Le chômage recule moins vite en France qu’ailleurs en Europe

La France est clairement à la traîne de l’Union européenne, alors qu’elle enregistre un chômage supérieur à la moyenne, elle est le seul pays où le chômage recule en moyenne moins vite qu’ailleurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le chômage recule moins vite en France qu’ailleurs en Europe

Publié le 5 septembre 2018
- A +

Par Nicolas Marques.
Un article de l’Institut économique Molinari.

Les dernières statistiques publiées par Eurostat montrent que la France reste parmi les pays les plus touchés par le chômage, avec un taux de chômage à 9,2 % en juillet 2018, contre 6,8 % en moyenne dans l’Union européenne à 28. Seuls l’Italie (10,4 %), l’Espagne (15,1 %) et la Grèce (19,5 %) enregistrent des taux de chômages plus élevés.

Elles montrent aussi que le chômage reflue deux fois moins vite en France que chez nos voisins. En un an le chômage français a baissé de 0,4 %, contre 0,8 % en moyenne dans l’UE. Le chômage a baissé bien plus vite dans tous les États membres frappés par un chômage significatif, avec des améliorations très marquées à Chypre (-3 %), en Grèce (-2,2 % entre mai 2017 et 2018) ou au Portugal (-2,1 %).

Embellie significative chez nos voisins

Tandis que nous peinons à réduire notre chômage, l’embellie est significative chez beaucoup de nos voisins. Dix pays enregistrent désormais des taux de chômage inférieurs à 5 %. Il s’agit de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Bulgarie, de la Hongrie, de Malte, des Pays-Bas, de la Pologne, de la République Tchèque, de la Roumanie et du Royaume-Uni.

La France est clairement à la traîne de l’Union européenne, alors qu’elle enregistre un chômage supérieur à la moyenne, elle est le seul pays où le chômage recule en moyenne moins vite qu’ailleurs.

Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • rien d’étonnant. et encore ,il y a une manipulation des chiffres.entre ceux qui sont en formation,ceux qui sont exempts de recherche d’emploi,ceux qui sont radié du chômage et le RSA…qui permet le doute des chiffres !!

    • Exact, on estime à plus de 7 millions de sans emploi pour une population de 66.

      • Inexacte, c’est 3 millions de sans emploi, les autres temps partiels subis ou en formation. Un « Rsa » pointe à pôle emploi (sauf cas très spéciaux c’est obligatoire), c’est juste son indemnisation qui change.
        Les comparaisons européennes sont bidons, parce qu’on ne mesure pas la même chose : le handicap ne rentre pas dans les cases chez certains, les minijob et indép. dans d’autres…
        Surtout les dynamiques démographiques ne sont pas les mêmes. En France en moyenne, c’est 140.000 personnes par an en plus sur le marché du travail. En Allemagne c’est l’inverse. Le marché de l’emploi perd chaque année 50.000 individus. Et le nombre de femmes actives à plein temps est bien supérieur en France.

        • Vous ne comptez que les inscrits à pole emploi, mais il faut y ajouter les chômeurs en formation, les exclus, les emplois aidés bidons et ceux découragés qui ne sont inscrits nulle part et se débrouille au noir. Vous marchez dans les magouillage et falsifications des politiciens. Un gogo qui se laisse manipuler par des escrocs!
          Voici ce qui est sur le site de Pôle emploi:
          En moyenne au deuxième trimestre 2018, en France métropolitaine, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) s’établit à 5 627 900. Parmi elles, 3 440 500 personnes sont sans emploi (catégorie A) et 2 187 500 exercent une activité réduite (catégories B, C).
          Alors c’est inexact? J’ai bien précisé Les sans emploi fixe.

        • Vous ne comptez que les inscrits à Pôle emploi, en occultant les chômeurs en formation, les exclus, les emplois aidés bidons et ceux qui découragés ne sont inscrit nulle part et se débrouille au noir. J’ai bien précisé sans emploi fixe! Un gogo qui se laisse manipuler par des escrocs!
          Voici ce que l’on trouve sur le site de Pôle emploi:
          En moyenne au deuxième trimestre 2018, en France métropolitaine, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) s’établit à 5 627 900. Parmi elles, 3 440 500 personnes sont sans emploi (catégorie A) et 2 187 500 exercent une activité réduite (catégories B, C).
          Alors c’est inexact? Il faut y ajouter les DOM-TOM.

          • « on estime à plus de 7 millions de sans emploi pour une population de 66 » je vous cite. Maintenant vous me citez 3,4 millions. C’est pas tout à fait pareil. Une « activité réduite, c’est quoi ? » Des précaires, chômeurs, employés, entrepreneurs miséreux, c’est le résiduel de toute société moderne qu’on ne sait pas classer.

            • Je répète, 3,4 millions ce sont les gens recensés par Pôle emploi, mais il y a tous ceux qui n’ont pas d’emploi fixe car mis en stage pour ne pas y émarger, les 500.000 emplois aidés bidons, les gens qui ne sont plus inscrit et les radiés. En tout cela fait dans les 7 millions!

              • @ Virgile
                Oui! Bref! La France du flou et du mou et du chiffre inexact!
                Mais le chiffre importe peu: face à ses équivalents de l’U.E., c’est moins bien et ça ne change pas, mais sans la cata grecque, ni la bulle immobilière espagnole, ni la « présentation » italienne de ses chiffres plutôt suspects!
                La France a beau se dire co-leader de l’U.E. avec l’Allemagne, en fait, elle reste impuissante à régler ses problèmes!

  • En fait il y a deux chômages : le chômage conjoncturel et le chômage structurel. Ce dernier concerne une population quasi inemployable qui est très élevée chez nous. Le chômage conjoncturel, comme son nom l’indique varie en fonction des hauts et des bas de l’économie. Pour le chômage conjoncturel nous ne devons pas être plus mauvais que les autres mais pour le structurel nous avons un problème majeur.

    • Oui, mais si la distinction structurel/conjoncturel ne donne pas la moindre idée pour améliorer les choses, à quoi bon la faire ? Ca sent encore le « c’est pas moi, c’est l’autre ! »

      • Conjoncturel -> ca s ameliore avec une croissance economique plus forte. Une politique plus pro business suffit en general

        Structurel -> bien plus complique car il faut soit former les gens (si vous avez besoin d informaticiens vous allez pas recruter des CAP maconnnerie) soit les inciter a demenager (pas facile si la personne est scotche avec un credit de 20 ans pour sa maison dans une zone sinistree). Voire pour certains qui on l habitude de vivre d allocation, c est carrement toute une education a refaire …

        • Toujours scotché sur votre idée fixe de crédit à 20 ans… C’est du 5M ❓
          Cela se revend, et ce p.t..n de m.rd. d’état n’a qu’à baisser les taxes, cela se revendra encore plus facilement.
          Et vous croyez qu’un propriétaire va louer comme cela à un type qui sort du chômage : il va se méfier avec tous les devoirs qui lui tombent dessus et ses droits de plus en plus riquiqui.

          • @Michel C.
            Tout se revend certes. Mais qui va acheter une maison a St Etienne, Roubaix ou La Souterraine ? et a quel prix ?
            Imaginez que vous avez acheté a 200 000 avec un credit de 170 000 restant a rembourser et qu on vous en offre royalement 100 000 (et c est probablement bien paye vu qu il n y a pas de demande, vous avez des endroit ou on vend des maison a 1 €). Non seulement vous avez perdu tout votre apport personnel (ce qui en general represente toutes vos economies) mais en plus vous vous retrouvez en negatif de 70 000 …
            Terrible a dire mais dans ce cas, il est plus rationnel de rester a la maison et de faire tirer le chomage jusqu au bout, puis RSA …

            PS: les prix indique ici importe peu. Que ca soit 200, 100 ou 500, l important c est le mecanisme: plus d employeurs fait que les prix s effondrent et donc votre maison vaut moins que le credit qui a servi a l acheter

            • Aujourd’hui aucune banque ne vous prêtera pour acheter dans de tels trous, Saint-Etienne, la Souterraine, Forbach. En général, ils demandent des garanties que peu sont capables de fournir. Dans ces conditions, les biens sont vendus au rabais, donc vous achetez au rabais.
              Vous n’avez peut-être pas suivi, mais les contrats ont tous un alinéa qui spécifie qu’un amortissement extraordinaire peut être demandé par la banque en cas de baisse de la valeur du bien.
              La banque, elle, elle suit la valeur du marché. En cas de baisse du marché, 20%, vous risquez de recevoir un recommandé de la banque, ne pouvant suivre vous vendrez de suite et limiterez la casse.

              Mais au fond, vous pleurez parce qu’un fonctionnaire verrait sa maison perdre de la valeur ? Avec un SMIC qui pourrait acheter une maison à 200000 Euros ❓ Comment obtenez vous la mise de fond importante qui est demandée ❓ 25 % de 170000 ce n’est pas à la portée du smicard. Et qui va avoir 3 SMIC en pleine cambrousse ❓
              Votre exemple est tiré par les cheveux.

              Et encore une chose : il faut être débile pour posséder des avoirs en France quels qu’ils soient : parce que dans ce pays néocommuniste, ils appartiennent d’abord à l’état.

              • @MichelC
                Je doute fort qu aucune banque ne fasse un pret a St Etienne ou Roubaix. Les agences locales des banques doivent bien tourner et donc faire des prets

                Et j ai un exemple dans ma famille ou la personne a achete dans un trou paumé avec aucune activite economique avec quasiment aucun apport personnel (alors que la personne a plus de 60 ans). Je me suis demandé comment un banquier pouvait justifier un pret … meme s il saisit la maison il ne rentrera pas dans ses frais car personne sensé voudra acheter la bas

                PS: comme je l ai indiqué auparavant, les montants en jeu sont purement indicatifs. que ca soit 100 000, 200 000 ou 50 000, le Probleme reste le meme : la personne se retrouve scotche avec sa maison dont personne ne veut et le pret a rembourser. Brader signifie voir ses economies se volatiliser et devoir encore de l argent a la banque car la vente ne couvra pas le pret. donc la decision ratonelle pour un individu sera de rester et de toucher le chomage

        • Exactement ce que je dis. L’histoire du conjoncturel/structurel, c’est juste une excuse pour ne pas se remettre en question : on n’est pas bien pire que les autres sur le conjoncturel, et le structurel c’est trop complexe…

          • Ce n’est pas une excuse, c’est une simple constatation. Quant aux remèdes il y en a deux : l’éducation bien sur et arrêter d’importer des catégories de population inadaptées et sans qualifications qui vont grossir les rangs des chômeurs.

            • Je ne connais qu’une recette : faire payer le travail, pour ceux qui le font et non pas pour l’état et les bénéficiaires de ses largesses redistributives. A partir de là, ceux qui manquent d’instruction ou d’éducation sauront se les procurer pour obtenir le travail qui paie, et ceux qui n’en ont pas envie quitteront le pays ou n’y viendront pas.

            • Le problème ne réside pas que dans l’EN et dans la qualification, il y a aussi la formation professionnelle, qui est une vaste fumisterie qui ne forme pas les sous qualifiés. Il faudrait s’attaquer aux 3 tout d’abord.

          • @ MichelO
            Quand j’ai compris, un jour passé, que le fonctionnaire municipal me demandait sérieusement de prouver ma résidence avec une facture EDF, j’ai compris que j’étais chez des sauvages ou des fous!
            Chez moi, si vous habitez, louez, achetez, construisez quelque part, la « municipalité » est au moins au courant (pas EDF) et la police vous rend visite pour confirmer: le problème est inverse, ici! Le risque (international) est que les prétendus résidents ne le soient pas (pour de pures raisons fiscales, évidemment)!
            Bon! Moi je ne suis pas du tout opposé à la compétition fiscale dans l’€ zone! Si la France veut dépasser la courbe de A.Laffer sur la perception des taxes et impôts, c’est son affaire! Quand on claque plus que ce qu’on gagne, on finit au ruisseau, même si on fait semblant d’être encore une grande puissance impuissante!

  • Les mediocres performances de la France ont plusieurs raisons. On paie les dizaines d annees (depuis Mitterrand) ou on a choisit d abandonner l industrie (comme si les autres pays etaient trop con pour faire de la R&D).

    On paie aussi une mentalite rentiere (le francais moyen investi dans l immobilier (largement subventionne par l Etat : PTZ, APL, Pinel)). Ce tropisme existe meme dans les grosses entreprises: par ex Carrefour vient de se reveiller alors qu Amazon existe depuis pres de 20 ans. Vont il reussir a effacer 20 ans de sous investissement ou se faire manger par Amazon ?

    Apres on a evidement la natalite dont certains sont tres fiers. On produit des bras dont on en sait que faire. Et comme l education nationale est en plein naufrage, on produit peu de cerveaux. Et de toute facon une partie dedits cerveaux vont finir a l etranger car la France leur offre des salaires minables par rapport au coup de la vie (eh oui, booster l immobilier fait que se loger coute cher et la personne n a pas forcement envie d engloutir la moitie de son salaire en loyer/remboursement de credit)

    • le francais moyen

      Vous faites partie de l’élite ❓ Si l’état ne se mêlait pas de tout, y compris de votre PQ, on en serait pas là.

      On produit des bras dont on en sait que faire.

      De bon soldat comme dans tout système socialiste qui se respecte. La RSF y est pile poil.

    • « abandonner »
      Vous voulez dire moins subventionner et diriger que le reste, sans doute. C’est effectivement dommage qu’on ait subventionné le reste, parce qu’on a empêché ainsi le marché de s’orienter vers les secteurs les plus intéressants à chaque instant, et fait peser sur ceux qui auraient pu réussir, la charge de maintenir à bout de bras les canards boiteux.
      Un pays n’a pas de mentalité, il a en France des serineurs de propagande anti-capital anti-entreprises, et des habitants, au départ pas si déraisonnables que ça, qui se débattent dans le maquis des contraintes et des incitations tordues que l’état met à leurs perspectives.

    • Abondonner : non, souvenez vous de Saint-Malo.
      Saborder : oui, c’est plus proche de ce qui se passe.

  • Mais on est champions du monde…

  • Les statistiques nous montrent qu’il y a 9,2 % de chômage, je suppose que ça veut dire de chômeurs(euses).
    Existe t’il des chiffres pour nous confirmer son corollaire, c’est à dire que 90,8% des français qui veulent travailler ont du boulot ?
    Et s’il y a une discrépance, ce que je soupçonne fort, est elle publiée ?

  • en autorisant un RSA +un travail saisonnier à longueur d’année est ce le début camouflé d’un salaire universel !!! quelle sera les conséquence numéraire de ce travail ? est ce une nouvelle formule du prix à payer à l’heure du travail ??

  • Explosion du chômage en juillet 2018 quasiment passé sous silence par les médias aux ordres et la macronie :
    https://www.lopinion.fr/edition/economie/chomage-debat-oublie-160787

  • Il ne recule même pas du tout en fait. Tant que ces c..s de politiciens ne baisseront pas les dépenses et les prélèvements, ne permettront pas de licencier, il ne faut pas rêver. Ils se foutent de la France et des Français, seul se gaver leur importe! La Pologne est à 5% et accueille plus de 1 million d’Ukrainiens et encourage les chrétiens d’orient à venir chez elle !

  • Si les temps d’indemnités étaient plus courts et les conditions de reprise d’un travail plus dures,cela résoudraient certainement beaucoup de problèmes. Quand on parle de période de vacances durant le temps de chômage c’est ce foutre de la gueule des contribuables.

  • pour une fois qu’on est les meilleurs!!
    ahhh..;zut..;on parle du chômage…

  • la France est en pole position dans trois domaines chômage, dette, délabrement du tissus industriel, plus le reste un dictionnaire pour en donner une explication formulée.et ce n’est pas avec les brs cassés au pouvoir que ça changera, ils sont uniquement la pour se remplir les poches.des inutiles pour faire court !

  • le problème de la formation dans les entreprises ,vous former cela a un coup ,et celui que vous avez former va au plus offrant ,aucune contrepartie pour le garder à l’issue de sa formation..Après 2 ou 3 échecs, vous ne former plus c’est un investissement
    conséquent pour l’entreprise ,il faut faire une loi pour garentir le retour à l’investissement 3 ans par exemple.

    • en general, on vous fait signer un papier qui vous indique que vous devez rembourser la formation si vous partez dans une duree inferieur a X mois (dans mon cas je crois que c etait 1 an)

      Apres c est aussi au chef d entreprise de juger les personne qu il va former et motiver la personne pour rester (la motivation n est pas forcement pecuniaire, par ex avoir des horaires flexibles pour mon employeur actuel)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles