Gilets jaunes : la stratégie du pourrissement

En jouant la posture du maintien de l’ordre dans le conflit des gilets jaunes, le gouvernement avoue son incapacité à réformer et prend le risque d’oublier que c’est le respect des libertés qui est la seule et unique raison qui rend un État légitime.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Apples By: oatsy40 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes : la stratégie du pourrissement

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 novembre 2018
- A +

Par Olivier Maurice.

Le gouvernement a donc décidé de jouer la carte de la fermeté devant le mouvement des gilets jaunes. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a d’ailleurs explicité le commentaire du Premier ministre sur le risque d’anarchie et communiqué récemment ce qui semble bien être un résumé de la stratégie gouvernementale :

Il faut être intraitable sur l’ordre public : la liberté ne peut exister que si il y a l’ordre public.

Cette phrase résonne un peu comme un sujet de bac de philo, le genre d’affirmation qui donne un 4/20 à quiconque oserait essayer de la remettre en question. L’affaire est emballée : la liberté ne doit point nuire à autrui et doit donc respecter la loi. Cf. l’article 4 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Exit la contestation, forcément réactionnaire et liberticide.

Taxer les carburants est juste, parce que c’est pour sauver la planète. Réprimer (ce qui ne devrait pas tarder) les gilets jaunes est juste, parce que c’est pour sauver la liberté.

Bloquer les routes, les raffineries, les préfectures, les centres des impôts, c’est tout simplement du beaufo-fascisme, du terrorisme poujadiste, de l’anarchisme populiste. C’est inadmissible !

Le coup de la liberté en danger

On nous rejoue exactement le même refrain de la démocratie libérale occidentale en danger et de l’État rempart que l’on nous joue depuis des années. Si on vous réduit vos libertés, c’est pour mieux protéger la liberté. C’est pour défendre notre mode de vie.

On a juste changé de cible, après la vie privée (si on donne davantage de pouvoir à la police pour fouiller dans votre vie privée, c’est pour la protéger), les religieux (si on vous interdit de porter le voile, la kippa ou la croix, c’est pour protéger la liberté de s’habiller comme on veut), après les contribuables (si on vous prend sans vous demander votre avis une bonne partie de votre propriété, c’est pour la protéger), après l’essai manqué sur les fake-news (si on interdit de dire n’importe quoi, c’est pour protéger la liberté de dire n’importe quoi)… voici maintenant venir les citoyens en colère : si on ne peut tolérer que les citoyens prennent des libertés, c’est pour protéger la liberté des citoyens.

La liberté du camp du bien, mise en danger par la liberté des autres. Les noms d’oiseaux ne manquant d’ailleurs pas pour qualifier les « autres ». La bonne liberté contre la mauvaise liberté. Diviser pour mieux régner.

L’État garant des libertés

On nous rejoue exactement la même imposture de l’État soi-disant libéral. L’État faiseur de ces fameuses libertés sociétales, responsables et solidaires, justes et immensément morales, mais surtout disciplinées, civilisées, respectueuses et ordonnées par moult lois, règlements, financements publics et formulaires qui vont bien.

Sauf qu’un État libéral, ça n’existe pas. Il n’existe pas plus d’État libéral que de boucherie vegan. Il existe des pays libéraux, des sociétés libérales, des politiques libérales, on peut même concevoir une nation libérale, mais pas un État libéral. Il n’en a jamais existé et il n’en existera jamais. La fonction même de l’État, le domaine régalien, consiste à poser des interdits, à arrêter les gens, à les juger et à les mettre en prison. Ou bien encore à marchander, à espionner et à faire la guerre avec ses voisins. Pas grand-chose de libéral là-dedans.

L’État n’est pas le garant des libertés. C’est précisément l’inverse : c’est la garantie des libertés qui est la seule et unique raison qui rend un État légitime. C’est à l’État de respecter les libertés, pas à lui de les décréter, ni même de les protéger.

Un gouvernement qui serait fondé sur le principe de la bienveillance envers le peuple, tel que celui du père envers ses enfants, c’est-à-dire un gouvernement paternel, où par conséquent les sujets, tels des enfants mineurs incapables de décider de ce qui leur est vraiment utile ou nuisible, sont obligés de se comporter de manière uniquement passive, afin d’attendre uniquement du jugement du chef de l’État la façon dont ils doivent être heureux, et uniquement de sa bonté qu’il le veuille également – un tel gouvernement, dis-je, est le plus grand despotisme que l’on puisse concevoir.
— Kant, Théorie et pratique.

La liberté n’a besoin ni d’État, ni d’ordre public

La liberté ne peut exister que s’il y a l’ordre public.

Quelle liberté ? Celle de rouler sans casque au guidon d’un chopper sur la Route 66 entre Flagstaff et Bellemon en écoutant du Steppenwolf ou celle de conduire une voiture forcément électrique bourrée de normes de sécurité, de normes de respect de l’environnement et de normes de qualité ? Avec une assurance en règle, un contrôle technique en règle, un permis de conduire avec des points, sa ceinture bouclée, les mains à 10 h 10 ?

Sans téléphoner, sans dépasser les limitations de vitesses, sans avoir bu d’alcool ni pris de médicament, en n’étant ni trop vieux, ni trop jeune, en s’arrêtant toutes les deux heures, en connaissant par cœur les 239 pages du Code la route, sans écouter la musique trop fort, sans manger en conduisant (même 5 fruits et légumes), sans fumer, sans parler à son voisin, sans se gratter le nez (et ainsi dangereusement ne plus tenir le guidon que d’une seule main) ?

Non, l’être humain arrive très bien à être libre tout seul. Il n’a pas besoin de la mansuétude de l’État pour cela.

La fuite en avant

Cette posture cache en fait la faiblesse du gouvernement devant une situation budgétaire pour laquelle il n’a d’autre solution que la fuite en avant. S’il était capable de mener à bien les réformes profondes qui elles seules auraient pu éviter le matraquage fiscal et la dégradation de plus en plus patente des services publics, il l’aurait déjà fait.

Il n’a aucune autre solution que de bomber le torse et de passer en force.

Tout au plus reviendra-t-il peut être sur le calendrier des augmentations fiscales prévues en janvier ou installera-t-il une V2 de la TICPE flottante (et cherchera-t-il d’autres moutons moins teigneux à tondre). Il n’a de toute façon aucune autre issue : il est complètement pris en otage par une administration monstrueuse (en nombre et en étendue) qui le contrôle bien plus que lui ne la contrôle.

Il n’a aucune autre solution que de continuer à augmenter les impôts, à creuser les déficits et à gérer au moins pire la colère que cela provoque.

Quelle que soit l’issue des manifestations à venir, les problèmes resteront : tout le monde a bien compris que comme lors des présidences précédentes, il ne se passerait rien qui vienne réformer de façon significative l’État français pendant ce quinquennat. Tout le monde a bien compris que malheureusement, il faudra sans doute attendre, comme pour la Grèce, d’être au pied du mur pour envisager de faire quelque chose.

Tout le monde l’a bien compris, Emmanuel Macron, Édouard Philippe et Christophe Castaner en premier.

Voir les commentaires (103)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (103)
  • le griveaux avec ses effets d’annonces et son sourire narquoi… ou son service augmente les salaires a 27% …qu’il vive avec un salaire de 1200 euros par mois … facile de parler changer votre ancienne chaudiere l’etat va vous aider et dire 3 jours Après dans 10 ans les chaudières au mazout interdite… taxes pas difficile par contre réduire le budget de la dépense publique là leurs compétence est nul !!! aller chiche suppression des niches fiscale sur l’impôt sur le revenu …y compris nos parlementaires , vous en pensez quoi le griveaux … Moulin à vent et cerveau vide sauf pour dire des conneries ..pas besoin de clown !!

  • en 68 , ils oublient la gauche : il est interdit , d’interdire …. la mémoire courte !!!

    • le Probleme est plus vaste que vous le croyez. Car non seulement des gens vivent des transferts de l Etat mais aussi pas mal d entreprises et pas que celles qui fournissent l Etat/communes/regions. Hier dans le monde il y avait un article d un promoteur qui pleurait pour que l Etat ouvre encore plus grand le robinet a subvention. Evidement c etait pas pour son CA mais pour que les gens puissent se loger 😉
      Comment voulez vous vous en sortir quand meme les PDG d entreprises privees demandent qu on subventionne encore plus leurs clients ou lieu de reconnaitre que leur produit ne se vend pas car trop cher … la loi de l offre et de la demande n est plus enseignee a HEC ?

    • Eh, vous avez oublié le plus important : il est interdit d’interdire, mais uniquement pour moi-même. Pour les autres, on peut et même il faut tout leur interdire.
      C’est ce qu’ils font depuis 50 ans.

  • Il est évident que nous sommes inscrits dans un « trend » a la grecque.
    Là bas aussi un abus des services publics , des copains et des coquins a abouti a la faillite que l’on sait..
    La question ici est double, non seulement nous avons 25% des actifs qui dependent de l’impôt mais nous entretenons des société zombies, des sociétés qui ne travaillent qu’avec les institutions, agences, travaux publics , cantines ,espaces verts, associations, emplois aidés etc.. qui agitent le drapeau chomage si on les remet en cause,et les canards boiteux « fleurons » de l’industrie qui font pareil..
    on fabrique de la croissance en important des pauvres dont on solvabilise la consommation par la redistribution qui dépend aussi des prélèvements.. et ce depuis 40 ans.. puisque l’immigration « travail » ne représente que 7% du total des entrées.
    Un systeme paritaire sangsue qui pompe la substance, avec des inégalités visibles engendrées par le camp du « bien » au nom de la solidarité.
    on a trouvé depuis peu une autre théorie du bien , il s’agit de protéger la planete, laissez moi doucement rigoler.
    Dans un tel contexte je ne vois pas ce qui pourrait sauver le systeme « a la française » maintenu en vie par la dette..et la coercition fiscale.
    je ne sais pas si il va tomber par manque de liquidités , ou par le fait d’entraver le peuple au nom de la justice sociale, inventée de toute piece par une idéologie qui par entrisme a phagocyté le pays; le marxisme

  • @claude henry , pourquoi la France à acheter en avril 2017 et Août 2018 51 milliards de dollards de dette Américaine ? la France en detient pour 118 milliards de dollards !!!
    alors que ce gouvernement nous vide nos piches ?

    • parece qu’acheter des obligations du trésor americain permet de gagner de l’argent sur le cour terme, on emprunte a taux très bas
      a la BCE , et on prête a taux plus élevé des obligations d’etat us..

      • Sauf si les taux US continuent de monter…

        • peu importe car quand on achète des ‘bons du trésor » qui sont des obligations d’etat sur une durée 3,5,10 ans , les taux sont calculés le jour l’achat , les intérêts sont servis sur toute la période, puis le capital est restitué a la fin de la période..
          Le probleme serait la baisse du dollar qui entraînerait une chute de rentabilité de l’obligation par la perte en capital..
          c’est pour cela qu’il faut privilégier le court terme

        • Justement, c’est encore mieux, si les taux BCE ne montent pas !

  • les seuls qui ont besoin de plus d’état sont ceux qui vivent de ses largesses ; lesquelles sont prélevés sur ceux qui travaillent ; macron et cie doivent prier à deux genoux pour qu’il se passe quelque chose , n’importe quoi , pour mettre fin à la rébellion des gaulois ; j’espère que ça leur fait passer des nuits blanches ;

  • Dans 4 à 5 ans, nous n’aurons plus accès à nos pauvres économies durement amassées en banque. Oui, nous arrivons au même stade que la Grèce, avec des élections européennes
    qui se profilent et qui sentent bon les extrêmes.

    • oui , c’est un risque mais foutu pour foutu (achetez de l’or)

      • discrètement et pas en France alors. Au passage, si vous détenez de l’or vous êtes théoriquement tenus de le déclarer. Pour votre sécurité, bien sûr.

      • Je me demande si c’est vraiment une bonne stratégie. Vous trouverez toujours quelqu’un pour vous taxer de « salaud de riche plein d’or » et pour vous taxer tout court.

        … à la place, s’endetter (mais de façon soutenable) ne serait-il pas une meilleure stratégie ?
        Si la valeur de l’argent baisse, vous avez moins à rembourser
        Et comme vous avez un patrimoine négatif, personne ne pourra venir réclamer une part de ce que vous n’avez pas….
        Génial non ?

        • Certes, mais:
          1/ l’Etat pourra toujours vous taxer sur votre patrimoine même si vous n’avez pas finit de le payer (patrimoine=nanti=salaud de riche/propriétaire/exploiteur…etc): une petite loi et hop! ce sera fait sous les applaudissements de tous les allocataires, subventionnés, aidés divers et variés, la majorité des français qui ne payant pas d’impôts n’oubliez pas.
          2/l’impôt à la source étant mis en place, il sera facile de l’augmenter, la plupart des gens allant râler en 1er sur leur employeur!
          3/saisi sur compte bancaire (cf Chypre)

          Pour vous piquer votre or (ou votre cash), l’Etat doit faire une descente chez vous et savoir où chercher. Cela devient incertain, lent et coûteux en personnel et en procédure.

      • Alors mon épouse est riche car elle dit que je suis un homme en or !

    • C’est bien pour cela que je tiens à rembourser plus rapidement mon prêt immo, bien que mon banquier s’entête à vouloir me faire souscrire d’autres placements « qui rapportent beaucoup plus ». Oui, ils rapportent beaucoup plus, mais au vu de la santé de l’état, et de la santé de l’Euro, j’ai plus confiance en mon capital qu’en mon épargne pour du long terme…

      • il n’y a pas de placements qui rapportent beaucoup, sauf a accepter un risque sur le capital..çà c’est planétaire.
        en clair si vous voulez gagner beaucoup il vous faudra accepter de perdre beaucoup..
        voila

        • *le risque de peut être perdre beaucoup.

          Heureusement, ce n’est pas sur.
          Tout comme le gain n’est pas garanti non plus.

        • Même dans les placements qui ne rapportent guère, vous acceptez un risque sur votre capital. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, ça n’est pas parce que ça rapporte moins que le risque est moindre !

          • çà depends , bien sur si l’etat change la donne.. plouf
            actuellement ce qui fait saliver l’etat ce sont les placements en assurance vie, d’ici qu’il les réquisitionne pour payer les retraites il n’y a pas des kilomètres
            (c’est ce qu’avait fait les grecs)

  • De toute façon ils ne peuvent pas faire machine arrière , c’est trop tard ,trop de mensonges ont été proférés et depuis trop longtemps. Le pourrissement n’aura pas lieu , on est déjà au stade final , la déchèterie.

    • On va les composter, ça c’est écolo !

      • Il n’est pas certain que tous ces sinistres aient mangé bio. Pensez à ces pauvres vers dégoûtés par ces produits non bio…

    • Certes,  » tout le monde a bien compris que comme lors des présidences précédentes, il ne se passerait rien qui vienne réformer de façon significative l’État français pendant ce quinquennat.  »
      C’est bien pour ça que certains, compte tenu de notre situation désastreuse et de l’imposture qu’a été l’élection présidentielle, veulent abréger ce quinquennat

  • Texte pas facile à interpréter car il soulève 2 sujets de fond, éventuellement antagoniste, le premier sur la légitimité de l’Etat, le second sur son incapacité à réformer structurellement en France. Si on considère que l’Etat est totalement illégitime (c’est le propos du premier « chapitre »), on ne peut aboutir au second espérant que l’Etat fasse les réformes nécessaires (c’est le propos du second chapitre).

    • @gaston9
      la légitimité de l’etat cesse quand les citoyens le décident.
      Ainsi la légitimité du régime de louix VI s’st arrêtée le jour ou les citoyens ont compris qu’il était incapable de faire payer la noblesse (les élus) et l’église (les fonctionnaires)..
      Le piège ici c’est que le français jugent l’etat légitimé quand ils profitent de ses largesses sans comprendre que ce qui leur est restitué ce n’est qu’une petite partie de ce qu’ils ont produit..
      et jugent l’etat illégitime quand il prétend leur faire payer les aides qu’il leur accorde par ailleurs..

  • Il n’ya pas que les politiques qui vivent sur le dos des impôts mais aussi tout les assistés qui eux ne veulent rien perdre de l assistanat et vous en avez beaucoup dans les gilets jaunes
    Le problème est que ce pays est trop habitué a être assisté. Ce que veulent les gilets jaunes en grande partie c’est de garder l assistanat mais que ce soit les autres qui payent
    J’ai le malheur d’avoir une grosse voiture réflexion sur un barrage celui-là n’a pas de problème de fin de mois
    Alors le révolte des gilets jaunes ce n’est pas contre les taxes mais contre les taxes pour eux

    • @cles
      il est manifeste que chaque aide correspond a une taxe , ainsi beaucoup de gens « fond le plein » grâce aux allocations diverses et variées qu’on leur sers par ailleurs (30% du revenu des français sont des aides sociales)
      il fallait d’abord commencer par diminuer les aides pour baisser les prélèvements.. mais çà ce n’est pas socialiste et 80% de LREM sont des socialistes recyclés fraîchement bombés en vert

      • Tel que vous le dites, ça ne peut pas marcher parce que personne ne peut faire confiance au gouvernement pour veiller à ce que la réduction des aides aujourd’hui se traduise bien par une baisse des prélèvements demain. On peut même lui faire confiance pour que ça ne se produise pas ! Malgré sa trajectoire droit dans la mouise, le gouvernement a encore pour quelques mois au moins suffisamment de marge de manoeuvre pour baisser aides ET taxes simultanément. Le problème est que son intention est exactement opposée : augmenter encore les taxes, en apportant quelques aides pour que ce soit encore supportable quelque temps. Les gilets jaunes comprennent confusément que quoi qu’il arrive, les prélèvements augmenteront, et voudraient bien qu’au moins eux les sentent moins peser que les autres.

        •  » quoi qu’il arrive, les prélèvements augmenteront ».
          C’est inéluctable pour une raison fondamentale : c’est l’Administration qui nous gouverne. Et par nature, l’Administration ne PEUT PAS se tromper. Si la situation dérape, c’est que l’administré a mal compris, et une campagne d' »explications » suffira à résoudre le problème.

        • certes mais dans ces conditions on va au chaos a la grecque

      • Le programme Fillon visait à faire les deux en même temps et comme les effets ne peuvent être immédiats, il avait acté un accroissement du déficit dans un premier temps. Comme une entreprise qui retructure finalement.

        • Même pour Fillon, les chiffres de base avaient été fournis par une administration qui est loin d’être neutre et désintéressée. Il est loin d’être évident que les effets ne peuvent être immédiats. En particulier, il y a un montant considérable d’actions publiques dont la suppression ferait gagner sur les deux tableaux : 1. plus besoin de percevoir d’impôts pour les financer, et surtout 2. l’effet de ces actions est négatif, il coûte lui-aussi par les entraves qu’elles mettent à la bonne marche du pays. Double peine ! Donc double gain à la suppression… C’est comme quand vous mettez un ralentisseur sur une route : vous payez la construction du ralentisseur, et vous payez chaque jour par l’usure et la perte de temps des véhicules qui passent par là. Souvent, le retour à une situation sensée serait amorti dans la semaine !

  • Sous couvert d’une imposture colorée d’écologie, la Macronie doit faire face à son refus de diminuer la dépense Étatique.
    De fait, ce refus de tailler dans la dépense publique s’inscrit dans une stratégie électoraliste vis à vis de tous ceux qui émargent au budget de L’État et des diverses collectivités locales.
    Face aux contraintes d’équilibre budgétaire imposées par les instances européennes, la planche de salut de la Macronie consiste à utiliser tous les stratagèmes pour abonder le Trésor Public par de nouveaux prélèvements fiscaux.
    Le foutage de gueule écologique est donc appelé à s’amplifier!…

  • Pour ma part je ne suis pas climatoseptique même si je panse que c’est une hérésie des contre le nucléaire par exemple qui est à l heure actuelle la seule énergie non polluante.
    Le seul problème étant le retraitement des déchets mais c’est minime par rapport aux autres sources d énergies
    Tout cela pour dire que pour moi le problème de l état obèse n’est pas l écologie mais cette administration pléthorique .
    Ces niches fiscales totalement injustifiées. Ces subventions de toutes sorte en plus inefficaces.Ces aidés pléthoriques qui rendent les gens totalement dépendants de l’état
    Donc pour moi le problème n’est pas l ecologie mais nôtre mode de gouvernance

  • Vous avez oublié ces clowns jaunes qui m’empêchent de circuler pour protéger ma liberté de circuler.

  • D’ailleurs pour preuve que l écologie n’a pas grand chose à voir avec la hausse des taxes quand on sait que 75% des taxes sur le carburant sert à boucher les trous budgétaires de l’état
    Il faut en toute urgence réformer l’état et ce n’est pas un programme Fillon qui arrangerait les choses
    C’est un politicien corrompu comme beaucoup d’autres dopé au clientélisme et pour arroser ses copains et lui-même avec l’argent de l’état

    • Le programme Fillon aurait certainement arrangé les choses, si. Et l’homme disqualifier comme « politicien corrompu » n’invalide pas son programme, ça c’est de la mauvaise rhétorique ! Qui ne peut détruire le raisonnement attaque le raisonneur…

      (Cela dit je souscris à la première partie et la renforce : le prétexte écologique ne saurait masquer la finalité de ces taxes, qui est de limiter les déficits puisque aucun effort structurel de baisse des dépenses n’est fait).

      • [disqualifier l’homme], je ne sais pas pourquoi les deux termes ont été inversés ce qui donne une syntaxe (voire orthographe) douteuse…

  • Il faut aider le parti libéral pour qu’il y est des élus libéraux à l’assemblée comme en Suède

  • Manifester : OUI Provoquer l’anarchie : NON..

    • Le Ragnarok, le crépuscule des dieux… le nouveau monde ne peut advenir sans la destruction de l’ancien… et c’est un petit détail que Macron a oublié de nous préciser pendant sa campagne. Une fois élu, il n’a pas eu les couilles de le faire, ou en a été empéché, ou n’a jamais eu l’intention de le faire, bien installé dans les soieries du pouvoir. Seul le scénario à la grecque peut nous permettre de purger notre mauvaise graisse et de repartir sur des bonnes bases.. mais il y aura du sang et des larmes à coup sûr pour tout le monde.. en avons nous encore le courage?

  • claude henry , oui effectivement encore un qui a profiter du systeme malhonnete je me souviens qu’il etait hors de lui des gens malhonnete et s’est excuse en disant cela que ça ne concerner pas Jupé…

    • la classe politique ne maîtrise plus l’administration depuis les années 80

      • Effectivement, l’Administration est déchaînée depuis les années 80 avec un seul objectif : maximiser les prélèvements obligatoires. Pour faire quoi? du papier, de l’esbroufe, du vent, pour faire semblant. Il en résulte un harcèlement fiscal qui ruine les efforts d’une population piégée.

  • « Cette phrase résonne un peu comme un sujet de bac de philo, le genre d’affirmation qui donne un 4/20 à quiconque oserait essayer de la remettre en question. »

    L’auteur a visiblement oublié ce qu’est le bac de philo… C’est justement tout l’opposé : il *faut* soutenir *et* remettre en question l’affirmation posée.
    La seule réponse correcte au bac de philo : Oui, Non, Peut-être. (ou dans l’autre ordre : Non, Oui, Peut-être)

    Analyser, réfléchir, douter, questionner, plus qu’affirmer de façon péremptoire.
    Sinon c’est le 4/20 asssuré

    • certes mais ne surtout pas sortir de la zone de confort qui va de
      « rose pale » , a « rouge vermillon »

      • La lèche rosée au bac philo pour ne pas voir les points coefficient 8 vous couler en cas de ‘divergence’…
        Ces points attribués par ‘ceux qui savent’, qui essayent de vous faire croire que votre cerveau n’a pas la capacité de penser, que vos sens ne perçoivent rien, qui aimeraient que vous renonciez à croire que votre conscience ait une quelconque validité.

    • User de dialectique sur une telle affirmation revient à ne pas la remettre en question : vu que l’ordre est l’inverse du chaos, le problème est ontologique. Bien sur qu’il ne peut ontologiquement exister de liberté sans ordre, ni d’ordre sans liberté, vu que l’un se définit par l’autre et vice-versa. Et la dialectique ne règle pas les problèmes ontologiques vu qu’elle repose sur la vérité des mots.

      Donc, si vous ne faites pas de la chantilly pour étaler vos références et broder, vous avez 4 sur 20.

      La dialectique a toujours raison : cf Marx ou Schopenhauer

      (et si vous avez le culot de répéter ce que je viens de dire, c’est à dire le culot de remettre en question la méthode que l’on vous impose au bac, vous avez zéro)

  • On parle de maintenir l’ordre pour les gilets jaunes mais bien qu’on soit normalement pour, il faut constater qu’il est à géométrie variable.
    Quand les casseurs agissent dans les manifestations conventionnelles, on minimise l’importance des dégâts causés et les CRS n’interviennent pas sur ordre d’un commissaire qui a demandé au Préfet et qui a lui aussi demandé au Ministre.
    En fait on laisse faire le désordre pour que l’on réclame plus d’ordre afin de ne l’appliquer que quand cela arrange le pouvoir.

    • Ce qui est stupéfiant c’est que les imbéciles bouffis d’orgueil qui nous gouvernent puissent penser qu’on ne voit pas leurs tours de passe passe… Savent ils que les français sont loin d’être aussi cons?
      Et ce malgré la propension des médias à ne montrer que les plus obtus de nos concitoyens?

      • Pour paraphraser Lao Tseu,
        « quand le politique te montre la lune, garde un œil sur ses doigts « 

      • excellent , moi çà m’a toujours étonné , çà procède peut etre d’une technique de l’ENA qui propose de faire croire a chacun d’entre nous qu’il est entouré de cons et que c’est pour çà qu’il vaut mieux accepter les oukases du pouvoir?
        J’en serais a moitié étonné

    • voir la patience avec les zadistes

  • Il faut arrêter de dire n importe quoi . Ce n’est pas l’état qui nous agresse car on a racheté une ferme que l on a transformé en maison bourgeoise d’après les gens du coin ,c’est pas l’état qui a cherché à nous arnaquer car nous avons soit disant du fric,ce n’est pas l’état qui a reproché à un copain d’avoir racheté des terrains à des gens qui venaient vendre au con de parisien car il ne valaient
    Lui a su le valoriser en faisant des constructions de merde comme disent les gens du coin et le traité de voleur
    L’état est le reflet du peuple qui jalouse la réussite et veut faire payer les riches .
    La réussite en France est synonyme d’arnaque.

    • houla je vais repeindre mon château en vert ;))

    • L’état n’est pas le reflet du peuple dans cette affaire, mais son manipulateur, afin que la grogne s’exerce contre ceux qui sont occupés à créer des richesses et délaisse ceux qui passent leur temps à les confisquer.

  • Regardez ce que dit retailleau du PR le contraire décevant qu’il disait-il y a quelques mois pour aller dans le sens des gilets jaunes.

  • outes ces contestations….uniquement en France et une partie de la Belgique….justement ceux qui sont champion du monde des greves…..??

  • Comment étant libéral peut on citer Fillon. En plus en ce moment les opposants à Macron promettent tous plus d aides ce qui veut dire plus d état en espérant s attirer les faveurs des gilets jaunes
    Citer Fillon comme libéral c’est comme un anarchiste qui voterait socialisme ça n’a pas de sens

    • non fillon n’est pas cité comme libéral, mais son programme basé sur la baisse de la dépense publique allait au moins dans le bon sens

    • Fillon avait déjà dit en 2007 que l’état était en faillite. Ce n’est certes pas un libéral, mais il avait pris conscience de l’état financier catastrophique d’un pays asphyxié par le socialisme! Et c’est Sarkozy qui prenait les décisions, pas lui car seulement premier ministre! On se souvient des rumeurs de désaccord profond avec la politique du président.

  • Le record des prélèvements obligatoires et des services publics de mauvaise qualité. je pense à l’éducation nationale, à la santé (voir l’état de délabrement de certains hôpitaux), transports (SNCF, RATP) insécurité, etc. Les énarques qui ont pris le pouvoir avec Giscard et Chirac et qui depuis dirigent la France sont responsables de ce déclin et de cette décadence.Pour les énarques, le modèle c’est l’étatisme, une sorte d’URSS bien gérée. Pour un libéral, le modèle c’est un Etat limité qui respecte les libertés économiques. Une sorte de Suisse. Mais ne rêvons pas .

  • Il faudrait déjà un parti libéral plus fort avec des élus au parlement et pourquoi pas au gouvernement.

  • M’enfin, on se fait des noeuds au cerveau pour rien…
    Nos chers dirigeants ont été élevés au poulailler de Mitterrand, Chirac et autres Hollande. Ils ne savent pas régler des problèmes, juste en créer. Et donc il restent dans leur domaine de compétence.

  • C’est surtout que Fillon ne s’est jamais inscrit dans un courant libéral quand il était au gouvernement

  • A clés , pour sa pomme , quand il a voulu jouer a Mr Propre , il sait planté les pieds dans le tapis … Ce n’est pas le seul , bien entendu , l’ivresse du pouvoir , la chute est terrible !!! Mais au final , il récupère chaque année entre 80 a 100 00 euros de frais , rembourser par l’état … comme ancien 1er ministre… elle est pas belle la vie !!!!

  • La France… pays des Droits de l’homme et désormais des Gilets jaunes !

    • La France n’a jamais été le pays des droits de l’homme inventés par les anglo-saxons: Magna Carta, Habeas Corpus, et enfin Bill of Right en 1689, pile un siècle avant qu’avec l’aide des américains on ne les mette sur le papier en France… pour aussitôt les bafouer avec la Terreur et ses massacres: noyades de Nantes, Vendée et guillotine! Spolier les mérites des autres serait un sport national?

  • Comment peut-on croire que Fillon aurait tenue plus ses promesses que Macron lui le vieux politicien habitué aux magouilles?

    • Comment peut-on croire que si Macron avait tenu ses promesses, cosmétiques, la situation différerait significativement de ce qu’elle est ?

  • Comment peut-on croire que Fillon n aurait pas arrosé ces copains avec de l argent public ?

  • en france, tout finit par une chanson.

  • Je ne veux pas être méchant mais quand même…Griveau a une tête de simplet , Darmanin est bigleux…Il Macron les recrute où, chez Pinder ?

  • Dernière trouvaille de ce gouvernement de branques : emm….. les jeunes avec le service national à 16 ans ! Et la propagande voudrait nous faire croire que les jeunes seraient eux-même demandeurs ( lol ) . Bizarre , qu’en j’en parle avec eux , ce n’est pas du tout ce qu’ils me disent . Et qu’est-ce-qu’ils en savent , d’abord , ils ont été leur demander ?

    • Ils imaginent vraiment, et ça montre l’immensité de leur stupidité *, qu’ils peuvent en 3 semaines réparer les dégâts causés par les années et les milliards de l’éducation nationale…

      *  » Ce que l’on appelle la stupidité est en fait le manque de jugement, et une telle affliction ne peut être corrigée.  »

      Immanuel Kant, Critique de la raison pure, 1781

      • Il est évident qu’ils n’ont aucune idée sur la situation du pays qu’ils mènent droit dans le gouffre. Pourtant ils devraient savoir que la remontée des taux va provoquer des conséquences dramatiques.

  • @ jacques , les caisses sont vident , où vont -ils trouver l’argent ? une taxe pour la cohésion sociale !!! DÉJÀ eux , ils n’écoutent
    pas …. Cela ne résout rien… ils sont tellement nul de nul , pour occuper l’espace média..
    mais résoudre les vrais problème là , c’est la fuite en avant !!! tel que réduire la Dépense publique….

  • L’état a perdu toute légitimité quand il ose vouloir imposer au peuple ses décisions!

  • un point positif à l’époque du Service Militaire National ..Cela permetter de découvrir les gens qui ne savaient pas Lire ,Ecrire et Compter….Et permetter de passer le Permis de Conduire VL , MOTO , PL ,transports exceptionnel , d’apprendre un métiers..mécano , conducteurs d’engins , etc ..etc … j’ai connu les entreprises de transports embauché a l’issue de leur service national ..j’ai la chance d’avoir garder des copains de régiment dont certains sommes devenus des amis ….Et puis le brassage d’individu réuni nous à appris à nous connaitre …Pour d’autre cela a été un problème à cause de leurs études aussi
    mais tout n’a pas été négatif…Maintenant faire des sejours de cohésion sociale et civique , attendons d’en savoir plus !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

La violence et la dérision
3
Sauvegarder cet article

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles