Neom, terre d’opportunités pour les entreprises européennes et françaises ?

Le projet NEOM pourrait servir de pôle d’attractivité pour les fonds des entreprises occidentales en quête d’investissements au Proche-orient.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Neom, terre d’opportunités pour les entreprises européennes et françaises ?

Publié le 25 août 2018
- A +

Par Sophie Cho.

Développer l’écosystème innovant saoudien

Le nom de la ville, qui regroupe le mot neo (nouveau en latin) et le M de Mostaqbal (futur en arabe) symbolise la volonté du Prince héritier, Mohammed ben Salmane, de faire entrer de plain-pied la société saoudienne dans le XXIe siècle. La construction devrait commencer en 2025 et durer 30 à 50 ans.

NEOM se rêve surtout en zone de développement économique à la législation et la fiscalité favorables afin d’attirer les cerveaux et les entreprises qui pensent le monde de demain. Lors du lancement du projet, le Prince héritier a ainsi appelé les investisseurs du monde entier à participer à sa construction mais également tous les « rêveurs » à venir vivre et travailler à NEOM.

D’ailleurs, une vidéo de promotion YouTube du projet n’oubliait pas de mettre l’accent sur l’égalité entre les hommes et les femmes au sein de la future ville, sûrement en vue d’attirer une population qui pourrait être réticente à la rigidité sociale actuelle du royaume.

Une ville nouvelle

La ville prévoit d’axer son développement autour de neuf secteurs : l’énergie, l’eau, la mobilité, les biotechnologies, l’alimentation, les technologies digitales, les médias, le divertissement et les nouveaux processus manufacturiers. Pour le Prince héritier « l’accent mis sur ces secteurs stimulera la croissance économique et la diversification (…) la création d’emplois et la croissance du PIB dans le royaume ».

Ce lieu sorti du sable sera un modèle de technologie alimenté par des énergies  propres comme l’énergie solaire et les éoliennes. Transport sans chauffeur, drones avec passagers, biotechnologies… tous les ingrédients de la modernité y seront concentrés. Pour répondre aux besoins colossaux du projet, le pays a d’ores et déjà fait appel à diverses entreprises saoudiennes afin de développer l’écosystème local et de créer des emplois dans ces différents secteurs innovants. Le projet devrait ainsi contribuer à créer 20.000 emplois directs, en plus des 256.000 dans le secteur de la construction.

Dans cette mégapole futuriste, des services tels que l’Internet sans fil à haut débit ou l’éducation en ligne seront gratuits pour les habitants et permettront de stimuler la création et l’innovation. Administrée par une « e-gouvernance », la ville offrira également un environnement sécurisé pour les investisseurs.

Créer des opportunités pour les entreprises étrangères

Ce discours sera vraisemblablement entendu par les entreprises européennes alors que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien et ont réimposé des sanctions économiques aux entreprises occidentales commerçant avec le pays. De nombreux groupes de premier plan comme Total, ENI, Mercedes Benz, British Airways, Lufthansa, Melia Hotel, Siemens ont déjà annoncé leur intention de quitter l’Iran pour éviter d’éventuelles sanctions ou de remettre à plus tard les protocoles d’accords commerciaux en cours de signature.

Le projet NEOM pourrait ainsi servir de pôle d’attractivité pour les fonds des entreprises occidentales en quête d’investissements dans la région. Rappelons que l’Union Européenne est le premier fournisseur du Royaume d’Arabie Saoudite avec 24,5% des parts du marché. Les investissements des entreprises européennes dans le royaume devraient donc également permettre de poser les jalons d’une future participation au projet NEOM et, in fine, de faire de l’Union un partenaire économique majeur du royaume saoudien.

La France, bien positionnée dans le cadre de NEOM

Récemment en tournée dans les pays occidentaux afin d’encourager les entreprises occidentales à investir dans le pays et à soutenir le projet NEOM, le Prince héritier a signé avec le président Macron des accords commerciaux entre entreprises françaises et saoudiennes pour un montant avoisinant les 18 Md$. Si cette visite s’est avérée fructueuse, elle a également permis aux dirigeants de grandes entreprises françaises et européennes de mieux cerner les « besoins » du Royaume et particulièrement concernant le projet NEOM dans un contexte régional particulier… À suivre donc d’ici 2025 !

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • La France est toujours bien placée pour payer mais dès lors qu’il s’agit de faire entrer de l’argent pour enrichir le pays c’est une autre affaire, un peu comme les migrants ! donnez, donnez, soyons généreux. Quant à ceux qui payent « ils n’ont qu’à se débrouiller les sans dents ».

    • @Laurent46 : Vous oubliez un petit détail. Du fait de la faible natalité des pays occidentaux, ceux-ci espèrent pouvoir sauver leur système de retraire (condamné à l’échec depuis toujours) grâce à l’immigration. Par conséquent, il faut cesser de croire que c’est uniquement pour se montrer « généreux » que les Etats-providence occidentaux acceuillent les migrants.

  • « Passe donc chez moi pour le dîner », dit l’araignée à la mouche.

  • Ce serait incroyable que ce projet réussisse, et qu’on assiste à l’émergence d’une sorte de gigantesque Dubaï saoudienne, malheureusement ce projet a toute les chances de se casser la gueu…

    D’une part, il y a beaucoup trop d’instabilité politique en Arabie Saoudite. Dernièrement, cette instabilité politique a provoqué le ralentissement, voire parfois l’arrêt total, de la construction de la Jeddah Tower (censée devenir le plus haut gratte-ciel au monde…)

    D’autre part, aussi paradoxale que cela puisse paraitre aux étatistes/constructivistes, ce projet ne peut réussir que si l’Etat saoudien s’en mêle le moins possible. Or celui-ci cherche à tout prix à lui imposer une direction, genre : « Faut se concentrer sur le secteur des éoliennes plutot que sur tel ou tel autre secteur ! Faut construire un tramway plutôt qu’une autre route, et qu’il passe par ici plutôt que par là ! »

    Au lieu d’admettre que le futur est largement imprévisible et se contenter de permettre au futur d’émerger, l’Etat saoudien a l’arrogance de croire qu’il sait déjà précisemment à quoi ressemblera le futur…

    • @ commando
      N’empêche que les Saoudiens ont l’ambition (et ça, ce n’est pas difficile!) mais aussi les moyens (c’est plus compliqué!) de transformer leur trésor issu du pétrole pour une ambition d’avenir plus durable et c’est très intelligent!

      L’Arabie Saoudite reste un leader historique et puissant dans cette partie musulmane du monde qu’on attendait pas aussi ambitieux et apte à s’adapter autant à la modernité: c’est un fameux projet et défi!

      L’élite saoudienne ne s’est pas formée sur place à la seule école coranique: elle a fréquenté les meilleures universités mondiales!

      Ces gens auront encore tous les moyens pour conserver le leadership national, n’ayez crainte!

  • Quelques exemples contre la mémoire sélective :

    Condamné à la décapitation et à la crucifixion, en 2015 !
    https://www.midilibre.fr/2015/09/23/arabie-saoudite-condamne-a-la-decapitation-et-a-la-crucifixion-a-21-ans,1216805.php

    (sic) extrait :
    « Au moins 2 208 personnes avaient été exécutés en Arabie saoudite entre janvier 1985 et juin 2015, dont près de la moitié étaient des étrangers, des mineurs et des handicapés mentaux ».

    47 exécutions le 2 Janvier 2016
    https://www.rts.ch/info/monde/7379411-de-multiples-condamnations-apres-47-executions-en-arabie-saoudite.html

    Je n’ose pas penser que parmi ceux qui font la « promotion » de ce projet, certains puissent être des opposants à la peine de mort en France !

    Ce pays figure sur la liste de ceux qui interdisent l’entrée de leur territoire à tous les Israéliens.
    (2 médias différents)
    https://fr.express.live/2017/01/31/israel-interdiction-acces-pays-musulmans/

    https://infos-israel.news/16-pays-ont-interdit-lentree-israeliens-decision-de-trump-contre-refugies/

    Petit rappel aux loups déguisés en agneaux pratiquant l’entrisme :
    https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789

    « Je ne parle pas parce que j’ai la force de parler; je parle parce que je n’ai pas la force de garder le silence ».
    A.Y.K

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Artemis 1, la première mission ayant pour objectif le retour des Américains sur la Lune, a pris son envol ce mercredi 16 novembre. On peut voir cet événement comme la manifestation de la volonté des Américains de renouer avec leur dynamisme des années Kennedy. Il faut l'espérer, mais il faut aussi souhaiter que ce dynamisme ait un effet d’entrainement sur les mentalités dans ce que, plus que jamais, on doit appeler « la vieille Europe » dans laquelle s’est enfermée une France fatiguée.

En effet, de ce côté-ci de l’Atlantique il semble ... Poursuivre la lecture

Dessin de Thomas Malthus
4
Sauvegarder cet article

Par Ludger Weß.

 

En compagnie de membres écologistes et de gauche du Parlement européen ainsi que de représentantes d'ONG anti-OGM, le ministère a tenté de faire comprendre au seul représentant de la Commission européenne invité, le Dr Klaus Berend (chef d'unité à la direction générale de la Santé et de la Sécurité Alimentaire de la Commission), les conséquences dangereuses du point de vue des Verts et de la gauche des méthodes modernes de sélection végétale. Si la Commission ose ne pas soumettre les plantes issues de l'é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles