcutier condamné pour n’avoir pas recruté un musulman, alors que celui-ci refusait de toucher le porc par respect pour sa religion, ou bien Abercrombie, condamné pour n’avoir voulu recruter que des vendeurs à la plastique attrayante, afin de se conformer à l’image de la marque.

Ce que démontre bien l’auteur, qui est par ailleurs avocat au barreau de Paris, c’est que la nature du droit a été dévoyée. Alors que celui-ci doit servir à poser les fondements d’une société libre et permettre la libre expression des personnes, le droit est devenu un instrument d’oppression, favorisant la constitution d’une tyrannie des juges et des magistrats qui échappe au pouvoir populaire. Cette déviance invisible pour les non-initiés modifie les rapports humains et le fonctionnement de la société.

La hantise de la discrimination conduit aussi à provoquer l’effacement de la culture française au profit de cultures extérieures, parfois jusqu’à l’absurde. Ainsi, une entreprise de BTP ne peut pas sélectionner ses ouvriers sur le critère de la maîtrise de la langue française, alors que pour certaines opérations délicates il est essentiel que les ouvriers ou les conducteurs d’engins sachent lire et comprendre le français.

Argumenté de très nombreuses références et puisant autant chez les auteurs littéraires et philosophiques que chez les juristes (comme Jean Carbonnier, Jean-Louis Harouel et Michel Villey), Thibault Mercier démonte aussi les soubassements intellectuels de cette dérive juridique. Les conséquences juridiques de la non-discrimination que nous subissons sont les conclusions d’une révolution intellectuelle commencée bien en amont.

Portée par des auteurs comme Michel Foucault ou Jacques Derrida, ce processus de déconstruction cherche à affaiblir la pensée européenne, en lui ôtant tout élément de résistance intellectuel et aujourd’hui juridique pour la soumettre aux assauts extérieurs. C’est un processus classique de constructivisme qui vise, par le droit et la pensée, à dissoudre les capacités de résistance intellectuelle.

Le droit arme de guerre

Ce que Thibault Mercier analyse ici sur le plan de la politique intérieure, est le même processus qui est à l’œuvre en politique extérieure avec la guerre du droit et la stratégie de l’intimidation. L’intimidation permet d’annihiler les défenses immunitaires intellectuelles, la guerre du droit permet ensuite de gagner les combats, sans avoir même à combattre.

L’interdiction de la discrimination est donc une atteinte aux libertés individuelles et nul ne sait encore jusqu’où cette atteinte va porter : imposition des lieux de logement, du conjoint, organisation de l’éducation des enfants… une fois que les principes juridiques ont été sapés, la tyrannie du droit peut aller très loin.

L’ouvrage a le mérite de la synthèse, et donc de présenter les points saillants de façon immédiate. Il propose aussi une réflexion intéressante sur la frontière comme garante des libertés publiques, du droit et de la rationalité, à l’image de l’Athéna à la borne du musée de l’Acropole, qui donne son titre au livre et qui illustre la couverture.

Thibault Mercier, Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ? Pierre Guillaume de Roux, 2019.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Esprit critique
    29 mars 2019 at 14 h 32 min

    Les planètes , la vie, les sociétés, tout repose sur la discrimination. Partout ou le hasard et des phénomènes gigantesques en nombre se produisent quelques-uns plus probable que d’autres de part des lois de Physiques, de chimie, de biologie etc.…, d’intelligence etc. prennent le dessus et oriente les systèmes, c’est la discrimination Innée, absolue, forme de loi fondamentale.
    Pour celui qui refuse la discrimination je ne vois qu’une solution, le suicide.
    Précision « La discrimination Positive » hérésie imaginée par des timbrés, n’est en réalité que le négationnisme du réel humain.

  • je dois être un vieux con, mais quand je veux aller dans un restaurant Chinois, si le personnel n’est pas asiatique, je n’entre pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’émergence régulière de nouvelles normes illustre combien la question de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) prend de plus en plus de place dans le monde des affaires, tant à l’échelle nationale, qu’au niveau européen voire international. Longtemps considérée comme un argument commercial plus que comme un véritable objectif de conduite, la RSE pourrait cependant se muer en une contrainte règlementée pour les entreprises. Gageons que les États et les institutions se saisissant de la question le feront de manière raisonnable tout... Poursuivre la lecture

Par Serge Schweitzer.

Contrairement à certaines croyances malheureusement répandues, l’analyse économique a fait de considérables progrès. Évidemment si on croit que le métier de l’économiste est celui d’une cartomancienne, c’est-à-dire si on attend de lui qu’il prévoit le cours du pétrole à six mois ou le taux de croissance dans deux ans, il est facile de constater que l’économiste se trompe sans cesse.

De même si on pense que la profession d’économiste consiste à orienter les choix des gouvernants en leur suggérant les secteur... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon.

Un article de l'Iref-Europe

En décembre 2016, à Deauville, au Women’s Forum, à l’aube de sa campagne électorale, Emmanuel Macron déclare :

Les progressistes sont ceux qui croient en l’innovation, l’égalité entre les genres, à l’environnement, au numérique, à l’équité et à l’égalité des chances dans notre société et en Europe.

Une fois élu, il affirme – en novembre 2017 – qu’il sera « personnellement attentif » à ce que l’égalité entre les femmes et les hommes, la « grande cause » de son quinqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles