La révolution Bitcoin pour les nuls

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Par le simple fait d’exister, Bitcoin n’aurait-il pas déjà commencé à changer le monde  et nous montrer son réel pouvoir : celui de nous forcer à repenser (ou même penser) ce qu’est la monnaie ?

Par Vincent.

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)C’est quoi Bitcoin ?

Bitcoin c’est ce protocole basé sur des systèmes pair-à-pair et cryptographiques créé en 2008. Il permet à n’importe qui d’envoyer de l’argent à l’autre bout du monde quasi instantanément, quasi anonymement et quasi gratuitement. Plus précisément, Bitcoin est un « grand livre » mémorisant toutes les transactions entre utilisateurs (ledger en anglais). Ce grand livre est décentralisé et partagé entre des milliers d’utilisateurs, devenant impossible à corrompre sans employer des moyens disproportionnés1.

Pour compliquer encore la chose, bitcoin (sans majuscule cette fois) c’est aussi l’unité de compte de la monnaie qui est échangée sur ce réseau.

Les révolutions bitcoin

Bitcoin2 apporte son lot d’innovations et de révolutions dans différents domaines.

D’abord, le protocole Bitcoin est une révolution technologique. Il résout certains problèmes sur lesquels des mathématiciens, informaticiens et cryptographes se cassaient la tête depuis des années.

Ensuite, Bitcoin révolutionne le système financier en permettant à madame Michu d’envoyer son argent durement gagné en quelques minutes à l’autre bout du monde. Alors qu’un virement international classique aurait pris plusieurs jours et se serait fait ponctionner au passage (frais de transferts, frais bancaire, frais de réception, taux de change arbitraire, etc.).

Enfin, Bitcoin est une révolution pour la gestion de notre argent. N’étant pas physique, notre porte-monnaie virtuel est facilement transportable et nos bitcoins protégés contre le vol (à condition de bien protéger sa clé privée). Ils sont aussi protégés contre les futures Chyprage (autre forme de vol), et contre l’inflation (toujours du vol).

Il ne s’agit que de quelques exemples des innovations liées à bitcoin, sa blockchaine et les crypto-monnaies dont nous voyons juste le commencement et qui annoncent de nombreux autres bouleversements.

L’autre révolution : se questionner sur la monnaie

Mais l’une des plus importantes révolutions est, elle, invisible. Elle se répand parallèlement à la diffusion de bitcoin et des autres crypto-monnaies. Elle a lieu lentement dans nos esprits. Insidieuse, elle nous pousse à ce que les politiciens redoutent le plus : penser et questionner.

En effet, à mon sens, la plus grande force de Bitcoin, est qu’un simple protocole informatique inventé par un inconnu3 nous interroge sur un domaine incompris voire inconnu de la plupart des citoyens : la monnaie.

img contrepoints325 bitcoinJe fais partie de cette génération née bien après les accords de Bretton Woods. J’ai gentiment et tranquillement passé les différentes étapes de la scolarité française. J’ai eu droit à des profs socialistes au collège, à un survol de quelques notions d’économie par un prof marxiste au lycée et enfin en école d’ingénieur, j’ai eu l’occasion de suivre quelques cours d’économie donnés par des admirateurs de Keynes. Autant dire que quand j’ai commencé à gagner de l’argent, je n’avais aucune idée de ce qu’était la monnaie.

Pour être honnête, je n’ai jamais cherché à comprendre vraiment ce que c’était. Non pas que je ne sois pas curieux, mais surtout, car ça ne me venait même pas à l’esprit. Pour moi un billet de 10 euros en valait 10, parce que c’est comme ça ! Alors même que je manipulais pièces et billets tous les jours, je n’avais aucune idée de quel phénomène magique leur donnait de la valeur.

La force de Bitcoin est, à travers son utilisation, son étude, et  les inévitables discussions qui viennent avec, qu’il change radicalement notre rapport à la monnaie. Au fur et à mesure que l’on comprend son fonctionnement (pas facile au début, mais ne vous découragez pas !) l’idée basique que l’on avait de la monnaie s’estompe et laisse place à de nombreuses pensées et interrogations.

  • C’est quoi réellement la monnaie ? Qu’est-ce que qui donne de la valeur aux choses ? Qui contrôle la monnaie, sa création ? Pourquoi ?
  • Qu’est-ce que la valeur intrinsèque ? est-elle forcement lié à quelque chose de physique (comme l’or) ?
  • L’inflation ? C’est vraiment inévitable ?
  • Une monnaie déflationniste ? La déflation c’est le mal, non ?
  • D’où vient la valeur des monnaies fiat que l’on nous force à utiliser tous les jours ? Qui décide de leur création, comment et pourquoi ? À quel moment suis-je impliqué directement ou indirectement dans cette décision ?

Progressivement ces questions élémentaires laissent place à d’autres, plus générales.

  • Que perd-on à ne pas avoir de contrôle sur notre argent ?
  • Pourquoi la création monétaire est l’un des monopoles étatiques les plus protégés ?
  • Si la monnaie n’est pas contrôlée par le gouvernement, alors qui la contrôle ? Qui va nous protéger des méchants ?
  • Qu’avons-nous à perdre si l’État n’en a plus le monopole ? qu’avons-nous à y gagner ?

L’objectif n’est pas ici de répondre à ses questions, mais de se réjouir que des innovations comme Bitcoin nous poussent à y réfléchir. Il s’agit d’une première étape pour reprendre le contrôle d’un des éléments qui influence le plus nos vies et notre liberté : la monnaie.

Expérimenter la monnaie

Non seulement Bitcoin nous incite à réfléchir, mais le phénomène pousse le vice encore plus loin, par le simple fait d’exister.

Les idées sont certes indispensables, mais dans un domaine aussi complexe que la monnaie et avec un endoctrinement aussi fort que celui que les Français subissent4 elles ne sont parfois pas suffisantes. Heureusement, Bitcoin n’est pas une théorie, il est une expérience5 qui nous pousse aussi à observer.

Par le simple fait d’exister, Bitcoin montre empiriquement des concepts qui n’auraient pas été de manière théorique facilement compréhensible et assimilable par le commun des mortels. L’expérience Bitcoin est une preuve vivante. Preuve, parmi d’autres que :

  • Que des marchés (de la monnaie dans notre cas) peuvent exister de manière complètement libre et spontanée sans qu’une bande de bureaucrates ne doive y mettre les mains dedans.
  • Que n’en déplaise à certains, la valeur est complètement subjective et ne peut pas faire l’objet de planification.
  • Que la concurrence entre devises et la multiplication des échanges et des monnaies (Litecoin, Dogecoin,  BBQCoin et des centaines d’autres) n’entraîne pas l’anarchie.
  • Qu’un système libre évolue, s’adapte et s’améliore au bénéfice de tous d’autant plus rapidement que les règles ne sont pas manipulées, et que des lois ne favorisent pas des intérêts particuliers.

Bitcoin est utilisé par des centaines de milliers de personnes dans la plupart des pays du monde. Tous les jours, de nouveaux biens et services sont payables avec.  Ses utilisateurs ont-ils mystérieusement disparu ? Le chaos s’est-il répandu à travers le monde ? Les renards ont-ils envahi les poulaillers ? Non ! À part dans l’imaginaire de politiciens, de bureaucrates, d’« économistes » et peureux de tous changements, le monde n’est pas plus dangereux.

Zoom sur le cas MtGox

L’expérience Bitcoin ne peut faire abstraction du cas MtGox. Pour ceux qui ne sont pas au courant, il s’agissait du premier site d’échange de bitcoin vers du dollar US. Après de nombreux déboires, erreurs de managements et irrégularités dans leur gestion des fonds, le site a progressivement perdu ses utilisateurs et parts de marché. Il a finalement fait faillite en mars dernier après avoir annoncé la perte de plusieurs centaines de milliers de bitcoins de ses utilisateurs.

Le cas MtGox est ainsi révélateur. Il est l’exemple même de l’efficacité d’un libre marché à s’adapter quand il n’est pas contorsionné par des lois et réglementations absurdes. Quand les parasites ne sont pas gardés en vie artificiellement au détriment de tous c’est  la société dans son ensemble qui s’en porte mieux. Les acteurs comme MtGox, qui ont fait le choix de rester dans la médiocrité, sont progressivement éliminés et laissent la place à leurs successeurs bien mieux gérés, plus sécurisés et aux services plus avancés. Les autres places de marché continuent ainsi d’innover pour assurer une meilleure sécurité et plus de transparence. Les bonnes pratiques, les certifications et les audits n’attendent pas les gouvernements, les bureaucrates et leurs lois pour se mettre en place.

Bitcoin montre à ceux qui en doutait encore que les politiciens sont au mieux inutiles et au pire nuisibles (ils auront probablement l’occasion d’essayer de  montrer leur pouvoir de nuisance sur le Bitcoin dans les mois et années à venir malheureusement).

Suite à la banqueroute de MtGox, j’ai perdu quelques bitcoins. Je ne suis pas allé chez mon voisin lui voler son argent pour me rembourser. Je n’ai pas non plus demandé à l’État d’aller le voler pour moi. Bitcoin nous rappelle ainsi que la responsabilité est la contrepartie de la liberté. L’épisode MtGox est triste, mais il aura servi de leçon. Notre argent est précieux, il faut en prendre soin et ne pas le confier à n’importe qui.

Reprendre le contrôle de la monnaie ?

Bitcoin nous prouve tous les jours par le simple fait d’exister, qu’une monnaie n’a pas besoin d’être l’initiative d’une banque centrale, qu’elle peut survivre sans être « backé » par un gouvernement et que plusieurs monnaies peuvent coexister et se concurrencer sans que le chaos n’apparaisse.

En étant un système récent et en évoluant de manière extrêmement rapide, Bitcoin nous permet de mieux comprendre ce qu’est la monnaie et d’où vient sa valeur.  Nous avons cette chance d’assister à la création d’une nouvelle monnaie et de l’écosystème qui l’entoure. Comme moi, de nombreuses personnes apprennent et comprennent l’économie, la monnaie, la finance au contact de l’expérience Bitcoin. Ce phénomène je l’ai observé des dizaines de fois. J’ai pu voir comment en regardant le fonctionnement de Bitcoin dans la société réelle, comment des notions d’économie étaient intuitivement comprises et intégrées.

Des gouvernements comme celui de la Chine ont bien compris cette menace, et ont déjà pris des mesures pour éviter sa diffusion.  Dans le même esprit, nos politiciens, la Banque de France et la BCE  à défaut de pouvoir, pour le moment, interdire aux médias d’en parler, tentent de discréditer les crypto-monnaies en les présentant comme dangereuses. Dangereuses, elles le sont, mais principalement pour nos politiciens et notre État maman. Pour eux, le plus grand danger n’est pas que bitcoin deviennent LA monnaie de référence (rien ne garantit d’ailleurs que cela arrive un jour). Mais bien que leurs électeurs comprennent enfin le système monétaire actuel et comment à travers une monnaie monopolistique et ses différentes ponctions (impôts, taxes, inflation, dettes) l’état et ses privilégiés contrôlent et appauvrissent le plus grand nombre.

Bitcoin et les autres expérimentations dans les crypto-monnaies ouvrent la voie pour une réflexion sur la monnaie, son importance dans nos vies et pour notre liberté ainsi que sur les moyens d’en reprendre le contrôle. Le futur de Bitcoin, comme celui de l’euro et du dollar est incertain, mais une chose est certaine il ouvrira les yeux de ceux qui prennent le temps de regarder. Et si suffisamment de monde désire reprendre le contrôle sur son argent, alors la vraie révolution Bitcoin aura lieu.


À lire aussi : Le bitcoin pour les nuls.

  1. Plus d’info sur le fonctionnement de Bitcoin : https://bitcoin.org/fr
  2. Je parle ici de Bitcoin pour simplifier, mais je fais en fait référence à tout l’écosystème qui l’entoure, comme les altcoins (litecoin, dogecoin, etc.) et autres crypto-innovations (Ethereum, Mastercoin et autres).
  3. Satoshi Nakamoto est (ou sont ?) le cerveau à l’origine de Bitcoin.
  4. Et il faut bien reconnaître que c’est la même chose dans la plupart des pays.
  5. Voir l’excellent billet de H16 : https://www.contrepoints.org/2013/11/28/147932-regardons-au-dela-de-la-bulle-bitcoin