Le danger toujours renaissant du protectionnisme

Sans même parler du fait que l’histoire a démontré que l’instauration de barrières douanières accroît, à chaque fois, les risques de tensions de toutes natures entre les nations, le protectionnisme ralentit les progrès économiques des pays qui le mettent en place.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Derrière le barbelé - Furcifer pardalis(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le danger toujours renaissant du protectionnisme

Publié le 17 octobre 2017
- A +

Par Paul-Jacques Lehmann1.

Les réunions annuelles du FMI et du G20 viennent encore de le démontrer : les oppositions entre partisans du libre-échange et partisans du protectionnisme (aujourd’hui encouragés par les déclarations du président américain Donald Trump qui vient de menacer de se retirer du traité de libre-échange nord-américain ALENA qui regroupe les États-Unis, le Canada et le Mexique) restent toujours d’actualité. Ce débat existe depuis des siècles alors que les avantages du libre-échange ont eu à de multiples reprises l’occasion de faire leurs preuves.

En revanche, sans même parler du fait que l’histoire a démontré que l’instauration de barrières douanières accroît, à chaque fois, les risques de tensions de toutes natures entre les nations, le protectionnisme ralentit les progrès économiques des pays qui le mettent en place.

La naissance du protectionnisme

La doctrine protectionniste est véritablement née en France à l’époque où Colbert persuadait ses compatriotes que la puissance économique d’un peuple était d’autant plus importante que celui-ci détenait davantage d’or. Être riche nécessitait donc d’exporter le plus possible afin que les pays étrangers règlent leurs achats en métal précieux, tout en limitant au maximum les importations afin d’éviter les sorties de cette monnaie. Or, les inconvénients du protectionnisme sont nombreux.

Le protectionnisme privilégie certains producteurs au détriment de l’ensemble des consommateurs

Empêcher l’entrée sur le territoire de certains produits, soit de manière autoritaire, soit par l’instauration de droits de douane favorise quelques producteurs nationaux puisqu’on les soustrait à la concurrence étrangère. Mais ces privilèges qui leur sont accordés nuisent à la collectivité.

Outre le fait qu’ils les conduisent à relâcher leurs efforts pour améliorer la qualité de leurs produits et accroître leur productivité, ils sont surtout à l’origine de hausses de prix provenant de la répercussion de cette sorte de redevance payée aux producteurs privilégiés. Les consommateurs, donc l’ensemble de la population, sont donc les grands perdants du protectionnisme.

La hausse des prix est d’autant plus importante qu’il est évident que les pays étrangers ne manquent pas de mettre en place en représailles des mesures de rétorsion, les deux plus fréquentes étant une réduction de leurs importations conduisant à une baisse des exportations, cette fois pour tous les producteurs du pays protégeant, et une hausse des coûts des matières premières importées nécessaires à la fabrication des biens protégés.

Le protectionnisme pèse sur la valeur de la monnaie nationale

Comme nous vivons dans un régime de taux de change flexibles dans lequel le cours d’une monnaie varie en fonction de son offre et de sa demande sur le marché des changes, la mise en place de la protection conduit à la dépréciation de la valeur de la monnaie nationale car l’attractivité et la notoriété du pays diminuent.

Il s’ensuit un renchérissement du prix de tous les biens que le pays est obligé d’acquérir à l’étranger parce qu’il ne les produit pas lui–même. Les libéraux en concluent que le protectionnisme est une violation du droit de propriété car chacun doit avoir le droit de vendre au meilleur prix. Bastiat, le grand artisan du libre-échange, va très loin dans sa condamnation du protectionnisme :

il n’est tout entier qu’une immoralité. C’est l’injustice organisée, c’est le vol généralisé, légalisé, mis à la portée de tout le monde, et surtout des plus influents et des plus habiles… Oui, protection, c’est spoliation.

Que nos responsables prennent donc garde à ce que les supposés intérêts d’un grand pays ne conduisent pas l’ensemble des autres nations à revenir à des travers qui ont produit tant de désastres dans le passé. Un libéralisme maîtrisé doit être leur ligne de conduite.

  1. Paul-Jacques Lehmann, professeur émérite à l’Université de Rouen, vient de publier un ouvrage, Les fondements du libéralisme économique – Les 50 économistes à l’origine de la pensée libérale en France  aux éditions ISTE.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Je me souviens ‘un moment de gloire du protectionnisme Français sous Mitterrand, quand le gouvernement avait décidé de bloquer les magnétoscopes à Poitiers.

  • Non au protectionnisme, mais non aussi au pseudo libre échange avec des pays qui appliquent des mesures non douanières subtiles et asymétriques (Chine). Libéral, oui, mais pas naif!

    • Bonjour Hank, il vous faut lire Bastiat sur le sujet et vous découvrirez que même si nous ouvrons totalement nos barrières douanières et que la Chine ferme les siennes, nous sommes largement gagnants !!!

      Libéral et intelligent, car connaissant les mécanismes économiques, ce qui se voit et ce qui ne se voit pas.

      • En principe, oui, mais en fait c’est plus compliqué que ça. Au lieu du libre-échange, tout ce que nous pouvons espérer, c’est de nous débattre avec des unions douanières qui faussent le mécanisme décrit par Bastiat. Elles ont notamment le pouvoir d’imposer des droits à la sortie qui sont équivalents à des droits d’entrée chez nous, des droits cachés sous forme de risques impossibles à prévoir, de prendre des monopoles de fait, etc.

      • pas tout à fait..NOUS est trop flou…la vraie justification du libre échange avant d’etre une optimisation économique d’un paramètre est d’abord la défense de la liberté individuelle d’échanger avec qui on veut. Mais ce me semble elle entre en conflit avec la justification même de frontières et d’états distincts.

        • et si j’ai le droit de dire à un agriculteur n’utilise pas de ziphaosate sur ton champ il a le droit en retour de m’imposer de ne pas aller acheter dans un pays où il n’est pas interdit.

          Un pays qui se sent fondé à interdire un produit plutôt que de laisser le produit disparaître par interet économique via les dommages que celui qui l’utilise doit verser à ceux qui en sont effectivement « victimes » justifie le protectionnisme.

  • ce n’est pas le protectionnisme qui est un problème, c’est la limitation des libertés que les autres ont le droit de vous imposer au nom de l’intérêt général.
    si les gens étaient unanimes à vouloir le protectionnisme, il n’ y aurait d’ailleurs pas besoin de loi pour l’imposer.
    d’une certaines façon il est légitime à partir du moment où une moindre compétitivité d’une entreprise qui réclame du protectionnisme est la conséquence d’autres décisions, prises dans l' »interet commun »..
    le retour d’un appel au protectionnisme est le rejeton normal et LÉGITIME de l’interventionnisme économique de la part de l’etat.

    Un peu comme un fiscalité tout azimut est la conséquence de l’acceptation d’un principe de redistribution des richesses.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Récemment, le président français Emmanuel Macron s'est emporté contre la "loi sur la réduction de l'inflation" américaine, un texte législatif qui offre des subventions aux voitures électriques et qu'il considère comme une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qualifiant cette initiative de "non amicale".

Ce qui est troublant, c'est qu'en réponse à cette initiative protectionniste américaine, Macron veut répondre par le protectionnisme européen, puisque la France et l'Allemagne envisagent maintenant un Buy ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles