Donald Trump se trompe, le protectionnisme n’est pas la panacée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Trump septembre 2015 by Michael Vadon(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump se trompe, le protectionnisme n’est pas la panacée

Publié le 14 mars 2018
- A +

Par Gary M. Galles.
Un article de Libre Afrique

Le protectionnisme a longtemps été un thème majeur du Président Trump et c’est maintenant qu’il commence à exécuter ses promesses : nouveaux tarifs sur les panneaux solaires chinois, sur les machines à laver coréennes, etc. Cependant, le protectionnisme est loin d’être la panacée promise. Bien au contraire, il favorise et protège un petit groupe d’Américains au détriment du plus grand nombre.

>>> Lire aussi : Le danger toujours renaissant du protectionnisme

Certains sont conscients depuis longtemps de l’illogisme du protectionnisme. Par exemple l’économiste Henry George dit :

Ce que la protection nous enseigne, c’est de faire en temps de paix ce que les ennemis cherchent à nous faire en temps de guerre.

L’histoire conduit aux mêmes craintes. Lorsqu’on se souvient de l’impact de la loi Smoot-Hawley (hyper protectionniste, cause majeure de la Grande Dépression), on se demande pourquoi le protectionnisme semble encore si attirant pour tant de gens. Peut-être est-ce en partie parce que la racine du mot est «protéger» ou «protection», ce qui semble donner une connotation de bienveillance ?

Le protectionniste protège-t-il ?

Nous cherchons tous à protéger nos propres personnes et ce que nous possédons, ainsi qu’à résister à la violation, par les autres, de nos «droits inaliénables». Depuis les écrits de John Locke, cette protection a été reconnue comme la mission première de tout gouvernement qui ferait progresser le bien-être des citoyens. C’est pourquoi le rôle central du gouvernement est la défense nationale et la protection des citoyens contre les invasions étrangères. De même, le rôle central de la police, des tribunaux et des prisons est de protéger les citoyens contre les invasions de leurs voisins.

Malheureusement, tout en utilisant un vocabulaire très similaire, le protectionnisme est très différent de toutes ces protections que nous recherchons tous. Et le mot clé est tous. Nous voulons tous que nos personnes, nos droits et nos biens soient protégés.

La raison d’être de la défense nationale est de nous protéger tous. La police doit nous protéger et nous servir tous. Cependant, le protectionnisme ne peut pas tous nous protéger. Il accorde un traitement spécial aux personnes politiquement favorisées au détriment des droits et du bien-être des autres.

En fait, cela nuit à tous les consommateurs qui eux ne bénéficient pas d’une protection spéciale et voient leur liberté de choix affaiblie. Le préjudice causé aux fournisseurs étrangers va se répercuter par principe de réciprocité sur d’autres produits en provenance du pays initiateur des mesures protectionnistes.

En clair, on protège un secteur au détriment d’autres qui vont en subir les conséquences négatives. Le protectionnisme ne va pas bénéficier à tous. Il restreint les choix et la concurrence, évinçant des arrangements mutuellement bénéfiques pour tous, sauf pour quelques privilégiés. Cela signifie que la plupart d’entre nous gagne moins qu’avant. Pourquoi certains devraient recevoir la charité coercitive imposée par l’État au détriment de nous tous ?

Les protectionnistes n’abordent jamais ce tabou. Pourtant, il faut dire clairement qu’en se présentant comme des justiciers protégeant un pays, ils ne font que protéger un petit groupe (souvent d’amis) au détriment du plus grand nombre, ce qui est contraire à la mission d’un gouvernement qui se doit de défendre le bien commun.

Rompre avec les idées reçues

Contrairement à l’idée trop souvent véhiculée, le libre échange est juste. L’injustice réside dans des interventions coercitives du gouvernement. Les gens n’ont pas besoin d’un gouvernement pour règlementer le commerce. Ils ont juste besoin que l’on défende leurs droits naturels, protège leur personne et leur propriété pour empêcher les agressions des puissants contre les faibles. C’est la mission naturelle, originelle, d’un gouvernement. Il n’était pas destiné à en faire moins, il ne devrait pas être autorisé à en faire davantage. La justice consiste en la préservation des droits naturels de l’homme.

Dans un cadre de libre-échange, est-ce qu’un agriculteur pourrait se plaindre d’une violation de ses droits naturels, si les consommateurs étaient libres d’acheter ses produits tout en ayant le choix entre les siens et ceux de la concurrence ? Pourrait-il affirmer que l’État est injuste envers lui ? Non. Il est donc clair que si l’administration de la justice avait été reconnue comme le seul devoir du gouvernement, le libre échange serait la règle.

Ainsi, le protectionnisme ne devrait pas être associé à l’idée d’une protection pour tous. C’est bien au contraire une agression contre tous ! Le protectionnisme est l’essence même d’un gouvernement autoritaire et du copinage. Pour protéger une petite sphère d’amis, une population entière est perdante ce qui est profondément injuste.

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • A tous les cerveaux supérieurs (c’est la qualité qu’ils s’attribuent) qui crachent sur Donald Trump avec frénésie, je demanderai où en est le chômage aux USA, notamment des jeunes et des populations immigrées ? Ou en est la relocalisation d’entreprises américaines ? Ou en sont les relations avec le malade de Pyongyang qu’aucun dirigeant dans le monde n’a rencontré ?
    Et où en est le chômage en France ? La relocalisation d’entreprises.
    Je ne continue pas la liste ; au pays des aveugles…..

    • Surtout quand on constate que les entreprises étrangères fuient ces cinglés de français qui vont jusqu’à voter des taxes exceptionnelles illégales, après Whirpool, Ford.

      • Commando
        Que vous soyez imbu de vous même vous regarde.
        Que vous ne compreniez pas ce que j’ecris m’attriste parce que je pensais que les gens s’exprimant ici avaient un cerveau leur permettant d’etre objectif et constructif.

        Il n’y a pas de politique protectionniste de la part de Trump. En taxant l’acier et l’aluminium, il envoie un message fort à l’UE qui a mis en place une taxe sur les voitures américaines sans que son prédécesseur ne reagisse, et à la Chine qui utilise des barrières douanières et monétaires contre les produits Us. Il va falloir repasser à la table des négociations’ et…

        Je ne vais poursuivre plus loin, pour la raison suivante : pas une fois, dans mon commentaire, je n’utilise le mot « socialiste » que vous m’attribuez en raison d’une phobie qui doit vous affecter gravement.
        Vous avez du vous sentir visé par le terme « cerveau supérieur ». Votre réponse témoigne que vous n’auriez pas absolument du l’etre.

        • « Il n’y a pas de politique protectionniste de la part de Trump. »


          @Filouthai16 : Faux. Que vous l’admettiez ou non, Trump est un protectionniste. Je me serais pas emmerdé à pondre plusieurs paragraphes si Trump était favorable au libre échange. Quand Trump dit ou fait des bonnes choses (exemples : baisser les impôts, supprimer quelques réglementations, défendre le droit au port d’arme), je suis le premier à le défendre. Mais quand il dit ou fait des conneries mon honnêteté intellectuelle m’oblige à le critiquer plutôt qu’à toujours essayer de lui chercher des excuses. C’est ça qui fait de moi un libéral et qui me distingue des hypocrties comme vous.


          « En taxant l’acier et l’aluminium, il envoie un message fort à l’UE . »


          Rien à cirer que Trump soit prétenduemment le meilleur stratège de tous les temps, un visionnaire ultra pragmatique, un négociateur hors pair… Rien à cirer ! Ce qui m’interesse c’est ce qu’il fait. Or sur ce sujet précis, ce qu’il fait c’est de la merde. Quand l’UE décide de renchérir le prix des produits importés (voitures américaines) par des mesures protectionnistes, l’UE est la première perdante (du moins cela n’est bénéfique qu’à un groupe restreint de privilégiés). Donc c’est complètement stupide de la part de Trump d’imiter les erreurs de l’UE en mettant en place aux USA des mesures protectionnistes qui renchérissent le prix des produits importés (acier, aluminium.) Ces mesures protectionnistes ne seront bénéfiques qu’à un groupe restreint de privilégiés / d’amis du pouvoir.

    • @Filouthai : Premièrement, votre commentaire est hors sujet. L’article explique que le protectionnisme c’est de la merde qui ne profite qu’à un groupe restreint de privilégiés / d’amis du pouvoir. Donc si vous n’êtes pas d’accord avec l’article, il vous faut avant toute chose expliquer en quoi le protectionnisme c’est génial.

      Au lieu de ça, vous préférez pleurnicher sur le fait que les gauchistes sont méchants avec Trump, comme si ce seul fait justifiait à lui seul de soutenir toutes les conneries de Trump. Je vais vous apprendre une chose : si vos opinions politiques ne sont rien d’autre qu’une réaction à ce que font les gauchistes, cela signifie que vos opinions politiques sont entièrement déterminées par les gauchistes, ce qui signifie que vous êtes dans une relation de dépendance avec les gauchistes, ce qui signifie que vous avez besoin que les gauchistes existent puisque sans eux vous n’êtes rien, ce qui signifie que vous faite partie du problème et non pas de la solution.

      Deuxièmement, si l’économie américaine s’améliore, elle s’améliore malgré les mesures protectionnistes de Trump (et malgré les mesures socialistes d’Obama) et non pas grâce à ces mesures stupides. L’économie américaine se porterait encore mieux si à la place d’un Trump protectionniste (ou d’un Obama socialiste) le pouvoir était entre les mains d’un Ron/Rand Paul opposé au protectionnisme (et au socialisme.)

  • Trump a le grand mérite, tout en ne prenant que des mesures protectionnistes pas pires que celles de ses prédécesseurs ou de ses homologues étrangers, d’attirer l’attention sur l’intérêt du libre-échange.

  • Oui, bon, Trump est un conservateur et un capitaliste. Il a sans doute tenu des positions différentes sur l’ouverture et la liberté des marchés dans sa vie, mais depuis sa campagne électorale il n’a jamais tenu de position libérale, il n’ a jamais caché son copinage non plus et son administration est d’ailleurs truffée d’ancien lobbyistes. Sa politique, depuis le départ, est calculée pour bénéficier à certains et surtout pas tout le monde.

    • Bin, c’est comme le libéralisme : cela commence pour certains et c’est censé bénéficier à tous… non ?

      • Non, il n’y a aucun libéralisme chez Trump qui choisit les personnes qui bénéficient de sa politique et des intérêts privés à protéger voire à soutenir. Le libéralisme est étranger au concept d’égalité dans les bénéfices mais n’institutionnalise pas, ni ne protège les inégalités non plus. Le libéralisme n’est pas compatible avec les grâces, licences ou avantages déterminés arbitrairement par un gouvernant, par un détournement de moyens publics.

  • Le libre échange entre les US et la Chine a permis aux entreprises US d’aller produire à moindre coût pour vendre sur le marché US.
    Et ce seraient les consommateurs qui seraient les premiers bénéficiaires ? De qui se moque -t- on ?

    Sur plan personnel, les vêtements fabriqués en Chine/VietNam/Ethiopie sont très peu chères.
    En conséquence, la solidité n’est plus le critère premier commun et le consommateur peut se permettre de jeter et racheter de nouveau. Ce qui ne fait guère écolo, non ?

    Plus fort encore : les vêtement habituels n’ayant plus vraiment de valeur, il s’est développé un marché de vêtements hauts de gamme, de marque, à l’instar des montres de luxe. C’est une phénomène intéressant à voir, juteux pour certains, mais en quoi tout cela est favorable pour tous les consommateurs ? Je ne vois pas… mais pour les entreprises, si.

    L’article oppose la grande masse des consommateurs, aux industries locales et conclu qu’il ne peut s’agir que de capitalisme de connivence… Mais il oublie
    – que la perte pour les seconds est bien plus forte que le gain pour les premiers
    – que la mise en place d’un effort de solidarité entre secteurs peut être aussi défavorable qu’un surcout
    – que les industries perdues, ne se regagnent pas facilement (compétences),
    – que les autres entreprises consommatrices des produits importées, auront aussi leurs concurrents

    La mise en place d’un commerce de libre échange au sein d’un ensemble de pays équivalent est une excellente chose (Ex:Europe des 6)
    L’ouverture de cette ensemble à l’extérieur – après – qu’on ait imposé la suppression des barrières intérieures, pose des questions sur les connivences entres lobbys et politiciens ! (Ex:l’UE actuelle)
    La mise en place d’un système industriel et commercial entre des pays consommateurs, des pays ateliers et au grand bénéfice d’abord de quelques happy fews, a déjà eu quelques exemples dans le passé, sans qu’on puisse dire si le bénéficiaire a été le « consommateur » ! (Ex:La Chine, ce pays toujours situé du bon coté de la critique du protectionnisme !)

    Plutôt que de généralités, Contrepoints devraient reprendre des articles plus pragmatiques et plus critiques sur le libre échange, plutôt que cette suite de sophismes !

    • « Le libre échange entre les US et la Chine a permis aux entreprises US d’aller produire à moindre coût pour vendre sur le marché US. Et ce seraient les consommateurs qui seraient les premiers bénéficiaires ? De qui se moque -t- on ? […] en quoi tout cela est favorable pour tous les consommateurs ? Je ne vois pas… mais pour les entreprises, si. »


      @amike : Etant donné que le libre échange permet aux entreprises de produire à moindre coût, cela signifie qu’il leur permet de baisser les prix de leurs produits (afin qu’elles puissent rester compétitives.) Donc le libre échange est favorable aux consommateurs parce que, grâce à lui, les consommateurs ont accès à des produits moins chers.


      « Sur le plan personnel, les vêtements fabriqués en Chine/VietNam/Ethiopie sont très peu chères. En conséquence, la solidité n’est plus le critère premier commun et le consommateur peut se permettre de jeter et racheter de nouveau. Ce qui ne fait guère écolo, non ? »


      @amike : Vous expliquez que si un vêtement est pas cher, c’est forcément que « la solidité n’est plus le critère premier commun. »
      Le forcément est de trop, c’est un sophisme, un « non sequitur. » (Un argument est un « non sequitur » si la conclusion ne suit pas les prémisses.)


      « L’article oppose la grande masse des consommateurs, aux industries locales »


      @amike : Faux. L’article oppose la grande masse des consommateurs non pas aux industries locales en soi, mais uniquement aux industries locales qui se maintiennent en violant la liberté de choix des consommateurs grâces à des protections spéciales (lois protectionnistes.) Les industries locales qui parviennent à perdurer toutes seules, sans être aidées par des lois injustes, ne posent aucun problème.

      Conclusion : vous avez qualifié l’article de « suite de sophismes » et à la place vous nous avez proposé… une « suite de sophismes » !

    • Un papier montrant que le commerce entre les USA et la Chine a certes détruit des emplois aux USA dans certains secteurs mais que cela est compensé par la création d’autres emplois dans d’autres secteurs: http://voxeu.org/article/reconsidering-china-shock-trade
      Ce papier montre que ce que dit Trump sur les le commerce avec la Chine est totalement faux. Ce n’est pas néfaste pour l’emploi américain

  • La guerre commerciale que Richard Nixon a lancé en 1971 n’était ni bon,e ni facile à gagner. Au lieu de cela, elle a apporté une décennie de stagflation. Comme Trump, Nixon a été entièrement motivé par des considérations électoralistes. https://www.theatlantic.com/politics/archive/2018/03/steel-tariffs-consequences/554690/

  • Guerre de l’acier: le précédent américain de 2002 qui avait coûté 200 000 emplois à l’économie américaine: http://www.levif.be/actualite/international/guerre-de-l-acier-le-precedent-americain-de-2002/article-normal-807965.html

  • L’industrie sidérurgique américaine perd des emplois en raison de l’amélioration de la productivité, pas tant à cause des importations
    https://fee.org/articles/increased-productivity-is-eliminating-steel-industry-jobs-not-imports

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut économique de Montréal

J'ai récemment fait une rencontre qui s'est d'ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m'a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles