Brexit = Bullshit

Le Brexit ne débouchera sur aucun chaos. L’application du principe oublié de subsidiarité, selon lequel les décisions sont prises par les intéressés, est respectée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Brexit by Tiocfaidh ar la 1916(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit = Bullshit

Publié le 22 janvier 2019
- A +

Par Simone Wapler.

Si j’étais Theresa May…

Si j’étais Theresa May, je ne me serais pas embarquée dans cette galère politique. Margaret Thatcher avait de la chance. La Grande-Bretagne avait déjà fait faillite lorsqu’elle est arrivée. L’argent des autres, celui des contribuables, était épuisé et le FMI était au chevet du Royaume. Comme il n’y avait plus d’argent, Margaret avait les coudées franches. Il était évident que cette fois, les contraintes seraient plus fortes…

Si j’étais Theresa May, j’écrirais le discours suivant.

Mes chers concitoyens de la Perfide Albion Grande-Bretagne,

J’ai été chef de ce gouvernement. Vous m’aviez investie d’une tâche : nous dégager de l’Union européenne parce que vous vouliez reprendre la main sur un certain nombre de décisions. J’ai compris qu’en votant pour le Brexit vous disiez : nous voulons pouvoir décider pour nous.

Je me suis lourdement trompée en croyant qu’il était utile de négocier quoique ce soit. Le vote de la Chambre du 15 janvier a infirmé les résultats de mes négociations et c’est très bien.

J’ai pris le temps en deux nuits de relire certains grands auteurs politiques, notamment un froggie nommé Frédéric Bastiat et certains textes de Margaret Thatcher.

Ma conclusion est sans appel : cette affaire de Brexit est du bullshit.

Voici par exemple ce que disait le froggie sur les Corn Laws en 1848.

« L’échange est un droit naturel comme la propriété. Tout citoyen, qui a créé ou acquis un produit, doit avoir l’option ou de l’appliquer immédiatement à son usage, ou de le céder à quiconque, sur la surface du globe, consent à lui donner en échange l’objet de ses désirs.

L’Angleterre, instruite par l’expérience et obéissant à ses intérêts bien entendus, passe du régime prohibitif à la liberté des transactions ; et nous regardons cette révolution comme une des plus imposantes et des plus heureuses dont le monde ait été témoin ».

Frédéric Bastiat

La liberté de commercer est un droit naturel, supérieur à toutes les lois, taxes, règlements de quelque niveau que ce soit.

Le 20 septembre 1988, Margaret Thatcher a exprimé la position de notre pays au Collège d’Europe à Bruges devant plus de 800 personnes.

Elle avertissait déjà :

« Nous autres Européens ne pouvons pas nous permettre de gaspiller notre énergie dans des querelles internes ou des débats institutionnels abscons.

Exprimons le vœu que l’Europe forme une famille de nations, qui se comprennent mieux et s’apprécient mieux les unes les autres, agissent davantage de concert, mais savourent aussi leurs identités nationales tout autant que leur entreprise européenne commune ».

Margaret Thatcher, Discours 1968-1992, éditions Les Belles Lettres

À la lumière de mes lectures nocturnes, voici ce que je vous propose, unilatéralement pour notre pays :

Ouverture des frontières sans aucune restriction et sans taxe aux produits et services venant de l’Union européenne. Si ces biens sont moins chers et meilleurs que nos produits et services domestiques, il n’y a aucune raison, chers concitoyens, pour que vous ne profitiez pas de leurs avantages au prix le plus faible possible. Taxation zéro.

Ouverture sans aucune restriction de la frontière irlandaise. Réciproquement, il me semble que le risque est faible que les Irlandais du sud barrent la route de leurs corps aux Irlandais britanniques du nord qui souhaiteraient vivre et travailler dans le sud.

Je vous laisse négocier les termes et conditions de vos exportations avec les instances des pays avec lesquels vous voulez commercer. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Le commerce paisible n’a nul besoin d’accords internationaux. Les traités commerciaux sont des âneries qui ne profitent qu’aux amateurs de petits-fours et de voyages aux frais des contribuables.

Le libre-échange unilatéral permet d’économiser beaucoup de temps et de jus de crâne de bureaucrates. Quant au dumping, c’est une fausse menace ; si des gens sont assez bêtes pour vous vendre en dessous de leur prix de revient, saisissez l’opportunité et consacrez votre temps et votre énergie à faire autre chose mieux qu’eux. Évitons de soutenir des entreprises zombies. Les systèmes sociaux sont faits, justement, pour adoucir les travailleurs victimes de certaines transitions lorsque des secteurs ne peuvent plus supporter la concurrence. Mais arrêtons de soutenir des entreprises zombies.

Mes chers concitoyens, vous m’avez remise sur la seule voie politique viable : laisser faire, moins en faire, vous laisser décider. Dorénavant…

… je compte marcher, prendre des vacances, retourner à mes fourneaux…

… ce qui est avantageux, car on mange ce que l’on prépare.

_____

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • AAAAHHHH le Brexit ! Encore un grand moment de désinformation des médias mainstream, qui n’y connaissent absolument rien a rien et n’ont plus aucun esprit critique, piloté par l’europe, dont l’intérèt est que ca se passe le plus mal possible, ou de le faire croire, afin de dissuader d’autres volontaires à la Liberté.
    Les anglais sont un grand peuple, ils s’en sortiront parfaitement sans l’Europe.

    • il y a deux choses..on peut être heureux et prospère sans faire partie de l’ue..
      mais reste que la quitter est pénible ..

      et c’est lue quoi..zone de libre échange fort bien…mais gouvernance européenne???

      • @ jacques lemiere
        Ben, évidemment!
        Et non, il y a différence entre pays U.E. ou pas: les droits de douane = 0 à l’intérieur, pas pour l’extérieur!
        C’est manifestement une marche arrière pour les Britanniques mais nous n’avons pas voté!
        Rediscuter des accords bilatéraux U.E.-compatibles avec 27 pays, cela aura un coût et
        ce sera le demandeur qui payera.
        En faire l’éloge semble prématuré mais l’anti-européanisme en France a souvent caché bien des clowneries françaises!

  • Quand aux taxes douanières, j’ai un problème de libéral avec ça. Ca me fait un peu penser au communisme: c’est très beau sur le papier, mais inapplicable dans la réalité. En effet, a cause des différences de législation/niveau de vie entre les pays, on arrive a des aberrations sans nom, au détriment de nos gens. Je trouve totalement aberrant de payer moins cher un agneau qui vient de nouvelle zélande qu’un agneau qui viendrait du limousin, par exemple. Et comment lutter, dans la confection, une ancienne industrie qui fournissait de nombreux emplois, avec des gens qui sont payés en moyenne moins de 4 dollars par jour…
    http://www.journaldunet.com/business/salaire/bangladesh/pays-bgd
    D’ailleurs, ca et la dérégularisation ont été des actions économiques majeures de Trump, avec, pour l’instant, un incroyable et fulgurant succès pour l’économie et la population de son pays.

    • Vous avez un problème de taxes douanières et aussi de payer moins cher un agneau de NZ ! Pourquoi vous n’avez pas de problèmes avec les taxes sur le travail des limousins ?

      • Justement, j’ai un problème avec non seulement ces taxes, mais pour ça ou autre choses, les accumulations de normes toutes plus ou moins débiles. Le fait est que la NZ n’applique pas les même taxes et normes que la France, qui fait que c’est moins cher d’acheter un agneau NZ que FR. Dans ce cas, je ne vois pas en quoi imposer une barrière douanière, qui remettrait les compteurs à zéro pour nos agriculteurs, est inconcevable. Parce que dans ce monde de bisounours, tu peux toujours demander à la NZ d’etre sympa, et de faire comme la france qui est-un-modele-que-le-monde-nous-envie, ca risque de mal se passer.

        • Il n’y a pas de problème de libéral, juste une proposition libérale :

          baisser les charges sur l’agneau du limousin, ou de Sisteron, Pré salé…
          Charges qui servent pour partie à acheter de l’agneau néo-zélandais moins cher (pouvoir d’achat oblige) par les biais de la redistribution.

          • OK pour baisser les charges, mais si on veut que l’agneau limousin soit plus compétitif que l’aneau néo-zélandais il faut aussi baisser le prix des paturages (je ne vois pas trop comment) et autoriser les élevages de grande taille (la ferme des 1000 moutons…)

      • Le problème, c’est nous.
        Comment se fait-il qu’un agneau NZ puisse être moins cher en France qu’un agneau du limousin ?
        Il serait peut-être temps de se poser la question non ?
        La réponse apparaîtrait très rapidement.
        Taxes, taxes, taxes…

        • exact quand j’achète un agneau a un éleveur en direct je le touche a 5 euros le kilo , débité.. donc c’est bien la taxe qui tues tout le monde

    • En effet : « pour l’instant », le protectionnisme via des taxes punitives, mis en place par Trump, dope l’économie US au prix d’un ralentissement pour le reste du monde. Bien loin du libre-échange. Bien loin d’une amélioration de la compétitivité. Et il n’a pu se le permettre que parce que les US sont ( étaient ) la première économie du monde, et que leur dette est possédée mondialement.

      • Il me semble que Trump a augmenté les droits de douanes car elles étaient relativement faibles en comparaison des autres pays.
        De plus, il a massivement diminué les impôts et les règlementations, au prix d’un emballement de la dette (ce que je ne cautionne pas).

        Wait and see…

  • Sorry, I could not resist.

    J’ai annoncé à ma femme (anglaise de surcroit) ce matin, après 48 ans de mariage : Marxit = bullshit. Je la quitte et reprend ma liberté ; j’ai RDV avec mon notaire cet après-midi.

  • @ Laurent 75005 , je l’ai vu de mes propes yeux .A Rungis un camion frigorifique plein de viande cheval , vérifier et tamponner par les service approprié , direction Angleterre et revenir à Rungis pour être remis en vente en France .. c’est de la spéculation , tout simplement !!! A tout les niveaux . En fin de course c’est le consommateur qui paye !!

  • L’histoire de Stulta et Puera de Bastiat illustre bien ce thème de la réciprocité : http://bastiat.org/fr/reciprocite.html

  • Cernu propose un lien sur le salaire, l’un des plus bas du monde, le Bangladesh (République populaire !)
    J’apprécie beaucoup les chemises blanches (loin de moi l’idée de me déguiser en BHL, j’évite les tartes au maximum) et je me retrouve dans un NewYorker « Chemise 7€ », ce qui provoque chez moi un sourire apitoyé. Je jette un œil quand même et apparemment elles sont bien coupées et le tissu agréable. A 7 €, qu’est ce que je risque d’essayer ? Elles sont « made in Bangladesh » !
    Le problème se pose : Moi, bobo, pas acheter pour pas exploiter petit Bangladeshi derrière sa machine, le ventre vide, dès 5 heures du mat ! ou avoir une attitude contraire et faire travailler et donc nourrir toute une chaîne économique en payant 70 € le lot de 10 ?
    Par contre, ce qui me gêne beaucoup c’est la TVA qui ne rapporte rien au petit Bangladeshi.

  • mais il y a mieux dont personne ne parle.

    https://youtu.be/3AxNxgoswa0

  • Pour entrevoir l’envers du décor, un jeu complexe d’intérêts politiques
    http://lesakerfrancophone.fr/geopolitique-du-brexit

  • perso j’ai toujours pas compris pourquoi les anglais veulent quitter l’UE ce sont les seuls à avoir négociés pour avoir tous les avantages sans les inconvénients (notamment l’Euro) …après je ne suis pas contre, si la majorité des anglais voulait le Brexit .

  • Bravo, c’est exactement cela : le (vrai) libre echange.

  • Les textes de Bastiat sont d’une beauté intemporelle.

  • Merci pour ce bel article Simone Wapler. Et, de plus frappé du plus parfait bon sens. C’est justement de cela dont la France a besoin en ce moment.
    C’est bien sur comme cela que cela va se passer. Mais alors, comment sanctionner tous ces politicards et autres médias incultes économiquement et corrompus, qui se seront trompés aussi lourdement?
    La sanction pour tout ce petit monde, ce sera la désintégration de l’UE, qui une fois la Grande Bretagne émancipée va donner tellement d’idées de liberté à ses peuples.

  •  » Quant au dumping, … [faites] autre chose mieux qu’eux. »

    Argumentation trompeuse : il vaut souvent mieux regarder à 2 fois une bonne « opportunité ».
    L’article de Wapler comme à chaque fois, joue sur une stratégie égoïste individuelle, en bénéficiant d’un contexte altruiste.
    Les altruistes ne sont pas stupides et savent très rapidement le faire savoir aux égoïstes.
    Voir le cas de Carlos Ghosn, qui ne semble pas intéresser Contrepoints… Voila pourtant un bel exemple d’expatriation qui ressemblait à une réussite. Mais à force de mépriser les nations, on peut se retrouver … seul… face à l’une d’entre elle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture
Bastiat
2
Sauvegarder cet article

Par Dan Sanchez.

 

Que faudrait-il pour que la liberté redevienne "une idée dont le temps est venu" ?

Ou, comme l'a dit Leonard Read, "De quoi la philosophie de la liberté a-t-elle le plus besoin ? ».

Sa réponse était : "de plusieurs milliers de penseurs créatifs, d'écrivains, de bavards, comme Frédéric Bastiat l'a été pour la philosophie de la liberté...".

Read estimait que dix mille pourraient faire l'affaire.

"Dix mille Bastiat ?" écrit-il, sachant que c'est un défi de taille. "Eh bien, diffic... Poursuivre la lecture

Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles