Quand Anne Hidalgo parle des voitures

Dans une interview au Parisien, Anne Hidalgo parle du marché américain des voitures. Mais il semble que ses affirmations soient un peu erronées. Analyse du marché.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Toyota Prius Plug-in by Toyota UK(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand Anne Hidalgo parle des voitures

Publié le 5 novembre 2017
- A +

Par Laurent Meillaud.

À en croire Anne Hidalgo, qui l’a dit dans une invraisemblable interview au Parisien1 :

Tous les constructeurs automobiles se tournent, bon gré mal gré, vers l’électrique ou vers l’hydrogène.

Et d’ajouter :

Sur le marché américain (qui est pourtant « le » pays de la voiture thermique), l’électrique est en train de prendre le pas sur les autres motorisations.

Vraiment, qu’en est-il ?

Oui, les constructeurs augmentent leur offre en électrique

Sur la première phrase, ce n’est pas vraiment faux, les constructeurs majeurs vont faire en sorte d’avoir une offre électrifiée (ce qui ne veut dire tout en 100% électrique), en particulier pour pouvoir continuer à vendre des voitures en Chine.

En ce qui concerne la situation aux États-Unis, il est vrai que GM a surpris son monde en annonçant 20 modèles électriques d’ici 2023. Mais, la réalité du marché amène quand même à doucher ce bel enthousiasme.

Mais l’électrique reste marginal

Il suffit de consulter le site Hybridcars.com et son tableau de bord mensuel pour constater que l’électrique à batterie ne représente que 0,58% des immatriculations (contre 0,46% en 2016 et 13 000 véhicules écoulés), c’est-à-dire un niveau proche de celui du… Diesel aux USA.

C’est Tesla qui archidomine le segment avec 8000 voitures vendues chaque mois et près de 60% de parts de marché. Et encore, la Model 3 ne fait que commencer à apparaître dans les stats. Derrière, Chevrolet se défend avec plus de 2000 Bolt (dont l’équivalent est la e-Ampera chez Opel). Ensuite, Nissan fait un peu illusion avec un millier de Leaf (il faut voir si la nouvelle peut relancer les ventes). Après, une dizaine de concurrents se disputent des miettes.

L’hybride rechargeable ne fait pas beaucoup mieux avec 0,51% de parts de marché (contre 0,37% en 2016). Toyota avec la Prius plug-in et Chevrolet avec la Volt sont au coude-à-coude, devant Ford et BMW. Il y a quand même 23 modèles sur le marché. C’est un peu mieux sur l’hybride avec 2,18% de parts de marché (contre 1,97% en 2016).

Tout mouillé, ça fait donc 3% pour les énergies alternatives, sachant que la part du gaz est de 0%. Petit détail : l’hydrogène est comptabilisé avec 1500 véhicules vendus depuis le début de l’année, essentiellement avec Toyota, Honda et Hyundai. La part est de 0,01%.

L’hydrogène, une piste à suivre ?

Selon GM, la transition de l’essence vers l’électricité se fera à différentes vitesses dans le monde. On pourrait, par exemple, arrêter de vendre des voitures à essence en Europe et en Amérique du Nord tout en conservant une offre dans des marchés comme l’Amérique du Sud et l’Asie.

Le fait est qu’en plus des voitures électriques à batterie, General Motors a aussi confirmé vouloir continuer le développement de véhicules à hydrogène, comme en atteste la présentation de la plateforme SURUS qui s’adresse à des véhicules de niche.

Sur le web

  1.  Dans ce journal, elle déclare aussi que « Tokyo est sortie du diesel depuis plus de 10 ans déjà ». C’est sans doute pour cela que Mazda y vend des voitures diesel depuis des années. Je recommande la lecture de l’excellent bouquin Notre drame de Paris (Albin Michel) qui démonte la communication d’Anne Hidalgo, en particulier sur la voiture et la pollution.
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • A nuancer pour Tokyo, qui avait pratiquement éliminé les véhicules diesels ( moins de 1% des immatriculations ). Mais le Japon vient ( 2015 ) de réintroduire des bonus pour les dernières générations de diesel, considérées comme moins nuisibles que les véhicules à essence, au moins en termes de CO2.

    • En termes aussi de rejets de particules fines, car c’est ce qui avait motivé, dans les années 90, le rejet du diesel par les autorités. C’est d’abord parce que le problème est réglé avec les FAP, que le diesel est revenu en grâce.

  • Lucky.. .exacte…les dernières générations diesels pollue moins …Mais la vérité, c’est de récupérer la différence de prix… quand on augmente le tabacs pour cause nationale de santé. ..Pourquoi ne pas l’interdire à la vente puisque c’est un produit dangereux..Et pourquoi donner des sudventions ???
    hypocrisie !!!!

    • il n’y a pas de raisons valable d’interdire le tabac du fait que le tabagisme passif a un effet marginal sur la santé des gens qui ne fument pas…on pourrait interdire les barbecues aussi…
      alors soit la taxation est arbitraire et ne résout rien.

  • Pourquoi ne s’intéresser qu’à l’énergie embarquée dans la voiture et non pas au rendement énergétique, critère majeur de la justification d’un choix.

    Je vois mal des véhicules électriques pour des services, des secours civils, la police, les armées.

    Je vois bien des véhicules électriques constituant des flottes captives parcourant de petites distances, Poste, courtes livraisons locales.

    Le moteur à combustion interne a supplanté la machine à vapeur-charbon quand le pétrole est devenu abondant.

    La voiture électrique n’a pas son pétrole, c’est une charrue qui n’a pas ses bœufs.

    Dans la gaugauche il y a toujours en filigrane cette volonté inconsciente de centralisation étatique qui va bien avec l’électrique.

    • Justement, le rendement « du puit à la roue » d’un véhicule électrique est meilleur que celui d’un thermique. Mais les hybrides peuvent se défendre.
      Après il y a l’aspect environnemental… Mais n’oublions pas que dans nombre de pays (l’Allemagne, tiens, pour changer…) l’électricité est produite à base de charbon, et que d’un autre côté les biocarburants progressent (en étant plus produits à partir de la partie comestible des plantes).
      Le problème avec nos politiques, c’est qu’ils n’y connaissent rien et de fait caricaturent tout.

      • Bonjour letaupin
        Ce n’est pas ce qu’évoque la comparaison des prix, qui est une bonne estimation du rendement d’un produit, sans les subventions ni taxes bien sûr !

        • Les prix dépendent beaucoup de la rareté de certains matériaux et de la complexité de la fabrication (ainsi parfois que du manque d’effets d’échelle sur des produits plus marginaux). Il ne me semble pas corrélé au rendement du produit. Un bon gros V8 américain ne coute pas plus cher à fabriquer qu’un moteur « downsizé » moderne de puissance équivalente, mais les rendements de la mécanique n’ont rien à voir !

          • Le rendement énergétique, on s’en fout. Si à l’usage un V8 est moins cher qu’une voiture consommant 0.1 l/100 km, je prend le V8.
            Ce qui compte c’est une meilleure allocation des ressources. Le prix est un bon indice de celui-ci.
            Apres on peut parler des externalités, c’est un autre débat.

            PS Le prix ne dépend pas de la rareté (pas que) mais de la subjectivité de la valeur. Un produit rare qui ne trouve pas d’acheteur n’a pas de valeur.

            Cordialement.

            • et la rareté est plutôt la difficulté à obtenir..l’or n’ est pas rare.

              • On peut transmuter du mercure en or, mais c’est plus cher que de creuser. Pas besoin de faire des calculs complexes (source de toutes manipulation), il suffit de laisser faire le marché.

  • L’électrique est un moyen sympa et efficace de délocaliser la production primaire d’énergie, la partie qui dégage des gaz (CO2, oxydes d’azote…).
    C’est particulièrement adapté pour les trajets 100% urbains. Et particulièrement mauvais pour les trajets inter-cités quand les distances sont importantes – comme aux États-Unis.

    • J’ajoute qu’en ce qui concerne les micro-particules, celles-ci étant émises en grande partie par d’autres éléments que le moteur (freins, pneus…) passer de l’un à l’autre ne change rien (que je sache, les records de concentration en micro-particules dans le métro parisien ne sont pas liés au moteur diesel des métros).

    • Sympa et efficace … pour les citadins. Pour ceux qui héritent de devoir alimenter ces citadins en électricité, ça se discute.

      • Parmi les groupes de pression, les citadins ont l’avantage géographique d’être fortement concentrés près des centres de décision, Élysée, Matignon, Assemblée, mairie de très grande ville influente, et Maison Blanche et Capitole, et parlement européen et commission européenne

  • « Dans ce journal, elle déclare aussi que « Tokyo est sortie du diesel depuis plus de 10 ans déjà » »

    De la part d’Hidalgo, c’est le signe d’une incompétence notoire. Enfin, « notoire » pour ceux qui s’y connaissent un peu, ce qui n’est pas le cas du journaliste lambda, incapable de relever l’énormité de cette fake news !

    Le Japon (et Tokyo en particulier) a commencé à sortir du diesel il y a 25 ans !!
    Depuis 2-3 ans, en revanche, le Japon considère que les nouveaux diesels (équipés de FAP) sont des modèles vertueux, puisque le problème des PF est définitivement réglé et puisque, en outre, les diesels font mieux que les essences pour les rejets de CO2.

    Voilà pourquoi depuis 2 ans, non seulement le diesel a la cote au Japon, mais mieux : l’acquisition de ces véhicules fait l’objet d’une prime !!

    Et c’est ainsi qu’Hidalgo a montré une fois de plus l’étendue de sa bêtise !

    • Je soupçonne cependant le gouvernement d’avoir profité d’une fenêtre de tir incroyablement bénéfique avec la publication du rapport de l’OMS sur la dangerosité des particules fines du diesel (en fait des vieux diesels) et de celle de cet autre rapport européen sur la mortalité liée aux particules fines (pas seulement celles émises par la circulation routière) pour en profiter pour augmenter les taxes sur le gazole.
      Je gage que dans quelques années, quand l’alignement fiscal sera accompli, on redécouvrira, comme le Japon, les vertus du diesel et on cessera par exemple, de le pénaliser dans les attributions de vignette crit-air…

  • Hidalgo étant une gauchiste, elle croit que ce qu’elle dit est la vérité, sinon elle ne serait pas de gauche; C’est la spécificité de ces gens qui ont un problème avec la réalité, qu’ils n’arrivent ni à voir ni à comprendre!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Nouvelle lettre

La voiture électrique est-elle la solution d’avenir ?

Elle a été la vedette du Salon de l’automobile à Paris. Le Parlement européen a confirmé jeudi dernier sa décision du 8 juin : la vente des voitures à moteur thermique, même d’occasion, sera interdite à partir de 2035.

Qui oserait douter de ce grand progrès ? Certainement des illuminés réactionnaires comme Christian Gérondeau[1. Christian Gerondeau, La voiture électrique et autres folies : la religion écologiste (éd. L’artilleur, juille... Poursuivre la lecture

voiture électrique en train de se recharger
10
Sauvegarder cet article

Comme je le mentionnais dans un précédent billet écrit il y a seulement quelques mois, tout se met en place pour (enfin !) ostraciser un peu plus les pauvres hors des villes.

Oui, vous avez bien lu : avec l’implantation de ces Zones à Faibles Émissions, les voitures dites polluantes seront interdites ♩ ce qui garantira ♪ enfin des villes propres ♫ à l’atmosphère respirable ♬ puisque c’est, du reste, le but affiché très officiellement.

Bien évidemment, par faible émission, on n’entend pas faible émission d’âneries ce qui garantir... Poursuivre la lecture

Il fut longtemps considéré comme un truisme que, outre l’honnêteté, la qualité la plus attendue d’un gouvernement est la compétence, la disposition la plus appréciée le talent rehaussé d’une dose de courage et d’une pincée de clairvoyance.

Hélas, depuis près de 30 ans, une trivialité toujours plus insolente gagne dans l’indifférence générale ce qui n’aurait jamais dû cesser d’être un sanctuaire de la méritocratie comme celui qui éleva la jeune nation américaine au rang des nations les plus développées, grâce au chemin de fer et à un vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles