Alain Juppé, éternel espoir, authentique désillusion

Alain Juppé finit mal une carrière exceptionnelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alain Juppé by Patrice Calatayu(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alain Juppé, éternel espoir, authentique désillusion

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 mars 2019
- A +

Par Philippe Bilger.

Alain Juppé finit mal. Il va entrer au Conseil constitutionnel.

Une conclusion somptuaire paradoxale pour quelqu’un qui n’en pouvait plus de la terrible atmosphère d’aujourd’hui ! Il est vrai qu’on parvient toujours à se persuader qu’on est indispensable – surtout lui – quand on vous sollicite et qu’on vous offre sur un plateau une manière de fuir somptueusement l’amertume.

Je suis déçu. Je ne devrais pas l’être.

Droit dans ses bottes, et rigide

Il n’y a qu’Alain Juppé pour n’avoir jamais été déçu par lui-même. Pas seulement droit dans ses bottes mais souple avec une apparente et constante rigidité qui donnait le change.

Pourtant ce n’était pas faute de nous avoir prévenus à plusieurs reprises. J’ai envie d’être aimé. À l’intérieur je suis sensible. Je ne suis pas celui que j’affecte d’être. Quelques gros mots jetés comme par inadvertance dans son langage faisaient l’affaire pour démontrer qu’il n’était pas coincé !

Mais on le prenait au sérieux avec sa mine à la fois supérieure et réprobatrice, avec sa gravité en général appuyée. Comme s’il avait toujours à reprocher quelque chose à ceux qui frayaient avec lui mais ne le valaient pas. Aux citoyens aussi qui n’avaient pas compris qu’ils auraient dû lui offrir le confort et l’honneur d’être convaincus sans que lui-même ait été convaincant !

Parce qu’il allait de soi que « le meilleur » devait échapper aux joutes banales et un peu vulgaires de la politique ordinaire !

L’admiration touchante et légitime de sa mère pour l’impressionnante mécanique intellectuelle de son fils, les éloges de ses proches, de ses amis et de ses affidés, l’affection stimulante et active d’un Jacques Chirac, l’estime subtile et adroite d’un François Mitterrand, les hommages médiatiques vantant sa rectitude et sa raideur sans les questionner, certaines de ses réussites, l’ostentatoire inquisiteur qu’il se plaisait à être au nom de la morale, surtout à l’encontre de son camp, ses fluctuations tolérantes vers la gauche qui lui ressemblait, vers le centre quand la droite n’était pas son genre, vers la droite s’il lui fallait fuir le grief d’être mou comme le centre : tout ce tableau ne pouvait que flatter son narcissisme et l’ancrer dans la certitude que la France aurait tort de se priver de lui pour la charge suprême.

Qu’il y avait une évidence à le consacrer et que la primaire de la droite et du centre n’était qu’un moment qu’il consentait à offrir du bout de la parole et de l’esprit à la démocratie classique et à un pluralisme encore scandaleusement incertain.

Il a été catastrophique lors de cet exercice quand François Fillon a surpris son monde pour le décevoir ensuite par ses faiblesses intimes et ses dérives de luxe et d’arrangements. Il était pathétique d’entendre si peu Alain Juppé et de le voir lancer ses pensées concises comme autant d’irrésistibles décrets auxquels il manquait l’essentiel : les explications et l’empathie. Se livrer aurait été comme faire un don non mérité ! Et c’est comme cela qu’on perd une élection où nommé vainqueur de trop longue date, on ne sait plus gagner au seul bon moment !

Les réussites d’Alain Juppé

J’ai évoqué certaines de ses réussites. Ministre des Affaires étrangères sous le président Mitterrand, il a bénéficié d’une approbation quasi générale, y compris de celle de ses services, ce qui est trop inusité pour ne pas être souligné.

Il a fait de Bordeaux, « sa » ville, une magnifique cité. Il a été son maire durant vingt ans et il s’était engagé à ne jamais quitter cette municipalité où, de fait, il avait pu démontrer un indéniable talent d’animateur, de concepteur et de gestionnaire. Ce n’est pas rien.

Mais pourquoi l’a-t-il abandonnée, pas vraiment du jour au lendemain, mais sans s’être soucié une seconde de sa suite ? Alors que paraît-il c’était un déchirement et que ses larmes n’étaient pas de crocodile.

Rien ne pressait.

Il avait déjà avec malignité porté un coup à LR et à Laurent Wauquiez qui n’avait pas besoin d’un souci supplémentaire. En désertant ce qui avait été longtemps, aussi équivoque qu’ait été son comportement entre libéralisme économique et complaisance « sociétale », sa famille politique. On avait parfaitement saisi sa proximité sur le plan européen avec le président de la République et il pouvait demeurer à Bordeaux, tranquille et serein.

Mais il paraît qu’il ne voulait pas faire un mandat de trop et que l’atmosphère républicaine était devenue à ce point putride et désespérante qu’il ne pouvait faire autrement que la fuir. Elle ne l’avait pas empêché de se battre pour la présidence de 2017 même si j’admets que le climat démocratique s’était sans doute dégradé depuis.

Le mandat de trop

Le mandat de trop, au fond il va le faire au Conseil constitutionnel. On aurait pu espérer qu’une personnalité comme la sienne, dégoûtée de la vie publique, aurait poursuivi son bonheur municipal ou laissé le champ libre à d’autres, en se retirant clairement, plutôt que d’accepter des prébendes, aussi constitutionnelles qu’elles soient.

Je ne suis pas persuadé que cette image plaise au président du Conseil Laurent Fabius : on y est nommé quand on ne supporte plus le reste, l’essentiel. Un lot de compensation, de consolation.

Il est allé avec une humilité qui ne lui ressemble pas solliciter la grâce du droit à l’oubli pour faire admettre sa présence au Conseil constitutionnel malgré une condamnation dont il n’a cessé de proclamer qu’elle résultait de sa fidélité à Jacques Chirac. Qu’il avait « payé » pour lui.

Alain Juppé finit mal une carrière exceptionnelle.

Comme Emmanuel Macron, à Bordeaux, a su par ses mots élogieux flatter, avant une réserve de huit ans, un homme n’ayant pas eu un mot sur son ancienne famille politique, une intelligence et une sensibilité qui n’ont jamais récusé l’encens ! (Le Parisien)

Un roide qui pleure. Un rigide habile. Une gloire comme on les adore en France : un éternel espoir. Une authentique désillusion.

Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • marre des Ramses II,
    Juppé a exercé le pouvoir , il a échoué , point!
    a degager!

  • quelle chance ils ont tout ces politiques ! ils sont fourbes , menteurs ,malhonnêtes ….et arrive toujours à se trouver un poste grassement rémunéré ;

  • Quelle incroyable complaisance de la part de M. Bilger dont on se demande s’il fut véritablement magistrat…
    M. Juppé est certes quelqu’un de très brillant mais qu’a-t-il véritablement accompli ? Pas grand chose… Il fait partie de cette génération de politiciens qui à force de lâchetés et petits calculs ont fait de notre pays une nation fracturée au bord de la faillite.
    Il n’est que trop représentatif de cette élite auto-proclamée qui trouve tout à fait normal qu’un repris de justice soit nommé au conseil constitutionnel plutôt que de goûter, à 76 ans, une retraite dans la décence de l’oubli.
    Ne vous rendez-vous pas compte, M. Bilger, que les « reponsables mais pas coupables », « il n’y a pas eu d’enrichissement personnel », les amnisties générales des élus et dans le cas qui nous intéressé, les recasages des vieux politiciens dans tous les fromages de la République, sont en grande partie responsable de l’exaspération qui règne dans ce pays… surtout lorsque le petit monde gravitant autour de ces élites et ayant leur rond de serviette sur tous les plateaux télés trouvent cela tout à fait normal…?

    • Je voulais laisser un commentaire mais vous m’avez l’avez fait avant moi Merci

    • Pas d’enrichissement personnel? Et le salaire plus la retraite supplémentaires qu’il va toucher grâce à ce poste de complaisance ce n’est pas de la corruption déguisée, que nous allons payer avec nos impôts et taxes?

  • Un constat très bien formulé, tristement réaliste et rigoureusement correct. Si la France est dans un tel état (si rien n’est fait et pour l’instant c’est le cas, la France sera comme l’Italie dans dix ans maximum), la partition si bien ancrée , c’est grâce avec des individus comme lui (on peut y ajouter une longue liste d’insultes très obscènes) . Le « meilleur d’entre nous » toujours droit dans ses bottes à cause du gel de la diarrhée et cela malgré le « réchauffement » climatique

    • Non ce commentaire n’est pas réaliste mais complaisant, il passe sous silence toutes les compromissions du personnage et depuis le fait de clamer son innocence vous absous de vos turpitudes ? Mr Bilger as t’il vraiment été procureur

  • on doit aussi se poser des question sur le conseil constitutionnel.

    • on doit surtout se poser des questions sur cette constitution qui a tout verrouillé il y a 70 ans

    • Yup. Le CC, ultime verrou du système, qui assurerait, dans le cas bien improbable d’une alternance, que tout changement serait l’objet d’une guerrilla aussi flasque que les corps non-morts qui le composent, et aussi acharnée que le combat de la tique qui s’agrippe à son hôte.

  • Comment est – il possible devenir membre du conseil constitutionnel en étant soi même condanné par la justice alors que l’on vous demande un casier judiciaire vierge pour devenir fonctionnaire , incompréhensible !!
    Ce guguss en étant ancien 1er ministre se fait remboursé chaque année ses frais à hauteur de 100 000 euros !! elle est pas belle la vie , pour ces gens là !! En Marche qui veut nous faire croire à une autre politique , vient de demontrer le contraire !! Il devrait être inscrit dans la Constitution qu’ un fonctionnaire d’État devrait démissionné de son statut de fonctionnaire pour postuler à un mandat !! ils ne prennent aucun risque battus , ils retrouvent leurs poste avec avancement !!! Quand à Juppé il a démissionné , son nouveau grade en tant que fonctionnaire ,ne lui permetter plus d’un mandat élu et par la même occasion lui a permis de toucher une retraite de fonctionnaire … !! Se souvenir que ce triste individu pour le citoyen lambda une retraite à
    1200 euros etait une bonne retraite mais pas pour lui cela va de soi !!

  • C’est de l’éloquence de prétoire pour repris de justesse ou de l’éloquence de comptoir au bar des Randonneurs ?

  • Quel est celui ou celle qui est surpris-e du fait que M. Macro. (alias Macron) a, « à Bordeaux, su par ses mots élogieux flatter, avant une réserve de huit ans, un homme n’ayant pas eu un mot sur son ancienne famille politique, une intelligence et une sensibilité qui n’ont jamais récusé l’encens ! » ? Ils se croient tous les deux d’intelligence supérieure, de l’ordre du jupitarisme. Tous les deux ont une posture méprisante à l’égard du Français de base rampant au niveau du « rien ». Nous aurons au Conseil Constitutionnel, une belle brochette de personnages politiques qui n’ont eu de cesse de manifester ce mépris : MM. Giscard d’Estaing, Sarkzy, Juppé et Fabius. Tous ont oeuvré et manoeuvré à la destruction de la France qu’ils ont livré à la finance, aux banques et aux étrangers via l’Union Européenne. Ils seront bien placés pour déclarer constitutionnelle, au détriment de la France et des Français, telle ou telle loi pilotée par l’UE … Avec eux et M. Macro. le jeu de massacre bat son plein !

  • Laisser 343 millions de dettes aux Bordelais, c’est de la p***** de bonne gestion qui roxe.

  • Juppé a fait de Bordeaux une ville magnifique ?? MDR XD Lol PTDr !!! Il a volé l’argent des ses administrés et a dépensé a tort et a travers pour sa propre gloire! N’importe quel débile mental serait arrivé au même résultat avec autant de pognon ramassé sur le dos des bordelais et même des français. L’endettement de la ville on en parle ? Il faut confronter les résultats avec les moyens pour pouvoir juger, et franchement, le resultat n’est pas bien glorieux

  • Le bilan de Juppe est quand meme pas brillant.
    Il fut premier ministre et commenca par augmenter massivement les impots (creation du RDS, +2 % de TVA) et conseilla a Chirac de dissoudre l assemblee afin d avoir les mains libre pendant 5 ans. Manque de chance, la trahison des promesses electorales de JC plus la perspective d avoir encore 5 ans un premier ministre hautain et droit dans ses bottes fit que Juppe perdit l election

    Comme maire de Bordeaux, je ne sais pas, j habite pas la. Par contre j ai lu qu il a fait exploser la dette et que son successeur va devoir serrer les boulons. Il part finalement au bon moment, car l addition n est pas encore arrivee

    Sur le plan moral, la c est carrement la catastrophe. Car Juppe oublie de dire qu il n a pas simplement payé pour JC, il en a bien profite. Il a loge sa famille pour pas cher (1ere femme, fils et bien sur lui meme) et s il a eut sa belle carriere a la mairie de paris puis comme ministre c est bien parce qu il etait le capo de tutti capi du parrain JC

  • Je suis indigné de ce concert de louanges,comme déja dit l’ENA est une usine à bons à rien qui détruisent l’économie et la société.

  • Vous avez raison, M. Bilger, c’est une bien curieuse décision de la part d’Alain Juppé d’abandonner Bordeaux et de solliciter le droit à l’oubli.

  • Il faut arrêter avec cette foutue légende : Juppé se sacrifiant pour protéger Chirac. Le maire de Bordeaux fût en effet condamné es-qualités, en tant que chargé des finances de la Mairie de Paris et responsable du RPR. D’ailleurs, si Juppé avait servi de fusible, l’ancien président n’aurait pas été poursuivi et lourdement condamné pour la même affaire.
    Quant au bilan de Juppé, il est calamiteux et peut se résumer ainsi: plus d’impôts plus de dettes plus de chômage et retour de la gauche aux affaires.
    Sans oublier que Juppé est le seul 1er ministre à avoir réussi à paralyser le pays pendant plus d’un mois !

  • Encenser ce personnage comme on a pu le voir dans une majorité de médias est limite insoutenable. Un exemple du vrai visage et de l’opportunisme de ce monsieur ici: congrès du Medef:
    http://www.dreuz.info/2014/09/video-alain-juppe-se-prend-une-lecon-de-morale-de-lambassadeur-de-chine/

  • Dormez tranquille braves Gens… ça va bien se passer!

    Pour plagier Isaac de BENSERADE…
    Ci-gît un fameux Thrombonnard
    Qui fit plus de mal que de bien
    Le bien qu’il fit, il le fit mal
    Le mal qu’il fit, il le fit bien.

    Mais rassurons-nous: il part pour +15K€/mois et autres avantages, en laissant une ville, certes changée: il a rendu…
    … la ville au fleuve et inversement.
    … aux façades la blondeur de la pierre!

    Mais une ville…
    … en Travaux qui asphyxie le Commerce de proximité.
    … inhabitable pour la classe moyenne, d’où les GJ nombreux chaque samedi!
    … sur le podium des villes thrombosées du Gastéropode Pays.
    … ou la politique économique se résume à panem et circenses.

    Sans compter l’endettement des Bureaucratures municipale et métropolitaine que les Générations suivantes devront éponger!
    Un beau bilan… indéniablement!

    Aussi, dormez tranquille braves Gens ça va bien se passer… au Pays de l’Inaptocratie* triomphante tant que la Politique sera un Métier. Et se recaser dans les meilleurs fromages de la Ripoublique l’objectif ultime des Poly-Tocards… généralement Ponctionnaires.

    Aussi, est-il surprenant que le nombre de « Atlas shrugged » augmente au Gastéropode Pays?

    *Inaptocratie : gouvernement des moins capables, élus par les moins capables de produire, et où les moins aptes à subvenir à eux-mêmes bénéficient de la confiscation de la richesse du Travail de Producteurs en continuelle diminution.

    « Ils ne se révolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront devenir conscients qu’après s’être révoltés.”… scripsit Georges Arthur BLAIR

    • @contrepoints.org
      Une possibilité de minimiser les coquilles en enregistrant un commentaire sous forme de “brouillon” pour relecture ultérieure? Et/ou de les corriger a posteriori comme sur d’autres sites?
      Par avance merci…

  • je n’envie pas ce monsieur mais je lui tire mon chapeau, il brouille les pistes mais reste toujours présent, il tire un maximum de ces avantages, la fine fleur de l’administration .
    En fait c’est nous les idiots dans ce cas, lui il aura vécu sur le dos de tous le monde pendant toute ça vie et nous on aura bosser pour lui en râlant, qu’elle est le plus malin ?
    Çà prouve qu’il n’y a aucun changement opéré, et que les veaux sont toujours les même.

  • Ils finissent toujours par révéler le peu d’honnêteté et de conviction qui est leur particularité!

  • Juppé est la partie visible de l’iceberg de cette droite qui n’a fait que trahir ses électeurs. Voire qu’une grande partie des Français qui créent de la richesse croient encore en ces baltringues de LR ça fait juste peur…

  • le conseil constitutionnel, ou la maison de retraite des politiciens a la ramasse ! et c’est nous qui payons !

  • il aurait été intelligent s’il avait fait du bien à la France, or il n’en est rien …ville surendettée et ce mec é été toute sa vie un mou, un centriste, une girouette et un sacré lèche-c*l… Mr Bilger si vous encensez ce genre d’énergumène c’est que vous êtes du même acabit, ne vous en déplaise.

  • Je n’oublie jamais que le mec droit dans ses bottes s’est couché devant une poignée de trotskistes en 1995, de la même manière qu’un ancien premier ministre issu du même parti s’est couché devant une poignée de lycéens mineurs acnéiques.

  • Carrière exceptionnelle à nos grands frais ,la seule fois où il aurait pu rentrer dans l’histoire et faire son Schröder c’est en 1995 il a vite refermer le couvercle avec l’aide de nos chers syndicats qui sont à nos grand frais aussi,études brillantes certes mais pour faire quoi après ?évoluer dans le marigot administratopolitique crée par nos élites et dans lequel ils font carrière tout en continuant de cumuler les années de retraite et les avantages de leur corps d’origine alors qu’ils ont cumulés les mandats électifs.Il a peut-être servi de fusible pour Chirac mais une « tête »comme lui ne pouvait pas ne pas être au courant des petits arrangements à la Mairie de Paris,retraite de son corps d’origine sans jamais quasiment y avoir travaillé à 57 ans,et quant à Bordeaux qu’en est-il des finances ?même Wauquiez ,son propre camp tout du moins à l’époque,a dit qu’il avait cramé le chéquier.Alors carrière exceptionnelle???Comme un Hollande ou un Toubon il va percevoir une indemnité conséquente en plus des retraites de tous ses mandats.

    • ôtez moi d’un doute: on est le seul pays qui rémunère à vie avec retraite dorée des incompétents notoires et des truands?

  • Curieusement personne ne parle du livre La tentation de Venise qu’i a écrit en 1993 et pourtant le titre et les propos sont évocateurs de son parcours.

  • Bravo pour cet article, très bien écrit ?

  • En tant qu’ancien bordelais, j’avais une opinion positive de Monsieur Juppé. Lorsqu’il est revenu du Canada j’ai trouvé qu’il avait viré à gauche. Sa tolérance de l’Islam ne m’a guère plu
    Bordeaux,j’ai vu des villes de par le monde de l’importance de Bx autrement plus dynamiques que Bx dont l’urbanisme n’est guère brillant
    La rocade va peut-être finir par être à deux fois trois voies
    Ce qui sauve l’ensemble est cette magnifique façade des quais qui date du XVIII SIÈCLE
    Le tram est trop lent avec une capacité restreinte …….
    Bonne retraite

  • dekkart , l’Afrique dans son ensemble est pas aussi !!

  • Un condamné au Conseil Constitutionnel! Et on s’étonne que les politicards sont rejetés par la population! Je doute qu’un tel énergumène eut trouvé sa place à la Cour Suprême US.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Conseil constitutionnel n’est pas une institution anodine de notre ordre juridique. Comme le rappelait son président en 2021, il est le garant libéral de l’État de droit. Pourtant, sa composition ainsi que les nouvelles nominations annoncées soulèvent des questions, notamment sur l’indépendance de ses membres.

En effet, un rapide aperçu démontre des liens ténus entre les membres du Conseil et l’exécutif et plus généralement la sphère politique. Pour remédier à cela, il serait nécessaire de nommer des juristes (magistrats et professe... Poursuivre la lecture

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Lors du débat face au ministre de l’Économie Bruno Le Maire, Éric Zemmour a rappelé que s’il est élu, le Conseil constitutionnel devra se plier face à la volonté du législateur, affirmant que : « ce n’est pas elle qui fait la politique de la France et elle devra s’y habituer ».

La dépossession des pouvoirs consentie par les différents gouvernements ne doit pas nous faire retourner contre les institutions de la démocratie constitutionnelle, dont le Conseil constitutionnel est l’une des plus importantes, permettant de limiter les lois du... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles