Mai 2018 : agitations sociales et divergence des luttes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manifs by Al Batard(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mai 2018 : agitations sociales et divergence des luttes

Publié le 1 mai 2018
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le printemps a toujours été une période faste pour les manifestations de rue. La douceur des températures et l’espoir d’une journée ensoleillée favorisent ces promenades collectives et citadines. Elles remplacent les carnavals d’antan au cours desquels le peuple pouvait se livrer à tous les débordements avec la bénédiction provisoire du pouvoir. Il faut toujours laisser un exutoire aux passions, surtout politiques. Les humains y trouvent un petit espace de liberté qui, il est vrai, manque de plus en plus dans nos sociétés hyper-réglementées.

1er mai : la divergence des mécontentements

À défaut de convergence des luttes, la divergence des mécontentements fera l’affaire. Le fameux défilé du 1er mai ne sera pas unitaire. CGT et Unitaires auront leur cortège, CFDT, UNSA et CFTC auront le leur. Force Ouvrière, qui vient d’élire son nouveau secrétaire général, Pascal Pavageau, qui succède à Jean-Claude Mailly, n’appelle pas à manifester avec la CGT au niveau national. Mais certaines unions régionales FO le feront, comme l’Union régionale d’Île de France (URIF).

La division est donc bien réelle, non seulement entre les organisations syndicales, mais également à l’intérieur de certaines d’entre elles.

De la convergence espérée à la divergence réalisée… Entre prévisions et réalisations, il y a toujours des écarts plus ou moins grands. Le syndicalisme n’échappe pas à cette dure loi.

Mouvements sociaux : l’essoufflement

Il faut pouvoir tenir un marathon. Ce n’est pas donné à tout le monde. En s’engageant dans la voie d’une grève intermittente sur plusieurs mois (deux jours de grève, trois jours de travail jusqu’à fin juin), les syndicats de cheminots ont probablement commis une erreur stratégique. Le nombre de grévistes diminue et le nombre de Français soutenant le mouvement également. Il faut désormais sortir du bras de fer avec le gouvernement sans perdre la face. Donc obtenir un petit quelque chose.

La solution sera très simple dans son principe, mais évidemment complexe dans les détails. D’une part, la dette de la SNCF sera reprise par l’État, mais aucune autre solution ne pouvait être envisagée pour autonomiser la SNCF (sinon la privatiser).

D’autre part, la convention collective qui se substituera au statut des cheminots, laisse des marges de manœuvre très importantes et peut se rapprocher plus ou moins de l’actuel statut. En attendant, l’intersyndicale appelle à manifester jeudi 3 mai à Paris.

Le scandaleux chantage des pilotes d’Air France est évidemment très impopulaire, mais ces gens-là ne semblent pas se rendre compte qu’ils mènent peu à peu leur compagnie aérienne à la faillite. Le patron de KLM, filiale du Groupe Air France-KLM, a d’ailleurs diffusé un message interne indiquant que l’impact de la grève est « désastreux sur la clientèle, mais aussi nos finances, notre réputation et nos rapports en interne ». Laurent Bergé lui-même, secrétaire général de la CFDT, a condamné le mouvement de grève : « On a un syndicat majoritaire de pilotes, qui s’appelle le SNPL, qui prend tout le monde en otage ».

Les pilotes d’Air France gagnent entre 11 500 et 20 000 euros par mois et réclament 11 % d’augmentation de salaire. L’intersyndicale appelle à nouveau la grève les 3, 4, 7 et 8 mai !

Les Insoumis dans la rue samedi 5 mai à Paris

Les adorateurs de Mélenchon ont affrété 130 cars qui viendront de toute la France pour alimenter le défilé parisien du 5 mai. On vise en effet 100 000 manifestants ! Toujours populiste jusqu’au bout des ongles (lorsqu’il s’adresse à son électorat) Mélenchon appelle à un « grand déferlement » contre le « coup d’État social » de Macron. Le parallèle avec le « grand remplacement » de Renaud Camus met en évidence les simplismes démagogiques. Sur ce terrain-là, extrême gauche et extrême droite se valent.

Mélenchon risque encore une fois de confondre rêve et réalité. En surfant sur les revendications catégorielles pour tenter de les transformer en contestation agressive du pouvoir politique, il se coupe de plus en plus de la classe moyenne, base sociologique des démocraties.

Business as usual du côté gouvernemental

Cette première semaine de mai un peu agitée ne semble pas inquiéter le pouvoir. Emmanuel Macron sera en voyage en Australie puis en Nouvelle-Calédonie. Le Premier ministre se rendra dans le Cher du 2 au 4 mai, où il rencontrera des acteurs de l’économie et de la santé ainsi que des élus locaux. Le 7 mai, il recevra les responsables syndicaux à Matignon.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, estime que les Français « en ont assez de ceux qui sont contre tout ». Presque deux Français sur trois (62 % exactement) souhaitent désormais que le gouvernement aille jusqu’au bout des réformes en cours, en particulier à la SNCF.

Le pouvoir politique affiche donc une parfaite sérénité. Douce quiétude ou simulation politicienne ?

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je ne comprends pas ce que le coup de patte à Renaud Camus pour son « Grand Remplacement » vient faire dans ce sujet par ailleurs bien traité.
    Il y a une évidente recomposition ethnique et culturelle de la population : certains le déplorent, d’autres s’en félicitent; un regard libéral sur cette question mériterait ici un sujet spécifique.

    • Il se peut que dans l’esprit de l’auteur ces deux formules fassent trop facilement écho, mais effectivement supposer qu’elle soit volontairement utilisée par ce populiste n’est pas évident.

      Mais comme il le précise ensuite, il faut bien reconnaître que « sur ce terrain-là, extrême-gauche et extrême-droite se valent », tant est logique l’association : Etat protecteur et planificateur / isolationnisme et protectionnisme / xénophobie et racisme.

      Pour comprendre cela, il faut avoir été confronté comme moi, il y a une vingtaine d’années seulement, à des délégués syndicaux CGT qui me reprochaient ouvertement d’avoir embauché une employée réunionnaise, parce qu’elle était noire …

  • Le 1er Mai cette année va être un Jour de troubles sociaux. Attention à la « casse » physique et matériel provoqués par tous ces « Black sheeps » venus uniquement pour çà.

  • douce quiétude ou simulation politicienne ? ….vous avez déjà entendu un dirigeant avoué à la population ou aux médias qu’il a une trouille bleu face à l’agitation sociale ? moi non ;

  • 130 cars -> 100 000 manifestants ! Avec 1300 cars, ce qui doit bien se trouver, on peut résoudre les problèmes d’écrasement dans le métro-RER les jours de grève, alors…

    • @ MichelO
      « 130 cars->100 000 manifestants » = 769 manifestants par car?

      • C’est ainsi que compte Mélenchon, député et chef de parti, ex-ministre, sénateur, et j’en passe, défenseur de la dette et du déficit, et invité permanent des médias.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu.

Jean-Pierre Farandou, le pdg de la SNCF a déclaré : « C’est le moment de réinventer le modèle TGV. »

La situation de la SNCF n’est pas brillante : des grèves à répétition, 14 milliards d'euros par an de subventions payées par les contribuables, une dette gigantesque, dont 63 % repris par les contribuables (soit 2200 euros pour chaque contribuable à l’impôt sur le revenu), des retards fréquents, des TER remplis à 25 %, etc.

Pourquoi Jean-Pierre Farandou ne réinventerait-il pas la SNCF, en s’inspirant de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles