Du Front au rassemblement national : la chute de Marine Le Pen dans les sondages continue

Selon un sondage IFOP-Le Journal du dimanche, le nombre de Français désirant voir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle continue de s’éroder.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Du Front au rassemblement national : la chute de Marine Le Pen dans les sondages continue

Publié le 12 mars 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

Le Front national, en changeant de nom pour celui de Rassemblement national, va-t-il permettre de revaloriser Marine Le Pen aux yeux des Français ? Selon un sondage IFOP-Le Journal du Dimanche, le tournant stratégique opéré par le Front national ce week-end lors de son Congrès à Lille n’a pour l’instant pas l’effet escompté sur l’opinion des Français, qui sont de moins en moins nombreux à vouloir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. En effet, si en septembre 2017 41% de l’ensemble des Français souhaitaient y voir Marine Le Pen, ils ne sont désormais plus que 39%.

Le Pen et Wauquiez dans le même bateau ?

71% des Français pensent que la fille de Jean-Marie Le Pen sera de nouveau candidate à la prochaine présidentielle, soit toujours plus que sa nièce Marion Maréchal-Le Pen (45%) ; ce chiffre est en baisse de 10 points par rapport à l’automne dernier.

>>> lire aussi En votant pour les extrêmes, les jeunes se sont trompés de colère

L’arrivée de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains semble aussi éroder la particularité de l’offre politique portée par le Front national, dont les opinions sont proches, au moins sur l’essentiel, aux yeux des sondés. En effet, 64% des Français estiment les positions de Laurent Wauquiez et Marine Le Pen très proches, en particulier dans le domaine de la laïcité ou de l’immigration.

Le Front national semble se remettre difficilement de la dernière élection présidentielle, qui n’a pas seulement signé sa défaite mais a aussi entamé son crédit auprès de ses propres électeurs. L’impréparation de la candidate d’extrême-droite face à Emmanuel Macron l’a largement desservie. Ceci s’est traduit par la crise au sein de la formation et le départ de Florian Philippot. Les réformes présentées au Congrès ce week-end visaient essentiellement à redynamiser le parti, et non à toucher aux aspects fondamentaux d’un programme nationaliste et protectionniste.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « En effet, si en septembre 2017 41% de l’ensemble des Français souhaitaient y voir Marine Le Pen, ils ne sont désormais plus que 39%. »
    Ah ouais, sacrée érosion ! Rappelons quand même que Le Pen a fait 34 % au deuxième tour de la présidentielle.
    Vu d’une part la vague populiste française, voire européenne, qui s’empare, du fait de la crise économique ou de la problématique des migrants (?), vu d’autre part, l’usure de Jupiter, qui commence à cumuler les erreurs politiques et à augmenter les mécontentements, le score du FN à la prochaine présidentielle risque bien d’être encore plus fort.

    • La participation au second tour se joue sur quelques % : au 1° tour de 2017, Macron a fait 18,20% des inscrits, MLP 16,14%, Fillon 15,16% et Mélenchon 14,84%

      La participation au 2° tour dépend des scores des 3° et suivants et pas de celui du 1° (à moins que vous estimiez que MLP puisse sortir 1° du 1° tour, ce qui semble vraiment improbable si Macron se représente)

  • Le choix du nouveau nom… très bizarre.

    A l’ère du marketing et de la simplification des marques, elle nous sort un nouveau nom compliqué… et trop politique « classique ».
    Dommage

  • Le choix d’un tel nom, à la fois chargé d’histoire (car très proche du RPR et du RPF ou du RNP de Déat) et très politicien (le rassemblement entre le PS et l’UMP a été pendant des années le fond de commerce de la dénonciation du FN) prouve que Marine a complètement perdu les pédales et qu’elle ne sait absolument pas comment gérer la SARL familiale dont elle s’est plus emparé qu’en avoir hérité.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a 8 ans a eu lieu l'attentat contre Charlie Hebdo. En réaction à celui-ci des manifestations de soutien à la liberté d’expression avaient été organisées. L’expression « Je suis Charlie » comme slogan de soutien au journal satirique est restée dans l’opinion publique.

Huit années plus tard, un sondage IFOP interroge la population française : l’esprit Charlie est-il encore présent ? Dans l’absolu, il existe toujours mais la jeunesse et la gauche radicale l’ont de moins de moins.

 

Un « esprit Charlie » majoritaire ma... Poursuivre la lecture
lettres de Scrabble
3
Sauvegarder cet article

Le peuple pense que le monde politique et médiatique contemporain parle la langue de bois. Il dénonce par là un langage cynique, tissé de mensonges, affreusement prévisible et parfaitement lisse. Il part du principe que tous les politiciens en usent tout au long de leurs carrières, à droite comme à gauche. C’est une des raisons principales du rejet dont ils font l’objet, car cela démontre, pense-t-on, qu’aucun n’est sincère et que tous se valent.

 

La vaine promesse de Jean-François Copé

En mars 2006, Jean-François Copé pub... Poursuivre la lecture

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles