Live : Alain Juppé critique Fillon mais refuse de le remplacer

La manifestation de soutien à François Fillon cet après-midi au Trocadéro aura-t-elle l’effet espéré par le candidat ? Réponse en direct.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Live : Alain Juppé critique Fillon mais refuse de le remplacer

Publié le 6 mars 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

6 mars, 10h30 : Alain Juppé « confirme qu’il ne sera pas candidat à la présidence de la République » malgré des critiques acerbes envers François Fillon. Des propos tenus lors d’une conférence de presse organisée ce lundi matin à Bordeaux. Le tout avec des mots extrêmement durs où l’amertume voire l’orgueil blessé percent.

Le candidat défait lors de la primaire de la droite et du centre laisse apparemment la porte à une candidature autre que François Fillon pour la droite et le centre. Il encourage le candidat de la droite et du centre, mais sans prononcer le nom de François Fillon, comme si une autre option était possible.

5 mars, 20h : Interrogé sur France 2, François Fillon souligne que « malgré ses erreurs », c’est son programme qui a été plébiscité à la primaire de la droite et du centre. Une préparation de l’annonce de son retrait ? Une hypothèse qui prend corps à écouter le candidat déclarer qu’il n’est « pas jusqu’au boutiste ».

Pourtant François Fillon répond finalement fermement qu’il sera candidat. Mais dans la foulée déclare aussi que c’est lui qui prendra la décision, et personne d’autre que lui. Comme si le sujet n’était pas clos. Et qu’un candidat qui reprendrait son programme pourrait avoir sa bénédiction…

16h : François Fillon semble toujours en campagne. Son discours est interrompu par des « Fillon, tiens-bon, la France a besoin de toi ! » Cependant, il évoque ce qu’il faudra faire : ne pas se laisser aller à la colère et tenter de redresser le pays. Une manière de dire qu’avec ou sans lui le combat continuera ?

15h45 : François Fillon parle devant les manifestants. Il remercie ces Français qui sont venus : « La France qui vient de loin (…), la France des châteaux-forts, la France des cathédrales,  la France des sans-culottes… »

15h38 : François Fillon arrive devant les manifestants.

Ils pensent que je suis seul !

« Merci à vous qui ne baisserez jamais les bras ! À vous qui refuserez toujours d’entendre les sirènes du découragement. Vous êtes une certaine idée de la France. »

« Vous êtes le peuple qui ne fait pas de bruit mais qui a du bon sens. »

15h30 : Éric Ciotti est présent pour soutenir François Fillon, ainsi que Luc Chatel. Le nom de ceux qui ont abandonné le candidat est sifflé. Bruno Retailleau, Luc  François Baroin et Christian Jacob sont également présents.

La manifestation est cependant loin de faire l’unanimité :

15h15 : Les élus présents annoncent la présence de 200 000 personnes.

 

15h05 : Beaucoup de monde à la manifestation pour soutenir François Fillon.

15h : « On n’a pas d’alternative : c’est François Fillon ou rien. On a voté pour un homme, on n’a pas voté pour une classe politique » dit une manifestante.

14h : « Pour moi il s’agit de sauver la démocratie (…)  c’est lui que nous voulons ». « La base est hyper soudée », témoigne Gilles au Trocadéro.

François Fillon a confirmé qu’il serait bien présent ce soir au journal de 20h de France 2.

13h30 : France-3 Bretagne explique que des cars se sont remplis dès l’aube en direction du Trocadéro pour soutenir le candidat.

Sur France Info, une militante lyonnaise témoigne :

Nous allons à Paris pour rappeler notre soutien au projet de François Fillon et à sa candidature. Ce n’est pas contre quelque chose.

Ce n’est pas parce que le temps est mauvais qu’il faut abandonner le navire.

dit un autre militant. Le mauvais temps ne semble pas avoir découragé certains militants.

Avec une campagne mouvementée, François Fillon saura cet après-midi s’il peut encore compter sur le soutien de nombreux électeurs. Ou pas.

Anne Hidalgo, visiblement très critique vis-à-vis d’une manifestation dans sa ville, y voit une hostilité à l’État et à la justice. Elle a twitté :

Elle a ajouté :

« Paris, notre capitale, a fondé son Histoire sur la recherche permanente de justice et de démocratie, ses habitants n’ayant jamais hésité, par les urnes, par les manifestations, parfois même par l’insurrection et les barricades, à proclamer la République, à défendre nos institutions, et à s’opposer à toute remise en cause des contre-pouvoirs. »

« Paris est connue et respectée dans le monde entier pour cela (…) et voilà que certains voudraient aujourd’hui marcher sur le parvis des droits de l’Homme pour y tenir un discours profondément démagogique et délétère. »

« En tant que Maire de Paris, je demande à François Fillon de retrouver la dignité et le sens des responsabilités qu’un grand nombre de Français lui ont prêtés lors de la primaire, en renonçant à organiser cette manifestation qui met en danger les principes républicains que nous avons en partage. »

Selon le journal VSD, ces propos font mouche.  De son côté, Laurence Parisot, ex-présidente du MEDEF, a twitté :

Quel que soit l’avis que l’on peut avoir sur le candidat, on peut rappeler les faits suivants : que le Parquet National Financier s’est saisi de l’enquête quelques heures seulement après la révélation du Canard Enchaîné, ce qui a fait dire à François Fillon qu’il subissait un « assassinat » médiatique et politique. Les mots forts qu’il avait choisis lors de son dernier communiqué de presse ont été fortement critiqués par les médias.

Pour en savoir plus, lisez notre dossier Penelopegate.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le système veut un match Juppé/Macron, la droite n’a pas voulu de Juppé…On fusille fillon alors qu’il était le seul capable de battre Macron….Et même le médef s’en mêle ,il y a quelque chose de pourri dans notre république !

    • FILLON capable de battre MACRON ? Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire …

      La réalité est que FILLON est un repoussoir presque plus puissant que LE PEN. Selon toute logique, il ne passera même pas le premier tour où il finira sans doute quatrième dans les 15 %. Quand bien même, il passerait grâce à un concours de circonstance à la CHIRAC : qu’il serait éliminé face à LE PEN.

      Mais qu’il se maintienne. Avec un peu de chance, sa lamentable prestation fera imploser cette farce conservato-collectiviste qu’est « Les Républicains ». Et, peut-être alors, un véritable parti libéral pourra en émerger et présenter, en 2022, des candidats qui ne sont pas des criminels endurcis.

      • Et donc vous proposez qui pour le remplacer ?
        Un peu de sérieux svp, la droite et la gauche n’ont plus personne voulant cette place empoisonnée de président . Une démocratie ne peut pas se contenter de partis ayant moins de 20% de partisans . Et c’est pourquoi notre pays se traine et n’est pas déformable.

      • Non je crois que vous vous trompez, Fillon va se refaire une santé, il sera au deuxième tour face à Marine Le Pen. Moi je vais voter Fillon au 1er tour, et Marine au deuxième ; le principe étant d’assurer le moins pire : « sauver le soldat Fillon… » puis essayer d’élire Mme Le Pen au deuxième… en espérant que tous ne feront pas comme moi : le risque d’éliminer Marine dès le 1er tour !

    • Non, le MEDEF ne s’en mêle pas, Laurence Parisot ne représente qu’elle-même et ne parle qu’en son nom propre, elle n’a plus de rôle au MEDEF.
      Ce qui autorise à se demander de quoi elle se mêle.

  • Les mots de la maire dénotent surtout sa méconnaissance de l’Histoire, on ne peut pas vraiment dire que les barricades qui ont émaillé l’histoire de Paris au XVIIIe et XIXe siècle avaient pour but de « défendre nos institutions ».
    Quant à Laurence Parisot, à quel titre se permet-elle de donner des instructions aux chefs d’entreprise…? C’est surréaliste.

    • Laurence Parisot a droit à sa liberté d’expression, sans plus! Personne n’oblige personne à reproduire ce tweet!

  • Discours de Fillon exemplaire. Place du Trocadéro, non pas noire de monde, mais bleu blanc rouge de drapeaux agités. Rassemblement massif de Français résolus à défendre leur liberté. « François, tiens bon, la France a besoin de toi ».

  • Mais bon sang ! Qui va vraiment s’interroger sur les motivations de cette attaque sur Fillon ? On connaît la couleur politique du juge, ses liens directs avec Tobira mais la presse s’échine à ne parler que de la défense de Fillon (certes critiquable). Il y aurait pourtant de quoi faire…
    À tout le moins, ce ne serait pas un luxe de se concentrer de nouveau sur les programmes politiques plutôt que d’abonder dans l’émotionnel qui s’est transformé peu à peu en panique générale. Le monde médiatique a t il un tant soit peu intérêt à ce que nous parlions politique pour de vrai ?
    Je laisse à chacun le soin de méditer cela en son âme et conscience 😉

  • « Il nous est impossible de faire campagne … » (mantra répété sur les chaines de radio ce matin par les élus LR et UDI ayant fait défection)

    J’ai failli m’étouffer, je crois que ces messieurs feraient mieux de changer de boulot … pauvres chatons mignons ! Les journalistes les empêchent de parler maintenant, ils leur posent des questions, ils les obligent à ne parler que du candidat Fillon, c’est trop injuste !

  • Quelle surprise: Ce gros lache de base refuse de remplacer Fillon mais lui place quand même un tacle, mais c’est tellement surprenant venant de ce triste personnage….

    Quant aux autres, les voilà bien le bec dans l’eau. Les rats ont quitté le navire. Ils savent tous que des choses inadmissibles se passent en matière de justice dans ce pays, mais plutot que de contra-attaquer, ils se sont aplatis devant le pouvoir socialiste. C’est révélateur de leur capacité à diriger. Des pleutres incapables de prendre une décision difficiles. les voilà bien dans la merde, leur plan B les a laché, eux qui étaient si surs de se sauver eux mêmes en changeant de candidat… Mais niveau clairvoyance on a vu mieux, miser sur le poltron Juppé, c’était quand même sacrément idiot…

    En tout cas, aucun d’eux n’auront ma voix à l’avenir, quelque soit l’élection. Les girouettes, on en veut pas.

    • Je comprends A.Juppé: il est privé du couronnement de sa carrière et le prend mal.
      Les « retourneurs de veste » ont bien montré leur souci de leur avenir avant toute autre préoccupation!
      Il n’est pas bon de critiquer la justice en campagne électorale, alors que le président élu se devra de défendre cette institution!
      De plus, vous faites bien de vous baser sur des actes plus que sur des paroles pour accorder votre confiance … prudemment!

  • L’homme que les français ne veulent pas. Qu’est ce qu’on en a faire du choix des français qui pourrait rejoindre le banc des accusés et qui n’a été favori que 10 minutes avant d’entrer dans l’isoloir ?
    Pourquoi Juppe devrait-il défendre le programme de Fillon, alors que la France silencieuse n’a que faire de la politique de la Rôlex, du Fou quetsches (Fouquets pardon), de la suffisance et de l’hyper presidentialisation confiscatoire des vrais sujets.
    Un gaulliste suit son programme sans se soucier des atermoiements et rassemble.
    La seule chose que je reconnais à votre article est que si Juppe est dur à l’encontre de Fillon, ça doit être suivi des faits, et ne pas adopter la posture gaulliste (si on ne veut plus de moi, je me barre) avant la fin du combat. C’est cher pour un homme, comme Juppe l’a dit pendant sa dernière conférence, mais ça me semble gaulliste.

  • La droite s’est moquée de l’éclatement de l’union des gauches irréconciliables.
    Mais maintenant, avec l’annonce de Juppé, n’a-t-on pas l’éclatement de deux droites irréconciliables ? L’une conservatrice et souverainiste et l’autre centriste et européiste ?

  • En effet les candidats feraient bien de relire quelques extraits de Montesquieu du Lagarde et Michard concernant la séparation des pouvoirs. Il est franchement risible d’entendre en 2017 des pretendants à l’exécutif indiquer que la justice n’est pas un pouvoir. Vaste programme que la mise à niveau de la transparence politique en France. J’ai peur de me lever un matin et de découvrir un, voire deux candidats, empêché de continuer la course par le pouvoir judiciaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre-Marie Meeringen.

On oublie parfois que le Parquet national financier (ou PNF), créé en 2013 en réponse à l’affaire Cahuzac n’a guère que sept années d’existence. Sept années qui semblent avoir été vécues comme une éternité par la classe politique.

Il est vrai que sur les centaines de procédures traitées par le PNF quelques-unes ont traumatisé le monde politique, habitué par le passé à une justice plus compréhensive à leur égard.

Ainsi, les peines d’emprisonnement prononcées contre les époux Balkany et François ... Poursuivre la lecture

LR Les Républicains
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Alors qu’avec Macron, l’économie, la sécurité et la santé des Français prennent l’eau de toutes parts, l’un des ténors de LR (Les Républicains) propose de s’allier avec lui pour 2022 ! Christian Estrosi n’est d’ailleurs pas le seul à soutenir l’héritier de Hollande. Que se passe-t-il donc qui justifie de telles postures ?

Donner les clés à un rival politique est un acte de bravoure lorsque ce rival vous est supérieurement efficace pour servir votre pays. A l’inverse, abdiquer devant un homme politique en situa... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Le rebondissement de plusieurs affaires multiplie les soupçons à l’encontre du Parquet National Financier. Le PNF serait-il une officine au service du pouvoir, aux antipodes même des exigences d’un État de droit ? Analyse.

Pourquoi un PNF ?

Selon le site web du PNF on apprend :

« Le procureur de la République financier (PRF) a été créé par la loi du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière […] Sa compétence est nationale et limitée à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles