Who is John Galt ? – Atlas Shrugged le film, 3e partie

Le week-end passé est sortie dans les salles aux États-Unis la troisième partie d’Atlas Shrugged, le film.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
atlas-s-part-iii

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Who is John Galt ? – Atlas Shrugged le film, 3e partie

Publié le 21 septembre 2014
- A +

Par Damien Theillier

atlas-s-part-iiiQuel que soit le jugement que l’on porte sur la qualité du film, les producteurs ont tenu à rester au plus proche du roman et de son message philosophique. On ne peut que s’en réjouir.

Le festival du film libéral Anthem, qui a lieu au cours de la FreedomFest à Las Vegas, m’a permis de visionner en avant-première la troisième partie du film Atlas Shrugged, sous-titrée « Qui est John Galt ? »

Le présentateur de Fox Business, John Stossel, a animé une série d’entretiens après la projection. Étaient présent : Kristoffer Polaha, l’acteur qui interprète John Galt dans le film, ainsi que le producteur Harmon Kaslow, le producteur exécutif John Aglialoro et le conseiller David Kelley de la Fondation Atlas.

Ayn Rand est largement considérée comme l’un des auteurs les plus influents et les plus controversés du XXe siècle. L’opus magnum de Rand, Atlas Shrugged, a été publié en 19571. Trente-cinq ans plus tard, une enquête de la bibliothèque du Congrès a révélé qu’Atlas Shrugged était le deuxième livre le plus influent jamais écrit – après la Bible.

Pendant des décennies, les livres d’Ayn Rand ont inspiré des millions de gens tout en suscitant des débats vigoureux sur la vie sociale et politique. Ce qui a fait qu’Atlas Shrugged résiste à l’épreuve du temps et continue à se vendre chaque année, c’est que le message du livre rejoint ce que vivent les gens aujourd’hui. Étonnamment, il semble décrire notre XXIe siècle.

Atlas Shrugged raconte l’histoire fascinante d’un pays dont le système économique est sur le point de s’effondrer. Alors que l’économie passe de plus en plus sous le contrôle des bureaucrates, des hommes et des femmes brillants et intègres, des artistes, des savants, des industriels, disparaissent mystérieusement.

Après sa publication initiale, Ayn Rand aspirait à mettre en scène Atlas Shrugged dans un film. Par peur de l’échec ou par manque de courage, Hollywood n’a jamais été intéressé. Jusqu’en 2010, date à laquelle John Aglialoro et Harmon Kaslow ont commencé la production de la trilogie.

Ce troisième épisode du film reprend là où le deuxième épisode s’était arrêté, avec un plan sur le crash en avion de Dagny Taggart et l’arrivée imminente de John Galt pour lui porter secours. Le spectateur voit Dagny gisante sur le sol jouée par une troisième actrice. Le changement d’acteurs et d’actrices dans les trois films est un peu perturbant. Les producteurs ont tenté d’en atténuer l’impact en écrivant le nom et le rôle de chaque personnage sur l’écran, depuis le début de l’histoire.

Lorsqu’on a demandé à Aglialoro, pourquoi les acteurs avaient changé, il a tout simplement répondu qu’après avoir fait le premier film, il ne savait pas s’il y aurait un deuxième. De même, après le second, il ne savait pas s’il y en aurait un troisième.

Il était donc impossible de retrouver la même distribution pour les trois films, à la différence d’une série comme Le Seigneur des Anneaux, qui a été tournée en une seule fois. La bonne nouvelle est que Laura Regan, l’actrice qui joue Dagny Taggart est nettement plus jolie et joue mieux que l’actrice qui tenait le rôle dans le second épisode. Hank Rearden apparait au second plan. Il est supplanté par John Galt, joué par Kristoffer Polaha, qui crève littéralement l’écran dans cette dernière partie.

Aglialoro a personnellement financé une partie de ce troisième épisode. Le film a été également financé par une campagne Kickstarter qui a permis de lever 446.907 $ contre un objectif initial de 250.000 $. Alors que la série arrive au seuil de rentabilité, Aglialoro a précisé qu’il avait l’espoir de faire une série télévisée qui permettrait de raconter l’histoire plus en détail et serait susceptible de générer davantage de revenus.

asp3-dagny-taggart-john-galt-and-ragnar-danneskjold-in-galts-gulch

David Kelley, philosophe et spécialiste d’Ayn Rand, a donné un aperçu du célèbre discours de John Galt. Dans le livre d’Ayn Rand, le discours fait 33 000 mots, de la taille d’un petit roman. Pour le film, il fallait le réduire à 600 mots.

Le public a aimé le nouveau film et en particulier l’acteur qui joue John Galt. Après la projection il y avait une longue file d’attente pour faire signer les affiches du film.

Alors finalement, qui est John Galt ? Le film ne sortira pas sur les écrans français mais sera disponible très vite à la vente en DVD. Patience donc…

  • Atlas Shrugged: Who is John Galt?, drame américain de James Manera, sortie le 12 septembre 2014 (USA), avec Kristoffer Polaha, Laura Regan, Rob Morrow.


Sur le web.

  1. Traduit en français par Sophie Bastide-Foltz sous le titre La Grève aux éditions des Belles Lettres en 2011.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il est possible que le Conseil d’Etat interdise sa sortie en salle. En tout cas payez pas votre séance avec votre CB…. dans quelques années vous serez interdit de sortie du territoire rien que pour ça (e.g indices sérieux que vous préparez une évasion).

    Je crois savoir que outre la libye, bientôt il faudra une autorisation préfectorale pour se rendre en belgique ou suisse et que se ne sera possible que si votre famille reste en France et que vous laissez une caution équivalent à 5 ans de servitude fiscale.

    Ayn Rand auteure de génie.

  • « Trente-cinq ans plus tard, une enquête de la bibliothèque du Congrès a révélé qu’Atlas Shrugged était le deuxième livre le plus influent jamais écrit – après la Bible. »
    Il ne faudrait pas non plus exagérer… Des livres comme le Coran, l’Illiade, l’Odyssée ou les Milles et une Nuits me semblent beaucoup plus influents

    • C’était une étude aux US, pour les US.
      Pas sûr qu’aux USA le Coran, ait tant d’influence. Pour l’Iliade et l’Odyssée ou les Mille et une nuits, je ne suis pas sûr que ça soit des livres qui ont vraiment « de l’influence ».

    • Tiré de wiki : En 2007, soit cinquante ans après la première publication du roman, près de 185 000 exemplaires furent vendus d’après le Ayn Rand Institute64. Selon un sondage réalisé par Freestar Media/Zogby, 8 % des Américains avaient lu Atlas Shrugged en 2007

    • It was a 1991 public poll conducted by telephone by the Library of Congress and the Book of the Month Club.
      Number 1: the BIble.
      Number 2: Atlas Shrugged.
      Number 3: M. Scott Peck’s The Road Less Traveled.

      « …with a « large gap existing between the #1 book and the rest of the list. »

      The telephone survey asked people which book made the most difference in their life.

      http://www.nytimes.com/1991/11/20/books/book-notes-059091.html

      (Also, reviews of the film in the US have been awful.)

      Google translation of the above:

      C’était un sondage public menée en 1991 par téléphone par la Bibliothèque du Congrès et le Livre du club de mois.
      Numéro 1: la Bible.
      Numéro 2: Atlas Shrugged.
      Numéro 3: de M. Scott Peck Le chemin le moins fréquenté.

      « … avec un » grand écart existant entre le livre # 1 et le reste de la liste.  »

      Le sondage téléphonique a demandé aux gens quel livre fait le plus de différence dans leur vie.

      (Aussi, avis du film aux États-Unis ont été horrible.)

      • Pas mal de gens ont craché sur le film parce qu’il défend des idées qui leur déplaisent, et de façon « pas très subtile », ou « franchement directe ».

        Mais pas mal de gens ont aussi beaucoup aimé ce film. C’est très polarisé, les évaluations… Plein de « génial » et plein de « totalement nul ». Et sans doute au moins 50% des gens qui donnent leur avis dessus aux US ne l’ont pas vu, vu le peu de salles où il est diffusé.

        Cela dit j’ai beaucoup aimé le 1, apprécié le 2 malgré son coté « ultra petit budget », limite film d’étudiant, donc j’attends avec impatience de pouvoir regarder le 3.

  • Quelqu’un aurait-il des infos sur le films adapté de Alongside Night, qui est prévu pour bientôt?

  • Un ami m’a forcé à le voir avec lui (ça doit être la première partie). C’est une bouse innomable, tiré d’un pavé indigeste qu’il m’avait forcé à lire par le passé.

    Nous sommes toujours amis en dépit de ces deux expériences chronophages.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

Par Gary M. Galles. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Alissa Rosenbaum était l'un des écrivains les plus controversés de l'histoire de l'Amérique. Pourquoi, alors, peu de gens ont-ils entendu parler d'elle ? Parce que tant les éloges que les attaques intempestives ont été dirigés contre le nouveau nom qu'elle a adopté après avoir quitté la Russie pour l'Amérique - Ayn Rand.

Son influence est incontestable. Elle a vendu plus de 30 millions de livres, et des décennies après sa mort en 1982, des centa... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles