Chèque-éducation : craintes et objections

Attention : mal mis en œuvre, le chèque-éducation pourrait prolonger la crise des institutions scolaires de plusieurs décennies en fermant complètement l’option de l’autonomie, même si celle-ci est nécessaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
École By: Rahul Narain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chèque-éducation : craintes et objections

Publié le 14 août 2018
- A +

Par Stanislas Kowalski.

On n’aime pas recevoir de conseils, sauf s’ils vont dans le sens de nos préjugés. L’OCDE n’a pas toujours bonne presse dans l’opinion publique, accusée d’être ultra-libérale d’un côté ou d’ajouter une couche de bureaucratie de l’autre, dans tous les cas, d’incarner l’exemple d’une gouvernance mondiale sans légitimité.

Pourtant ses avis ne sont que consultatifs et les données qu’elle produit peuvent toujours alimenter le débat. Un rapport de 2017 souligne l’intérêt des charter schools et des chèques-éducation (vouchers) pour améliorer les performances scolaires. Voilà une thématique chère à Contrepoints.

Mais il faudrait se garder de se précipiter sur les conclusions que l’on chérit. L’intérêt de ce rapport n’est pas dans la confirmation de nos intuitions, mais dans les objections qu’il signale.

En effet, si nous voulons faire avancer nos projets de libération de l’école, nous devons répondre aux craintes de ceux qui s’y opposent. Plus encore, il convient de connaître les effets secondaires et les pièges de nos bonnes idées. Le diable se cache dans les détails. Bien des subtilités réglementaires pourraient réduire à néant les effets positifs du choix de l’école.

Mal mis en œuvre, le chèque-éducation pourrait prolonger la crise des institutions scolaires de plusieurs décennies en fermant complètement l’option de l’autonomie, même si celle-ci est nécessaire.

Que dit le rapport sur les chèques-éducation ?

Dans ce rapport, la première idée intéressante est la redéfinition des sphères publique et privée. On a l’habitude en France de considérer le chèque-éducation comme une mesure libérale, voire ultra-libérale. Mais c’est oublier qu’il s’agit avant tout d’un système d’allocation.

Par nature, il s’agit d’un partenariat public-privé et pas du tout d’un abandon des élèves aux logiques mercantiles. On apprendra, justement, que les écoles à but lucratif sont extrêmement rares au sein de l’OCDE, y compris dans les pays qui ont mis le chèque-éducation ou le choix de l’école au centre de leurs politiques. Dans la plupart des cas, les subventions sont réservées à des organismes à but non lucratifs, comme des Églises, des associations ou des fondations. L’équation autonomie = cupidité ne relève que d’une vulgaire propagande.

Dans le même ordre d’idées, les sondages réalisés en marge de l’étude PISA nous apprennent que la motivation religieuse est relativement rare chez les familles, même si les écoles religieuses peuvent représenter une proportion importante de l’offre privée. Il n’y a aucune nécessité à ce que le chèque-éducation finance les bourgeois ou les curés. Au contraire, ai-je envie d’ajouter, ce dispositif permet de donner à tous le choix qui, sans lui, est réservé aux familles ayant beaucoup d’argent ou étant particulièrement motivées.

Le rapport ne trouve pas une grande corrélation entre la proportion d’écoles privées dans les pays étudiés et leurs performances académiques. Mais il en trouve avec le degré d’autonomie dont jouissent les directeurs et les professeurs. Il y a un risque en effet que la concurrence ne donne pas les effets désirés, si le choix de l’école ne porte sur rien d’important.

Le choix de l’école

Si les écoles sont toutes identiques, le choix des familles est une plaisanterie, quel qu’en soit le propriétaire officiel. D’ailleurs, si les écoles privées sont en concurrence avec des écoles publiques, il convient que ces dernières jouissent également d’une large autonomie, afin de pouvoir réagir aux incitations de la concurrence. « Le choix doit être réel, pertinent et significatif. » Pour que l’émulation entre les écoles les tire vers la qualité, il faut qu’elles puissent se distinguer les unes des autres, notamment sur les méthodes, le programme, l’affectation des ressources financières ou la discipline.

Le rapport précise que c’est au niveau du directeur ou des professeurs que ces décisions sont les plus efficaces, le niveau national donnant les résultats les plus mauvais, tandis que les conseils d’administration et les autorités locales ont des effets médiocres. En élargissant un peu la réflexion, on pourrait affirmer que la liberté des enseignants est une condition de la liberté des familles, et vice-versa.

La sélection des élèves

Si le choix de l’école par les familles est généralement perçu comme positif, la sélection des élèves par les écoles est plus délicate. Il y a, nous dit le rapport, un danger de discrimination sociale, qui ne se retrouve pas partout. Dans certains pays, la liberté scolaire aboutit à une plus grande polarisation des écoles, puisque les écoles privées concernent majoritairement des familles de milieux socio-culturels élevés. Cela dépend notamment de la possibilité, voire de la nécessité, pour les écoles subventionnées d’appliquer des frais de scolarité supplémentaires (cas du Danemark par exemple).

Nous ne serons pas surpris de la difficulté à créer une concurrence non faussée, là où un secteur entièrement financé par l’impôt se trouve face à des écoles qui doivent encore trouver 27% de leurs ressources de façon privée. Le rapport mentionne également la pratique de certains pays qui renforcent les subventions pour les enfants défavorisés ou les leur réservent (Pays-Bas et autres).

Au-delà du souci d’égalité, sur lesquels les auteurs insistent lourdement, et qui mériterait d’être mieux défini, le rapport souligne un problème intéressant du point de vue d’un éducateur. Là où la sélection des élèves est très forte, par exemple au Chili, les performances semblent davantage liées qu’ailleurs au profil socio-économique des familles.

Autrement dit, une bonne école est alors une école qui a de bons élèves plutôt qu’une école qui a de bons professeurs. C’est embêtant. Soit dit en passant, c’est complètement le cas dans un système bancal comme celui de la France, qui n’est malheureusement pas examiné dans ce rapport.

On voit ici l’illustration d’un problème bien connu des économistes. Pour que la concurrence produise les effets désirés et favorise les bonnes pratiques, en l’occurrence pédagogiques, il est nécessaire de diffuser des informations pertinentes et complètes sur les résultats obtenus, afin que les clients fassent des choix éclairés.

La question de la sélection des élèves, ou de son absence, pose une autre difficulté, peut-être plus fondamentale. Ces rapports de bureaucrates ont tendance à envisager la liberté sous l’angle de son efficacité, par rapport à des objectifs économiques ou, ici, académiques. Ce n’est pas si mal, puisque, de fait, la liberté est plus performante à long terme. Mais ils négligent sa valeur intrinsèque. La possibilité de sélectionner des familles qui adhèrent à la philosophie de l’école est évoquée, mais seulement en passant, sans être considérée comme un critère essentiel.

On sentirait même plutôt une frilosité de ce côté. Le rapport se conclut sur un paragraphe assez flou que le corps du devoir ne permet pas vraiment d’expliciter :

Même si une plus grande autonomie des écoles, la décentralisation et un système scolaire plus tourné vers la demande peuvent transférer plus de pouvoir de décision vers les niveaux inférieurs d’un système éducatif, les décideurs politiques au niveau central ont toujours un rôle essentiel à jouer. Ces autorités éducatives développent et maintiennent une vision stratégique et des lignes de conduite claires, et offrent un précieux feedback aux réseaux locaux et aux écoles subventionnées.

Désolé pour le peu d’élégance de la traduction. Ce n’est pas le plus gros souci. Ce que je n’ai pas pu traduire, c’est le sens exact de l’expression « vision stratégique ». Les objectifs que l’autorité supérieure doit imposer : s’agit-il de programmes académiques concrets pour fluidifier le marché éducatif, ou d’un plan de transformation sociétale ? L’analyse ne va pas jusque là.

Constatons simplement que l’OCDE n’est pas si libérale que cela. Que les socialistes ne s’inquiètent pas trop. Il y aura toujours quelqu’un pour reprendre la bride sur le cou du cheval, si celui-ci s’emballe.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Il ne faut pas tout casser brutalement… il faudrait juste autoriser l’emmergence D’établissements totalement autonomes : pédagogie, rythme, recrutements enseignant, etc…
    Y compris au sein des’ établissements existants (si >1/3 élèves et enseignants)
    Établissement de droit privé
    Respect des attendus par cycle.
    Notion de projet pédagogique auquel adhérent les élèves et personnels….
    Possibilité pour l’etablissement de virer élève qui ne respecte pas le projet

    • Qu’est ce donc que ce « projet pédagogique »? les projets « plume dans le … » qui plaisent tant à la carrière des arrivistes peuplant l’administration de l’EN ?

      • Tout son contraire justement….

        Ce que j’appelle « projet pédagogique «  est tout simplement l’annonce claire du «comment » l’établissement ambitionne d’instruire les enfants… sous la direction du chef d’établissement…
        On va y annoncer les méthodes pédagogiques employées, les rythmes… l’organisation, les attendues des enseignants et des élèves, etc…

        chaque établissement pouvant avoir le sien…

  • Rien ne peut être pire que l’éducation nationale dans ce pays!

    Il faut donc la démanteler et ne rien conserver.
    Le chèque éducation, (instruction me semble préférable) est une chance.
    Ne perdons pas notre temps dans les futilités, quand on cherche, on trouve. Le concept est bon, la suite est une question d’adaptation, surtout que de grosses économies sont à la clés.

    • Ne sous-estimez pas le pouvoir de nuisance de la bureaucratie. Ni sa volonté de se défendre. Tous les prétextes seront bons. Je vous fais remarquer qu’on a déjà quelque chose qui se rapproche du chèque-éducation: les contrats d’association. Mais plusieurs dispositifs en neutralisent complètement les effets positifs, notamment des restrictions à la concurrence.
      Il ne suffit pas de tout faire péter. Il faut le faire bien.
      D’ailleurs, l’offre de professeurs n’est pas hyper-extensible. Vous serez bien obligé d’en conserver la majeure partie, avec leur culture du « service public ». Il faut que le résultat soit convaincant assez rapidement pour vous prémunir des retours de flammes.

    • Le cheque instruction est une option pour les parents qui se soucient de l avenir de leurs enfants. C est helas pas le cas de tous.

      Quand j etais gamin, j avais un voisin qui allait a l ecole avec moi et dont le pere etait alcolique. Inutile de dire que pour lui, l important aurait ete une ecole qui lui retrocede le fameux cheque d une facon ou d une autre (probablement pas directement sous forme de pastis mais par ex en faisant que le gamin lui coute rien en habits ou nourriture -> plus pour la bibine)

      Apres il y a aussi des limites a la concurrence. Si vous vivez en ville, vous pouvez envisager de mettre votre enfant dans une autre ecole un peu plus loin. Mais si vous habitez a la campagne, vous allez pas mettre votre gosse dans une ecole qui est a 1 h de voiture -> il ira a l ecole du coin car c est la seule

      •  » vous allez pas mettre votre gosse dans une ecole qui est a 1 h de voiture -> il ira a l ecole du coin car c est la seule »

        Cela s appelle choisir. Tout le monde ne fera pas votre choix.

        Votre idée de rétrocession de pastis ou de liquide pour ne pas habiller le gosse montre juste qu il y a des hommes corrompus. Qui a dit que les hommes seraient vertueux en Liberalie? Jamais vu ça.

        • @aerosolKid
          Il faut deja pouvoir mettre son enfant a une ecole qui vous impose de faire 1 h de voiture pour aller l amener et le chercher. Vous avez des tas de gens qui travaillent avec des horaires qui ne le permettent pas.

          Ensuite ca va etre dur pour l enfant qui va devoir se lever nettement plus tot le matin. Par ex, au lieu de pour arriver a 8:30 vous levez votre fils a 7:30. La ca va etre 6:30 voire plus tot les jour ou il neige par ex

          Sur le pere alcoolique, mon arguement etait qu un cheque education allait penaliser les enfants qui ont de mauvais parents. Mon petit camarade de l epoque n y etait pour rien si son pere preferait le Ricard a l avenir de sa progeniture.

          Si on veut avoir un systeme qui fonctionne mieux que l EN actuel, il faut aussi prevoir les cas deviants. Sinon vous resterez dans un Systeme purement theorique, parfait sur le papier mais qui ne marchera pas en realite et qui sera rejeté par une majorite d electeur (le dernier candidat a la presidentielle qui avait une etiquette liberale c est Madelin et il a fait 5 %)

          • Pour info, les parents ont une responsabilité educative….
            les assistantes’ sociales sont là pour cela…

            D’autre part, rien n’empecherait Les établissements d’accueillir des « cas sociaux «

            • Des enfants ont ete battus a mort par des parents alcooliques ou drogues sans que les services sociaux ne bougent le petit doigt (https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/14/enfants-maltraites-deux-morts-par-jour_3430128_3224.html) , vous pensez serieusement que les services sociaux vont se preoccuper d un pere qui prefere juste le pastis ?
              En tout cas, dans les annees 70 c etait pas le cas

              De toute facon comment allez vous prouver que l enfant a ete mit la juste pour qu il ne coute rien et qu il y ait plus pour la bibine et non pas pour cause de projet educatif ?
              La seule facon de le prouver serait un espionnage de la famille (avec une sorte de Stasi ?)

      • Le ramassage scolaire… c’est souvent 1h 1h30 par jour … aujourd’hui

        • @cap2006
          Je sais, j ai un neveu qui le vit .
          Un ramassage scolaire n est possible justement que si tous les eleves des environs vont dans la meme ecole. Si vous incitez a la concurrence, vous allez avoir plusieurs ecoles et donc plus de ramassage scolaire (ou alors ca va devenir encore plus cher et nettement plus complexe)

          Dans mon ex, je voyais ca comme la personne qui decide de mettre son enfant non plus dans l ecole du village en montagne mais dans une ecole dans la vallee (je reconnais que c est assez lié a mon enfance). Comme vous etes le seul (ou du moins minoritaire), pas de ramassage scolaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Pigeon-Angelini.

Depuis 40 ans, les politiques publiques de l’emploi tentent en vain de lutter contre le chômage en essayant d’agir sur le nombre d’emplois. C’est oublier que le vrai drame du chômage c’est sa durée. Un demandeur d’emploi le reste en moyenne 390 jours ! Chaque semaine gagnée sur cette moyenne est une victoire contre la précarité… et un gain de plus d’un milliard d’euros pour la collectivité. Et si le (ou la) futur président libérait l’accompagnement des chômeurs ?

« Contre le chômage, on a tout essayé ... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer, depuis les États-Unis.

Milton Friedman fut l’un des plus grands penseurs libéraux du XXe siècle. L’un de ses chevaux de bataille principal fut la liberté scolaire, c'est-à-dire le libre choix laissé aux parents de scolariser leurs enfants où bon leur semble en utilisant directement l’argent que l’État aurait autrement injecté dans les écoles publiques.

En d’autres termes, créer une certaine concurrence en éducation pour améliorer toutes les écoles.

Bien que je sois allé à l’école publique, j’ai pu pro... Poursuivre la lecture

plan de relance france
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Aujourd'hui, soyons fous. N'ayons peur de rien, soufflons bien fort dans le appeau à trolls et imaginons que nous ayons toute latitude pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d'en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l'activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n'enrichirait pas tellement le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles