Débat public sur l’énergie : le bal des dupes et des hypocrites

Le débat public pour la Programmation Pluriannuelle de l’Energie s’est révélé être une mascarade idéologique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Débat public sur l’énergie : le bal des dupes et des hypocrites

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 septembre 2018
- A +

Par Michel Gay.

Le débat public pour la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE), dont le Maître d’œuvre était le ministère de l’Écologie, a été phagocyté par l’idéologie et les apôtres des associations antinucléaires.

Depuis février 2018, 90 débats publics ont été organisés en France. S’y ajoutent plus de 40 joutes avec des collectivités territoriales et locales, 7 avec des laboratoires de recherche, 3 avec des chambres de commerce, 2 avec des Grandes écoles1. Les missi dominici n’ont pas chômé…

Hélas, fin avril, le résultat ne fut pas à la mesure de toute cette agitation : le débat sur la PPE n’avait reçu qu’environ 7000 réponses au questionnaire. Le « flop » est d’autant plus remarquable qu’il y avait de nombreuses objections… n’allant pas dans le sens recherché.

L’ambiance devait être morose au ministère de l’Écologie.

Alors, début mai, fut lancée une mise en scène supplémentaire

Le 9 Juin 2018, la « Commission Particulière du Débat Public » a organisé à Paris une réunion  « G400 » suivie d’une autre intitulée « clôture du débat public sur l’énergie», le 29 Juin, au Conseil Économique et Social.

Sur appels téléphoniques, 400 personnes tirées au sort parmi les réponses envoyées sont venues donner leur avis, lesquels « seraient aussi importants que celui des 577 députés » selon le président de séance2. Voilà une sidérante « équivalence de représentation nationale » destinée à compenser l’indigence de la consultation nationale…

Finalement, 339 personnes étaient présentes munies de documentations « orientées » (reçues via courrier ou Internet). Ainsi, une association non représentative (mais ayant l’avantage d’être antinucléaire) et l’ADEME disposaient du même « poids » d’une demi-page qu’EDF et TOTAL parmi les quatre « acteurs de l’énergie » autorisés à s’y exprimer.

Pire encore : les importants rapports de l’Académie des Sciences et de la cour des Comptes brillaient par leur absence totale. C’est une insulte à ces corps de haute qualité !

Après une dizaine de minutes de « débat » au pas de charge sur chacune de la douzaine de questions dotées de sous-questions, le « vote » clôturant le débat a eu lieu.

Dix minutes sur des sujets qui font l’objet d’échanges et de communications diversifiées et complexes depuis plusieurs années…

Dix minutes pour une majorité de gens présents qui ne font guère la différence entre un kilowattheure et un kilowatt de puissance nominale…

Ce débat a été une escroquerie  intellectuelle.

Résultats

Après une présentation rapide en fin de séance le 9 juin, le site du CNDP a publié ses résultats quelques jours plus tard. Certaines valeurs qui allaient à l’encontre de l’objectif recherché ont été modifiées. Il était indiqué discrètement que « ces résultats furent complétés par vote à distance de ceux qui n’avaient pas pu se rendre disponibles3 ». Ils ont osé faire voter les absents.

Ces 61 « votes supplémentaires », soit 18% des vrais participants, pouvaient-ils inverser des valeurs aussi marquées que :

– 86% de « sans opinion » sur la position de la France par rapport à la  « loi de transition énergétique ». Ce qui montre le doute des Français quant à cette « transitude »,

– plus de 65% « sans opinion » sur les fermetures / ouvertures / prolongations des centrales nucléaires,

– 85% déclarent être insuffisamment informés pour agir en faveur de la transition énergétique.

– 624 questions ont été prises en considération par la CNDP4, et 400 réponses furent données, dont certaines sont un verbiage « politiquement correct ».

Dans son discours de clôture du 29 juin, le Président de la Commission Particulière du Débat Public Jacques Archimbaud déclarait5 :

« Alors qu’on suggérait de tous côtés à la Commission de ne pas se focaliser sur l’électricité, les seuls scénarios aboutis, publiés, et mis en discussion, furent ceux qui justement portaient sur l’équilibre offre-demande de cette énergie ».

L’électricité ne représente que 25% de la totalité des énergies utilisées par la France, et les questions plus cruciales (chauffage, transport, industrie,….) ont été esquivées.

Le Ministère de tutelle a délibérément biaisé la « consultation » en cherchant appui sur ses mantras idéologiques. Il devrait être désavoué par le Gouvernement, le Conseil d’État, ou autre autorité responsable.

La France profonde debout contre les manipulations des « pères verts »

Ces autorités vont-elles enfin prendre conscience des réalités en s’appuyant sur les données précises  des Académie des sciences, de Médecine, de la Cour des comptes, et d’associations diverses qui alertent sur les conséquences prévisibles des errements en cours, et rejeter… l’idéologie, le sensationnalisme et les manipulations médiatiques ?

Comment les responsables politiques peuvent-ils accepter des justifications fondées sur des formules d’une sidérante vacuité telles que « l’éolien c’est pas du vent », « il faut faire de la place au soleil6 », et « on est à l’aube d’une révolution dont on ne voit pas encore le point d’atterrissage ».

Tous les  vrais énergéticiens voient, eux, dans les manipulations de cette PPE farfelue en préparation, une forme de crime contre la nation, un précipice qui s’ouvre devant la France….

C’est pire que le « responsable mais pas coupable7 » clamé en d’autres temps dans un scandale qui fit  moins de victimes que celui qui se prépare, s’il arrive à terme.

La réaction salutaire viendra peut-être d’un peuple excédé par les frasques d’une partie de ses dirigeants sous l’influence politique délétère de minorités nuisibles, particulièrement lors d’un prochain hiver comme en 1956 et 1963, avec des centaines de morts lors d’un « blackout ».

Plus loin, plus haut…

Selon le dessinateur Reiser « On vit une époque formidable ! », mais il est temps de sonner l’alerte pour ne pas être victime du « malheur d’une  époque où le peuple d’aveugles est conduit par une poignée  de fous » (William Shakespeare dans le Roi Lear).

Nos élus commencent à réagir : les députés Jean-­Charles Colas-­Roy et Anthony Cellier, soutenus par cent parlementaires, demandent, dans une tribune publiée le 28 Juin par le quotidien « Le Monde » que la PPE fasse l’objet « d’un rendez-vous législatif régulier et non d’un décret gouvernemental ».

Le député Julien Aubert, ainsi que 29 autres de ses collègues, ont demandé le 13 juillet 2018 une commission d’enquête sur le financement des énergies renouvelables.

Le rideau tombera-t-il  sur le bal des dupes et des hypocrites ? Une aube nouvelle se lève peut-être sur la raison et le bon sens…

  1.  Chiffres donnés le 29/06/18 (Mme I.Jarry et M.J-F.Helas).
  2.  Jacques Archimbaud  Président Commission particulière G400 le 09/06/18.
  3.  Relevé sur le document ‘ Résultats G400’ publiés sur le site  CNDP
  4.  Chiffres donnés en introduction le 29/06 (Mme I.Jarry et M.J-F.Helas).
  5.  Relevé sur l’imprimé du discours mis à disposition le 29/06.
  6.  Lors de son discours final le 29/06.
  7.  Georgina DUFOIX, ex ministre de la santé, novembre 91, sang contaminé.
Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • « en même temps », les préconisations d’implanter 6 nouveaux EPR en France auraient fait disjoncter Hulot. Ce qui laisserait à penser que ce débat public n’est que du théatre.

  • Excellent article qui laisse l’impression d’un prêche dans le désert. Déprimant.

    • @ Charles Hirlimann
      Non, l’article n’avance pas le lecteur sur les choix énergétiques et l’initiative publique (remplaçable par un referendum plus démocratique et plus efficace) est un échec cuisant dont on ne peut rien déduire!
      L’article de M.Gay, bien connu comme monomaniaque nucléaire répétitif sur Contrepoints, n’apporte aucun éclairage ni argument nouveau pour une solution de mix énergétique comme en préparation dans les autres pays européens!
      Donc non! L’article rejoint peut-être vos options, mais n’a, en lui-même, que très très peu d’intérêt!
      Comme d’hab’.

  • Bah ! l’idéologie bobo-écolo se fissure un peu partout dans le monde, surtout depuis l’élection de Donald Trump. Ce que dénonce l’article, ce sont les derniers soubresauts : laissons-les agoniser.

  • pourquoi toujours prendre des exemples aux USA

    http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/marie-christine-marghem-mr-je-commence-a-en-avoir-marre-du-petit-catechisme-vert-qu-ecolo-nous-serine-a-longueur-de-pages-5b8ecbfecd708f1e1655f62b

    chaque fois qu’un zinzin vert intervient dans une discussion, je ne manque jamais de lui demander quelle serait selon lui, la mesure défendue et ,à force de lobbying, mise en oeuvre par les politiques frileux, qui aurait bénéficié au genre humain?
    jamais de réponse et pour cause
    tiens une rigolote
    ils « travaillent » à la suppression du changement d’heure,
    que voilà une mesure qu’elle était bonne
    on allait fermer des centrales nucs avec les économies( on nous a aussi fait le coup avec les lampes blafardes, les veilleuses, maintenant avec les halos… et Mme Michu s’émerveille!!!)
    Quelques grincheux, pas encore négationnistes prétendaient, les vendus à bigoil que cela ne servirait à rien,des agriculteurs, ces imbéciles parlaient de problèmes avec le bétail etc…
    Mais le pauvre lobby vert a exigé et obtenu allez comprendre?
    maintenant , ben effectivement cela ne sert à rien, cela à des effets dommageables , donc, on peut espérer que d’ici 10 ans de palabres, ils le feront, mais rien n’est moins sur
    Bon, cela n’a pas coûté une blinde, pas fait des millions de morts, mais c’est très illustratif de ce qui se passe
    Tiens, pour le fun, vous avez déjà examiné comment on a fixé les normes sur les nitrates, un autre scandale sanitaire soulevé par la « garde verte »?

  • Nihil novi sub sole ! (formule qui tombe à pic sur le sujet)
    On nous a déjà fait le coup avec les Assises de la mobilité (sic). Pour avoir participé aux forums, et lu un bon paquet de suggestions, je peux certifier que seules ont été retenus, éventuellement cités, les commentaires qui allaient dans le sens du vent.
    Ces grands pince-fesses médiatiques ne servent que d’alibis consultatifs. Il est évident qu’aucun homme politique n’attend du pékin, même pas moyen, même expert, quoi que ce soit. La messe est déjà dite quand on lance ces âneries.
    Le seul truc sur lequel j’ai un peu d’indulgence, c’est le Grenelle de l’Environnement, en 2007, qui a vraiment fait participer la société civile…

  • Toutes les énergies primaires doivent être transformée en énergies utiles pour la société et seront toujours dépendantes des énergies fossiles (l’extraction, la transformation et le transport des matières premières), un déclin en quantité des fossiles nous amènera au collapse de notre civilisation puisque le PIB est proportionnel à la quantité d’énergie consommée, nul besoin d’être un spécialiste pour comprendre, d’ailleurs c’est exactement la prévision du Club de Rome, revue et confirmée 40 ans après qui disait que l’effondrement aurai lieu durant la première moitié du XXIe siècle. Mrs Philippe Bihouix «l’Age des low tech» ou Guillaume Pitron sur «la guerre des métaux rares» confirment que «Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.» Kenneth Boulding (1910-1993), président de l’American Economic Association.

  • On aimerait que Monsieur Gay se penche sur l’affaire de nos barrages producteurs d’électricité à hauteur de 15 / 20 %, tous vendus au privé – cas unique en Europe ! – lesquels acheteurs sauront pratiquer le yoyo financier via une production électrique dérégulée à leur manière….

    Là, il n’y a pas eu de débat public ou de Gay rapporteur…

    Une honte que cette privatisation de biens communs !

    Lire l’excellent article qui suit. Du costaud très étaillé….

    https://blogs.mediapart.fr/bertrand-rouzies/blog/160618/privatisation-des-barrages-francais-un-acte-de-haute-trahison

    • « lesquels acheteurs sauront pratiquer le yoyo financier via une production électrique dérégulée à leur manière…. »

      Il y a un marché de l’électricité dont la valeur suit les fluctuations de l’offre et de la demande.
      Il est clair qu’avec le développement de l’éolien et du PV, les fluctuations vont flamber… Mais ce développement est la conséquence des décisions de l’Etat sous influence des écolos et non le fait des agissements du secteur privé.

      • Et l’Etat dans sa grande clairvoyance habituelle a parfaitement compris que l’électricité des barrage allait se vendre plus cher du fait de sa souplesse de régulation, et s’est empressé d’en faire profiter les copains en les privatisant 🙂

  • « l’éolien c’est pas du vent », « il faut faire de la place au soleil »

    Je relance d’un « penser printemps » et s’il le faut je peux sur-relancer avec « l’argent ne se mange pas » et même sur-sur-relancer par :

    « parce que nous sommes des enracinés, il y a des arbres à coté de nous et des rivières et des poissons il y a des frères et des sœurs »

    https://youtu.be/cdaRxwsP9-c

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Conflits

L’origine de la décision politique de l’arrêt définitif du réacteur nucléaire surgénérateur Superphénix par le gouvernement de Lionel Jospin le 2 février 1998 s’apparente au fameux « effet papillon » : le battement de l’aile d’un papillon au Brésil peut aboutir à la formation d’un cyclone au Texas ou en Indonésie. Le résultat de cette décision annoncée (elle figurait dans son programme pour se faire élire avec les voix des Verts) fut un désastre technique (abandon d’une filière d’avenir), humain (pertes de compét... Poursuivre la lecture

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

Affiche sur laquelle est marqué : "there is no planet B"
3
Sauvegarder cet article

Le vandalisme se verdit pour paraître acceptable. Si les militants écologistes se sont longtemps vantés d’être non-violents, la multiplication des discours anxiogènes a conduit certaines personnes à radicaliser leurs moyens d’action.

 

Sabotez, il en restera toujours quelque chose...

En octobre 2020, le mouvement La Ronce appelait ainsi à multiplier les actions ciblées de sabotage à petite échelle telles que le débouchage de bouteilles dans les rayons de magasin, crever les pneus des SUV (véhicules utilitaires sport)… pour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles