Gilets jaunes et choix de civilisation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes et choix de civilisation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 novembre 2018
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le mouvement des gilets jaunes constitue sans doute un signal fort. Il met en évidence des contradictions fondamentales de nos sociétés, qui ne peuvent être surmontées. Il faudra donc en passer par un renouveau civilisationnel, dont personne aujourd’hui ne peut prévoir les tenants et aboutissants, tant notre désarroi est immense.

Nicolas Hulot : plus de taxes et plus de dépenses !

En intervenant dans une émission politique télévisée le 22 novembre 2018, Nicolas Hulot, ministre démissionnaire, a mis en évidence de façon particulièrement nette ces contradictions. Fervent partisan d’une fiscalité écologiste visant à réduire drastiquement la consommation d’énergies fossiles, Hulot a déclaré qu’il manquait « un accompagnement social ». Cette affirmation purement politique a certainement été entendue par beaucoup comme une issue possible. Chacun a compris qu’il fallait d’une part poursuivre la surtaxation des énergies fossiles et d’autre part subventionner d’une manière ou d’une autre tous les citoyens ne pouvant supporter financièrement ce renchérissement.

Tout est donc clair : forte augmentation des taxes et forte augmentation des dépenses publiques. La trajectoire de hausse, déjà fixée pour de nombreuses années pour la taxe carbone, n’est qu’un avant-goût de ce qui attend les contribuables si cette politique est poursuivie. L’accompagnement social aura un coût croissant dans un contexte de croissance économique faible. Dans ces conditions, le poids de la fameuse transition écologique sera si lourd en termes de finances publiques qu’elle a toute les chances de susciter d’autres mouvements de grande ampleur.

Qui payera l’essentiel de cet accompagnement social ? La classe moyenne, qui est déjà accablée de prélèvements obligatoires. Elle ne l’acceptera pas et la sanction politique sera inéluctable. Dans la rue sans doute, mais surtout dans les urnes. Il se trouvera nécessairement un politicien pour saisir l’opportunité en reléguant la transition écologique à une date indéterminée. Trump l’a déjà fait aux États-Unis et d’autres pays développés suivront.

Pas de consensus sur le renforcement de l’interventionnisme

Le programme écologiste conduit, ce n’est une découverte pour personne, à un renforcement phénoménal de l’interventionnisme public. Mais le coût induit est prohibitif. Il ne peut être accepté politiquement par ceux qui supportent déjà le poids écrasant de l’État-providence, c’est-à-dire la classe moyenne occidentale. Celle-ci étant la base sociologique de la démocratie libérale, c’est la démocratie elle-même que l’idéologie écologiste, reprise désormais par les gouvernements, détruit.

Cette remise en cause de nos démocraties rencontre certainement l’adhésion des écologistes militants qui appréhendent l’avenir comme une construction politique entièrement nouvelle sortant de leurs petites cervelles. Mais cette construction politique n’est souhaitée ni par les gouvernements ni par la majorité de la population. La prise de conscience des rapports difficiles entre économie et écologie n’aboutit donc à aucun consensus politique.

Mystique et politique

Le mouvement des gilets jaunes, révolte spontanée d’une partie du peuple contre ses élites, met ainsi en évidence l’impossibilité actuelle de concilier mystique et politique, selon le vocabulaire de Charles Péguy. Selon Péguy, il existe dans une société constituée une représentation abstraite et consensuelle qui préexiste nécessairement au politique. La mystique est un ensemble de valeurs communes, de coutumes, de modes de vie qui se sont forgés au fil de l’histoire et qui suscitent l’adhésion de tous. Le politique n’est que la traduction concrète par des institutions et des compromis de gouvernement de cette mystique.

Le mouvement des gilets jaunes s’est déclenché pour une raison profonde : la rupture de la mystique républicaine. Si les rêves écologistes ont séduit un large public, l’idéologie écologiste ne rencontre l’adhésion que d’un tout petit nombre. Lorsqu’il faut traduire politiquement l’ambition écologiste, qui a quelque part une dimension totalitaire, la mystique populaire se manifeste car un choix de civilisation est en jeu.

Voir les commentaires (93)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (93)
  • si nous sommes en bas de l’échelle en ce qui concerne l’économie et la croissance de notre pays , nous serons au même niveau en ce qui concerne l’écologie ;

    • Nous sommes en bas de l’échelle en ce qui concerne l’économie et la croissance parce que notre super-étatisme consomme beaucoup trop de ressources et étouffe l’économie.
      Par contre en matière d’écologie, puisque l’Etat s’en est emparé pour intervenir, réglementer et taxer, nous devrions être excellents!

  • C’est un fait que l’écologie séduit un large public, c’est un fait aussi qu’il ne veut pas en supporter les coûts, et c’est cette contradiction que le mouvement des gilets jaunes met en évidence depuis sa naissance.

    Pourtant, même si on pense comme Bastiat que « lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche », l’écologie fait alors partie de ces tâches essentielles, au même titre que la gestion des espaces publics.

    Avec le niveau actuel des prélèvements obligatoires, cette crise devrait normalement déboucher sur une redéfinition du périmètre de l’état … enfin ! Mais manifestement c’est là que ça coince, autant chez Jupiter que ses sujets.

    • claude henry de chasne
      24 novembre 2018 at 8 h 23 min

      L’écologie est une idéologie venue ,fort a propos, pour embarquer les rêveurs en mal d’objectifs moraux , puisque le marxisme est mort.
      Les religions ont toujours agité le spectre de l’apocalypse pour capter l’adhésion de ceux qui n’ont pas la capacité de vivre sans croire.
      Là ou on peut voir qu’il s’agit d’une immense escroquerie , c’est qu’elle ne s’attaque pas directement a la société de consommation, aucun anathème contre la publicité, pas de fatwa
      contre le tourisme,.. mais logiquement çà devrait venir

      Elle propose de changer les modes de consommation , les religions aussi ont mis en place des recommandations et des interdits dans ce domaine , çà renforce le dogme.

      « Je mange tel aliment , je m’inscrit dans le camp du bien puisque , cette action va sauver mon corps, et se conçoit dans une forme de socialisation plus juste avec ceux qui l’élaborent » etc..
      Tous ces ressorts on été en leur temps activés par la religion catholique , entre autre,qui a détruit ROME.

      Tout ce qui est industriel est mauvais, tout ce qui procède du confort est mauvais ( il faut souffrir pour etre sauvé) , il faut etre charitable , lutter contre la richesse ,etc.. suivent les lambeaux de l’idéologie socialiste , solidarité , social etc..

      Doit on voir là la main des pouvoirs qui ont toujours utilisé les croyances a leurs profit?
      Jusqu’où la démocratie pourra accepter de plier a ces oukases ?
      C’est toute la question, le fait est que cela devrait s’arrêter, le jour ou çà menacera la puissance de la finance, qui pour l’instant ne voit qu’une source de profits nouveaux, mais quand viendra l’exigence de décroissance.. là..
      ils seront brûlés en place de gréve.

      • C’est votre point de vue, je le comprends et avais pris soin de ne pas prendre position sur le sujet. Il n’en reste pas moins que l’écologie séduit un large public, et je voulais ici mettre en évidence sa contradiction en refusant de faire les choix de priorités nécessaires à la mise en oeuvre de ses aspirations.

        • claude henry de chasne
          24 novembre 2018 at 9 h 46 min

          l’écologie séduit un large public grâce aux moyens que je viens de décrire, ces moyens largement utilisés par les religions sont identifiables..
          Les religions ont aussi séduit un large public, Avec les résultats qu’on sait, guerres, esclavages, etc..
          Construit sur la meme logique le marxisme aussi a séduit un large public, avec les résultats qu’on sait , crimes, famines etc..

          le paradoxe c’est que si le principe a séduit un large public , comme vous dites, çà ne se constate pas dans les résultats électoraux , puisque les verts (supplétifs du PS) ne font pas 3%
          il se sont vus inclus dans la nouvelle majorité puisque comme religion naissante elle est porteuse d’avenir pour contraindre les peuples.
          jusqu’au moment ou le large public s’aperçoit qu’on lui impose les vues sectaires des écologistes pour lesquels ils ne votent pas

      • @claude vous confondez religion et idéologie. Pour moi c’est différent. Une religion devient folle quand elle se mêle du temporel elle devient alors une idéologie. Les religions catholiques et protestantes sont de nos jours (dans nos contrées) revenues à leur place.

        • claude henry de chasne
          24 novembre 2018 at 15 h 24 min

          l’écologie politique est une religion, avec un dogme
          – comme les religions elle ne put pas prouver l’existence de ce qu’elle avance
          _comme les religions elle nous demande de croire
          – comme les religions elle s’appuie sur un futur fantasmé et une menace apocalyptique
          _comme les religions elle dit le « bien » et elle sait le « mal »
          – comme les religions elle veut corriger les hommes pour un monde meilleur
          -comme les religions elle essaie d’imposer ses regles a tous.

          Mais les hommes ne reviendront pas au moyen age et ne renonceront pas a leur liberté et a leur vie.;
          Il vont l’apprendre

          • @Claude vous avez une curieuse vision des religions . Évidemment quand on les croie comme ça on part en courant. Il faut dire que nombreux sont ceux qui ont cette vision,pratiquants ou non c’est déplorable mais c’est ainsi.

        • a partir du moment ou quelque chose vous impose des règles ou une façon de penser c’est dangereux..la religion est dangereuse dans son ensemble.

          • @dekkard ah bon ? Dites moi ce que la religion chrétienne vous impose ?

            • si elle pouvait encore imposer, elle imposerait. quand elle a pu imposer, elle a imposé.
              heureusement, ce temps est terminé pour la religion chrétienne.

            • le baptême..la communion..de juger son prochain parce qu’il n’a pas les mêmes idées que vous etc..

            • La religion chrétienne est comme toutes les « vielles religions » (même si elle a progressée/adaptée depuis la saint Barthélémy » …)
              Elle impose encore la culpabilité aux homosexuels qui « aurait peut être bien des pb de psychiatrie » …!!!
              Il y en a d’autres exemples….
              Mais de toutes les façons comme beaucoup « d’anciennes » religions elle est devenue « has been » avec toutes les « histoires » véhiculées sur le net/média (homophobie, origine de beaucoup de guerre, pédophilie,terrorisme ….) et se retrouve remplacer par des religions beaucoup plus dans « l’ère du temps » comme celles qui nous affirment que « plus c’est naturel plus c’est bon pour l’homme », blablabla !
              Comme toutes les religions, nouvelles ou anciennes, elle est anti sciences et donc anti vérités lorsque celles ci contredisent leurs manipulations!
              Claude henry de chasne à raison à 300%.
              Mais , Il ne peut vous convaincre et c’est normal !
              Par définition une (vos) « croyance » est indestructible ! encore moins avec une argumentation scientifique. Je me répète mais : « Archimède à toujours perdu son combat depuis 2000 ans contre celui qui aurait marché sur l’eau » !
              Aujourd hui c’est « l’écologisme » qui nous envoi tous à la noyade « sous prétexte de nous sauver ! ».
              Nous sauver…. Comme toutes les religions !!!

    • @ cachou42
      Non, je crois que vous n’avez pas tout compris: l’écologie, comme d’autres mouvements dits sociaux, est une prérogative venue de la population puis d’associations qui se sont fédérées et ont abouti à un parti mais aussi à une nouvelle valeur prise en compte, politiquement, la « Nature ».
      Les politiciens étiquetés écologistes n’ont hâte que d’une chose, comme leurs collègues), légiférer pour interdire ou obliger autrui, sous peine judiciaire!
      Sinon, il n’est pas choquant d’orienter mieux la fiscalité sur cet objectif écologique et moins sur le travail salarié: pourquoi pas?
      Mais toute somme d’argent passant par l’autorité publique subit obligatoirement un prélèvement obligatoire d’une « commission » politico-administrativo-organisationnelle: quand l’état s’occupe de quelque chose, ça coûte au pays, quand les bénévoles d’associations le font, ça ne coûte qu’aux bénévoles qui sacrifient leur temps, leurs moyens matériels (auto, téléphone, papiers …).
      Les bénévoles n’alimentent pas la justice ni les relations étrangères, l’état, oui!
      Donc ça coûte plus cher! À tout le monde.
      Et la France qui veut TROP d’état finira évidemment en faillite! Ce n’est que logique!

      • vu les résultats des « écologistes » à chaque élection, on ne peut pas dire que cela vient du peuple !

        • C’est plutôt le peuple qui a été manipulé par les médias et les ONG. Les Occidentaux ne se rendent pas compte que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, ils sont sous Pravda atlantiste, particulièrement en France.
          Lire par exemple « la CIA en France » de Frédéric Charpier

      • @ mikylux L’écologisme est un mouvement (faiblement représenté d’ailleurs), mais pas l’écologie ou la sauvegarde de l’environnement, qui préoccupent la grande majorité pour diverses raisons (peur du futur, santé et confort dans l’immédiat, etc …), qui se situe au même niveau que la gestion de l’espace public.
        Que la gestion par l’état de l’environnement ou de l’espace public entraîne des déperditions est un autre sujet, le même que pour tout ce que prend en charge l’état y compris la police, la justice, les relations étrangères.

        • @cachou42
          Vous croyez que la meilleure gestion de l’environnement passe par l’Etat. En ce qui me concerne, j’observe que la meilleure gestion de l’environnement passe par une appropriation individuelle au plus bas niveau pour la bonne raison que seuls les individus ont une conscience et que cette conscience se développe avec l’expérience et avec les échanges.

          La France est un un pays administré où la compétence est de plus en plus remplacée par la violence. Au cas où cela vous aurait échappé, nos pouvoirs publics sont de moins en moins compétents et cela les rend de plus en plus violents. Pour les écologistes, c’est pareil, plus ils sont incultes, plus ils se prennent pour des génies et plus ils sont violents car ils n’ont pas d’arguments solides.

          Le libéral fait l’inverse : il travaille pour remplacer la violence par la compétence. Pour la gestion de l’environnement, comme pour le reste, la compétence de celui qui sait qu’il ne sait pas et qui est dans un processus d’amélioration permanente remplace la violence d’actions ruineuses par l’efficacité d’actions intelligentes.

          Etc. etc., faites un tiré à part des commentaires de Cavaignac, MichelO, claude henry de chasne qui savent assez en dire à ce sujet pour vous convaincre de l’impasse dans laquelle nous bloque les illusions que vous continuez de vous faire sur l’extension du rôle de l’Etat.

          • « Vous croyez que la meilleure gestion de l’environnement passe par l’Etat. »
            Non, je me contente de replacer l’environnement dans la hiérarchie des biens communs.
            Lisez donc correctement ce que j’écris, et si vous pensez vous aussi que les individus gèrent mieux que l’état, alors allez jusqu’au bout de votre logique en appliquant ce principe à la gestion de l’espace public, la sécurité, la justice.

    • Tout dépend de ce qu’on appelle écologie? Assurer un cadre de vie décent aux générations futures, n’est pas à mon avis une propriété intellectuelle des cocologistes.
      L’écologie séduit lorsqu’elle ânonne des vérités frappées au coin du bon sens: je ne veux pas être empoisonné par la pollution, je ne veux pas vivre au milieu d’une friche industrielle, je ne veux pas voir disparaître les paysages etc. A la limite, nous sommes tous ou presque, des écologistes dans ce sens.
      A cela s’ajoute son côté crypto-marxiste, comme le fait remarquer CHDC, qui séduit quand même beaucoup de Français.
      L’écologie en tant que mouvement totalitaire prônant l’appauvrissement séduit moins, sauf pour des gauchistes irrécupérables enfermés dans une éternelle crise d’adolescence… Ou des tartuffes.

      En gros, l’écologie est un gauchisme, et une caractéristique du gauchisme est de faire appel à l’émotion (la peur, en l’occurrence) pour séduire et culpabiliser. Cela marche… jusqu’à ce qu’on commence à appliquer le programme et que les gens se rendent compte que les fins de mois deviennent difficiles.

    • @cachou42
      Bonjour,
      Je rebonsid sur votre deuxième paragraphe.
      De tout ce que dit Bastiat, l’Etat n’a garanti et ne garantit rien du tout et surtout pas le libre exercice de quoi que ce soit, ne réprime que quelques abus en excluant les siens, ne maintient aucunement l’ordre, n’a assuré et n’assure plus l’indépendance nationale. Qu’il ait éxécuté quelques travaux utiles au public est faux puisque les ministres ne jouent pas de la pelle ou de la truelle et n’a donc rempli aucune de ses tâches essentielles. L’ « écologie » n’est PAS une tâche essentielle. Le seul domaine où il est apte à appliquer l’ écologie, est dans sa sphère gouvernementale, où il peut l’imposer comme modèle.

      « Avec le niveau actuel des prélèvements obligatoires, cette crise devrait normalement déboucher sur une redéfinition du périmètre de l’état …  »
      Avec un tel niveau de prélèvement, nous devrions avoir des hôpitaux au top de la crème de la meilleure technologie de pointe ; des routes planes, des flics des militaires bien payés et qui ont la mission de protégér les droits des habitants, leurs personnes et leurs biens pour le volet « Intérieur » et le pays/territoire pour le volet « Défense », une Justice indépendante, égale aux autres pouvoirs, et surtout pas sociale, mais judiciaire, et puisque c’est l’autre marotte des socialistes une Education Nationale performante, tant au niveau national, qu’international avec des résultats dans au top (vu les prélèvements records mondiaux). Nous en sommes loin.

      • Nous en sommes loin parce que l’Etat a étendu son périmètre à tout et n’importe quoi, en délaissant complètement ses missions premières, pour contrôler le Peuple dont il a une peur bleue.

      • Tout ce que touche l’état est mal géré … très bien, et vous enfoncez une porte ouverte, là.

        Depuis la naissance de ce mouvement, qui est certes parti avec une taxe sur les carburants, je suis consterné par la myopie d’une grande partie de la population :
        Pour la gauche c’est à cause de l’ISF, ici c’est à cause de l’écologie … le problème n’est pas l’environnement ni l’ISF, c’est le périmètre de l’état sur tout le reste !
        Une partie d’eux-mêmes nous le disent (sic) : « on n’a rien contre l’écologie, mais on ne peut plus à cause des taxes ! ». Pourquoi ne pas les écouter, rebondir sur ce message, et utiliser cette fenêtre de tir tellement rare pour nous libéraux, plutôt que de s’exciter sur l’écologie ?

        • Personne n’est contre l’écologie. Mais non au dogme.

        • @cachou42
          Bonsoir,
          « c’est le périmètre de l’état sur tout le reste ! »
          Vous enfoncez aussi des portes ouvertes. De plus, c’est ce que j’ai écrit dans mon commentaire du 24 novembre à 12h55 au desus du vôtre.

          « Une partie d’eux-mêmes nous le disent (sic) : « on n’a rien contre l’écologie, mais on ne peut plus à cause des taxes ! ».  »
          Comme disait l’autre : « Je serai communiste quand j’aurai les moyens. »
          Je les entends les « gilets jaunes » et je les comprends. Je suis à 700€ mensuels, changer de véhicule pour les lubbies écolos me coûtera un bras voire plus. L’augmentation actuelle des taxes sur les carburants entament allègrement mon budget, et les augmentations futures prévues vont me mettre encore plus en délicatesse financière.
          Je l’ai écrit dans un commentaire pour un autre article :
          « Les matins où je me demandent pourquoi je me lève sont de plus en plus nombreux. »
          L’écologie est ce sur quoi certains d’entre nous s’excitent parce que c’est le prétexte de l’Etat pour sa moisson de nos fonds de tiroirs, désespérément vides. On dirait qu’il croit que le Peuple lui cache de l’argent, de la richesse ; argent/richesse qui lui est dû et qui doit passer par lui pour être ‘purifié’.
          Pour ma part il y a longtemps que j’ai compris que l’ « écologie » des écolos est une arnaque, et une simple justification pour ponctionner encore plus fort. Cela date des ampoules « économiques », faites avec des matériaux bien plus polluants que pour une ampoule à filament ; ces dernières étant un problème à l’époque puisqu’elles n’étaient pas recyclées, et restaient sur des palettes dans des entrepôts.

          Quand les élèves de 5ème finissent le chapitre sur le Développement Durable ‘et l’écologie), ils doivent restituer qu’une des conditions pour que le D.D fonctionne, est économique. Si économiquement ça ne marche pas, le D.D ne marche pas.

  • dans la Constitution doit etre inscrit dans la marbre …que tout budget de L’ÉTAT en cours ne peut etre déficitaire !!! Voila une nouvelle norme politique budgétaire…. Et ne pas dire a chaque fois c’est les autres !!!
    Puisqu’ils veulent une autre Politique .Alors qu’ils le mettent en pratique … Voilà ce que le peuple doit demander !!! mrs le maire et darmanin en êtes vous capable de faire un budget sans déficit !!! j’en doute à part d’être
    des moulins à vent de paroles improductifs..
    pas compétents de le faire dehors !!!

  • Bonjour
    Evidemment, il y a un malentendu chez tous. Tout le monde est pour les p’tits oiseaux, l’herbe verte, les champs de coquelicots. C’est la mystique que nous vendent les écologistes. Dans les faits, c’est une régression majeure du standard de vie, avec chute du confort, détérioration de la santé, rétrécissement des possibles.
    Pendant ce temps les politiques continueront de prendre l’avion et de rouler à + de 100km/h sur les départementales.

    • Pour éliminer cette classe de gens, il faut supprimer le berceau : Fermeture au plus vite de l’ENA est la solution. Il reste toutefois ceux en gestation et ceux en activité qui continuent à nous endetter.

      • helaaas supprimer tous les cons est impossible !

      • Cela ne suffira pas. Il faudrait plutôt se poser la question : Quelle est la tare du système qui aboutit à une quasi-exclusivité des petits malfrats lors des élections aux plus hautes fonctions? Autrement dit, pourquoi ce système de sélection par vote, qui ne devrait retenir que les meilleurs, ne fait-il élire que les moins compétents et les plus voleurs?

        • Je propose une hypothèse:
          Un mec intelligent qui bégaie un peu, qui réfléchit ou écoutes ses interlocuteurs, qui admet qu’il doit approfondir le dossier avant de répondre, qui ne réplique pas du tac au tac aux questions menaçantes des Bourdin et autres tribuns des média a t’il une chance ? Non !
          Dans ce pays du paraître, les gens préfèrent les bonimenteurs de foire, les vendeurs de blousons, les grandes gueules sans conscience ayant réplique à tout et à tous sans même ciller,
          D’où le résultat…

          • Je…je…je…plu…plussoie.

            • Et je confirme, Bourdin ne m’a jamais invité. Cela dit, oserait-il ne pas réinviter une personne qui aurait réussi à se faire inviter une première fois, et répondrait ce genre de truc sensé sans fléchir, ça reste à voir.

          • claude henry de chasne
            24 novembre 2018 at 17 h 44 min

            vaut regarder plutôt du coté de ceux qui payent les campagnes électorales..

          • Si Einstein n’a jamais parler d’abeilles, il aurait dit que la troisième révolutions sociétale et celle qui serait la plus bouleversante pour nos sociétés, serait la communication (et il ne connaissait pas internet…)
            Les deux première ayant été pour lui , l’invention de la machine a vapeur ( industrialisation…) la deuxième , l’accès a l’énergie pour tous (société de consommation par la suite…).
            Dans tous les cas , c’est bien la « comm » qui dirige maintenant et non les faits!

    • @ gillib
      Non, pas forcément! Oui ce néo-souci écologique a un effet positif en améliorant notre cadre de vie. Mais rien n’empêche que, chacun pour soi, là où on vit, on améliore l’aspect de l’endroit où l’on vit, pour soi et pour tous ceux qui pourront en profiter, ne fût-ce que par la vue.
      L’écologie (pas l’écologisme politicien) est une partie d’éthique, individuelle selon vos propres idées.
      Qu’il soit pris en compte par les autorités, pourquoi pas?
      Qu’on y greffe législation administration et nominations, POURQUOI?
      Quand on paie une autorité pour un boulot, on attend qu’elle le fasse.
      L’alternative est de le faire soi-même, comme on a envie, et à ses propres frais!
      Le libéralisme c’est choisir, décider et assumer! Pour ça, il faut déjà avoir reçu beaucoup!
      Nous sommes tous nés tout nus et incapables de survivre seul avant des années!

  • bande de frustrés et jaloux !

  • France mondialement connues pour ses greves et maintenant pour ses……!!

  • Le résonnement du réchauffage climatique date de 1903. Arrhenius savant suédois avait trouvé que l’effet du CO2 était bien trop faible pour réchauffer le climat, et qu’il fallait sans doute penser à une rétroaction avec la vapeur d’eau. Un siècle plus tard le GIEC a fait semblant de redécouvrir tout seul cette idée qui avait été abandonnée faute d’avoir pu être validée par des chercheurs scientifiques. Arrhenius regrettait que ce réchauffement, certes très favorable pour accroitre le bienêtre de l’humanité, et ses besoins alimentaires, sera toutefois trop faible et lent pour que celle-ci puisse profiter de tous ses avantages ! Le Pr Jouzel vice-président du GIEC, spécialiste, non du climat, mais de l’analyse des bulles d’air extraites des carottes glaciaires, reconnait que sa méthode confirme un faible réchauffement moyen de 0,1°C par an. Soit seulement 0,85°C en 2100 si on ne fait rien ! Bien loin des chiffres de 2 à 6°C avancés successivement pour émouvoir et engendrer la peur, très mauvaise conseillère. C’est vers 1935 que « l’humaniste » commandant Cousteau, lui, a prophétisé la nécessité absolue de « perdre au moins 350000personnes par jour « afin de sauver l’humanité, et non la planète ! Malheureusement sans indiquer la bonne méthode ! Voilà ce que sont les prémisses de la transition écologique qu’un matraquage forcené permanent des populations veut nous imposer avec son « charisme christique ». Le moment est venu d’éradiquer ce chiisme après diverses tentatives échouées, et dans la moindre douleur. Qui a déjà oublié que Borloo avait achetés 5000 exemplaires du livre de Al Gore, prix Nobel de la paix, pour intoxiquer nos enfants, et qu’il a dû détruire lorsque cette publication a été déclarée fake news en Angleterre. Qui peut ne pas constater que l’inoxydable Merkel a perdu sa Chancellerie en raison de l’échec total de sa « trahison escrologique », aussi chère que dangereuse pour l’équilibre du système électrique européen, dont EDF reste chargée après la perte organisée de tous ses moyens pour ce faire…En entrainant la fuite éperdue de Hulot, Collomb, Le Drian et de quelques députés lucides…

  • Il ne faut pas tomber dans le panneau : l’augmentation du prix de l’essence n’a rien d’écologique. C’est simplement un déguisement inventé par l’état pour prélever 3 milliards d’Euros qui lui manquent pour alimenter notre énorme masse de fonctionnaires. Les gens qui sont dans la rue en ont mare d’être rançonnés. La rançon est toujours de même nature : opaque ! Ici on prétend vouloir sauver la planète alors que le problème est tout autre : comme les Français consomment chaque année un peu moins de carburant, l’état obèse a besoin d’augmenter la TICPE en pourcentage pour compenser la basse d’assiette et ne pas y perdre sur son repas. En d’autres termes, il ne s’agit pas de sauver la planète, mais simplement de punir les Français d’être bons citoyens et consommer moins de carburant !

  • J’adhère dans l’ensemble à votre analyse. Toutefois je pense que les écologistes politiques sont arrivés à concilier mystique et politique.
    pourquoi?
    Lors de le chute du mur de Berlin, gauchiste et pacifistes de « tout poil » se sont trouvés en dés-errance de causes mais n’ont pas abandonnés leurs objectifs qui étaient de « détruire » la société industrielle porteuse, pour eux, de tous les maux de la terre.
    L’écologie politique est devenu un moyen de maintenir leurs visées ( voir Cohen Bendit). Le mouvement s’est agrégé sous une forme soft et a été rejoint par un spectre large de personnes qui va des scientifiques opportunistes au Zadistes les plus violents, le tout habillé de « bonne pensées ». Ils ont pu ainsi formé des partis politiques et infiltré le système démocratique pour le ronger de l’intérieur. Dés lors, ces partis ont représenté une frange de la population suffisante pour que les partis républicain ne puissent plus les contourner s’ils voulaient avoir une chance d’accéder au pouvoir. Il est donc devenu indispensable de caresser les écologistes dans le sens du poil. C’est ainsi qu’est né la mythe du réchauffement climatique, sorte de pierre philosophale, qui justifie de spolier les peuples par l’impôt et d’affaiblir les entreprises par les normes. C’est oublier que les fait sont têtus et que tout cela freine la productivité, tue l’emploi, et par conséquent crée du désespoir.

    • claude henry de chasne
      24 novembre 2018 at 17 h 46 min

      he bien j’espère que la prochaine fois , présenter un programme ecolo garantira de perdre les élections

  • Juste pour le plaisir, j’en remets une couche (il faut bien se défouler !) sur le spectacle lamentable que nous offre aujourd’hui l’état.

    Le propre de l’état Jacobin est de tout vouloir résoudre par le haut, entre énarques. Malheureusement, les réponses inventées tout en haut ne fonctionnent pas :
    – Pourquoi parler de la planète à un infirmier qui n’arrive pas à joindre les deux bouts parce que ses prix sont fixés par l’état et que, maintenant, ce dernier augmente le coût de ses déplacements pour aller chez ses patients ?
    – Pourquoi parler d’une prime à l’achat de voitures à essence, à un peintre en bâtiment qui dispose d’une camionette forcément diésel ? S’il ne peut pas joindre les deux bouts parce que ses prix sont fixés par la concurrence et ses revenus amputés de 50% par l’état, faut-il maintenant lui imposer une punition sur le carburant dont il a besoin pour aller chercher ses clients à 50 km de chez lui ?

    Autre sujet de désarroi de l’état Jacobin : il est structuré de façon pyramidale, avec des « corps intermédiaires » qui servent à protéger l’état des citoyens. Ces corps intermédiaires sont bien évidemment de connivence avec l’état, qui les nourrit, et tout ce beau monde s’entend à merveille derrière les éclats de voix épisodiques. Avec les gilets jaunes, pas de corps intermédiaire : l’état est exposé et aux abois, comme l’ont été Louis XIV et Louis XVI face à la grogne révolutionnaire. Ce n’est pas pour rien que les gilets jaunes veulent aller vers l’Elysée : ils ne veulent pas de corps intermédaires faits de profiteurs prêts à les baiser !

    Dernière contradiction : l’état Jacobin, animé par des gens qui n’ont jamais travaillé ailleurs que dans la fonction publique ou les appareils politiques, possède une vision totalement déformée de la société. A l’époque de F. Hollande, je disais toujours : « si seulement il avait un frère peintre en bâtiment ou boulanger… ». Depuis le haut de la pyramide, où ils sont parvenus à se hisser très jeunes, les membres de la nomenklatura perçoivent la société d’une façon totalement biaisée :
    – Ils comprennent parfaitement le monde de la fonction publique, qu’ils ont toujours côtoyé et qu’ils respectent avant tout,
    – Ils arrivent, grâce aux syndicats qui les y aident (sic), à comprendre le monde des salariés,
    – mais leur vision s’arrête là : le monde des indépendants, professions de santé, artisans, commerçants, etc, échappe totalement à leur écran radar.

    Ils cherchent sans cesse à ramener ces professions au salariat : contrôle du prix des médecins, étatisation du logement social, taxation des revenus dépassant 50%, imposition d’un code du travail fait pour les fonctionnaires et les salariés de grandes entreprises, etc. Si ces gens-là sortent dans la rue avec leur banderole « l’état ruine les citoyens », Macron les qualifiera au mieux, de poujadistes.

    Les gilets jaunes ne demandent rien d’autre que le fait qu’on les laisse faire leur boulot.

    • @MINGOT 48
      Bonjour,
      J’ai regardé la joute verbale entre Mme Mouraud et Mme Marie Lebec députée LREM des Yvelines dans Touche pas à mon poste. Cyril Hanouna y a été moins nul que d’habitude. La députée n’avait qu’un arguement : celle d’une voiture neuve qui consommerait bien moins de carburant. A cela Mme Mouraud lui a répondu en lui demandant comment acheter une voiture neuve avec 900 par mois ?
      Ces « élites » sont comme Marie-Antoinette et sa fameuse phrase « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! »

      • La Clio Zoé de base, la voiture électrique de Renault, coûte plus d’un salaire médian français qui atteint 21.264€ annuels et un peu moins d’un salaire moyen lequel atteint 29.256€ annuels, bruts, en 2014, ou 26.700 d’après le Figaro pour l’année 2015.

        • claude henry de chasne
          24 novembre 2018 at 17 h 47 min

          mefiez vous des ‘salaires médians »

          • @claude henry de chasne
            Bonsoir,
            Pourquoi m’en méfierai-je ?
            De toute façon je ne connais personne qui touche plus que le salaire médian français.

            • claude henry de chasne
              24 novembre 2018 at 19 h 10 min

              ha,ha,ha.. c’est ce que je voulais dire..
              tout ce que je peux dire c’est qu’il y a en france plus de 3000 personnes , hauts fonctionnaires qui touchent 10 fois plus que le salaire médian, mais participent au calcul de la moyenne

              • Le principe du pâté d’alouette :
                Un cochon pour une alouette, ça fait 50% alouette…

              • @claude henry de chasne
                Bonsoir,
                Je sais que moyenne et médiane ne sont pas la même chose. La médiane c’est la barrière : il y a autant qui touchent plus que la médiane et autant qui touchent moins que la médiane. Le hauts fonctionnaires participent aussi au calcul des médianes et « salaires » (dans le sens largement général du terme) moyen, cela reste une rétribution pour un emploi. Par contre, je ne sais pas si les traitements des élus y figurent, et par contre là, ils ne devraient pas : être élu n’est pas un emploi c’est une fonction.

                • @STF
                  emploi ou fonction, peu importe, de toute façon c’est beaucoup de travail et comme tel ça mérite un salaire. De ce point de vue l’élu est un employé recruté sur concours par le peuple et au service de celui-ci pour le représenter. (Divergence de point de vue absolue avec les hommes de l’État qui considèrent que l’élu est là pour les protéger et pour faire accepter au peuple les décisions qu’ils prennent à sa place pour le diriger).

                  • claude henry de chasne
                    25 novembre 2018 at 11 h 17 min

                    certainement , mais etre élu implique d’être présent , au minimum
                    (renseignez vous)
                    et etre « employé  » recruté « par le peuple , vous me faites marrer.;
                    allez voir les conditions de travail des conseillers a la cour des comptes par exemple.;
                    Citation de François hollande
                    « . « Je connais bien cette institution » commence le chef de l’État, lui-même auditeur de la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA, puis il poursuit :
                    « La cour des comptes Je l’ai choisie après l’ENA pour pouvoir trouver le temps de faire de la politique… D’ailleurs, les membres y sont deux par bureau, pour que chaque personne puisse vérifier que l’autre n’est pas en train de dormir »

                    • @claude henry de chasne
                      AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! C’est pour ça !!! Il était tout seul dans son bureau présidentiel, alors il bullait, et quand on le réveillait il se mettait à faire n’importe quoi pour montrer qu’il était là !

  • L’Ecologie n’est qu’un rêve qui atteint les gens au « cerveau rétréci. Ceux qui payent des impôts et des taxes payeront encore plus d’impôts et de taxes au profit de ceux qui ne foutent rien en devenant des assistés.

  • @ jacq , vous avez vu des cons avec des dents !!!

  • Il y a aussi un mensonge originel : la Macronie avait promis par exemple que la suppression de la TH serait compensée par une baisse des dépenses publiques. Avec l’augmentation de la taxe carbone au delà de la trajectoire initiale, on découvre qu’il n’en sera rien et que le gouvernement continue son petit jeu de bonneteau habituel.
    Et une profonde duperie : l’argent piqué aux contribuables ne servira même pas à financer les investissements de la transition énergétique…

  • Le problème de l’écologie est insurmontable : comment faire comprendre à quelqu’un qui n’a pas un rond que la priorité est la sauvegarde de la planète ?
    Et comment une pays peut-il parler de « sauvegarde de la planète » si d’autres pays récusent cela ? la pollution s’arrêterait-elle aux frontières ? en gros, on demande au quidam français de faire un effort financier pour que certains pays « pollueurs » puissent mieux respirer ? c’est le monde à l’envers et Trump l’a très bien compris . . . quand le peuple demande du pain pour manger, dites lui d’aller en acheter avec sa voiture électrique à la grande surface et que pour faire fonctionner sa voiture électrique , les écolobobos ont obtenu la fermeture de plusieurs centrales nucléaires ! ce monde est fou !!!!

    • C’est une manière « élégante » de lui dire que la planète est plus importante que lui, et qu’il peut bien crever pourvu qu’elle survive. Ca a toujours été le message des chefs, c’est juste qu’avec la mondialisation, on a remplacé « patrie » par « planète »…

      • C’est vrai qu’en crevant, ça fera un peu plus de fumier pour que survivent notre « belle planète » !

        • Désolé pour l’humour limite dans ce triste monde, mais cela me rappel une blague « anti socialiste » :
          Pourquoi n’y a t il pas de fleures sur la tombe de Mitterrand?
          parce que ils ont enterré le fumier trop profond!
          et pourquoi est il enterré a JARNAC ?
          Parce que il n’y avait plus de place à JENC…LE! .
          je sort!

    • claude henry de chasne
      24 novembre 2018 at 17 h 52 min

      comment cacher que seuls les gens qui n auront les moyens pourront utiliser touts les ressources?
      c’est pour ç que l’écologie de gauche , solidaire, est une escroquerie
      Si on met une taxe carbone c’st pour empêcher les gens de rouler, si ils n’en ont pas les moyens.. point
      l »objectif étant MOINS DE PÉTROLE pour tous puis plus de pétrole du tout, pour les gueux..
      voila la vérité
      j’en connais qui vont se faire écarteler en place de gréve

  • L’écologie ? ce sont les lendemains qui chantent…..on connaît la suite .

  • Une raffinerie produit deux litres d’essence pour un litre de gaz oil. Le problème est donc d’obtenir les mêmes proportions dans la consommation, ce qui est imposé par les lobbies.
    Le gouvernements aurait pu baisser les taxes sur l’essence, il a préféré augmenter les taxes sur le gaz oil.
    Tout cela n’a rien à voir avec l’écologie (les filtres sont très performants).

  • Que l’état aurait mis à égalité les carburants essence et diesel au même prix , aurait été équitable mais de créer une taxe contre le réchauffement Climatique , mais de là, en exclure le kérosène , cela ne passe pas et puis la jouer droit dans ces bottes , pas de dicussion , j’ai décidé…quel morveux ce jupiter ..

    • Je dirais même : quel m..eux ce JupiTerre…

    • Je pense que le gouvernement aux ordres de l’OTAN s’est aperçu que le raffinage français produisait un excédent de 15 millions de tonnes d’essence et que la consommation de gasoil française obligeait à importer 15 millions de tonnes de gasoil de l’ex URSS. Macron ayant désigné la Russie comme l’ennemi naturel de l’Europe et de la France a donc pris une décision cohérente bien que stupide.

      • La décision cohérente aurait été de baisser la taxation de l’essence et de laisser en l’état celle du gazole. Ajoutons-y faciliter la circulation automobile un peu partout, pour éviter les bouchons, ce qui au final diminuerait la consommation et la pollution.

  • Les réformes de Macron: c’est fini et son quinquennat est mort

  • Et nous avons en plus plusieurs siècles de réserve d’hydrocarbures sous nos pieds!

    • je doute que la France soit un jour une nouvelle arabie seoudite (sinon on l aurait deja exploité) et dans tout les cas, il faut bien comprendre qu il faut non seulement avoir des hydrocarbures mais aussi qu ils soient exploitable pour un cout raisonnable : si la lune serait pleine de petrole ca nous ferait une belle jambe car aller extraire du petrole lunaire serait tellement cher que ca donnerait le litre d essence a 50 €

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture
4
Sauvegarder cet article

Bertrand de Jouvenel a montré que le pouvoir est toujours à la recherche de sa propre puissance. Il est expansionniste par nature. L’évolution depuis la Seconde Guerre mondiale a confirmé cette analyse historique datant de 1947. L’extension du domaine de la sphère publique n’a jamais cessé et les ambitions actuelles des dirigeants n’inversent pas la tendance, bien au contraire. Comment la puissance des États s’est-elle développée depuis trois-quarts de siècle ? Que nous réserve l’avenir ?

Inflation normative et technostructure

Le régim... Poursuivre la lecture

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles