Christel et la Sécu : témoignage d’une patiente

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cancer du sein CC coolcool61

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christel et la Sécu : témoignage d’une patiente

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 août 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Une légende tenace veut que la Sécurité sociale assure une prise en charge optimale des cancers en France. Pourtant, les lacunes des remboursements pour le cancer du sein sont nombreuses et bien connues. Une militante associative du Sud de la France vient de le rappeler dans un courrier au président de la République : les restes à charge pour le cancer du sein sont coûteux.

Elle s’appelle Christel Balme et elle habite Molières-sur-Cèze, dans le Gard. Elle est préparatrice en pharmacie et son histoire est racontée par le Midi Libre.

Elle se découvre un jour atteinte d’un cancer du sein et entame un traitement de cinq mois. Après sa dernière séance de chimiothérapie, elle entreprend de raconter ce qu’elle a vu durant son parcours hospitalier.

Que retenir ?

Christel a perdu 200 € par mois sur son salaire depuis son arrêt maladie. La situation est encore plus difficile pour les travailleurs indépendants : « Une jeune coiffeuse malade a perdu tous ses revenus pendant ses dix-huit mois de maladie. Comment se soigner quand on n’est pas sûr de remplir son frigo ? »

Être malade coûte cher, explique la préparatrice en pharmacie, et les écarts se creusent entre ceux qui peuvent prendre en charge les frais, et les autres, créant une médecine à deux vitesses. « Le cancer ne s’attaque pas qu’à vos cellules, il grignote aussi vos euros. Pour garder figure humaine, et ne pas lire la peine immense dans le regard de ma fille, j’ai acheté une perruque de base, moche, premier prix… à 500 €. »

Gels douche hypoallergéniques, crèmes spéciales, gaines, soutien-gorge, compléments alimentaires, la liste des produits nécessaires pour limiter les dégâts de la chimio ou des rayons est longue, les remboursements, dérisoires.

On le sait, les soins annexes dans le traitement du cancer du sein, et particulièrement les soins de nature « esthétique » sont particulièrement coûteux. Sur tous ces points, la Sécurité sociale, qui dépense chaque année 300 M€ pour rembourser des Doliprane, abandonne les Françaises à leur sort.

On estime que le reste à charge moyen par cancer est de 750 € par an.

___

Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Et pourtant, la sécurité sociale prend en charge des personnes qui ne cotisent pas et n’ont jamais cotisé.

    A défaut de remplacer cet organisme par des assurances privées, si au moins dans un premier temps, le mode de fonctionnement se rapprocher du code des assurances, la prise en charge pourrait être plus importante pour les ayants droit.
    Le principe du « profiteur/payeur » permettrait de dégager des fonds rapidement…

    • En assurance, on ne se concentre surtout sur les grands risques, peu probables. Ce sont les seuls qui valent la peine d’être assurés.

      La sécu fait plutôt le contraire: elle assure bien les petits risques, même s’ils sont quasi certains, comme la visite annuelle chez le dentiste.

      • « En assurance, on ne se concentre surtout sur les grands risques, peu probables. Ce sont les seuls qui valent la peine d’être assurés. »

        Aujourd’hui, nous sommes le 21 Août et non le 1 er Avril !
        Bonne journée

    • Ils s’en foutent que vous cotisiez ou non, ce qui compte, c’est de pouvoir voter à la prochaine. Entre un migrant et un patient atteint d’un cancer incurable, qui choisit-on ?

      Dans le socialisme, les hommes n’existent pas, ce sont juste des variables d’ajustement.

      • @ Théo31
        Dans le néo- ou l’ultralibéralisme aussi!
        Non, si vous avez un cancer du sein (bientôt 1/8 femmes!), oui, vous ne travaillez plus, et vous avez des frais pour favoriser votre apparence: OK. Et là, même la sécu à la française ne vous rembourse pas tout!
        Est-ce anormal?
        Non, la sécu vous permet de vous soigner, pas de rembourser vos perruques, votre gel-douche hypoallergénique (pourquoi?), crèmes spéciales (?), gaine (?) ou soutien-gorge (?) etc …?

        La sécu vous permet déjà de survivre, ce n’est pas si mal!
        Pourquoi devrait-elle payer le reste?
        Par égalité (socialiste) de revenus?
        Pourquoi alors avoir une complémentaire?
        La sécu-santé ne vit que des cotisations des uns pour donner aux malades (moins une belle commission pour payer son administration)!
        Parce que oui, le prélèvement comme la redistribution, ça a un sérieux coût, aussi, et un pouvoir qui ne dépend pas des élections!

        C’est en ça que la France a déliré: l’avortement gratuit mais la naissance (accouchement) payante source de dépenses multiples, après, pendant 20 ans!…
        Comique!

  • et les dirigeants osent dire de la France  » que c’est le pays des droits de l’homme « ; certes , puisque ceux qui n’ont jamais cotisé sont soignés à l’œil grâce à l’AME , et ceux qui cotisent sont mal remboursés ; sans parlé de ceux qui ne peuvent se payer une mutuelle ;

    • L’AME ne sert pas qu’à ses bénéficiaires, c’est aussi une question de salubrité publique pour éviter les épidémies et les contaminations.

      • Les cas de tuberculose à bacilles ultra-multi-résistants sont pris en charge dans des unités hospitalières protégées et fermées mais quand ils ont envie d’aller fumer une clope dans la rue… puis d’aller voir plus loin, le métro, …. Bienvenue en France

      • Les cas que vous évoquez sont minoritaires. Des étrangères viennent faire des FIV en France ou des traitements contre le surpoids. Je me réfère à des exemples précis, il doit y en avoir d’autres.

    • C est l état providence qu il faut blâmer. Pas les hommes qui vivent aux dépends des uns et des autres.

    • @ véra
      La France pays des droits de l’homme? C’est évidemment une légende franco-française! C’est la constitution US qui les a érigés en principes nationaux en 1787! Pas de chance!

      Et oui, les pays démocratiques décident souvent de ne pas laisser les pauvres crever! Ça vous choque?
      Et oui, ceux qui peuvent payer sont invités à participer aux frais des soins reçus: pas plus choquant: ils en sont les premiers bénéficiaires!
      Et pour ceux qui n’ont pas de mutuelle, il reste la CMU, non?
      Alors, basta!

  • Bof, qu’est-ce qu’il en a à foutre, ce sont des « dépenses dingues »…

    • @ JPC1941
      OK! Vous pouvez librement haïr votre président, je n’en ai rien à faire!
      Mais entre le coût des prélèvements (coût à la fois public – cotisants – et privé – « patrons »- !) et la « redistribution » (administration de la sécu, centrale ou plus locale, + les arcanes des textes et leur corrélation orthodoxe avec la situation singulière, que d’argent inutilement dépensé, provenant pourtant du travail mais capté par l’administration française pour ses « menus » frais administratifs!

  • Franchement 750 euros/an pour des dépenses d’esthétique et de régime, 90 % des français les ont sans être malade.
    Je suis sur le blog de la France Insoumise, de Sud Rail ?

    • Voir le commentaire ci-dessous. Ce qui est dénoncé ici, ce n’est pas tant les malades du cancer aient 750€ de reste à charge annuel. Ce qui est dénoncé, c’est la propagande qui nous vante un système qui ne laisse personne au bord du chemin, mais qui se cantonne pour ses remboursements à gérer la bobologie, parce-que c’est ce qui touche tout le monde donc ce qu’on voit le plus.

    • Il s’agit de reste à charge moyen, mais le coût complet, perte de revenus inclus, est de combien ?

  • La seule chose honteuse la dedans c’est d’être forcé de s’affilier à un système d’assurance qui ne fonctionne pas.

  • Je comprends qu’il soit lassé de se répéter, mais l’auteur devrait se montrer moins sibyllin dans ses conclusions, et plus pédagogique.

    Si on ne leur souffle pas la bonne réponse, 9 Français sur 10 tombant sur cet article vont immédiatement conclure « Donc la sécu doit rembourser à 100% ».

    • @ Manchot
      Non! « La santé n’a pas de prix mais elle a un coût! »
      « Tout ce qui est « gratuit » finit par coûter horriblement cher »
      « le reste à charge du patient s’appelle ticket modérateur »: remboursé, il ne modère plus rien du tout!
      Si la sécu rembourse en creusant sa dette, c’est qu’elle est mal gérée!

  • La SS est le bras armé du clientélisme. Pourquoi assurer un cancer quand on que sait les victimes ne seront peut être pas présentes à la prochaine élection ?

  • Je suis formateur indépendant et j’ai malheureusement un cancer de la vésicule biliaire qui m’empêche de travailler depuis janvier de cette année. Pour info, le RSI (ils ont changé de nom mais pas de pratiques) ne me verse aucune indemnité et me renvoit vers la CIPAV qui ne me verse rien du tout également. Aujourd’hui, je vis grâce à la prévoyance que j’avais contracté et grâce à l’assurance qui paie le remboursement de ma maison. Et tout ceci en payant des cotisations depuis des années…

    • C’est lamentable et ce genre de situation va aller en s’aggravant !
      « ça coûte un pognon de dingue ces malades du cancer » nous dirait le jupitérien » !
      Il est évident que lorsque l’on est à son compte, on ne peut se soigner puisque pour le faire, il faut travailler : cercle vicieux me direz-vous mais parfois j’ai simplement envie de devenir un « pauvre » , un migrant, un chômeur ou un « artiste » pour me faire soigner aux frais de la société !

  • Ce genre de cas est devenu courant avec la sécu. le pire c’est que les prélèvements augmentent et que les prestations sont de plus en plus faibles, tout ça en sachant que l’on ne peut aller voir ailleurs.
    Ce que paye le français moyen en assurance maladie sur son salaire est énorme, mais ou part le fric bordel ??

    • Dans les poches des copains de la secu : labos, centres de cure, etc.

      • @ Théo31
        Non, comme pour tout, en France, c’est pour payer l’administration, seule à avoir un intérêt à compliquer les choses pour se créer du travail, de l’emploi à vie pour les enfants pistonnés et du recrutement syndical!
        Les labos ont leurs sponsors et les cures thermales françaises (vacances inutiles à effet purement placébo), ça fait vendre de l’eau en bouteille, ce qui entretient le mythe du même effet chez les curistes. Simple délocalisation de budget!

  • La sécu sert à donner le droit au parti en place de distribuer ou non des goodies à leur électorat. Les bisounours naïfs qui pensent que ça été fait pour le bien des français sont des chair à suffrage. Des vâches à lait dociles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP.

Actualité écologique chargée ces derniers jours. Au menu : incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, convention citoyenne sur le climat et débats sur l’épandage des pesticides à proximité des lieux habités. Pour BFMTV et Jean-Jacques Bourdin, pas d’erreur, qui de mieux que « la première femme de l’histoire de France à accéder au second tour de l’élection présidentielle » pour apporter des informations claires et sérieuses sur ces sujets complexes à des citoyens en plein questionnement ?

C’est ainsi que vendredi 4 ... Poursuivre la lecture

Par Wackes Seppi.

Mme Ségolène Royal, présentement ambassadrice des pôles, a été l'invitée de Bourdin Direct, sur BFMTV le 4 octobre 2019.

Avec elle, on était sûr de faire du buzz.

On ne se refuse rien chez Bourdin Direct

Il a évidemment été beaucoup question de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. La dame a mis de l'huile sur le feu, tant contre Lubrizol que le préfet et les autorités. Elle a aussi louvoyé pour s'approcher par petites touches du critiquable ; et parfois dépasser la ligne rouge comme quand ell... Poursuivre la lecture

Par Jean-Nicolas Boullenois.

De nombreux médicaments dont l'efficacité a été prouvée mettent plusieurs années avant d'obtenir en France l'autorisation de mise sur le marché ou le remboursement par l'assurance maladie.

Un exemple parmi de multiples autres : le Jevtana, du laboratoire Sanofi-Aventis, chimiothérapie utilisée dans le cancer de la prostate métastatique.

La chronologie des faits est éloquente.

Mars 2010 : efficacité démontrée Mars 2010 : les résultats de l'étude TROPIC montrant l'efficacité du Jevtana sont... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles