Grève SNCF : 790 millions de perte que les Français paieront

Il n’y aura ni gagnant, ni perdant, aucun responsable, aucun coupable : les usagers seront comme d’habitude les grands oubliés du petit jeu entre hauts fonctionnaires d’un côté et syndicalistes de l’autre.

Par Olivier Maurice.

Imaginez que vendredi, Mark Zuckerberg entre dans la grande salle qui accueille les principaux actionnaires et investisseurs de Facebook, accompagné à sa droite de son directeur des ressources humaines et à sa gauche de son directeur financier et qu’il leur annonce qu’une grève déclenchée à l’issue de l’annonce d’un changement organisationnel a coûté presqu’un milliard de dollars à la société et a perturbé le service pendant 36 jours et gêné tous les clients.

Je pense que, bien que celui-ci soit le fondateur et le principal actionnaire de la société, les questions auxquelles il aurait à répondre ressembleraient plus ou moins à : Qui était en charge de l’opération qui a déclenché ce foutoir ? Qui a été incapable de planifier, d’anticiper, de gérer ? Est-ce qu’il a bien été renvoyé sur le champ ? Pourquoi ça a coûté autant et duré aussi longtemps ? Qui a embauché le responsable de ce fiasco ? Qui était son manager ? Pourquoi il n’a pas été viré plus vite ? etc.

Bref, un sale moment à passer. Je ne suis sans doute pas le seul à m’être retrouvé dans ma carrière dans des situations similaires ou à avoir vu des collègues se faire littéralement coller au mur pour des sommes avec beaucoup (mais vraiment beaucoup) moins de zéros. Ce n’est clairement pas une expérience que l’on peut recommander à quiconque.

Vous pouvez remplacer Facebook par n’importe quelle entreprise, je n’ai choisi celle-ci que parce que son chiffre d’affaire est du même ordre que celui de la SNCF. Il en est que le scénario qui va très probablement se passer ce vendredi 27 juillet lors de la réunion du conseil de surveillance de la SNCF sera sans aucun doute d’un tout autre registre.

790 millions de perte : ni responsable, ni coupable

Revenons donc à la réalité Française : Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF, va entrer dans une salle réunissant les administrateurs du conseil de surveillance, c’est-à-dire 12 hauts fonctionnaires membres de 9 ministères, 4 experts choisis par l’État en fonction de leurs compétences (sic) – dont Valérie Pécresse et le médecin urgentiste Jean Rottner –  et 8 représentants des salariés, chacun parrainé par un syndicat (3 représentants parrainés par la CGT, 2 par l’UNSA, 1 par Sud-Rail, un par la CFDT et un par FO/CFE/CGC).

Autant vous dire que quand Mr Pepy va annoncer les 790 millions d’euros qu’ont coûté à l’entreprise les grèves perlées, il ne sera aucunement question de faire le bilan de l’opération, ni de poser de questions qui fâchent, ni d’ailleurs de prendre le moindre risque d’évoquer n’importe quoi qui pourrait relancer le débat. Et ce pour la simple raison que contrairement à un réel conseil de surveillance ayant comme objet de veiller au bon fonctionnement d’une entreprise et d’en rendre compte aux actionnaires, celui de la SNCF représente les deux camps qui se sont opposés lors du conflit : l’État d’un côté, les syndicats de l’autre. La SNCF, ou plus précisément les dirigeants, les non-grévistes et les usagers, n’ayant pas vraiment eu leur mot à dire.

Il ne sera donc aucunement question d’établir le bilan de ces grèves, d’en rendre compte aux actionnaires de la société (c’est-à-dire l’État) et d’en tirer les conséquences afin que cela ne se reproduise pas dans l’avenir, mais plus vraisemblablement de se mettre plus ou moins d’accord sur l’histoire à raconter afin d’enterrer cette grève inutile (comme l’ont été les grèves précédentes) déclenchée en réaction d’une réforme tout aussi inutile (comme l’ont été les réformes précédentes).

Le pouvoir, enlisé dans l’affaire Benalla fera tout pour éviter un scandale de plus et les syndicats totalement décrédibilisés par une grève qui est loin d’avoir reçu le soutien populaire espéré trouveront cette fois comment se mettre d’accord pour cacher la poussière sous le tapis.

Le désamorçage de l’opération est d’ailleurs déjà en cours : l’État ayant laissé fuiter le montant de l’addition et la CGT ayant lancé subrepticement un préavis de grève pour le jour du conseil de surveillance afin de masquer le plus possible l’événement aux yeux des médias et des usagers.

Ce qui permettra par la même occasion aux usagers de subir un jour de grève supplémentaire et encore plus inutile que les précédents, si tant est que cela soit possible. Le texte incriminé a lui été voté à l’assemblée et au sénat.

Il n’y aura donc ni gagnant, ni perdant, aucun responsable, aucun coupable : les usagers ayant piétiné pendant des heures pour finalement arriver en retard après avoir voyagé dans des conditions épouvantables seront comme d’habitude les grands oubliés du petit jeu entre hauts fonctionnaires d’un côté et syndicalistes de l’autre. Les contribuables épongeront comme d’habitude la dette générée par l’incompétence d’une gestion irresponsable.

Mettre fin à la gestion paritaire

La SNCF est loin d’être le seul organisme en France dont l’organisation, la direction et la gouvernance sont complétement défaillantes, pour ne pas dire inexistantes. C’est malheureusement le lot de pratiquement tous les organismes publics, du syndicat des eaux à la SNCF en passant bien sûr par les organismes sociaux : caisses de retraites, sécurité sociale, pôle emploi …

Ce paritarisme à la Française est une des nombreuses exceptions culturelles dont les politiciens sont si fiers et qui enferme ce pays dans un total immobilisme, empêche toute réforme et fait vivre toute une caste de parasites totalement inutiles et parfaitement indéboulonnables.

Quasiment tous les organismes publics et parapublics en France sont gérés selon ce modèle. Et c’est donc quasiment tout le pays qui est atteint par cette maladie qui se caractérise par deux symptômes bien connus de tous : obésité et déficit. Inutile de chercher des responsables extérieurs (Europe, migrants, mondialisation, banques etc…) à ce cancer : il est bien français et il est tellement horrible à voir et généralisé qu’il est bien plus commode de détourner le regard et de parler de toute autre chose.

Hérité du programme politique du CNR, ce monstre de Frankenstein qui mélange moitié autogestion soviétique et moitié charges aristocratiques façon ancien régime est l’une de ces inventions farfelues dont la France est si fière au moment de leur création et dont elle devient brutalement amnésique devant la réalité de la catastrophe économique quelques années plus tard : Concorde, monorail, nano-réseau, Minitel, etc…

Sauf que là, on ne parle pas de prix au concours Lépine, mais du problème principal qui transforme petit à petit ce pays en république bananière et que contrairement aux désastres cités, le monopole public permet à ces aberrations économiques de subsister aux frais du contribuable.

Le limogeage ou à la rigueur la démission des responsables de ce gâchis qui a pourri la vie de quasiment tous les Français sont le minimum des conséquences que devrait impliquer un tel fiasco.

La refonte des organes de gouvernance de l’entreprise et la constitution d’une véritable équipe de direction ayant à la fois les pouvoirs et les responsabilités nécessaires sont le minimum de réforme auquel les contribuables et usagers sont en droit de s’attendre, à défaut d’une réelle privatisation qui éliminerait tout cet entregent politicien une bonne fois pour toutes.

Ces changements ne sont pas dans la loi qui a été votée, mais devraient faire l’objet d’ordonnances prises dans un délai de 12 mois après la promulgation de celle-ci. Le temps de noyer le poisson et de voir surgir des grèves sporadiques à la moindre tentative de s’éloigner du modèle paritaire et de remettre en cause ses multiples avantages, que ni les syndicats ni les hauts fonctionnaires ne voudront jamais abandonner.