Entreprises zombies et États vampires prolifèrent avec les taux bas

Au parasitisme des entreprises zombies s’ajoute donc celui des États-vampires incapables de gérer correctement leurs finances. Autant de facteurs qui contribuent à freiner nos économies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entreprises zombies et États vampires prolifèrent avec les taux bas

Publié le 4 mars 2017
- A +

Par Ferghane Azihari. 

L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a récemment publié un rapport qui accuse les « entreprises zombies » de plomber la croissance économique de ses membres. Pour les auteurs de ce rapport, une entreprise zombie est une firme de 10 ans ou plus dont le ratio de couverture des frais financiers (résultat d’exploitation/frais financiers) est inférieur à 1 sur trois années consécutives.

Autrement dit, il s’agit d’une entreprise insuffisamment rentable et qui a du mal à rembourser ses dettes. Le rapport s’inquiète du nombre grandissant d’entreprises zombies dans l’OCDE. Entre 2005 et 2013, leur nombre s’est accru de 3,5%.

Les taux artificiellement bas multiplient les zombies

Une des explications tient aux politiques monétaires menées dans la plupart des pays de l’OCDE depuis plusieurs années. La volonté des banques centrales de planifier les taux de manière à favoriser l’abondance de crédits bon marché avantage directement les entreprises à faible rentabilité, celles qui n’auraient pas pu se financer sur un marché concurrentiel, c’est-à-dire si les taux d’intérêt avaient été plus élevés.

Il est fréquent de considérer l’expansion de crédit bon marché comme bienveillante. Cette idée qui inspire la politique financière de bon nombre de gouvernements méconnaît l’utilité d’un taux d’intérêt. L’épargne – qui précède normalement le crédit – n’est pas illimitée. Cette rareté implique de hiérarchiser entre les projets prioritaires et ceux qui le sont moins.

Le critère de rentabilité joue un rôle essentiel pour procéder à ce classement. La rentabilité d’une entreprise constitue en effet un signe qu’elle répond aux besoins ou aux désirs des populations. Or le taux d’intérêt aide justement à effectuer les bons arbitrages entre les investissements prioritaires et les projets moins utiles.

Un taux d’intérêt élevé implique une certaine exigence de rentabilité pour les investissements sans quoi le prêt serait plus difficile à rembourser. Baisser artificiellement ce taux revient à détourner du capital et du travail en privilégiant les canards boiteux au détriment des projets plus utiles.

Cette mauvaise allocation des ressources explique en partie pourquoi la productivité connaît une très faible croissance depuis plusieurs années dans la plupart des pays de l’OCDE.

Une meilleure affectation des ressources nécessiterait au contraire le rétablissement des signaux de prix authentiques. Mais convaincre du bien-fondé de cette politique est évidemment difficile quand elle se heurte à bon nombre d’intérêts politiques et corporatistes.

Les États vampires se nourrissent eux aussi de taux bas

Les gouvernements sont les premières organisations à bénéficier de ces distorsions dans la mesure où cela leur permet, lorsqu’ils sont incapables d’aligner des budgets à l’équilibre, de s’endetter plus facilement pour financer leurs politiques clientélistes au détriment des futurs contribuables, ceux qui n’ont pas encore le droit de vote.

Or chaque fois qu’un gouvernement emprunte sur les marchés financiers, il détourne également des ressources qui auraient pu être affectées à des fins productives. Au parasitisme des entreprises zombies s’ajoute donc celui des États-vampires incapables de gérer correctement leurs finances. Autant de facteurs qui contribuent à freiner nos économies.


Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

 

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pour la France, le problème des entreprises non rentables est d’abord dû à l’Etat qui les « vampeisent » pour reprendre vos termes.
    Et il serait bon de raisonner plus objectivement. Vaut-il mieux des entreprises « zombies » ou pas d’entreprises du tout ?
    Au moins les entreprises « zombies » font vivre un certain nombre de salariés ( et autres via les impôts et charges sociales )…

  • L’Etat qui les « vampirise »…

  • Bien essayé, mais non : ce n’est clairement pas les taux d’intérêts bas qui facilitent le crédit, c’est même carrément l’inverse : plus le taux est bas, moins les banques prêtent, car leur niveau d’acceptation de risques diminue.

    Une banque qui prête à 20% peut se permettre d’avoir un ratio de risque important : même avec un ratio de 1/2, ca lui fait toujours 10%. Avec un taux de 5%, les banques ne peuvent plus se permettre de prendre autant de risques.

    Le seul problème est l’hypertrophie de l’Etat qui est en énorme partie due aux taux élevés des années 2000 et 2008 et aux crises que cela a engendré.

    Donc tout l’inverse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles