Projet de loi agriculture et alimentation : le lobby bio impose sa loi

Au nom de l’alimentation saine, on assiste à la balkanisation de notre économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Assemblée nationale - Crédit photo : Magali via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Projet de loi agriculture et alimentation : le lobby bio impose sa loi

Publié le 23 mai 2018
- A +

Par André Heitz.

L’Assemblée nationale entame son examen du projet de loi – prenez une grande inspiration – pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable.

Dans le même temps…

Une loi dont l’ambition première était de susciter – par un diktat législatif – la création de valeur ajoutée dans le domaine agroalimentaire et sa meilleure répartition au profit des agriculteurs.

Une loi qui devait aussi être urgente comme en témoignent les pressions mises sur les parties prenantes dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation (clos en décembre 2017) et la décision de la soumettre à la procédure législative accélérée. Mais le calendrier législatif montre qu’elle a rétrogradé dans les priorités gouvernementales. Les agriculteurs attendront, si tant est que la loi ait un effet positif sur leur sort, ce qui est loin d’être démontré.

Une loi, enfin, que le gouvernement a transformé en fourre-tout comme l’indique le titre (qui sera peut-être complété par une référence au bien-être animal). Car, en même temps… air connu… selon l’exposé des motifs :

Dans son discours du 11 octobre dernier à Rungis, en clôture de la première phase de ces états généraux, le Président de la République a rappelé les deux objectifs majeurs attendus de cette vaste consultation : d’une part, « permettre aux agriculteurs de vivre du juste prix payé, permettre à tous dans la chaîne de valeur de vivre dignement », et d’autre part « permettre à chacune et à chacun d’avoir accès à une alimentation saine, durable et sûre ».

En fait, le titre n’est pas exhaustif car le projet contient aussi des dispositions répondant à l’hystérie anti-pesticides (la séparation entre conseil et vente, qui sera sans nul doute (ironie) plus efficace que le régime applicable aux médicaments prescrits par des médecins et vendus par des pharmaciens).

À l’Assemblée nationale, c’est la curée

Les honorables députés s’en sont donné à cœur joie. La Commission du Développement Durable s’est saisie du projet de loi pour avis : 415 propositions d’amendement pour un texte de 17 articles, et 99 adoptées.

Le projet a été renvoyé à la Commission des Affaires Économiques : 2017 propositions d’amendement et 234 adoptées. De 17 articles, le projet de loi est passé à… 54 ! On trouvera une version consolidée et annotée ici.

À l’heure où nous écrivons, les services de l’Assemblée Nationale ont mis en ligne 772 propositions d’amendement déposées pour l’examen en séance publique (jusqu’à l’article 10).

Une merveilleuse usine à gaz

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement à l’article 11, intitulé « Accès à une alimentation saine », qui traite des obligations des « restaurants collectifs dont les personnes morales de droit public ont la charge » en matière d’approvisionnements. C’est un véritable exercice de contorsionnistes.

Selon un procédé maintenant bien rodé, qui a la faveur des gouvernements et des législateurs démagogues, la loi dispose pour une échéance un peu lointaine : le 1er janvier 2022. Au moins serons-nous encore en Macronie…

Bio, local, labellisé… équivalent…

À cette date, « les repas servis […] comprennent une part de 50 % de produits » – 50 % en valeur – définis en termes d’origine dans pas moins de six alinéas dans le projet issu de la Commission des Affaires Économiques.

Mais il a fallu cacher dans le projet de loi la finalité réelle : promouvoir le bio (étendu aux produits issus d’exploitations en « conversion »). Le bio est donc cité au second rang. Il est tout de même prévu dans un alinéa ultérieur qu’il devra faire 20%. Cela laissera 30% aux autres produits, lesquels ne « bénéficient » d’aucun quota particulier.

Il a aussi fallu éviter au mieux les écueils des grands principes juridiques du droit français et européen, notamment du point de vue des règles de passation des marchés publics (il y a des explications dans l’étude d’impact).

Alors, comment répondre à une autre lubie de la bien-pensance et privilégier – en principe – les producteurs locaux ?

(par des produits) acquis selon des modalités prenant en compte les coûts imputés aux externalités environnementales liées au produit pendant son cycle de vie.

Imaginez le pauvre gérant de services de restauration calculant les « externalités environnementales » de tomates transportées par semi-remorque depuis l’Espagne et de tomates locales produites en serre et livrées en camionnette… L’usine à gaz législative pourrait aussi livrer bien des surprises, car local ne rime pas forcément avec environnemental !

Pour que la ficelle ne soit pas trop grosse, et les récriminations trop importantes, les [50 % – 20 % = 30 %] peuvent aussi inclure des produits bénéficiant d’un signe de qualité, d’une indication d’origine ou d’un écolabel, ou encore issus d’une exploitation ayant fait l’objet d’une certification environnementale ; ou encore des produits équivalents. Bref, c’est de la magouille législative.

… et équitable

Ce n’est pas tout dans Boboland. Les députés ont ajouté :

Les personnes morales de droit public mentionnées au premier alinéa du I du présent article développent par ailleurs l’acquisition de produits issus du commerce équitable tel que défini à l’article 60 de la loi n° 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises.

Une demande sociétale ? Vraiment ?

Selon l’exposé des motifs, « [l’article 11 répond à une demande sociétale d’évolution des produits proposés par la restauration collective publique. » Alors, le gouvernement répond par des dispositions dont il sait qu’elles sont foncièrement inapplicables et désastreuses. Mais nous anticipons…

Au fait… où est cette demande sociétale ? Il s’agit du fruit de l’imagination de manœuvriers activistes (des ONG entretenant et développant leur fonds de commerce, dont certaines servent de faux-nez pour des intérêts économiques), économiques (le biobusiness) et politiciens. Les « attentes » sont artistiquement présentées et diffusées par des médias et les réseaux sociaux. Ainsi, selon l’étude d’impact, qui se réfère très largement à l’Agence Bio – malgré son conflit d’intérêts patent – « 77 % des Français attendent des produits « bio » dans les hôpitaux [etc.] » Vraiment ? Quel crédit accorder à un sondage qui n’expose pas les tenants et les aboutissants de la réponse à une question simpliste ?

Un attrape-votes macronien et une insulte aux agriculteurs

Parmi les manœuvriers politiciens, il y a un certain… Emmanuel Macron dont le programme, dans sa composante « environnement et transition écologique » (oui, oui…), disait :

Nous aurons une alimentation plus saine, grâce à une agriculture plus performante. La France doit devenir leader de l’agriculture écologique. Nous sommes le premier pays agricole d’Europe et c’est le présent et l’avenir de notre agriculture qui se joue dans notre pays.

D’ici à 2022, l’ensemble de la restauration collective – les cantines des écoles et les restaurants d’entreprise – devra proposer au moins 50% de produits biologiques, labels de qualité, ou local.

Chacun pourra manger mieux, tout en soutenant nos agriculteurs et en particulier ceux qui sont en transition.

C’est un chef-d’œuvre d’âneries, mais ça plaît…

La prémisse de ce point de programme est que l’agriculture dite « conventionnelle » ne nous offre pas de produits sains – à la rigueur que l’agriculture dite « biologique » nous offre des produits « plus sains que sains ». C’est une véritable insulte à l’agriculture qui nous nourrit, aux agriculteurs et à la filière agroalimentaire.

Les objections du Conseil d’État ? Ignorées…

Que l’on mette les faits sur la table pour voir s’il y a vraiment une « demande sociétale »… En réalité, les faits sont déjà sur la table. Cela pose d’importantes questions sur le fonctionnement de notre démocratie, mais ce n’est pas le sujet de ce billet.

Le Conseil d’État a opiné :

Le Conseil d’État ne peut donner un avis favorable à ces dispositions. S’il partage les objectifs poursuivis par cette mesure, il estime que la disposition législative qui lui est soumise, très contraignante et d’une grande complexité, est contraire à l’impératif de simplification des normes. […] Au surplus, il relève que ces nouvelles dispositions ne sont pas cohérentes avec les règles de qualité nutritionnelle des repas prévues par l’article L. 230-5 du Code rural et de la pêche maritime et que leur articulation n’est pas précisée.

Que faut-il en conclure ? Que le gouvernement passe outre. Que les honorables députés non seulement passent outre mais encore en rajoutent dans les contraintes et la complexité.

Une étude d’impact propagandiste qui n’arrive pas à cacher l’implacable réalité

Il y a aussi une étude d’impact… enfin un document qui porte ce titre. Mais il est intéressant.

Il est relevé que « [l]’incorporation de produits biologiques dans les repas servis en restauration collective publique a fait déjà l’objet d’initiatives volontaires » – déjà lors du Grenelle de l’Environnement – mais que « [c]ette recommandation a été très faiblement suivie d’effet malgré la mise en place d’outils d’accompagnement ». Et donc « [c]e constat d’échec justifie désormais d’inscrire dans la loi une obligation afin d’utiliser la commande publique comme un levier ».

Manifestement, il n’est venu à personne l’idée que l’échec était tout simplement inéluctable.

Passons sur l’argumentaire qui relève en grande partie de la propagande et de la méthode Coué pour arriver à ce morceau de bravoure :

Il ressort des échanges avec Agores, l’association nationale des directeurs de la restauration collective, qu’il est permis d’estimer que l’introduction de 50% de produits bio ou répondant à une démarche de développement durable conduirait à un surcoût estimé à 20% en moyenne du coût d’un repas, soit 30 à 40 centimes.

Vraiment ? Le repas, même en cantine scolaire pour appétits de moineaux reviendrait au maximum à 2 euros ?

On nous explique ensuite doctement qu’on pourrait absorber une partie du surcoût par des mesures d’économie, de réduction du gaspillage, de rationalisation, de gestion fine… C’est un discours largement répandu (l’agriculture biologique peut ainsi nourrir le monde si…). Mais de telles mesures réduiraient aussi le coût des repas 100% conventionnels.

Ce genre d’argumentation est choquant dans son principe. Il l’est encore plus venant des services de l’État.

Au final,

Ces efforts peuvent couvrir jusqu’à 20 à 30% de surcoût selon les configurations. Au-delà, ces leviers ne permettent pas d’absorber le surcoût qui doit donc être pris en charge par les collectivités, dans un contexte de baisse des dotations, ou par les convives (augmentation de la tarification).

Il y a ce que l’on voit… ou plutôt veut ou croit voir

Et, pour reprendre une formule chère à Frédéric Bastiat, il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas. Ou plutôt, ici, ce que l’on veut ou croit voir.

Car l’étude d’impact épouse sans esprit critique les thèses des propagandistes du bio. Voici, parmi d’autres, un autre morceau de bravoure, s’agissant des impacts sur les collectivités territoriales :

Outre l’attente sociétale par rapport à cette mesure et les effets potentiellement positifs sur la santé des consommateurs, à travers notamment une moindre exposition aux résidus de pesticides, l’approvisionnement en produits acquis en prenant en compte le coût du cycle de vie du produit devrait structurer de nouvelles formes de relations commerciales, à même de dynamiser les territoires et d’ancrer localement l’alimentation et l’agriculture, ce qui rejaillira favorablement sur le développement économique des collectivités.

En résumé, il faut renoncer, au moins en partie, aux systèmes d’approvisionnement qui ont fait leurs preuves sur le plan tant économique, par les économies d’échelle, que diététique, par la variété des offres, et sanitaire, par une transformation en entreprises bien équipées. Le financement « par les collectivités, dans un contexte de baisse des dotations, ou par les convives (augmentation de la tarification) » se traduit nécessairement par un non-financement dans d’autres secteurs.

On susciterait aussi, en théorie du moins, la création de marchés captifs locaux et éventuellement de petites exploitations et de petites entreprises locales – qui prendront nécessairement le marché d’autres entreprises, plus performantes (l’écart de performance se traduisant par le surcoût du nouveau régime, auquel il faudra ajouter les surcoûts annexes).

C’est une sorte de balkanisation ou de féodalisation de notre économie et de notre société nationale.

À l’idéologie de la terre qui ne ment pas  – quand elle est non pas exploitée mais, prétendument, cajolée en bio – s’ajoute un néo-poujadisme qui tente d’imposer une prééminence des petites structures locales et, aussi, de la corporation du bio.

Tout cela au nom d’une « alimentation saine » alors qu’aucune étude scientifique – hormis celles issues du monde du bio ou teintées de son idéologie – n’a démontré la supériorité diététique et sanitaire des produits bio.

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • De toute façon le bio sera toujours moins cher produit hors de France..les importateurs ont gagné, nos agriculteurs ont perdu et perdront encore plus de membres…ces députés devraient tous être mis en taule !

    • Après avoir détruit l’industrie française, voila que nos politiciens détruisent l’agriculture, à la grande joie de nos voisins!

    • En Suisse, ils font du protectionnisme sur l’alimentaire.

      A quand un papier rageur sur contrepoints pour les remettre à leur place !

      Les Suisses doivent s’ouvrir à la France !

  • Je vis dans un pays de vigne où il y a énormément de cancers du poumon .Ce n’est certainement pas lié au traitement dès vignes?

    • trop de cigarettes ou le peripherique parisien?

    • En viticulture bo, il y a aussi des traitements sur les vignes : du soufre, vous connaissez ? du sulfate de cuivre, métal indestructible dans le sol, du pyrèthre, car il faut bien ziguouiller tous les parasites, insectes, ou champignons.
      Si vous constatez, scientifiquement une trop forte concentration de cancer du poumon dans votre règion, étudiez les problèmes de la monoculture de la vigne .
      Quand tous les viticulteurs traitent leur vigne, qu’ils soient bio ou pas bio, l’air peut vite devenir irrespirable , et nocif .
      Et par dessus le marché, les bio travaillent le sol continuellement, et font tourner leur sale petit tracteur polluant , et hop! des gaz d’échapement ! cancérigènes ?
      Et la flavescence dorée?
      Tous le viticulteurs sont en train de se convertir (subventions….) . Donc demain plus de problèmes. demain …
      Ou plussss de problèmes …
      quau saup ?

      • @comtadino
        Il y des produits plus toxiques que d autres. Si vous pulverisez du soufre ou de la boullie bordelaise, c est pas ce qui va faire que tous les ecoliers d une ecole ont des malaises et vont aller a l hopital comme c est arrive il y a 1 ou 2 ans

        regardez comment sont habilles les gens qui font les pulverisations ! Ca me rappelle les tenues NBC de l armee. Ils ont un masque, leur tracteur a une cabine etanche … c est sur que le produit doit etre pas franchement virulent …

        • Vous avez raison, la bouillie bordelaise est parfaitement saine et non dangereuse. D’ailleurs le cuivre qu’elle contient est bien connu pour être parfaitement métabolisé par les organismes vivants, et très bien évacué naturellement par les sols – il paraîtrait même que certaines bactéries le dégraderait en fer en libérant 3 protons, mais comme elles sont sympa elles y mettent aussi des électrons donc ça produit de l’hydrogène, pratique.

        • La dernière fois j’ai nettoyé mon canapé avec de l’ammoniaque, j’ai rapidement mis un masque et ouvert en grand les fenêtres ! Pourtant ce produit est en vente libre, mais que fait la police ?! (je vous taquine 🙂 )

          Cette comparaison pour montre que oui c’est normal que les personnes utilisant des produits toxiques (javel, ammoniaque, pesticide, etc.) se protègent lors de leur utilisation. Si je voyais quelqu’un faire de l’épandage par grand vent avec un tracteur sans cabine, je me poserais des questions sur santé mentale et non sur le produit utilisé.

      • oui l’agriculture a des effets nuisible on observe aussi un e singularité pour la culture de certains protéagineux me semble t il.

        menuiserie, meunier, maçon, mineurs …pas bon non plus donc.. si on réussissait à se nourrir a se meubler et à construire nos maisons avoir de l’énergie sans agriculture menuisier charpentiers et maçons ce serait super… autrement dit ce qui choque n’est pas tant le constat qu’il y ait des cancers liés à une pratique, c’est vos préjugés..les cancers des ploucs vous n’en avez rien à foutre sauf depuis que ça peut vous servir à mettre bas les pesticides. que pour des raisons assez obscures vous n’aimez pas…

    • Dans les régions granitiques, il y a des cancers aussi . Allez-vous interdire le granit et dynamiter la côte d’Armor?

  • Avez-vous des éléments objectifs pour affirmer qu’il y a plus de cancers du poumon ? Avez-vous entendu parler de l’étude http://cancerspreventions.fr/wp-content/uploads/2014/12/AGRICAN.pdf
    qui montre que les agriculteurs ont 25 % de cancer en moins que le reste de la population ?

  • Le cuisinier, qui est une connaissance, de l’ehpad voisin m’a confié qu’il disposait d’ 1,36 euros de budget pour 1 repas…
    Mais il a l’honneur et l’avantage d’en servir à 2 euros quand il bidouille le suivant pour 72 cts…
    Le tout sous contrôle du prestataire de service chargé de la restauration.
    Alors quel budget pour le bio ?

  • Cette fois il n’y a PLUS AUCUN doute! Nos politiciens sont des débiles mentaux!

  • Article qui tombe quand meme pas mal a coté. Le plus gros lobby est la FNSEA qui se permet de remplir de purin les sous prefecture ou de rendre l eau des rivieres de Bretagne non potable (mais c est le contribuable qui va payer l enlevement des algues dues au nitrates)

    Il y a une demande pour du bio, sinon vous n en auriez pas des rayons dans votre supermarché (carrefour et auchan ne sont pas des integristes EELV et Duflot n est pas PDG de carrefour). Et d apres ce que j en ai lu, la demande est assez consequente puis que la France importe massivement de la nourriture bio. La filiere est d ailleurs plus rentable que la filiere normale (vendu plus cher et prix de revient probablement inferieur si pas de pesticide)

    Le probleme majeur de l agriculture francaise est la FNSEA, qui est a l agriculture ce que SUD est a la SNCF. Ca ne sert a rien de produire en masse des produits que peu de gens veulent acheter ou alors au rabais. Je ne mangerai pas 2 fois plus de steak si celui ci est 2 fois moins cher ! Le jour ou la FNSEA aura compris ca on aura fait un grand pas.

    • Le problème c’est la démographie agricole….Nous ne sommes plus assez nombreux, on ne fait plus peur, et les générations actuelle n’ont jamais eu faim…
      Quand on bloquait les route à 300 ou 400 tracteurs, De Gaule et ses successeurs pétochaient…
      On a pas assez balancé de lisier sur les préfectures, on a trop discuté, accepté trop de choses inacceptables, comme ses armées de ronds de cuir qui prétendent pour un oui ou un non contrôler nos exploitations, comme ces tonnes de paperasses qu’on nous contraint de remplir…
      Le « bio » ne mènera qu’à la faillite, sauf quelques tricheurs qui s’en mettront plein les poches, quelques affairistes qui n’hésiteront pas à « biologiser » des importations de pays où être « bio » c’est avoir lâché quelque € de l’hectare pour obtenir un label bidon…..

      • @Kansas beat
        Bloquer les routes, remplir de purin les prefectures sont des methodes qui ne doivent pas etre toleree, que ca soit par le black block ou la FNSEA. Car si on commence comme ca, c est celui qui casse le plus qui va gagner. ce qui n est quand meme pas la meilleure facon de regler les problemes (car tot ou tard, la vache a lait refuse de payer)

        La FNSEA est dans une logique « industrielle ». On produit plus, donc on baisse les couts unitaire donc on vend plus, en oubliant evidemnet de dire qu il n y aura pas de place pour tous les paysans. L approche industrielle marche bien
        quand il s agit de produire des voitures ou des telephone. Moins bien quand il s agit de nourriture, car les gens ne vont pas manger 2 fois plus car c est 2 fois moins cher. On arrive donc aux aberations de type lac de lait, montagne de beurre dont on e sait quoi faire et qu on va donner aux pays sous developpes (en therorie on leur vend pas cher, mais comme ils ont pas un sous, ils ne paieront jamais)

        PS: au 18eme sciecle, 90 % de paysans en France. en 1900, environ 50 %. aujourd hui 7 % (en GB ils sont 3 %). Inutile de se battre contre les moulins a vent

        • « L approche industrielle marche… …Moins bien quand il s agit de nourriture, car les gens ne vont pas manger 2 fois plus car c est 2 fois moins cher. On arrive donc aux aberations de type lac de lait, montagne de beurre dont on e sait quoi faire »
          Les surproductions agricoles dont on a connu qq exemples dans l’EU n’ont rien a voir avec le caractère « industriel » (comme vous l’appelez) de l’agriculture. Ce n’est que la conséquence de l’interventionnisme des Etats et de l’EU dans le domaine de l’agriculture via subventions et réglementations diverses et variées. Quand on produit qqchose parce qu’il y a des subventions, qui est responsable de la surproduction? Celui qui produit ou celui qui subventionne?
          En soustrayant l’agriculture à la régulation « naturelle » des échanges interhumains pour lui substituer la bien-entendue « sagesse » de nos dirigeants éclairés, on déséquilibre la production et les échanges. Il ne faut s’étonner ensuite de se qui se passe.
          Il ne faut pas tomber dans le piège de ceux qui demandent encore plus de régulations (ou de subventions) pour apporter une solution aux problèmes qu’ils ont eux-mêmes créé.

    • Modération Contrepoints >> Commentaire supprimé. Les propos diffamants ne sont pas tolérés.

      • attaque ad hominem.
        Poubelle.

        • Pas du tout :
          1. Je livre un élément de contexte qui évite au lecteur de se faire manipuler…
          2. Au pire c’est une attaque ad personam, pas ad hominem

          Modération Contrepoints >> Justement, les attaques ad personam à l’encontre des auteurs ne sont pas admises sur Contrepoints. Premier avertissement avant bannissement.

          • Va quand même falloir qu’on m’explique en quoi c’est diffamant de révéler que quelqu’un est un lobbyiste (en l’occurrence de Monsanto)…
            1. c’est une profession qui a pignon sur rue
            2. Contrepoints ne se gêne pas pour en désigner certains ailleurs
            3. depuis quand Contrepoints a-t-il honte de défendre, comme il le fait régulièrement, les fabricants de pesticides ?

          • Donc on peut critiquer le lobby bio… mais pas le lobby des pesticides.
            Ce deux poids deux mesures, pour un site qui se veut libéral, est troublant…

            • N’ayant plus d’arguments, vous en êtes réduits aux attaques ad personam. Ce n’est pas très glorieux.
              A partir du moment où on ne chante pas les vertus du bio et, horresco referans, on trouve des avantages aux pesticides, on est un lobbyiste de Monsanto selon vous. Essayez donc plutôt de trouver les arguments pour étayer vos dires. C’est plus dur, c’est certain.

              « Je livre un élément de contexte qui évite au lecteur de se faire manipuler… »
              Merci de vouloir penser à notre place (une constante à gauche de l’échiquier). Vous gagnerez plutôt à nous épargner toutes les petites tentatives de manipulations dont vous émaillez vos posts.

    • « Il y a une demande pour du bio, sinon vous n en auriez pas des rayons dans votre supermarché. Et d apres ce que j en ai lu, la demande est assez consequente puis que la France importe massivement de la nourriture bio. La filiere est d ailleurs plus rentable que la filiere normale (vendu plus cher et prix de revient probablement inférieur si pas de pesticide). »

      Oui, parce-que beaucoup de gens succombent à la propagande écologiste faisant croire que le bio est bon pour l’environnement et la santé au contraire du conventionnel qui serait plein de saloperies mauvaises pour l’environnement et la santé.
      Que le bio se développe ne me dérange pas tant qu’on peut continuer à produire et consommer librement du conventionnel.
      Pour l’instant le bio est peut-être plus rentable parce-que la demande est supérieure à l’offre (l’économie faite sur le coût des pesticides est probablement plus que perdue du fait de rendements inférieurs), ce ne sera peut-être plus le cas si le rapport s’inverse.

    • Il y a une demande pour le bio en effet. Le lobby du bio a fait un remarquable travail de promotion. Le bio repose avant tout sur des techniques de marketing extrêmement bien rôdées (techniques décortiques par le risk-monger, traduction en Français disponible ici http://seppi.over-blog.com/2017/08/le-bio-un-concept-de-marketing.html).

      Le bio repose aussi sur l’affirmation « bio = sans pesticide » qui n’est qu’un énorme mensonge répété ad nauseam par les publicitaires et les médias.

  • Comme beaucoup d’idées fumeuses les dégâts collatéraux ne se feront pas attendre. Une alimentation plus chère incitera encore plus ceux qui n’ont pas les moyens à se rabattre sur une nourriture malsaine et déséquilibrée. La fermeture de 237 magasins Carrefour montre bien qu’une partie de la population fréquente plus autant qu’avant les commerces alimentaires.

  • Ce genre de lois est inquiétante. Si on continue, un jour, il y aura une loi qui définira ce qu’on a le droit de manger ou pas.
    La dictature verte est en marche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Situation étonnante s’il en est, la mesure phare de l’autoritarisme sanitaire macronien, le pass sanitaire, a été rejetée grâce à une alliance de circonstances entre toutes les oppositions, de l’extrême gauche à l’extrême droite.

L’article 2 de la loi sanitaire présentée devant l’Assemblée nationale a été rejeté par 219 voix contre 195. Il permettait d’instaurer jusqu’en janvier un pass aux frontières et entre la Corse, les outre-mer et l’Hexagone au nom de la lutte contre le covid.

Le Premier ministre Élisabeth Borne s’en est p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles