Lénine, le petit père du totalitarisme du XXe siècle

La rupture, très tardive, entre Lénine et Staline ne doit pas abuser. En évoquant la grossièreté et la brutalité de Staline, le créateur de la Tchéka parlait en connaisseur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lénine au début des années 1920

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lénine, le petit père du totalitarisme du XXe siècle

Publié le 27 octobre 2017
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Peu d’hommes ont marqué à ce point l’histoire du monde tout en restant un temps relativement bref au pouvoir, guère plus qu’un quinquennat. Lénine, maître absolu de la Russie entre la fin 1917 et la fin 1922, a été la figure centrale du siècle dernier. Sans Lénine, ni Staline, ni Hitler, ni Mao Zedong, pour citer trois grands « humanistes », n’auraient été concevables.

Loin des fables, encore colportées en France, sur un « gentil » Lénine opposé à un « méchant » Staline, il importe de donner toute sa place à Vladimir Illitch Oulianov. La première dans le panthéon des monstres politiques d’un siècle qui en compta pourtant tellement.

« Comment faire une révolution sans fusiller ? »

Lénine a toujours méprisé la démocratie, un « crétinisme » sans intérêt. Il n’a jamais, non plus, fait confiance aux ouvriers. Le « prolétariat » est toujours prêt à trahir la révolution pour de vulgaires appétits petit-bourgeois. La révolution ne pouvait être l’œuvre que d’une minorité, un groupe de révolutionnaires professionnels déterminés. Et c’est ce qui se passa en octobre 1917.

Pour Lénine, fidèle marxiste, l’ordre nouveau exigeait la terreur révolutionnaire. Dès le 7 décembre 1917, il met en place une « commission extraordinaire panrusse pour lutter contre la contre-révolution, le sabotage et la spéculation ». Tout un programme. Son acronyme ? Tchéka. Derrière cette sinistre commission, un pur révolutionnaire, un fanatique cruel et manipulateur nommé Félix Dzerjinski. Le voilà l’homme nouveau impitoyable, le Fouquier-Tinville dont rêve depuis longtemps Lénine.

La peine de mort avait été abolie le 27 octobre 1917 ? La belle affaire. Comme si les chiffons de papier préoccupaient Lénine. « Comment faire une révolution sans fusiller ? » avait-il remarqué. Aucun texte ne régissait vraiment l’activité de Tchéka. Si le gouvernement est quasiment inexistant, la police politique va très vite pouvoir compter sur des dizaines de milliers de collaborateurs.

Non le pain et la paix mais la famine et la guerre civile

Les chiffons de papier, Lénine leur donne leur juste valeur : des concessions provisoires en position de faiblesse qui permettent de gagner du temps et de conserver le pouvoir. Va pour un décret sur la terre qui consacre la propriété paysanne et une situation de fait, les paysans se sont emparés des grandes propriétés. Ils ne perdent rien pour attendre mais en attendant Lénine fait mine de légaliser la situation.

Il en va de même du décret sur la paix qui prétend respecter le droit à l’autodétermination des nationalités de l’empire russe qui proclament leur indépendance. Seuls comptent les rapports de force pour Lénine.

Il avait promis la terre, le pain et la paix ? Les Russes auront en échange la famine et la guerre civile en attendant de perdre la terre.

En janvier 1918, Lénine avait fait comprendre clairement et publiquement sa volonté. Il s’agissait d’envoyer des commandos d’ouvriers et de soldats dans les campagnes et d’exécuter impitoyablement tous ceux qui résisteraient. Le leader Bolchevik sera toujours partisan de réquisitions brutales pour résoudre les problèmes d’approvisionnements. À ses yeux, les paysans sont soit des « spéculateurs » soit des « saboteurs ». De toute façon, pour Lénine, les paysans ne sont pas fiables, trop marqués par « l’esprit bourgeois ».

« Pendez ! Fusillez ! »

Lénine savait même tirer profit  des attentats contre sa personne. En août 1918, il fut blessé, selon la version officielle, par Dora Kaplan, une ancienne anarchiste passée dans les rangs des socialistes-révolutionnaires. Quelques jours plus tard, dans un garage où un moteur de voiture tournait pour masquer le bruit des détonations, elle fut sommairement abattue par le commandant du Kremlin. L’occasion était trop belle, quel que soit l’auteur réel de l’attentat, pour se débarrasser des socialistes révolutionnaires.

Les campagnes résistent pourtant. Qu’a cela ne tienne. Le 11 août 1918, Lénine s’était montré très clair : pendre publiquement au moins une centaine de « koulaks », ces mythiques « paysans riches » du discours bolchevik ; enlever tout le blé qu’ils possèdent pour que leur famille crève de faim ; désigner des otages. La Terreur d’État peut se déchaîner sans frein.

Les terres deviennent propriétés d’État partagées entre kolkhozes et sovkhozes. Lénine n’a plus que deux mots à la bouche : pendez ! fusillez !

Entretemps, victimes du chômage, des épidémies, et de la famine, les prolétaires disparaissent. La dictature du prolétariat se fait sans prolétaires. Des cheminots et des ouvriers font grève : Lénine s’indigne qu’on s’en accommode et qu’on ne fasse pas d’exécutions massives pour sabotage.

Une politique criminelle sans état d’âme

Les ennemis du peuple remplissent eux les camps de concentration qui se sont multipliés depuis les îles Solovki. La Terreur rouge ne connaît plus de limite. La famille impériale est brutalement massacrée. Lénine y songeait depuis longtemps : il faut exterminer tous les Romanov. Tous ceux qui étaient à portée de main le furent, en effet. Mais Lénine masqua le massacre, tout comme il donnait les consignes les plus brutales dans le plus grand secret. Il importait d’entretenir l’image publique du bon Lénine. Les Romanov ne furent que les victimes les plus célèbres d’une politique criminelle sans état d’âme : paysans comme cosaques furent exterminés impitoyablement.

Il en fut de même de l’autodétermination des peuples. Polonais, Finlandais et Baltes purent par la force maintenir leur indépendance. En revanche, le reste de l’ancien empire fut méthodiquement reconquis au nom hypocrite de « l’autodétermination des travailleurs ».

L’hiver 1920-1921 vit croître l’agitation ouvrière contre les « nouveaux maitres ». À Cronstadt, les marins révoltés instaurèrent une Commune révolutionnaire résolument anticommuniste. Les anciens soutiens des bolcheviks rejetaient le pouvoir communiste. De vieux réflexes antisémites refirent surface avec le retour des pogroms.

Mais Lénine resta étrangement inactif face à l’émotion des juifs du Parti. N’avait-il pas écrit pour dicter la ligne de conduite en Ukraine reconquise : « Traiter les juifs et les citadins en Ukraine avec une baguette de fer » ? Mais qu’attendre d’un Lénine qui avait traité en 1911 Trotski de « petit Judas » ?

Les limites de la NEP

Après avoir impitoyablement écrasé la révolte ouvrière, qualifiée de « mouvement petit-bourgeois, anarchiste et paysan » et expédié les survivants dans les camps, Lénine peut accorder  la NEP à un pays exsangue. Cette pause est toute relative. Au même moment, il fait gazer les paysans révoltés de Tambov.

Comme pour ses concessions précédentes, la NEP n’a jamais été autre chose dans l’esprit de Lénine qu’un répit provisoire, un repli tactique.

Aussi met-il en place dans le même temps le pouvoir absolu du Parti. Les syndicats sont placés sous le contrôle du Parti dont l’unité était assurée par l’interdiction des « fractions ». Lénine désignera lui-même, officieusement, le titulaire de la nouvelle fonction de secrétaire général : Staline. Enfin le parti fut soigneusement épuré : plus de 20 % des membres exclus.

Le sentiment réel de Lénine à l’égard de la NEP fut clairement démontré au moment de la plus grande famine ayant jusqu’alors touché le pays à l’été 1921. À ses yeux, la seule solution consistait à réquisitionner par la force la nourriture. Il n’éprouvera que méfiance et animosité à l’égard des Américains qui vont pourtant contribuer à sauver le pays de la faim.

« Plus grand sera le nombre des exécutions, mieux ce sera »

Il profite même de la mort en masse des Russes pour s’attaquer avec violence à l’église orthodoxe avec le cynisme qui l’a toujours caractérisé :

C’est précisément maintenant que, dans des régions affamées, les gens se nourrissent de chair humaine et [que] des centaines sinon des milliers de cadavres pourrissent sur les routes, que nous pouvons (et devons) réaliser la confiscation des trésors de l’Église avec l’énergie la plus sauvage et la plus impitoyable.

Il ordonne clairement par la même occasion « l’exécution du plus grand nombre possible de représentants du clergé réactionnaire et de la bourgeoisie réactionnaire. Plus grand sera le nombre des exécutions, mieux ce sera. »

Cette lettre accablante resta secrète pendant plusieurs décennies. Son authenticité fut même mise en doute. Non, pas le gentil Lénine tout de même…

La momification finale de Lénine

Cet homme de fer avait cependant les nerfs fragiles. De plus en plus irritable et fatigué, il est terrassé par une affection cérébrale dès mai 1922. À la fin de l’année, la diminution physique du grand homme paraît évidente. En mars 1923, il perd l’usage de la parole et retombe en enfance. Une de ses dernières préoccupations sera l’expulsion du pays d’intellectuels « contre-révolutionnaires ». Pour lui les intellectuels ne sont pas le « cerveau » mais la « merde » de la nation. Amer, il médite sur les échecs de la révolution.

Mais le pouvoir communiste était néanmoins sauvé. Et Lénine put léguer au monde ses trois merveilleux instruments : l’association étroite entre un parti unique et monolithique, une police politique toute puissante et un réseau de camps de concentration.

Comment ne pas comprendre l’admiration des nazis pour Lénine ?

Comment ne pas voir en Staline, l’héritier le plus fidèle de Lénine : aussi cynique, pragmatique et impitoyable que son mentor ? Staline sut donner toute leur mesure aux merveilleux instruments façonnés par le fondateur de l’URSS.

La rupture, très tardive, entre Lénine et Staline ne doit pas abuser. En évoquant la grossièreté et la brutalité de Staline, le créateur de la Tchéka parlait en connaisseur. On comprend que Staline ait fait embaumer le corps de celui qui fut l’inspirateur de tous les régimes totalitaires du XXe siècle.

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • merci de ces rappels salutaires !

  • C’est très intéressant de remettre à jour ce portrait peu engageant de Lénine qui engage à une réflexion bien approfondie sur la personnalité bien cachée et les motivations de certains dirigeants.

  • Bonne piqure de rappel, peu d’espoir que notre beau pays vive avec ce rappel.. c’est si loin et pourtant si présent.

  • Parfois, il y a une forme de révisionnisme qui consiste à faire de Staline un bouc émissaire de toutes les horreurs de l’URSS. Ce que je veux dire c’est que Staline est l’une des pires ordures de l’humanité, l’un des plus grands criminels de masse (avec Hitler et Mao) mais qu’il ne faut pas oublier que ce n’est pas lui qui a mis en place le système totalitaire de l’URSS. C’était déjà avant lui. Parce que les trotskistes ont fait du révisionnisme pour décharger les autres dirigeants comme Lénine ou Trotsky de leurs crimes pour tout mettre sur le dos de Staline. Ce n’est pas Staline qui a créé le goulag. Les persécutions et le système totalitaire ont commencé avant Staline. Comme dit Alexandre Soljenitsyne: « Le stalinisme n’a existé ni en théorie ni en pratique : on ne peut parler ni de phénomène stalinien, ni d’époque stalinienne, ces concepts ont été fabriqués après 1956 par la pensée occidentale de gauche pour garder les idéaux communistes ». Il faut lire « L’erreur de l’Occident » d’Alexandre Soljenitsyne qui montre que le stalinisme n’existe pas.

    • Ah oui, le gentil Trotsky, victime de Staline, qui avait écrit en 1920 cette phrase de maître :
      « La meilleure place pour un gréviste, ce moustique jaune et nuisible, c’est le camp de concentration »

  • Voici un extrait des plus explicites tiré du livre (p. 50) de Thierry Wolton :
    .
    En août 1920, une délégation française [Louis-Oscar Frossard et Marcel Cachin] est reçue par Lénine au Kremlin, dans le but d’obtenir l’adhésion des socialistes français à la IIIe Internationale.
    [Frossard témoigne]. Selon Lénine, la « dictature du prolétariat ne s’exerce pas seulement par l’élite de la classe ouvrière sur la bourgeoisie, mais encore « sur la portion inconsciente ou rétive des prolétaires » et « sur ses alliés réformistes ». Les Réformistes ! Des bourgeois !
    — On les fusille, répète-t-il à plusieurs reprises.
    Il prononce « fisille » et accompagne le mot d’un petit geste sec, sans cesser d’ailleurs d’avoir le sourire. »
    .
    Thierry Wolton. — Une histoire mondiale du communisme – Les Complices, Tome 3, Grasset, 2017.

  •  » Camarades, le soulèvement koulak dans vos cinq districts doit être écrasé sans pitié. Les intérêts de la révolution tout entière l’exigent, car partout la lutte finale avec les koulaks est désormais engagée. Il faut 1°) Pendre ( et je dis pendre de façon que les gens le voient ) pas moins de cent koulaks, richards, vampires connus. 2°) Publier leurs noms. 3°) S’emparer de tout leur grain. 4°) Identifier les otages comme nous l’avons indiqué dans notre télégramme hier. Faites cela de façon qu’à des centaines de verstes à la ronde, le peuple voie, tremble, sache et s’écrie : ils étranglent et continueront d’étrangler les koulaks-vampires. Télégraphiez que vous avez reçu et mis à exécution ces instructions. Votre Lénine.

    P.S. Trouvez des gens plus durs.

    Lettre écrite le 11 juillet 1918 par un type qui n’a jamais travaillé un seul jour de sa vie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions. Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réalisation... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

"Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l'originalité, le suspense, la rapidité d'écriture et l'indignation féroce sont ... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=YvpXn-Iki8o&t=439s

 

Jordan Peterson est un psychologue, conférencier et intellectuel canadien qui a l'avantage de faire enrager les élites de la gauche et de l'establishment. C'est un trait de caractère précieux en soi, mais les contributions plus sérieuses de Peterson à la vie culturelle et intellectuelle des années 2010 et 2020 résident dans ses conférences sur YouTube, ses livres (principalement 12 règles pour une vie et le récent Beyond Order) et ses conférences publiques qui ont att... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles