Inutile prohibition

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
we want beer prohibition credits tony werman (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inutile prohibition

Publié le 11 novembre 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

we want beer prohibition credits tony werman (licence creative commons)

Pour résoudre les problèmes de l’alcoolisme, la prohibition est-elle la meilleure solution ? À travers l’étude de trois cas, le gin en Angleterre au XVIIIe siècle, la prohibition américaine dans les années 1920 et l’interdiction de l’absinthe en France en 1915, François Monti démontre que celle-ci n’a jamais eu les résultats escomptés. Les ligues de vertu publique se sont à chaque fois démenées pour empêcher la consommation d’alcool. Non sans raison, tant les ravages causés par l’alcoolisme étaient importants. Mais la prohibition a, à chaque fois, eu des effets néfastes. Développement des mafias pour vendre de l’alcool de contrebande, essor des alcools frelatés et de mauvaise qualité, déresponsabilisation des consommateurs, effet d’éviction avec une consommation d’autres produits, parfois tout aussi dangereux. Le législateur a dû faire marche arrière : l’Angleterre a finalement autorisé le gin, les États-Unis la vente d’alcool, et la France autorise de nouveau, depuis 2010, la production d’absinthe. Ces trois exemples sont issus de périodes différentes, de milieux culturels et intellectuels différents, mais l’auteur démontre bien que ce sont à chaque fois les mêmes mécanismes qui sont en jeu, les mêmes régulations, et finalement les mêmes conséquences.

La prohibition ne se révèle pas seulement inutile, mais aussi dangereuse. Dangereuse parce qu’elle assure le développement des mafias, parce qu’elle ouvre les voies d’un marché de l’alcool frelaté et nocif, dangereux aussi parce qu’elle brise des industries qui étaient non seulement prospères, mais aussi légales et encouragées par l’État. En France, ce sont les distilleries du Jura et du Doubs qui ont été balayées par l’interdiction de la fabrication d’absinthe. Cela a eu un effet inattendu : elles se sont recyclées dans la distillation de l’anis. L’essor du pastis et la vogue des anisettes trouvent leur origine dans la disparition programmée de la fée verte. Aux États-Unis, ce sont les sodas qui se sont développés dans le sillage de l’interdiction de la vente d’alcool, mais cela a ruiné et la viticulture américaine et le goût américain pour les produits complexes et fins. D’une certaine façon, l’actuelle consommation exagérée des boissons sucrées est une des filles non prévues de la prohibition.

Comment faire alors pour diminuer l’alcoolisme ? Travailler sur ses causes. Si des catégories sociales populaires ont pu trop boire dans les premières décennies du XXe siècle, c’est que leur vie difficile et triste pouvait les y pousser. Favoriser le sport et les activités physiques, comme certains patrons l’ont fait en créant des clubs de foot, mener des campagnes de sensibilisation aux dégâts de l’alcoolisme, comme la fameuse « Quand les parents boivent, les enfants trinquent » sont plus efficaces que les mesures prohibitionnistes. C’est finalement faire confiance à l’éducation et à la liberté. Une confiance exigeante, qui suppose de croire dans les possibilités de l’individu, plus que dans les ressources coercitives de l’État.


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La photo des gentlemen à chapeau défilant tous avec leur écriteau « We want beer », trop mort de rire! Je la garde dans ma collection sous l’intitulé « blague de forum » x-D

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Doriane de Lestrange.

Les mesures de plus en plus dures imposées par les État occidentaux dans le cadre de la lutte contre la pandémie ont deux conséquences principales : modifier la vie quotidienne de toute une population, en lui édictant des comportements à adopter, et créer une importante fracture en son sein. Il y a désormais ceux qui adhèrent et ceux qui résistent.

Cette situation amène à s’interroger sur les diverses méthodes auxquelles le gouvernant peut avoir recours pour amener tout un peuple à prendre telle ou tell... Poursuivre la lecture

Par Mitch Menet.

Annonce tonitruante par notre ministre de l'Intérieur : la lutte contre le fléau de la drogue est en nette avancée.

Analysons d'abord ses propos.

Gérald Darmanin, fier de sa lutte contre la drogue

Gérald Darmanin se félicite qu'on saisisse beaucoup de drogue illégale en France. Il ne songe pas au fait que cela signifie peut-être qu'il y en a juste beaucoup en circulation. S'il s'en félicite, c'est parce qu'il ne conçoit pas cela autrement que comme une lutte manichéenne entre le Bien et le Mal, lui-même é... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

Toute prohibition a pour but (ou du moins, pour conséquence) de modifier le schéma des incitations et des coûts d'opportunités pour diriger le comportement des citoyens et des consommateurs vers des objectifs que le législateur juge salutaires. Cela a été le but de toutes les prohibitions, de l'alcool, de la drogue, de la prostitution, en passant par le contrôle des loyers et du prix du gel hydro-alcoolique ou les prix plancher du travail ; le contrôle des prix des produits agricoles a ses similarités avec ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles