Budget : la tambouille comptable du gouvernement

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: thierry ehrmann - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget : la tambouille comptable du gouvernement

Publié le 5 septembre 2018
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Le Medef a parlé de tambouille comptable à l’annonce des principales mesures du prochain budget de l’État. Il s’agit pour le moins d’une petite cuisine. Les pensions de retraite, les allocations familiales et les APL baisseront puisqu’elles seront rehaussées de 0,3 % en 2019 quand l’inflation attendue est de l’ordre de près de 2 %. Ce sont donc une fois encore les retraités et les familles qui vont trinquer.

Certes, il serait envisagé de limiter le nombre de contrats aidés à 100 000, mais ça n’est guère un effort puisqu’au 31 juillet 2018 seulement 70 000 contrats de ce type ont été signés. Et le nombre de postes de fonctionnaires ne serait réduit que de 4 500 alors qu’il faudrait un effort annuel cent fois plus important pour se retrouver au niveau de l’Allemagne (en proportion de la population) en trois ans.

La dette de l’État continuera donc d’augmenter, faisant ainsi courir à la France un risque accru de crise, notamment quand les intérêts d’emprunt remonteront, puisque le déficit attendu (2,6 %) se situera sans doute à un point au-dessus du taux de croissance (1,7 % espéré). Quand le taux du déficit par rapport au PIB est supérieur à celui de la croissance, la dette augmente mécaniquement.

Par ailleurs, le gouvernement revient à la politique d’aide au travail avec l’annonce d’Édouard Philippe que « dès le 1er septembre 2019, les cotisations salariales sur les heures supplémentaires seront supprimées pour tous les salariés, dans le privé comme dans le public ». Cette exonération de charges sociales (salariales seulement) souligne encore la déconnexion entre les cotisations et les prestations, elle souligne aussi le fait que les assurances sociales n’ont plus d’assurance que le nom puisqu’elles ont définitivement versé dans l’assistance. Mais surtout, une telle mesure, empruntant en partie au dispositif Sarkozy, qui exonérait en sus ces heures supplémentaires de l’impôt sur le revenu et d’une partie des cotisations patronales, est d’une grande incohérence, comme l’étaient déjà les mesures de 2007 d’ailleurs.

D’un côté, on vous explique que l’impôt sur le revenu doit être progressif parce que plus le revenu est élevé, moins l’effort marginal est important pour payer l’impôt y afférant. D’un autre coté, on prétend qu’il faut aider ceux qui font des heures supplémentaires parce qu’en travaillant davantage ils méritent plus. Donc d’un côté on pénalise et de l’autre on avantage le même revenu. Qu’est-ce que cela signifie ? Juste que l’État veut se mêler de tout et intervenir en toute chose, fût-ce de manière contradictoire. Il adore prendre et donner car cela l’auto-justifie.

En attente de mesures structurelles

Toutes les mesures proposées ne sont que paramétriques et d’aucun effet structurel. Il aurait mieux valu permettre aux salariés de recevoir leur salaire complet (charges sociales salariales et patronales incluses) et de s’assurer eux-mêmes, sauf à aider les plus démunis à cet effet. Un impôt à taux unique et proportionnel aurait également été plus cohérent et incitatif sur le long terme que ces mesures de plus et de moins. D’une manière générale, de bonnes mesures ne pourront être que des mesures objectives, les mêmes pour tous, laissant plus de liberté et plus de choix à tous, donc plus de responsabilité pour travailler, économiser, dépenser…

Certes, le gouvernement dit réfléchir à la mise en place d’une allocation sociale unique –ASU- en lieu et place de diverses prestations : le revenu de solidarité active –RSA-, l’allocation de solidarité spécifique –ASS-, la prime d’activité, les aides au logement –AL-, l’allocation adulte handicapé –AAH-, l’allocation de solidarité pour les personnes âgées anciennement minimum vieillesse –ASPA- et enfin l’allocation supplémentaire d’invalidité-ASI-.

Ce serait une bonne nouvelle si le gouvernement n’avait pas confié cette étude à France Stratégie, agence gouvernementale très orientée idéologiquement et plutôt proche des socialistes, voire d’une gauche plus extrême. Les rapports sur la question établis en février et juin 2018 et remis au gouvernement sont restés confidentiels, à l’encontre de la politique de transparence vantée par M. Macron. Mais un rapport du même ordre a été publié par France Stratégie le 23 mai 2017, qui confondait revenu universel et allocation unique. Et les éléments des rapports 2018, prétendument confidentiels, sont sortis dans certains journaux qui y ont eu accès, mettant ainsi en doute la probité de certains agents du gouvernement et/ou de France Stratégie.

Selon les informations fournies à ce jour, l’objectif, louable, est de simplifier le système et d’éviter que certains petits malins en profitent indûment, ou que d’autres renoncent à leurs droits eu égard à la complexité des formalités requises pour en bénéficier. Le souhait est que l’ensemble des aides soit redistribué à coût global constant, voire à moindre coût. Mais l’obsession de ces rapports, et sans doute celle du gouvernement, est de savoir qui seront les perdants et qui seront les gagnants, et de faire en sorte que ceux-là soient le moins nombreux possible. Ce souci politique n’est pas illégitime sans doute.

Toutefois, il est secondaire. L’essentiel est de savoir ce qui est le plus juste au risque de remettre en cause des situations acquises si elles étaient injustes et sauf à le faire éventuellement de manière progressive pour ne pas accabler ceux dont certains avantages sont remis en cause.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • 2ème présentation de budget ,ou est la réduction de la dépense publique..et de l’arrêt de la hausse du PIB.. et quand il y aura des élections un peu ,beaucoup de manipulation des chiffres !!

  • On est recordman du monde des impôts, taxes, primes, avantages, déductions, réductions, surtaxes, barèmes, tranches, seuils, inégalités, redistributions, niches, …
    La fiscalité est partout, dans tout, elle est prépondérante, et omnipotente.
    Les hauts fonctionnaires et les politiques produits en totale surabondance par l’ENA, en vivent très grassement. Pourquoi changeraient-ils ?

  • En même temps, on a un gouvernement de technocrates et de hauts fonctionnaires.
    Les mêmes qui pondent les lois et les budgets depuis de décennies.

    On ne pouvait pas vraiment s’attendre à ce que la main sur le cœur ils changent du tout au tout du jour au lendemain ?

    Et pourtant l’article donne les bonnes pistes de réforme.
    Mais est-ce que EP ou EM lit contrepoints ?

    • Ces gens-là ont des conseillers qui lisent — ou pas — pour eux et leur font une synthèse de ce qu’ils veulent entendre. Même le Commissariat au Plan, habilement rebaptisé France Stratégie, fait des rapports trop longs pour un EP ou un EM…

  • Unifier l’AAH avec le RSA est un véritable scandale, un de plus dans la longue série de scandales accompagnant la déchéance inéluctable de l’Etat obèse.

    L’AAH est un impératif moral absolu. Le RSA n’est qu’un pis-aller, un piètre traitement social des conséquences du collectivisme obsessionnel de l’Etat parasite, coupable du chômage structurel de longue durée. Les bénéficiaires du RSA sont-ils des handicapés que le sort, les accidents de la vie, empêchent définitivement de s’assumer aussi aisément que leurs contemporains ? Les bénéficiaires de l’AAH sont-ils des individus en pleine capacité de leurs moyens, qui ne peuvent temporairement accéder à l’emploi du fait de l’accumulation de décisions politiques aussi socialistes que stupides, alors que la quantité de travail disponible n’a jamais été aussi importante ?

    En osant proposer de confondre les deux allocations, unification qui interdirait à l’avenir toute politique spécifique au bénéfice des handicapés, l’Etat parasite insulte leurs bénéficiaires respectifs. L’Etat socialiste obèse est plus méprisable que jamais.

  • Vous vous attendiez à quoi? Avec les vrais socialistes et les masqués de droite qui ont rejoint la REM, les choses ne risquaient pas de changer. Et la corruption et le népotisme non plus. Agnès Saal a eu sa promotion grâce à son pote énarque Macron !

  • France et les autres veulent conserver leur fromage .
    Aucune cohérence dans la distribution des aides ……..
    Pourquoi il n’est tojours pas question d’intégrer toutes ces aides dans la déclaration des revenus , pour enfin avoir une idée des vraies ressources de chaque foyer fiscal .
    Trop compliqué ? Mais on installe bien le prélèvement à la source que les entreprises devront gérer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles