Harcèlement au PCF, Ligue du lol, Unef : les passagers clandestins de la morale

Cheat with the Ace of Diamonds By: Rodney - CC BY 2.0

L’écart entre discours public progressiste et pratiques privées rétrogrades devrait nous mettre en garde sur un phénomène bien connu des économistes, mais appliqué ici au domaine de l’éthique, celui du « passager clandestin ».

Par Frédéric Mas.

« Même au sein des organisations les plus progressistes comme chez les Jeunes communistes, des jeunes femmes peuvent être harcelées, violées » pouvait-on lire dans L’Humanité le 8 mars dernier, jour des droits de la femme. Réagissant aux révélations d’un groupe d’adhérents du Mouvement des jeunesses communistes de France accusant 16 violeurs présumés, le journal attire l’attention de ses lecteurs sur une constante inquiétante : les affaires de harcèlement qui éclatent aujourd’hui n’épargnent pas la gauche morale, qui s’est régulièrement faite la porte-parole exclusive du droit des femmes et de leur émancipation.

L’unef, la ligue du lol, les accusations portées contre Denis Baupin ont en commun de dévoiler l’écart entre les conduites des donneurs de leçon et leurs engagements publics en tant que politiques, éditorialistes ou militants. Ce qui est aujourd’hui en train de s’éroder, c’est la confiance que les Français accordent à leurs élites, en particulier ceux qui se présentaient comme les faiseurs d’opinion de la morale commune.

Bien entendu, ceci ne veut pas dire que les autres milieux politiques soient épargnés : peut-être que d’autres affaires du genre éclateront ailleurs. La libération de la parole des femmes après #metoo braquera sans doute les projecteurs vers d’autres formations politiques moins progressistes, encouragée par cette nouvelle prise de conscience.

Le passager clandestin moral

Seulement, l’écart entre discours public progressiste et pratiques privées rétrogrades devrait nous mettre en garde sur un phénomène bien connu des économistes, mais appliqué ici au domaine de l’éthique, celui du « passager clandestin » : le passager clandestin est quelqu’un qui bénéficie de ressources, biens ou services sans en payer les coûts. Par exemple, les individus qui bénéficient des services publics sans en payer le coût par leurs impôts sont des passagers clandestins.

Dans le domaine moral, les passagers clandestins sont ceux qui bénéficient de la bonne réputation de leur entreprise ou de leurs collègues au sein d’un certain secteur ou d’un certain marché mais sans contribuer à l’entretien de cette réputation morale.

Pour Ricardo Calleja, les passagers clandestins dans le domaine moral tendent à tirer profit des individus vraiment vertueux, à générer la médiocrité dans le domaine contaminé et à détruire la confiance au sein des organisations.

Dans le domaine du droit des femmes, qui est assurément une juste cause, la condamnation de tels comportements devrait donc non seulement être une exigence morale, mais une condition de survie pour ne pas se transformer en stratégies de carrière pour arrivistes cyniques et sujet de défiance pour le public. Les Français ne devraient-ils pas apprendre, plus généralement, à se sevrer des politiciens qui s’érigent en donneurs de leçon ? Le débat public en serait clarifié.