Du Front au rassemblement national : la chute de Marine Le Pen dans les sondages continue

Selon un sondage IFOP-Le Journal du dimanche, le nombre de Français désirant voir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle continue de s’éroder.

Par Frédéric Mas.

Le Front national, en changeant de nom pour celui de Rassemblement national, va-t-il permettre de revaloriser Marine Le Pen aux yeux des Français ? Selon un sondage IFOP-Le Journal du Dimanche, le tournant stratégique opéré par le Front national ce week-end lors de son Congrès à Lille n’a pour l’instant pas l’effet escompté sur l’opinion des Français, qui sont de moins en moins nombreux à vouloir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. En effet, si en septembre 2017 41% de l’ensemble des Français souhaitaient y voir Marine Le Pen, ils ne sont désormais plus que 39%.

Le Pen et Wauquiez dans le même bateau ?

71% des Français pensent que la fille de Jean-Marie Le Pen sera de nouveau candidate à la prochaine présidentielle, soit toujours plus que sa nièce Marion Maréchal-Le Pen (45%) ; ce chiffre est en baisse de 10 points par rapport à l’automne dernier.

>>> lire aussi En votant pour les extrêmes, les jeunes se sont trompés de colère

L’arrivée de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains semble aussi éroder la particularité de l’offre politique portée par le Front national, dont les opinions sont proches, au moins sur l’essentiel, aux yeux des sondés. En effet, 64% des Français estiment les positions de Laurent Wauquiez et Marine Le Pen très proches, en particulier dans le domaine de la laïcité ou de l’immigration.

Le Front national semble se remettre difficilement de la dernière élection présidentielle, qui n’a pas seulement signé sa défaite mais a aussi entamé son crédit auprès de ses propres électeurs. L’impréparation de la candidate d’extrême-droite face à Emmanuel Macron l’a largement desservie. Ceci s’est traduit par la crise au sein de la formation et le départ de Florian Philippot. Les réformes présentées au Congrès ce week-end visaient essentiellement à redynamiser le parti, et non à toucher aux aspects fondamentaux d’un programme nationaliste et protectionniste.