Comment l’URSSAF peut-elle être notre amie ?

Fermé crédits Losselith )O( (CC BY-NC-ND 2.0)

Une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron par un entrepreneur.

Par Jacques Clouteau.

Monsieur le Président,

Vous avez récemment, en une seule phrase, perdu le soutien ou la sympathie de l’ensemble des entrepreneurs français.

Comment l’URSSAF peut-elle être notre amie ?

Avez-vous déjà subi un contrôle de ces gens-là ? Avez-vous déjà eu connaissance de ce qu’ils ont fait subir à de pauvres Français qui avaient organisé une kermesse, ou demandé l’aide de leur père pour couvrir le garage ? Avez-vous déjà subi devant un TASS (tribunal des affaires de sécurité sociale) la morgue et la suffisance de ces personnages ?

Savez-vous que l’URSSAF est le plus grand liquidateur d’entreprises devant les tribunaux de commerce ?

En résumé une entité, la fameuse Sécurité sociale, créée en 1945 pour assurer une certaine sécurité aux citoyens, même en cas d’absence de revenu, en est arrivée 70 ans plus tard à les foutre à la rue et les ruiner quand ils sont incapables de payer l’énormité de ce que leurs bourreaux appellent des cotisations… Cherchez l’erreur…

Vous avez choisi votre camp

Vous avez choisi votre camp, monsieur le Président.

D’un côté des millions de chefs d’entreprise, artisans, commerçants, agriculteurs qui sont la colonne vertébrale de la nation. Et qui se demandent souvent pourquoi ils travaillent…

De l’autre côté des chiens hargneux, une véritable milice qui terrorise les entreprises depuis des décennies, s’arrogeant tous les pouvoirs. Ils doivent être une cinquantaine de milliers qui mettent le pays à genoux.

Monsieur le Président, vous avez choisi cette meute de loups contre ceux qui font vivre la France. Personne ne l’oubliera.

Comme tant d’autres, devant votre jeunesse et votre enthousiasme, j’ai cru, j’ai espéré. Mais si des jeunes de 40 ans en arrivent à affirmer que l’URSSAF est l’amie de ceux qui travaillent, alors ce pays est fichu, et je n’ai plus rien à y faire.

La France est la seule des nations de l’Union Européenne à entretenir une police économique appelée URSSAF, MSA ou SSI. Pourquoi, au nom de quoi sommes-nous condamnés à subir ces humiliations et spoliations perpétuelles ?

De quoi avez-vous peur ?

Je me souviens que la veille de la chute du mur de Berlin, le 8 novembre 1989, les autorités de la RDA affirmaient encore que la STASI protégeait le pays contre les méchants capitalistes venus de l’Ouest, qu’elle était l’amie de la liberté socialiste… Qui y croyait encore, à part les dinosaures que l’Histoire allait balayer en quelques heures ?

Souvent je me pose la question : au nom du Ciel monsieur le Président, de quoi avez-vous peur ? Ces gens-là ont-ils une société secrète qui vous menacerait de mort ? Qu’est-ce qui vous empêche, d’un seul décret, de les pulvériser et de libérer le pays ? Qu’est-ce qui vous empêche de laisser enfin les Français vivre et travailler, pour eux et leurs familles ? Pourquoi nous empêchez-vous de remettre le pays debout ?

L’URSSAF, l’amie des entrepreneurs…

Respectueusement vôtre.