Choisir la liberté, c’est choisir la prudence politique

La liberté, paradoxalement, est le plus souvent un choix de prudence. La plupart du temps, il est plus efficace que laisser les gens décider, quitte à réparer les dégâts si les choses tournent mal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Choisir la liberté, c’est choisir la prudence politique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 juin 2018
- A +

Par Stanislas Kowalski.

Le débat sur le téléphone portable, comme beaucoup de débats, peut se jouer à différents niveaux. Si une interdiction nationale paraît inopportune, il ne faudrait pas trop vite le faire entrer dans les classes. Autorisation ne vaut pas préconisation. En ce qui concerne le téléphone, il ne s’agit clairement pas d’une question de principe, mais d’un problème d’opportunité.

On peut reconnaître la possibilité d’un usage pédagogique, sans pour autant choisir d’utiliser cet outil. Il est bon d’avoir chez soi un tournevis, même si on ne bricole pas. Un smartphone peut servir à lire des e-books, mais dans une école qui dispose déjà d’une bonne bibliothèque, il n’est peut-être pas judicieux de mettre entre les mains des élèves une possible source de distraction. Dans un pays pauvre comme le Cambodge, c’est une opportunité à saisir, compte tenu du prix des livres sur papier et du pouvoir d’achat. L’investissement est vite amorti. Chacun doit être libre de faire les choix qui correspondent à sa situation particulière.

Une concession à la faiblesse humaine

La liberté est aussi une concession nécessaire à la faiblesse humaine. Il faut tolérer certains comportements objectivement mauvais, car la prohibition pourrait faire plus de mal que de bien. C’est la parabole du bon grain et de l’ivraie, pour ceux qui raisonnent avec les absolus d’une religion. Saint Louis n’a pas autorisé les maisons closes parce qu’il avait l’intention de s’y rendre.

Lui-même, bien que porté sur la chose avec 11 enfants au compteur, ne touchait pas son épouse durant le carême. Son premier mouvement a même été d’interdire la prostitution et d’infliger des amendes très lourdes à celles qui s’y adonnaient et à leurs complices. Mais il s’est rendu compte que cela ne marchait pas et il a finalement décidé d’encadrer l’activité qu’il ne pouvait pas empêcher. C’est à cela qu’on reconnaît un grand chef d’État.

La difficulté, bien réelle, est qu’en autorisant une pratique, on prend le risque d’être mal compris et de créer un appel d’air. Milton Friedman, pourtant favorable à la légalisation des drogues, admettait ce problème. Simplement, il estimait, à raison je pense, que les avantages dépasseraient les effets d’une possible augmentation de la consommation. Aujourd’hui, je crois pouvoir dire sans risque que tous ceux qui sont tentés par le cannabis l’on déjà essayé. Le faible nombre de ceux qui profiteraient de la légalisation pour s’y mettre serait compensé par tous ceux qui y goûtent précisément parce que c’est interdit. Primum non nocere, d’abord ne pas nuire.

Assumer ses responsabilités

Il convient de faire attention pour ne pas envoyer un signal erroné. Les gens sont beaucoup trop habitués à penser bien = autorisé, mal = interdit. Il est important de poser les différents aspects de la question avec honnêteté. Le cannabis est objectivement mauvais pour la santé. Il peut également avoir des conséquences sur autrui, notamment au volant. Mais on fait le choix de laisser les gens assumer leurs responsabilités.

Il n’est point nécessaire de se lancer dans une grande vague de rééducation de la population. La pédagogie pour adultes a quelque chose de profondément méprisant. Il suffit qu’on ne mente pas et que le dispositif choisi ne crée pas des incitations grotesques. On comprendrait mal, par exemple, que le cannabis soit légalisé à un prix inférieur à celui du tabac. Légaliser la drogue avec des droits d’accises suffisamment élevés serait une façon très claire d’autoriser sans encourager.

La liberté, paradoxalement, est le plus souvent un choix de prudence. La plupart du temps, il est plus efficace que laisser les gens décider, quitte à réparer les dégâts si les choses tournent mal. Il y a peu de domaines où le rapport s’inverse et où l’interdiction se justifie a priori et où les autorisations doivent être calculées. Même le port d’armes à feu ne présente pas un rapport bénéfice-risque qui implique sans ambiguïté la nécessité d’une prohibition.

Les activités qu’il faut vraiment soumettre à autorisation préalable sont les activités où la probabilité d’un accident est très élevée en l’absence de normes explicites, et où cet accident aurait des conséquences particulièrement graves. On n’installe pas une usine chimique géante ou une centrale nucléaire, sans avoir préalablement prouvé que les précautions nécessaires ont été prises, parce que les accidents peuvent tuer des milliers de personnes innocentes. Mais si quelqu’un veut risquer sa propre vie, je ne vois pas au nom de quoi je l’en empêcherais. Il suffira que je l’avertisse loyalement du danger, pour qu’il prenne sa décision en connaissance de cause.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Enthousiasmé par le titre mais déçu par le développement, à la place des exemples choisis qui sont certes très parlants, j’attendais un discours plus global dans le style de Bastiat ou Hayek sur la dangerosité de l’emprise de l’état sur l’ensemble de la vie de ses administrés.

  • 1. Légaliser la drogue avec des droits d’accise importants revient à passer d’une interdition à une taxe comportementale. C’est d’une parfaite hypocrisie.
    2. Ici comme ailleurs, je ne vois pas ce qui interdit de faire fonctionner honnêtement la loi du marché.
    3. Le cannabis n’est pas objectivement mauvais : dans un monde libéral, n’est objectivement mauvais que ce qui cause du tort à autrui. Seule une drogue qui transformerait à tout coup son consommateur en meurtrier sanguinaire mérite ce qualificatif.
    4. Il en est de même pour la prostitution si elle est librement consenti. Il faut se départir de cette inclination au jugement de valeur, au jugement moral dès que le comportement d’autrui ne nous agrée pas. Ce n’est pas digne d’un libéral.
    5. Le rôle de l’Etat n’est pas d’interdire ce qui n’est susceptible de nuire qu’à nous, ni d’élaborer une version soft de l’interdiction qui passerait par des taxes dissuasives. Sa seule légitimité repose sur la fourniture d’informations explicatives dégagées de toute idéologie hygiéniste.
    En cela j’apprecie particulierement les deux dernières phrases de cet article, même si celui ci contient des passages susceptibles de heurter le lecteur libéral.

    • il n’y a pas besoin d’être un meurtrier sanguinaire pour causer du tort à autrui.
      le cannabis est une drogue lente qui altère la santé, les capacités cognitives, d’attention, la conscience et donc le jugement… Mais cela ne se voit pas tout de suite.

      • « le cannabis est une drogue lente qui altère la santé, les capacités cognitives, d’attention, la conscience et donc le jugement… »
        D’autrui ??

  • Malheureusement en pratique les gens n’assument pas leurs responsabilités, ainsi ceux qui consomment du Cannabis (20 fois plus cancérigène que le tabac) font peser le coût pour le système de santé sur le reste de la société sans compter les conséquences en terme de délinquance et d’incapacité progressive au travail.

    • Ceux qui abusent de la malbouffe aussi (*). Et pour l’instant, se rendre chez McDo n’est pas réprimé par le code pénal…
      * et ceux qui se crament l’été sur la plage (cancer de la peau)… et ceux qui font du ski l’hiver (150000 blessés à l’année)… et ceux qui forcent un peu trop sur la bibine…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par J. Bracken Lee.

C'était, bien sûr, "la patrie des libertés et le pays des braves". Les Américains étaient libres simplement parce que le gouvernement était trop faible pour intervenir dans leurs affaires privées - il n'avait pas l'argent pour le faire - et ils étaient courageux parce qu'un peuple libre est toujours audacieux. La condition de la liberté est la volonté de se tenir debout sur ses pieds.

C'est ce que voulait le premier Américain. Il se méfiait de l’État, surtout s'il était hors de sa portée. Il venait de... Poursuivre la lecture

L'entrepreneur Sébastien Laye a déposé sa candidature pour la présidence des Républicains. Sébastien Laye est diplômé d’HEC Paris et de Sciences Po Paris et titulaire d’un Commercial Real Estate Executive Education Program du MIT (Boston). Entrepreneur dans le domaine de l’immobilier et du financement de l’immobilier (en Europe et aux États-Unis).

Entretien réalisé par Contrepoints.

 

Contrepoints : Quel est votre parcours, qu'est-ce que vous pouvez apporter aux LR que les autres candidats, même putatifs, n'ont pas ?... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles