Bitcoin a 10 ans et s’installe comme outil anti-censure

La réflexion sur ce que le philosophe Nassim Taleb appelle la police d’assurance contre un futur orwellien s’étoffe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bitcoin a 10 ans et s’installe comme outil anti-censure

Publié le 9 janvier 2019
- A +

Par Damien Theillier.

Ce 3 janvier 2019 a marqué les 10 ans de fonctionnement de la blockchain Bitcoin. La première cotation du BTC en dollar a eu lieu quelques mois après sa naissance, le 5 octobre 2009. À l’époque, 1 USD valait 1 309 BTC. Aujourd’hui, il faut 3 800 USD pour acheter 1 BTC. Autrement dit, pour chaque dollar dépensé en BTC à l’époque vous auriez aujourd’hui 4 974 000 dollars.

Après dix ans d’existence, Bitcoin ne cesse de gagner en popularité.

Ces derniers jours, un article sur Bitcoin a suscité beaucoup d’attention. C’est celui du très célèbre Antony Robbins, conférencier international, pionnier du coaching de motivation et multimillionnaire. Il est également connu pour ses conseils en matière de finances et de gestion de patrimoine.

Tony Robbins a en effet récemment publié sur son site web un article intitulé “What You Need to Know About Bitcoin” (ce que vous devez savoir à propos de Bitcoin). On peut y lire notamment ceci :

« Bitcoin est décentralisé. Aucune banque, aucun gouvernement, aucune entreprise ni aucune personne n’est propriétaire du réseau ou n’en a le contrôle. Cela signifie que vos comptes ne peuvent jamais être gelés, qu’un gouvernement ne peut pas dévaluer la monnaie et qu’elle peut être utilisée dans tous les pays. »

Bien qu’il s’agisse de son premier article à propos de Bitcoin, Robbins l’avait cependant évoqué l’an dernier comme un jeu futile et comme un simple pari. Il avait dit à CNBC : « je pense que [Bitcoin] est très louche. Je n’en ai aucune idée. C’est comme si j’allais à Las Vegas ». Un an après, il semble prendre les choses beaucoup plus au sérieux, sans doute parce que sa clientèle s’y intéresse également de très près.

Bitcoin a déjà ses conférenciers professionnels. Le plus connu, Andreas Antonopoulos, parcourt le monde entier en s’adressant au public sur la nature et l’importance du Bitcoin. Son livre Mastering Bitcoin est considéré comme l’un des plus importants sur le sujet.

Un outil de résistance à la censure

Ces derniers jours, on a vu aussi le célèbre psychologue canadien Jordan Peterson publier un tweet faisant l’éloge de Bitcoin au travers d’un article du Time magazine. Peterson est l’auteur du best-seller 12 Rules For Life (traduit en français : 12 règles pour une vie. Un antidote au chaos) et possède près de deux millions d’abonnés sur sa chaîne Youtube.

L’article est intitulé : « Pourquoi Bitcoin est important pour la liberté ». Il rappelle que quatre milliards de personnes dans le monde ne peuvent pas faire confiance à leurs dirigeants ou tout simplement accéder au système bancaire.

Le Venezuela n’est pas le seul endroit où les gens peuvent utiliser Bitcoin comme refuge. En Chine, Xi Jinping peut suivre toutes vos transactions sur Alipay et WePay, mais il ne peut pas orchestrer une surveillance de masse sur tous les paiements Bitcoin. En Russie, Vladimir Poutine peut cibler une ONG et geler son compte bancaire, mais il ne peut pas geler son wallet Bitcoin. Dans un camp de réfugiés, il se peut que vous ne puissiez pas accéder à une banque, mais tant que vous pouvez trouver une connexion internet, vous pouvez recevoir du bitcoin, sans demander la permission et sans avoir à prouver votre identité.

D’ailleurs, Jordan Peterson a décidé d’abandonner le système Patreon en raison de la censure politique. Or les dons via Patreon sont l’une des principales sources de revenus pour de nombreux influenceurs comme lui. Il travaille désormais à la création de sa propre plateforme en ligne pour accepter les dons de ses lecteurs et auditeurs. Et pour éviter de s’en remettre à des tiers de confiance comme les banques, ce qui constitue un risque, il a annoncé qu’il accepterait les dons en bitcoins. Avec une simple adresse Bitcoin, il est en effet possible de recevoir n’importe quelle donation, de n’importe qui à travers le monde, sans passer par un tiers.

Comme l’a écrit le philosophe et ancien trader Nassim Nicholas Taleb, Bitcoin est « une police d’assurance qui rappelle aux États qu’ils n’ont désormais plus le monopole sur le dernier objet que l’establishment contrôle, en l’occurrence la monnaie. Pour nous qui constituons la masse, c’est là une police d’assurance contre un futur orwellien. »

Le nouvel étalon monétaire ?

C’est justement Taleb qui a préfacé The Bitcoin Standard, le livre de l’économiste Saifedean Ammous, qui vient d’être traduit en français sous le titre : L’étalon Bitcoin (Dicoland, 2018). Ce livre n’est pas seulement un guide indispensable pour comprendre Bitcoin mais aussi et surtout un livre pour aborder les enjeux de la monnaie du point de vue de l’école autrichienne d’économie à laquelle se réfère constamment l’auteur.

Dans sa préface, Nassim Taleb écrit :

« Si Bitcoin est une innovation de l’ère numérique, le problème qu’il cherche à résoudre est vieux comme le monde : comment transférer de la valeur dans le temps et dans l’espace. L’auteur brosse un tableau passionnant des technologies de la monnaie depuis les systèmes primitifs à nos jours avec, en toile de fond, cette question qui revient comme une constante : quelles sont les caractéristiques d’une bonne monnaie et ses conséquences sur la paix, le commerce, la culture, l’art et l’accumulation de capital. Il en arrive à Bitcoin qui, par ses caractéristiques de cash digital apolitique, défie le monopole étatique le mieux protégé. L’auteur prône des idées iconoclastes sur Bitcoin comme sur la banque et donne une véritable leçon d’économie en développant en termes lisibles les concepts de réserve de valeur, préférence temporelle, ratio stock-à-flux, rareté digitale, etc. Un livre indispensable pour quiconque cherche à comprendre cette nouvelle monnaie numérique ainsi que pour les étudiants en sciences économiques, les enseignants et les financiers. »

_____

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • achetez du bitcoin .. et faites vous plumer

  • J’aime bien le coté argumenté de vos démonstrations. Mais j’ai surtout l’impression que vous détestez ce que vous ne comprenez pas.

    Parmi ce que vous n’avez pas compris c’est que le bitcoin et les crytos « privées » au sens large sont l’une des armes les plus efficace contre le pouvoir des états.

    Pour les questions sur les valeurs futures, comme disait l’autre, rien n’est plus dur à prévoir que le futur, donc les seuls stratégies pour porter de la valeur dans le temps est de diversifier les supports.

    • ceci est une réponse à claude henry de chasne 9 jan. 6h55

      • @ Gordon
        Vous avez bien sûr raison! Le Bitcoin est évidemment une invention géniale qui aurait bien mérité « le prix de la Banque centrale de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel », faussement appelé le prix Nobel d’économie.
        Après l’or qui fut longtemps l’étalon de la monnaie. Après que ces valeurs ne soient plus liées, rien ne s’opposait plus à une monnaie abstraite et immatérielle dont la valeur était fixée par le seul marché. Il fallait y penser, le créer puis le vendre et organiser la block,chain qui ne permet plus à personne de manipuler le système, autrement qu’en spéculant, ce que rien ne vous interdit de faire avec toutes les autres monnaies, or compris, tant que le nombre total de bitcoin’s reste limité par son maximum en nombred’unités.

    • oui je ne comprend pas.. regardez la courbe d’évolution du bitcoin
      sur 3 ans…
      çà ressemble furieusement au cours d’une action d’une société pourrave des années 2000..
      C’et toujours pareil.. on appâte les petits poissons qui pensent pouvoir s’enrichir avec des cours a la hausse.. puis on vend.. on joue la baisse et on rafle la mise..
      rien de neuf sous le soleil.. moi j’achète de la terre agricole , et de l’or..pas de la crypto arnaque
      avant que je perde un sou il va couler de l’eau

      • La capitalisation de l’univers bitcoin est encore faible, env 70G$ aujourd’hui, on peut donc très bien imaginer qu’une coalition de banques en contrôle un pourcentage suffisant pour manipuler son cours au service d’intérêts étatiques et financiers qui n’ont aucune envie de voir se développer cette concurrence.
        C’est une explication possible de l’extrême volatilité de ce support qui peut en effet effrayer ses éventuels acquéreurs.

        • Ce n’est pas un pourcentage de la capitalisation qu’il faut posséder pour manipuler le cours du BTC, mais plus de 50% de la puissance de calcul. Et là, bonne chance.

          • Vous confondez avec le processus de validation des transactions qui est majoritaire. Donc si on dispose de 50% de la force de vérification (cas de la Chine?) on peut en effet falsifier toute la validité et l’authenticité des transactions.
            Là je faisais simplement allusion à la facilité de manipuler tout le marché quand on dispose d’une forte capitalisation et qu’on est prêt à y perdre (le cas de ceux qui veulent simplement éliminer la concurrence)

          • @ laurent 75005
            Évidemment!

            • La confusion persiste …
              Si vous avez 50% de la puissance de calcul, vous pouvez purement et simplement détruire tout le mécanisme de vérification des transactions par la blockchain, ce qui est bien pire qu’une simple manipulation des cours.

        • moui , c’est possible.. mais depuis law rien de neuf sous le soleil..
          les achats spéculatifs ont une morale , a la fin c’est la baleine qui bouffe..
          acheter de vraies valeurs est peut etre moins brillant en apparence, mais a terme

          • L’ambition initiale apparemment n’était pas de spéculer mais de remplacer enfin les fausses monnaies étatiques $,€,… par une monnaie discrète, pratique, sans banque ni tiers de « confiance ». Après un temps de méfiance la demande a explosé, le taux de change s’est envolé, les retardataires se sont pris une raclée puis le taux de change s’est stabilisé, la spéculation s’est assagie.
            La récente forte baisse a les apparences d’une manœuvre bien orchestrée pour discréditer le BTC qui dérange beaucoup en haut lieu.
            A suivre …

      • Alors vous voyez mais mal.
        Si vous regardez la courbe des années 2000, ça monte, ça monte, ça monte… Et ça se casse la gueule. Une fois… Pour toute.
        Ce qui n’est évidemment pas le cas du BTC.
        Quant à votre terre agricole, je vous la laisse.
        Si Le Pen ou Mélenchon arrive au pouvoir, vous la prendrez sous le bras pour partir à l’étranger.

      • Non vous ne comprenez pas et vous mélangez plusieurs choses de nature différente parmi lesquelles, de manière non exhaustive, la monnaie, la thésaurisation, la spéculation.

        Réduire le BTC et les cryptos à la spéculation qui a eu lieu ces derniers mois est faire preuve d’un grand manque de profondeur d’analyse. Ne vous inquiétez pas, les états ont eux bien compris les enjeux et ont très vite refusé le statut de monnaie au cryptos. Vous êtes sur la même ligne qu’eux cela devrait commencer à vous faire réfléchir.

        L’enjeu et le role des cryptos dans la défense de nos liberté contre les états et d’une manière générale contre des pouvoirs trop importants de certains acteurs de nos sociétés est potentiellement très intéressant.

        Petite question : Est ce que vous pensez que les fermiers blancs de Rhodésie (du sud) pensaient la même chose que vous au sujet des terres agricoles ?

        • Moi je suis un con mais si j’achète 10 et que je revends 4
          Je considère que je me suis fait enfler desole

          • Non vous ne vous êtes pas fait enfler, vous avez, seul, comme un grand, fait un choix complexe : celui d’acheter au moment où vous avez acheté et celui de vendre au moment où vous avez vendu.

            Le fait que cela soit de bons ou mauvais choix dépend de vos objectifs.

            On peut imaginer que vous ayez fait le choix d’achat dans un but de couverture d’un achat futur en BTC auquel cas vous n’avez rien perdu ni gagné vous avez simplement choisi votre prix d’achat dans la monnaie avec laquelle vous avez acheté les BTC. Ce choix peut aussi entrer dans le cadre d’une stratégie de diversification de votre portefeuille (les oeufs, le panier, toussa …) ou une prise volontaire de risque sur des actifs à forte variabilité, etc etc etc …

            Et encore une fois vous oubliez totalement l’aspect monétaire des cryptos. Je n’y reviens pas, relisez l’article il est clair sur le sujet et c’est cela le vrai sujet.

          • @ claude henry de chasne
            Personne ne vous oblige de vendre à perte: c’est stupide!

      • Je viens d’acheter une jolie pâture de près d’un hectare derrière ma maison. J’achète de l’or, et aussi de l’argent (que je vous conseille : à environ 80 onces d’argent pour une once d’or, il est anormalement bon marché). Mais j’ai aussi acheté du bitcoin, de l’ethereum et du litecoin.
        Ce qui m’a décidé : beaucoup de lecture à ce sujet, la fantastique croisade des banques (surtout centrales) contre le bitcoin (réaction primitive qui pousse à mordre ce qui inspire la peur) qui témoigne d’une « légère » panique devant cette menace pour leur fonds de commerce, résilience inouïe de cet OVNI dont la mort a été annoncée plus de 300 fois…et aussi un zeste d’espoir d’avoir une monnaie dont le pouvoir d’achat ne se réduit pas à une peau de chagrin, et qui permet d’échapper, non pas au contrôle, mais à un EXCES de contrôle de la part du pouvoir politique et économique.
        Quant aux actions de sociétés pourraves des années 2000 : Amazon en est bien entendu un exemple. J’ai aussi détenu des actions Priceline à l’époque…je les ai vendues en catastrophe à 4 $. Le cours d’aujourd’hui est à près de 1700 $.
        Vous me semblez être quelqu’un qui a un peu d’argent de côté… L’achat de 2 ou 3 bitcoins ne devrait pas vous faire de mal, que vous les perdiez … ou qu’ils deviennent (comme certains le disent) « l’or digital ».

  • A noter que institutcoppet.org a cette politique de financement :

    « L’Institut Coppet refuse toute subvention publique et ne peut travailler sur des projets d’envergure que grâce au soutien de ses donateurs. […] Pour cela, votre aide nous est capitale et nous sollicitons votre générosité. »

    https://www.institutcoppet.org/linstitut-coppet/ pour participer.

    Tout le monde ne pratique donc pas escroquerie intellectuelle comme Trop-Libre qui vit à 84% de subventions publiques et enmême temps se prétend libéral.

  • Merci à Damien Theillier pour ce rappel salutaire (et aussi pour ses très intéressantes vidéos).

  • ça a l’air bien, mais décidément je n’y comprend rien à rien…
    J’ai surement dépassé la date de péremption ?

  • Excellent article merci.

  • Superbe article ! Merci. Si le bitcoin dérange autant les politiques, ce n’est pas un hasard. L’imposition via la création monétaire est l’un des secrets les mieux gardés de tous les pouvoirs. Il y a même des libéraux avertis qui tombent dans le panneau.

  • un gouvernement ne peut pas dévaluer la monnaie : le système « bitcoin » lui, il le peut, la preuve le yoyo de sa valeur depuis l’origine.
    Il y a un peu de Ponzi chez les « mineurs »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

bitcoin
0
Sauvegarder cet article

Depuis quelques semaines, les mauvaises nouvelles sur le front des crypto-monnaies se multiplient. D’aucuns n’y voient qu’une nouvelle occasion d’y investir  — « Buy the Dip ! », telle une incantation chamanique — d’autres prédisent l’effondrement de tout le système crypto. L’hypothèse ici soutenue est que le concept le mieux à même de rendre compte de la phase actuelle est celui de bank run — ou panique sur les banques cryptos.

Le défi actuel du monde crypto est facile à comprendre. Le concept-clef est celui de convertibilité. Il faut... Poursuivre la lecture

Par Pascal Lepautremat. Un article de Conflits

Les Émirats arabes unis font depuis peu la Une des journaux comme étant le nouveau centre international des crypto-monnaies. La Chine teste déjà son yuan numérique dans quelques-unes de ses provinces, tandis que l’Occident continue d’évaluer ses options. Les crypto-monnaies pourraient-elles contribuer à bouleverser le canevas géopolitique ?

Depuis longtemps, les principaux décideurs reconnaissent le potentiel ainsi que les risques associés aux actifs numériques. Ainsi, en octobre 20... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles