C’est la triple peine pour les Parisiens : une ville chère, sale et mal organisée !

Une étude publiée par le cabinet « The Economist unit » classe Paris deuxième ville mondiale pour le coût de la vie, juste derrière Singapour mais devant Zurich. Pourtant, la propreté n’est pas la même, merci Anne Hidalgo.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est la triple peine pour les Parisiens : une ville chère, sale et mal organisée !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 mars 2018
- A +

Par Serge Federbusch.

La chronique parisienne a été défrayée depuis des mois par les brillants résultats d’Anne Hidalgo : une invasion de rats comme aucune grande ville occidentale n’en connaît, de la crasse partout, des transports en commun engorgés et défaillants et un échec complet de la politique anti-voitures qui ne fait qu’accroître pollution et congestion.

[related-post id=311659 mode=ModeLarge]

Au moins pourrait-on penser que ces déboires s’accompagnent d’un coût de la vie bas, comme le connaissent souvent les villes peu ou mal développées.

Chère et pourtant sale

Las ! Une étude publiée par le cabinet The Economist unit classe Paris deuxième ville mondiale pour le coût de la vie, juste derrière Singapour mais devant Zurich. Pour qui connaît Singapour ou Zurich, villes à la propreté immaculée et à la gestion exemplaire, il n’est pas difficile de trouver l’intrus.

C’est en comparant le prix moyen d’un panier de 150 produits de consommation dans 133 villes que The Economist Unit obtient ce résultat, Paris étant la ville la plus chère par exemple pour le carburant, et dans le top 5 pour de nombreux produits alimentaires, les soins personnels et les loisirs. La capitale française fait partie du top 10 du classement depuis 2003 mais a effectué une montée spectaculaire en seulement un an : elle était à la septième position dans le classement de 2017.

L’appréciation de l’euro et la baisse du dollar ou de la livre sterling ont certes joué un rôle. Mais l’insuffisante concurrence dans de nombreux secteurs d’activité, notamment la distribution alimentaire et le prix du foncier ont concouru à ce douteux privilège. À cet égard, la montée continuelle du prix du mètre-carré d’habitation est un facteur inflationniste notoire puisqu’il tire tous les autres prix vers le haut, tout comme l’importance des charges sociales dans notre pays.

Ascension inquiétante de l’immobilier parisien

Or, l’an dernier, les prix de l’immobilier parisien ont poursuivi une ascension inquiétante. Le prix moyen du mètre-carré va bientôt dépasser 9300 euros. On ne dira jamais assez que cette situation est elle-aussi la conséquence de la politique municipale.

D’un côté, depuis le plan d’urbanisme de 2006, les socialistes, sous l’influence des écologistes ont limité la capacité constructive.

D’un autre côté, dépensant des milliards d’euros en préemption clientéliste au prétexte de logement social, ils ont déséquilibré le marché. Cette politique est particulièrement perverse dans la mesure où la hausse des prix augmente les rentrées fiscales sous forme de droits de mutation et alimente en retour la capacité de la ville à acheter du foncier. L’offre privée devient de plus en plus rare et chère tandis que l’offre publique, utilisée par les politiciens pour se constituer des viviers d’électeurs, participe à la raréfaction de la première.

C’est donc un curieux mélange de faible concurrence, d’économie administrée, de marché dual qui conditionne aujourd’hui un cadre de vie dont le prestige masque mal les difficultés et les contraintes que la population subit de plus en plus.

Dans ces conditions, les prochaines élections municipales ont un enjeu simple : rendre Paris à nouveau agréable à vivre pour ses habitants.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Impossible !
    Tant que la technocratie règnera sur Paris cela va continuer.
    Et d’une façon plus globale si Paris est la vitrine de la France inutile de vérifier cave et grenier.
    CPEF

  • Elle rétorquera que les riches ne payent pas assez d’impôts.
    Salauds de riches …

  • mais enfin , quels sont les imbéciles qui ont laissé Paris entre les mains de cette bonne à rien ?

  • Si Paris est plus sale que Zurich, c’est sans doute dû à la médiocre performance de la municipalité de Paris, mais peut-être aussi aux comportements respectifs des Parisiens et des Zurichois.

    • Dans la proportion un cheval une alouette alors. Je n’ai jamais vu Paris aussi sale que depuis que Hidalgo est aux commandes. C’est une incapable, dans la gestion ordinaire, sur à peu près tous les dossiers qu’elle touche.

  • « D’un autre côté, dépensant des milliards d’euros en préemption clientéliste au prétexte de logement social, ils ont déséquilibré le marché. »
    Absolument, et le plus cynique de l’affaire, c’est que ces charlots accusent Airbnb, avec leurs petits % de logements retirés du marché locatif à l’année, d’être responsable de la montée des prix et de la raréfaction du marché locatif privé !

  • c’est une des raison qui m’a fait quitter Paris …maintenant jouer entre vous….

  • qui dirige réellement Paris? Depuis 3 mandats les socialistes sont inféodés à l’extrême gauche et la aux écologistes les plus dogmatiques. Depuis longtemps il n’y a plus d’opposition crédible à Paris, à droite rien le néant. Ensuite les dernières réformes du gouvernement sur l’immobilier sont dans la droite ligne des lois Duflot sur l’encadrement des loyers donc rien ne va changer sinon empirer. Entre dogmatisme et négation du marché je suis très pessimiste pour Paris et pour la France (en marche).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Chaque jour qui passe - et à plus forte raison lorsque c'est un jour de forte chaleur - est une ode, que dis-je, un poème raffiné dédié à l'organisation minutée et cadencée de nos infrastructures de transport, notamment en Île-de-France et en particulier à Paris. Il ne se passe pas une journée sans qu'il faille louer avec force l'organisation minutieux des usagers pour parvenir à se rendre sans encombre du point A au point B de la première région de France.

Manque de bol, parfois, ça ne se passe pas comme prévu.

C'est ai... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles