Mélenchon et son programme, dernier vestige d’Octobre Rouge

Jean-Luc Mélenchon apporte son soutien aux Grecs ce week-end. Redécouvrez son programme, autant chaviste que tout bonnement soviétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mélenchon By: Blandine Le Cain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mélenchon et son programme, dernier vestige d’Octobre Rouge

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 octobre 2017
- A +

Par Eric Verhaeghe.

Article initialement publié en mars 2017.

Certains peuvent se laisser abuser par le projet en apparence simplement révolutionnaire de Jean-Luc Mélenchon. Mais le bonhomme dissimule, sous son mauvais caractère et sa verve mordante, un projet d’une ambition soviétique qui n’a rien à envier à celui de Lutte Ouvrière. Il en assure la promotion politique en le rattachant à la tradition révolutionnaire française. Mais c’est une vision beaucoup plus « orientale » qui le porte.

La presque sympathique VIè République

Le programme de Mélenchon met en avant le thème de la VIè République. En lui-même, il peut fédérer beaucoup de monde, tant la décomposition atteint notre régime, et tant nous sommes nombreux à penser que la France n’a pas besoin de tourner une page, mais bien de clore un chapitre de son histoire, y compris institutionnelle.

Toute la difficulté est de savoir quel mandat on donne à l’Assemblée constituante supposée se réunir pour préparer cette nouvelle étape constitutionnelle. Dans l’esprit de beaucoup, il s’agit de corriger les tares de notre système actuel et de limiter les pouvoirs d’une aristocratie décadente, voire de la renouveler.

Quand on lit le programme de Jean-Luc Mélenchon, on s’aperçoit qu’il s’agit plutôt d’annoncer l’avénement d’un régime chavézien, mais en pire. Quelque chose qui ressemblerait plutôt à l’Union Soviétique.

La nationalisation de pans entiers de l’économie

On lira par exemple cette phrase qui obligera beaucoup à se frotter les yeux pour être certains de l’avoir comprise :

Protéger les biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises. Ils doivent être gérés démocratiquement : le droit de propriété doit être soumis à l’intérêt général, la propriété commune protégée et les services publics développés

Le droit de propriété (privée s’entend) n’irait donc plus de soi dans le domaine de l’air (dont on aimerait connaître les contours exacts), de l’eau (ça veut dire qu’on va mettre Evian et Vittel sous contrôle de l’État ?), de la santé (le fameux mythe de la santé gratuite défendu par tous les thuriféraires de l’industrie), de l’énergie (y compris pétrolière on imagine), du vivant (ce qui inclut la recherche biologique).

Mais on aimerait, dans cette énumération, comprendre ce que signifie la gestion démocratique de l’alimentation. Faute de détails, on comprend qu’elle vise une nationalisation de fait de l’agriculture et de l’industrie alimentaire. Cette idée géniale a causé des millions de morts par la famine en Union Soviétique dès les années 20.

Et là, tu te dis : mais combien de Français vont-ils oser pour cette dangereuse ânerie ?

Au programme : un droit effectif au travail ?

On lira avec intérêt une autre élucubration mélenchonienne dont on comprend les risques de soviétisation qu’elle comporte :

Constitutionnaliser et rendre effectifs les droits au travail et au logement

On voit là encore de quoi il s’agit : une loi proclamera l’abolition du chômage et du mal logement. On anticipe ici une probable occupation forcée, sous une forme ou sous une autre, des logements vacants, et un recrutement massif de fonctionnaires. En l’état, le programme sectoriel prévoit l’interdiction des expulsions sans solution de relogement, l’interdiction des licenciements boursiers, et divers autres amusements qui accéléreront le marasme français.

Sur ces points, bien entendu, on ne perdra pas de temps à énumérer les risques concrets que les mesures démagogiques de Mélenchon porteront à l’économie du pays. Par avance, Mélenchon a la réponse : tant mieux ! nationalisons. Ainsi la France devint le nouvel eldorado soviétique.

Une mainmise sur la presse papier

Discrètement, Mélenchon s’intéresse également à la liberté de la presse. Officiellement pour l’aider. Mais la mesure suivante retiendra l’attention :

Refonder les aides publiques à la presse pour les réserver aux médias d’information et mutualiser les outils de production (imprimeries, serveurs, distribution, etc.)

D’abord, on aimerait savoir ce qu’est un média d’information. Bizarre bizarre ! mais qui vise-t-il ainsi ? La Pravda ? L’Humanité ? Ensuite, l’idée de « mutualiser les outils de production » est évidemment un faux nez grossier pour préparer la censure d’État. Dès lors que tes publications ont besoin de passer par une imprimerie mutualisée (synonyme de « contrôlée par le pouvoir ») ou par un serveur d’État, façon NSA, tu vois tout de suite où le gars veut en venir, dans sa VIè République.

Sous couvert de lutter contre le chômage et de s’attaquer aux riches, son ambition est bien entendu de te mettre sous son contrôle.

Quelles sont les autres nationalisations que Mélenchon prépare ?

Cet aperçu sur le programme de Mélenchon en dit déjà très long sur la soviétisation contenue dans la notion même de VIèRépublique. Mais on trouvera ailleurs dans ses propositions des mesures qui dissipent les derniers doutes que l’on peut avoir sur les intentions totalitaires du bonhomme :

Revenir sur les programmes de privatisation (aéroports, autoroutes, parts publiques, etc.) (…)

Rendre effectif le droit de réquisition des entreprises d’intérêt général par l’État

Là encore, on voit bien où il veut en venir. D’abord, on reprend les télécommunications, on nationalise Orange, on réquisitionne les gêneurs, et on remet dans le portefeuille public Air France, les aéroports, les autoroutes, etc. L’idée est ici sans équivoque : on en revient à une économie nationalisée comme dans les années 60.

Ce sera décidément très sympathique, la VIè République.

Sur le web

Voir les commentaires (57)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (57)
  • Si vous voulez absolument vivre à #Cuba, ou au #Venezuela, il y a deux solutions :
    1) Y aller
    2) Mettre Jean-Luc Mélenchon au pouvoir.
    La première solution présente l’avantage de préserver une chance de retour si vous changiez d’avis …

  • Vous aimez a vous faire peur et agiter le chiffon rouge ! 🙂

    « Protéger les biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises. Ils doivent être gérés démocratiquement : le droit de propriété doit être soumis à l’intérêt général, la propriété commune protégée et les services publics développés »

    traduction:

    que l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne fassent pas l’objet de spéculations outrancières comme le capitalisme l’y autorise sans vergogne mais qu’ils restent accessibles à tous.
    droit naturel libéral de vie.

    « Ils doivent être gérés démocratiquement : le droit de propriété doit être soumis à l’intérêt général »
    droit naturel libéral: je fais ce que je veux tant que ça ne nuit pas à autrui.
    et bien si ça nuit a autrui je ne fais pas ce que je veux.

     » la propriété commune protégée et les services publics développés »
    extension du droit naturel libéral de la propriété privé au bien commun.
    Actuellement certains intérêts privés nuisent au bien commun. est ce un mal de ne plus l’autoriser ?

    Bref Melenchon n’est que libéral avec l’Homme et la planète au centre et non le profit.

    • votre commentaires est truffés de jugement de valeur purement subjectifs…et relatifs..
      la spéculation outrancières … spéculer c’est anticiper l’avenir…c’est méluche qui fait de la spéculation outrancière!!! en voulant tout planifier!!!

      donc il faut commencer par changer le sens du mot spéculation…
      ou n’y rien comprendre sauf qu’il y a ces salauds de spéculateurs ( ma maman qui pense que le prix du gazole va augmenter en hiver et qui commande en été) qui s’en foutent pleins les fouilles sur notre dos….

      quant au bien commun.. définissez je vous prie…

      méluche est aussi contre la loi du marché… méluche pense qu’il y a un prix juste aux choses… ce qui veut dire en pratique que méluche va vous interdire de vendre votre scooter à votre voisin aux prix que vous conviendrez entre vous!!!! j’exagère? un peu, mais je vous assure pas sur le fond…et c’est un vrai problème avec méluche et le communisme en général.

      • mon commentaire est truffé de fautes… , c’est la faute du capitalisme .

      • Bonjour Jacques,
        « quant au bien commun.. définissez je vous prie… »
        Excusez- moi mais si vous n’intégrez pas un minimum le discours de l’autre, l’échange va être difficile.
        Mélenchon a définit le bien commun, je le reprécise:
        l’air que l’on respire
        l’eau que l’on boit
        l’alimentation dont on se nourrit
        le vivant constituant tout l’ écosystème dans le lequel nous vivons et dont nous dépendons.
        la santé, bon accès à des services de soins de qualité.
        l’énergie qui nous permet la transformation, les transports, le chauffage.
        la monnaie qui permet les échanges de biens et services.
        Personnellement j’ajouterai certaines infrastructures: routes, hôpitaux, écoles…

        Tout cela relève du droit naturel libéral de vie.
        Il y bien entendu la réalité contextuelle à laquelle il faut s’adapter mais pas se soumettre.
        la différence est de ne pas se soumettre à l’ordre établit par le monde de la finance.

        C’est justement là que les jugements de valeur interviennent, face à ceux qui n’ ont aucune valeurs et aucune morale.
        la spéculation sur la nourriture à grande échelle est totalement immorale et outrancière. renseignez vous sur Blythe Masters, si vous ne connaissez déjà, c’est pourtant légal mais totalement contradictoire avec le respect du droit naturel de vie de millions de gens.

        Votre maman, à son échelle de moyens et de temps, n’a aucune influence négative sur la vie de millions de gens. c’est insignifiant.

        Je précise que n’ai aucun lien avec Mélenchon mais je reconnais sa pertinence à identifier les vraies valeurs.
        Il est le seul à vouloir faire respecter un droit de vie descente et digne, avant les droits de la finance et ses dérives.
        Je vous signale au passage que toutes les crises mondiales passée et a venir, sont dues à la liberté accordée à la finance.
        Si vous ne faites pas le distinguo entre la finance et votre porte feuille, je ne peux pas grand chose pour vous mais je vous rassure Mélenchon ne va pas vous voler votre porte feuille, ni votre patrimoine personnel.
        Peut être êtes vous richissime et dans ce cas je comprends votre alarmisme qui au fond demeure irrationnel.

        • @taxusbaccata
          Bonjour,

          Ce n’est pas en insérant des « droits naturels de vie » par-ci par-là, que vous rendrez JLM « plus » libéral et moins communiste qu’il ne l’est.
          Les Droits naturels, fondamentaux, pour les libéraux du moins, sont : la Liberté, la Propriété, la Sûreté et la Résistance à l’oppression.
          « Art. 2. DDHC 1789. – Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » Lesquels de ces Droits conserve(ra)-t-il ?

          Si vous collez ensemble « propriété privée soumise à l’intérêt général, « bien commun », « propriété commune » vous niez la propriété purement et simplement.
          « mais je vous rassure Mélenchon ne va pas vous voler votre porte feuille, ni votre patrimoine personnel. » C’est exactement ce qu’il compte faire ! Il ne laissera rien à personne, à part des chaînes peut-être, et un numéro pour des tickets de rationnement ; à Cuba c’est toujours très à la mode !

          « Je vous signale au passage que toutes les crises mondiales passée et a venir, sont dues à la liberté accordée à la finance. »
          La prochaine qui frappera la France sera dûe à l’incurie des gouvernements successifs pendant 4 décennies. Les Etats ont renfloué le banques spéculatrices, en oubliant les particuliers ruinés, pour éviter qu’elles ne s’effondrent. Du coup, ce sont les Etats qui sont coupables. Ils auraient dû laisser couler les banques incompétentes pour assénir le système, et garantir plus de sereinité aux particuliers. Au lieu de ça, les particuliers ont perdu de l’argent, mais en plus, pour renflouer ces banques les Etats les ont ponctionnés. Et ils ont tous un « Minsitère de l’Economie ».
          Jetez un oeil au Vénézuela, vous verrez le bout de votre tunnel.

        • Bonjour Taxus,
          je n’ai pas encore pu déterminer si vous êtes un troll qui vient ici débiter des aneries pour nous énerver gratuitement, ou si vous êtes réellement conscient de ce que vous avancez.
          Jacques vous a demandé de définir le bien commun et vous répondez l’alimentation, les transports, la santé, le chauffage… ! Whouah.

          Admettons, en toute théorie bien sûr, que je sois un brave maraîcher de Maine et Loire et que dans mon verger, je produise bon an mal an des pommes et des poires. Est-ce que ces pommes et poires vont rentrer dans le bien commun dit « de l’alimentation » ?
          Qu’est-ce que ça veut dire ? Que ma production appartient à l’Etat ? Que la République va m’imposer des variétés particulières ?
          Que le Ministère de l’Agriculture va m’imposer des rendements à respecter ? (Toute chose déjà apparue en d’autres lieux et à une époque récente, et qui s’est très mal terminée mais apparemment, c’est une autre histoire qui n’a rien à voir cette fois-ci, comme c’est pratique).

          Admettons maintenant que je vende une partie de ma production (les moins beaux produits) à une usine locale qui en fait du jus, une autre partie à un distributeur (charge à lui de fourguer ma camelote à ses affiliés), et la dernière (mes plus beaux spécimens), e les garde pour aller les vendre moi-même sur les marchés (parce que voyez-vous, j’ai un goût naturel pour le contact avec la clientèle).
          Est-ce que sous Mélenchon, mes fruits étant un « bien commun », je vais devoir vendre tout mon stock à prix déterminé par le Ministère de l’Alimentation, à une agence de la République ?
          Eh oui, mon petit bonhomme, c’est comme ça que ça se passe, avec les lubies soviétoïdes de Melenchon.

          Maintenant, passons à la spéculation sur mes pommes : j’ai un client, l’usine qui fait du jus, qui s’engage par contrat vis-à-vis de ses clients à fournir du jus de pomme à prix constant sur l’année.
          Manque de bol, il fait un temps de chien dans le Maine et Loire et ma production n’est pas aussi maousse qu’espérée.
          Je vais donc me retourner vers l’usine en lui disant « ce trimestre, navré mais ça sera plus cher parce que j’en ai moins à vendre. Tu me les prends quand même ? ».
          Je ne suis pas un horrible spéculateur, j’essaie de conserver mon niveau de vie (c’est mal, je devrais attendre une compensation financière de l’Etat pour excès de pluie sur mes champs, je sais, mais voyez-vous, c’est mon côté âpre au gain qui parle).
          L’usine va me répondre « oui, je te les prends quand même ». Pourquoi ?
          Parce qu’elle se sera couverte préalablement contre la hausse du prix des pommes. Parce que, miracle de l’ingénierie financière, il y a des produits financiers qui le permettent.
          Génial, non ? Comme ça, Maman continuera à pouvoir acheter pour ses marmots du jus de pomme au même prix, malgré l’augmentation de la matière première.
          En aucun cas ceci est de la spéculation, mais bien de la couverture de risque.
          Je suppose qu’avec Melenchon au pouvoir, toute cette merveilleuse mécanique sera mise à bas, parce que « la finance voila l’ennemie ».

          Bref, toute cette pénible prose avait pour but de vous expliquer que non, l’alimentation, comme tous les autres exemples que vous avez pris, n’est pas un « bien commun qui doit être géré par l’Etat » parce que sinon, nous aboutirions à la même catastrophe qu’en Ukraine dans les années 30 (ce n’est pas si vieux).

          Tout cela est pourtant d’une grande logique, mais malheureusement, inaccessible à un petit père comme Melenchon qui n’a, malheureusement pour nous, aucun bagage universitaire si ce n’est… une licence de philosophie ! C’est très bien, il en faut aussi, je n’ai absolument rien contre les universitaires en philosophie, mais voyez-vous, ça ne prépare pas à comprendre les mécanismes macro-économiques.
          Et voila comment on se retrouve avec des idées simplistes qui ne marchent pas, même sur le papier, même « en théorie ».
          Non, les prix administrés et la collectivisation des terres, ça ne peut pas marcher, c’est mécanique. Et le raisonnement peut s’appliquer pareillement pour la santé, le chauffage, les transports, etc…

        • Bonjour Taxus,
          « Personnellement j’ajouterai certaines infrastructures: routes, hôpitaux, écoles… »
          Vous devez être rassuré, c’est déjà le cas dans notre beau pays !
          Encore un tout petit effort et la collectivisation sera complète avant même l’arrivée de Melenchon au pouvoir 🙂

    •  » que l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne fassent pas l’objet de spéculations outrancières comme le capitalisme l’y autorise sans vergogne mais qu’ils restent accessibles à tous.  »

      Ce n’est pas  » le capitalisme et ses spéculations outrancières  » ( on aimerait bien aussi savoir ce que cela veut dire ) qui rend les biens de première nécessité inaccessibles pour la majorité de la population au Venezuela; un model socialiste que Mélenchon ne faisait que de vanter. Il faudrait une fois pour toute savoir que les pénuries alimentaires et les pénuries d’eau l’on chaque fois été dans les économies collectivistes et non dans les économies capitalistes et libérales. Les exemples d’échecs des économies collectivistes ne manquent pas dans l’hisoire que l’on devrait plus débattre là-dessus tant que la réalité est criante.

       » droit naturel libéral: je fais ce que je veux tant que ça ne nuit pas à autrui.
      et bien si ça nuit a autrui je ne fais pas ce que je veux.  »

      Encore un truc pour parler pour rien dire en enfonçant des portes ouvertes. On pourrait dire aussi que le droit naturel c’est de pouvoir manger tout ce que je veux et autant que je veux sauf les amanites phalloïdes qui me tuerait. Donc si les champignons vénéneux me tuent je ne peux donc pas manger ce que je veux.

      • Ouh là ! je n’en espérait pas tant , je groupe ma réponse.
        Mettez moi dans la case qui vous plaira, troll ou autre je m’en fiche, je ne faisais que passer par là et je tiens à rendre justice au dévouement dont fait preuve JLM , je tiens également pointer les incohérences du libéralisme, voire pointer une certaine immoralité dans des dérives du libéralisme.
        J’aimerais que vous ayez l’honnêteté de reconnaître ces incohérences et souhaiterais savoir quel remède vous comptez y apporter.
        JLM apporte des remèdes qui ne vous conviennent pas mais comme vous le caricaturez à dessein, je comprends que vous ne soyez pas séduits par sa caricature.
        Moralité la situation peut rester longtemps en l’état, parce que vous refuser de reconnaître votre coté obscur et refusez de travailler vos points noirs.
        Votre attitude de déni ne vous rend pas service.
        C’est bien dommage car le contraire rendrait surement le libéralisme plus séduisant.

        Exemple de déni:
        Pour les crises mondiale, STF vous m’opposez l’incurie de l’état Français, c’est un peu faible.
        La libéralisation de la finance n’a absolument rien a voir dans tout ça ???? 🙂
        pas très objectif tout ça.
        Les crises financières sont la conséquence de la libéralisation de la finance au niveau mondial, tout le monde le sait.
        La traitement de la crise récente, fait par les états n’est pas adéquat mais le fameux » too big to fail » ne vous auras pas échappé.
        1929, je n’en garde pas un souvenir fameux, sur le papier, je vous rassure je n’étais pas né.
        Nous étions et sommes toujours, pris en otage par une finance libéralisée, un comble, pour des libéraux, non !? 🙂

        Exemple de caricature et de deni:
        je cite Rastafiafia : » Bref, toute cette pénible prose avait pour but de vous expliquer que non, l’alimentation, comme tous les autres exemples que vous avez pris, n’est pas un « bien commun qui doit être géré par l’Etat » parce que sinon, nous aboutirions à la même catastrophe qu’en Ukraine dans les années 30 (ce n’est pas si vieux). »
        L’idée est d’encadrer les dérives sur la spéculation alimentaire, lisez Blythe Masters, si vous ne connaissez pas.
        Il s’agit de garantir à chacun le droit de se nourrir sans être pris en otage par la méchante et immorale finance.
        C’est de cela que vous avez peur ?
        Il n’a jamais été question de supprimer le libre échange, juste d’encadrer les dérives.
        Et non ça ne se règle pas tout seul de manière vertueuse. C’est le plus fort qui gagne, sous entendu le plus riche.

        Vous allez me soutenir que jamais personne n’a affamé pour faire du fric ?
        http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/13/les-speculateurs-financiers-coupables-de-la-flambee-des-prix-des-aliments_1757951_3234.html

        Autre exemple de caricature et de déni:
        Je cite Le nouveau « Ce n’est pas » le capitalisme et ses spéculations outrancières » ( on aimerait bien aussi savoir ce que cela veut dire ) qui rend les biens de première nécessité inaccessibles pour la majorité de la population au Venezuela »
        Un exemple de pays merdique comme justification de la vertu de la spéculation financière sur les biens de première nécessité ????
        Ce seul exemple suffit à justifier les dérives quotidiennes du libéralisme ???
        soyons sérieux, vous pouvez faire mieux.

        Restez sourd et aveugles aux dérives du libéralisme et ne vous étonnez pas de la montée des populismes.
        Trump aus US, brexit en UK, les pays les plus socialistes que nous connaissons.
        Réveillez vous les gars ! ça arrive et votre attitude générale n’y est pas étrangère.

        • « Encadrer les dérives de la spéculation alimentaire » : j’aimerais savoir ce que vous entendez par là, c’est intéressant. Vous pensez qu’un opérateur de marché va acheter 200 tonnes de cacao pour le cacher dans son grenier, attendre qu’il y ait une pénurie pour le revendre à meilleur prix 3 mois après ? C’est ça la « spéculation alimentaire » selon vous ? Vous pensez réellement que ça se passe comme ça ?
          Ou alors, c’est peut-être ce céréalier sans vergogne, qui va produire du colza plutôt que du blé, parce que le prix à la tonne est plus élevé ? C’est ça, la spéculation ? J’avoue ne pas comprendre.

          J’ai bien lu l’article du Monde que vous nous proposez en lien, merci beaucoup. Toutefois, je n’y vois aucun impact de la spéculation sur le prix du sous-jacent lui-même (celui qui vous nourrit). Il y a effectivement un impact sur les produits dérivés des matières premières, mais ça n’aboutit pas à affamer ou pas les gens. D’ailleurs, c’est explicite dans l’article : les facteurs naturels (sécheresse, inondations, …) ou externes (mesures protectionnistes des Etats, hausse des cours du pétrole) ont un impact sur la production.
          Quant à votre obsession pour Blythe Masters, j’avoue ne pas comprendre non plus. Elle a inventé un produit structuré complexe permettant de faire de la couverture de risques, et ça a été utilisé à tort et à travers pour dissimuler des junk bonds au sein d’autres créances « saines » lors de la crise des subprimes. En tout état de cause, concentrez-vous, ce n’est pas cette dame qui est responsable des pénuries alimentaires mondiales.
          En conclusion, j’ai l’impression que vous ne captez pas grand chose à comment fonctionne un marché financier, et que vous mettez de manière raccourcie l’impact de décisions étatiques ou régulatoires sur le compte de vils opérateurs de marché aux doigts crochus.
          Il a bon dos le libéralisme.

          • « J’avoue ne pas comprendre »
            « Quant à votre obsession pour Blythe Masters, j’avoue ne pas comprendre non plus »
            Avouez plutôt ne pas chercher à voir et comprendre .
            Je vous ai indiqué des pistes, libre a vous de creuser le sujet de la spéculation alimentaire si ça vous intéresse.
            Bien entendu que cette dame n’est pas l’unique responsable, tout comme Hitler n’était pas l’unique responsable.
            Et vous raisonnez un peu trop théorique et pas assez pratique pour les marchés financiers. Comme si des hommes et leurs intentions tordues mais « légales », n’y avaient pas de place.
            Ce n’est pas bisounoursland.

            • Bon, tant pis, je vous donne des exemples simples pour essayer de savoir ce que vous entendez par « spéculation alimentaire » et vous noyez le poisson pour ne pas avoir à détailler votre point de vue. 1/Mme Masters a inventé les CDS qui sont – encore une fois – des outils de couverture de risque : cela n’a pas d’impact sur le prix du blé ou du pétrole.
              2/ La spéculation a toujours existé : les agriculteurs ont toujours favorisé la course à la subvention, et c’est bien naturel. Si la PAC favorise l’artichaut au détriment du chou-fleur (et je sais de quoi je parle), ils vont tous se mettre à faire de l’artichaut, puisqu’ils bénéficient d’un prix garanti par la PAC (aberration économique).
              C’est ça, votre idée d’encadrer les dérives du marché ? Imposer des prix garantis ? Parce que c’est LE moyen qui marche à tous les coups pour aboutir à une pénurie et/ou à la ruine.
              3/ Bien sûr que des gens ont affamé pour faire du fric. Mais accuser les « marchés financiers », quoique commode puisqu’on peut raccourcir ça aux méchantes banques apatrides, est bien une imposture intellectuelle.
              -1 pour le point Godwin ridicule

              • « -1 pour le point Godwin ridicule »
                Vraiment n’importe quoi, j’ai pris une illustration parlante pour me faire comprendre, loin de moins de dire que cette dame est équivalente à Hitler, ni pour dériver sur ce sujet.
                Le schéma par contre est le même: Une tête et des suiveurs pour appliquer.

                Que les gens sont prudes à notre époque……
                mettez moi -100 si ça vous chante. 🙂

                Sinon à tous, de manière générale vu que je tiens un discours plutôt contradictoire, vous ne faites rien pour chercher à comprendre ce que je dis et entrez immédiatement dans la caricature de mes propos et partez dans des extrapolations extravagantes, pour vous conforter dans vos opinions sans doute.
                Vous n’écoutez pas, vous surajoutez vos peurs.
                l’échange n’est pas intéressant dans ces conditions.
                Je serais curieux de connaitre la moyenne d’age ici ???

                • @Taxusbaccata
                  « vous ne faites rien pour chercher à comprendre ce que je dis et entrez immédiatement dans la caricature de mes propos et partez dans des extrapolations extravagantes, pour vous conforter dans vos opinions sans doute. »
                  Nous avons bien compris ce que vous dites. Rastafiafia n’extrapole en aucun cas et ne caricature encore moins. Son exemple est limpide et vous ne le concevez tout simplement pas.

                  • et oui…l’économie planifiée marche très bien à quelques conditions près…qui font que en pratique ça ne marche pas bien du tout… on commence pas substituer les envies des gens par leurs besoins déterminés par le comité au plan..
                    bon le communisme a un avantage car comme lui seul se fixe des objectifs, il a tout loisir de sacrifier tout le reste pour pouvoir clamer son succès…eh les mecs on va dépasser les usa en production de fer ou de patates…et peut importe ce qu’on va faire des patates et de la ferraille…car le BUT est de produire plus de fer..ce qui prouvera…ah ben là je ne sais pas…
                    heureusement qu’un régime communiste a un monde libre à caricaturer sinon il ne saurait pas où aller…

        • @Taxusbaccata
          Bonjour,

          « Il n’a jamais été question de supprimer le libre-échange, juste d’encadrer les dérives. »
          Si un Etat encadre quelque chose dans le libre-échange, il n’y a plus de libre-échange. Le libre-échange et la « Finance » sont deux choses différentes. L’encadrement que propose JLM engendrera une seule et unique dérive : le marché noir, lequel entraînera encore plus de corruption, que JLM s’empressera de conspuer, mais où il accourra pour se procurer des produits non-régulés.

          « Un exemple de pays merdique comme justification de la vertu de la spéculation financière sur les biens de première nécessité ????
          Ce seul exemple suffit à justifier les dérives quotidiennes du libéralisme ??? »
          Le Vénézuela, que vous qualifiez de « merdique », tout comme la France d’ailleurs, n’est pas un pays libéral. C’est un Etat collectiviste, dont la décadence est dûe entièrement à Chavez et Maduro avec leur politique socialo-communiste. Ce n’est pas à cause de la spéculation financière que les vénézueliens manquent de papier hygiénique, entre autre bien de première nécessité.

          « Trump aux US, Brexit en UK, les pays les plus socialistes que nous connaissons. »
          Ca ! C’est drôle ! Si les U.S.A et le U.K sont socialistes, alors que sont l’Espagne, l’Italie et la France ? Est-ce à dire que la Corée du Nord est libérale ?

          « Vous allez me soutenir que jamais personne n’a affamé pour faire du fric ? »
          Des Etats collectivistes l’ont fait, mais pas pour du fric. Je n’ai du reste aucune idée de leur « gain ».

          Plus de 260 millions de personnes ont été tuées par les gouvernements durant le siècle passé. Votre « chiffre » de personnes mortes de faim à cause de la spéculation financière se rapproche-t-il de celui-ci ? La plupart des pays dont les habitants souffrent de la faim, sont en « voie de développement », dans des environnements climatiques difficiles, instables politiquement, voire en conflit ou en guerre.

          • Bonjour STF,

            « Si un Etat encadre quelque chose dans le libre-échange, il n’y a plus de libre-échange »
            Je l’attendais celle là ! 🙂
            Il faut être un minimum raisonnable et ne pas partir dans la caricature pour le plaisir de se faire peur.
            On peut très bien politiquement interdire la spéculation de masse sur les aliments ce qui revient à interdire le chantage à la faim.
            Cela s’appelle interdire le chantage organisé par la grosse finance, tout simplement.
            Il faut acheter des sacrés volumes pour que ce chantage ait un impact.
            Cela ne vous concerne a priori pas a moins que vous soyez très très très riche et vous amusiez à ce genre de sport.

            « Trump aux US, Brexit en UK, les pays les plus socialistes que nous connaissons. »
            Ah je ne savais pas que l’humour était en option, c’était ironique bien évidemment.
            je ne détaille pas plus, vous aurez compris que se sont les pays les plus libéraux économiquement où le populisme s’exprime en ce moment.

            « Votre « chiffre » de personnes mortes de faim à cause de la spéculation financière se rapproche-t-il de celui-ci ? »
            Ce n’est pas intéressant financièrement de faire mourir les gens de faim, à qui vendre ensuite ? c’est un peu plus subtil, il est intéressant d’organiser artificiellement une rareté , que les prix augmentent et ensuite de vendre au meilleur prix. C’est cela qui est humainement répréhensible, de mon point de vue en tout cas, du votre je ne sais pas, je commence à penser que vous trouvez cela normal.
            sans chercher à vous vexer , ce n’est pas terrible tout ça, m’opposer les vieux dossier morts et enterré du communisme, des pays foireux et incultes, alors que je vous parle d’aujourd’hui, de la réalité de tous les jours , ici et maintenant, réalités dont vous semblez ne pas avoir conscience.

            « La plupart des pays dont les habitants souffrent de la faim, sont en « voie de développement », dans des environnements climatiques difficiles, instables politiquement, voire en conflit ou en guerre. »
            ça OK, ils ne sont pas capitalistiquement corrects alors on les laisse crever ?

            Je n’ai jamais dit que le chantage organisé était la cause de tous les maux , je dis juste qu’il existe et qu’il est permis par le libéralisme économique et ça ne me semble pas très sympa.
            Vous proposez quoi pour arranger cette situation ?
            quelle liberté supplémentaire va résoudre ce problème ?

            • @Taxusbaccata
              « Je ne savais que l’humour était en option »
              Pour faire de l’ironie il faut être contre ce que l’on ironise. Vous êtes pour le collectivisme, vous ne pouvez pas ironiser dessus. Le populisme s’exprime en forme de rejet des castes politiques en place. Il guette aussi la France.

              « Il faut être un minimum raisonnable et ne pas partir dans la caricature pour le plaisir de se faire peur »
              L’Occupation est une caricature et un simple « épouvantail » ou un « conte pour faire peur ». Celle-là aussi, elle est drôle.

              « sans chercher à vous vexer , ce n’est pas terrible tout ça, m’opposer les vieux dossiers morts et enterrés du communisme, des pays foireux et incultes, alors que je vous parle d’aujourd’hui, de la réalité de tous les jours , ici et maintenant, réalités dont vous semblez ne pas avoir conscience. »
              Le présent, « aujourd’hui », découle de ce qui s’est passé hier. Mettre de côté l’Histoire, c’est ne pas tenir compte des leçons. Mais vous avez raison, l’Histoire est un éternel recommencement. Alors recommençons ! Les situations du Vénézuela, de la Corée du Nord sont tout à fait actuelles, je ne vois pas pourquoi vous les rejetez. La France est un pays inculte et foireux en économie.

              « ils ne sont pas capitalistiquement corrects alors on les laisse crever ? »
              Vous voulez aller imposer votre « lumière » à ces pays « capitalistiquement « incorrects afin de leur montrer la bonne voie. Vous voulez donc faire la même chose que le « méchant Kapital-méga-turbo-libéral », puisqu’il s’impose. Ces pays doivent d’abord retrouver de la stabilité politique pour rendre la LIBERTE à leurs habitants : « l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements » extrait du préambule de la DDHC 1789.

              « Ce n’est pas intéressant financièrement de faire mourir les gens de faim, à qui vendre ensuite ? »
              Ce n’est pas intéressant parce que les morts n’achètent pas. Si sur 1000 personnes vous en faites mourrir 750, les 250 restantes ne pourront pas rattraper ce que les autres auraient pu acheter. (Sauf à coups de triques étatiques). Si le produit vaut 1 ça vous aurait fait 1000 potentiellement, pour 1000 personnes. Si vous multipliez par quatre, pour les 250 restants alors vous égalez votre objectif. Ca n’a aucun intérêt ni aucun sens d’en avoir éliminé 750 . Il vaut mieux vendre à plus de 1 pour 1000 potentiels clients/consommateurs, (de préférence libres).

              Je suis évidemment très très très très très riche ! Je gagne la somme astronomique de 1k€ par mois.

              • Edit :
                « L’Occupation serait une caricature et un simple « épouvantail » ou un « conte pour faire peur » ?

        •  » pas très objectif tout ça.
          Les crises financières sont la conséquence de la libéralisation de la finance au niveau mondial, tout le monde le sait.
          La traitement de la crise récente, fait par les états n’est pas adéquat mais le fameux » too big to fail » ne vous auras pas échappé.
          1929, je n’en garde pas un souvenir fameux, sur le papier, je vous rassure je n’étais pas né.  »

          Quelqu’un pourrait-il lui expliquer ce qu’est  » le community investissement act  » cette fameuse loi étatique à l’origine de l’insolvabilité de milliers d’américain qui avaient souscris un prêt envers les banques pour pouvoir devenir propriétaire le tout garanti par l’état et ses filiales Freddy Mac et Fanny Mae.

          Quand à la Crise de 1929; l’une des causes principale est la vague protectionniste qui a fait baisser plus de 75% les échanges commerciaux dans le monde et l’assèchement des crédits par la FED bras financier de l’état.

           » Il s’agit de garantir à chacun le droit de se nourrir sans être pris en otage par la méchante et immorale finance.
          C’est de cela que vous avez peur ?
          Il n’a jamais été question de supprimer le libre échange, juste d’encadrer les dérives.  »

          La spéculation sur les denrées alimentaires n’affame pas les pays développés mais comme par hasard des pays qui étaient déjà en mode pénurie victime de la corruption de leurs dirigeants et de leur mode économique socialiste. Les dérivent sont celle des despotes qui se foute de leurs populaces et non de la spéculation qui adapte les prix selon l’offre et la demande.

           » Un exemple de pays merdique comme justification de la vertu de la spéculation financière sur les biens de première nécessité ????  »

          Et pourquoi en Suisse on ne meut pas de faim malgré que ce pays est aussi confronté à la spéculation financière?

           » Restez sourd et aveugles aux dérives du libéralisme et ne vous étonnez pas de la montée des populismes.  »

          Dérive du libéralisme pour nous expliquer la montée des populisme aux US et en GB pays les plus socialistes que nous connaissons? Vous vous rendez ,même pas compte que vous vous marché sur le sac sur deux phrases? Il fallait oser pour parler de dérives libérales dans des pays les plus socialistes.

          • Bonjour Le nouveau,
            Je retiens que toutes les crise viennent des US, chantre du libéralisme.
            Vous aurez beau m’expliquer que c’est par excès d’intervention que les produit financiers toxiques ont été créés, je ne vous croirais pas.

            « La spéculation sur les denrées alimentaires n’affame pas les pays développés » donc pourquoi s’en priver en effet ?
            Droit naturel à l’humour.. on a droit ou pas ?! 🙂
            Quelle liberté supplémentaire proposez vous pour garantir le droit à la vie: se nourrir décemment sans être saigné pour engraisser un spéculateur pourri ?

            •  » Je retiens que toutes les crise viennent des US, chantre du libéralisme.
              Vous aurez beau m’expliquer que c’est par excès d’intervention que les produit financiers toxiques ont été créés, je ne vous croirais pas.  »

               » Le community investissment act  » qui est une loi contre la discrimination à l’accès à la propriété est bien la cause de la crise des subprimes puisque cette loi visaient les personnes à revenus modestes qui n’auraient pas eu accès à des prêts si les banques n’avaient pas eu l’état qui leurs garantissait ces prêts à risque. Quand à taxer les USA chantre du libéralisme c’est surement par excès du libéralisme que nombre de banques furent renfloués par l’état tout comme General Motors. Je demande aussi pourquoi les crises financières ne viennent pas de Suisse pays économiquement plus libéral que les USA.

               » Droit naturel à l’humour.. on a droit ou pas ?!  »

              Je vois que vous évitez encore une fois de répondre à cette question.

               » Quelle liberté supplémentaire proposez vous pour garantir le droit à la vie: se nourrir décemment sans être saigné pour engraisser un spéculateur pourri ?  »

              Vous persistez volontairement à vous tromper de cible. Les Muggabe, les Maduro et les kim Jong Un doivent vous remercier de les blanchir en accusant à leurs place les affreux spéculateurs.

            •  » Je retiens que toutes les crise viennent des US, chantre du libéralisme.  »

              Je croyais d’après vous que les USA était l’un des pays les plus socialistes.

              • « Je croyais d’après vous que les USA était l’un des pays les plus socialistes. »

                je n’ai pas pensé qu’on puisse me prendre au premier degré sur ce point, tellement c’était gros. c’était ironique de ma part 😉

  • Comme je l’ai écrit depuis quelques temps dans mes récents commentaires, je suis en train de lire « La Grève »…
    C’est dingue, au fur et à mesure des chapitres, je découvre des clés de lecture de ce qui se passe en ce moment même. Un peu comme si ce roman extraordinaire était en fait une chronique anticipant un avenir sombre, au lieu d’être une uchronie.
    Jusqu’au commentaire d’un lecteur d’un autr acticle de CP ce matin qui explique qu’il va faire La Grève de l’élection.
    Ne pas participer à ce jeu de dupe, voilà la leçon que je tire pour l’heure…

  • Deux commentaires avant le mien, c’est
    Peu. Melenchon n’intéresse pas grand monde et c’est justice. En fait il n’a rien à dire mais il a besoin de parler pour exister tout simplement. On s’habitue à ses outrances et il doit faire de plus en plus fort.
    C’est un vieux comédien éreinté, un vieux clown démodé.

    • @ Lomo
      Vous avez raison, je crois.
      J.L.Mélenchon a gagné sa notoriété par la parole et les discours.

      (En France, vous êtes (excessivement?) sensibles à l’art oratoire qui, associé à des connaissances plus faibles dans la logique et les réalités économiques, gomme les conséquences les plus probables d’un enthousiasme émotionnel pour des solutions radicales qui vont permettre, dit-il, une « vraie » justice sociale » et une « égalité » de droits concrets, offerts par le pouvoir politique à tous les habitants du pays par un état forcément « vertueux » et « justicier » et grâce à la « répartition » de biens acquis par le « pillage légal » des plus riches honnis.)

      Il est permis d’admirer la prestation de « l’acteur » dans son rôle choisi, sans le suivre dans sa logique éculée qui n’a connu le succès nulle part ailleurs!

  • Dernière ânerie de ce type TRES autoritaire : il veut interdire les sectes ! Sauf que c’est LUI qui décidera ce qui est secte ou pas ! Traduction : vous n’êtes pas de gauche et rejoignez une autre idéologie : vous serez classé secte et garde à vue , tribunal et amende/prison !
    A part les 3 religions monothéistes ( et encore ) , TOUTE autre croyance sera qualifiée secte . Même le guérisseur du coin ne pourra plus exercer ( déjà c’est à peine si vous avez le droit de vous soigner d’une façon alternative , le lobby médical a bien joué pour s’octroyer le monopole . Je ne dis pas que les traitements alternatifs guérissent ou pas , je dis que c’est ma LIBERTE individuelle d’y avoir recours si j’en ai envie , ou de rejoindre un groupe spirituel même s’il est farfelu . Ex: je dois avoir le droit de croire que la lune est un fromage vert , même si c’est complètement con !
    mais allez expliquer les libertés individuelles aux communo -socialistes et autres extrémistes : c’est comme disserter de Stendhal avec un âne ! Cette idéologie constructivisme ( d’où la surveillance de masse pour vous y faire adhérer de force ) est vraiment le mal !

    • @ Jacques

      Bien que très d’accord avec vous, ne prenez pas J.L.Mélenchon pour ce qu’il n’est pas! On connait sa carrière plus ou moins bien, mais on ne peut oublier qu’il a n’a gagné sa vie qu’en s’exprimant, tout en gravissant les échelons de façon ambitieuse pour se retrouver dans les « médiatiques »! Commercialement, il a trouvé son créneau dans une gauche plus extrême que lors de ses débuts socialistes. Il assume avec son talent oratoire son rôle de « mouche du coche » sans proposer aucune solution crédible pour sortir la France de son marasme. Son charme oratoire pâlit avec l’habitude et je ne parierais pas un rouble qu’il parvienne à un rôle concret dans un avenir positif pour son pays: il restera sans doute comme un caillou dans la chaussure: il brille mieux en étant « contre » que dans tout rôle constructif.
      Personnellement, il a sans doute atteint son « niveau d’incompétence » (ou pas loin), ce qui est le but de tous les ambitieux. Utilement, la photo est bien différente!
      Et pour la France, j’espère ne pas me tromper!

      P.S.: Que vous, personnellement, croyiez que la lune est un fromage vert tient sans doute à la qualité de votre « hakik », que vous l’enseigniez à des enfants sur qui vous auriez autorité, serait bien plus grave!

  • déjà , en bon coco , il est pour l’occupation du Tibet par la Chine communiste . les persécutions et conversions forcées des tibétains , il s’en fout ! Le bouddhisme y est interdit . Voilà la liberté religieuse , pour les cocos ( les croyances religieuses ou spirituelles sont strictement interdites dans tous les pays communistes seul le Dieu Tracteur existe ) !

  • Ah ça y est : le communiste ( le communisme étant un avatar du fascisme ) vient d’annoncer qu’il rendra le vote obligatoire . Les vieux qui mettent 1 heure à faire 10 pas et qui voudraient bien qu’on leur foute la paix, les malades , ceux qui ont de la fièvre , qui sortent de chimio , ceux qui ne veulent pas sortir ou ont autre chose à foutre , ou qui simplement s’en foutent ( c’est leur droit ) apprécieront . Si ça passe , il faudrait que personne ne vote , pour voir ce qu’ils vont faire . Allez voiteer ( j’essaie d’avoir l’accent soviétique ) zinon goulaag …

    • « le communisme étant un avatar du fascisme ». Jacques, un avatar est une transformation. Le communisme étant bien antérieur au fascisme, on voit mal comment il peut en être un avatar. Lorsque tu ne connais pas la définition d’un mot, n’hésite pas à regarder dans un dictionnaire ou demande à tes parents.

  • J’ai oublié de citer le nom du petit père du peuple qui veut le vote obligatoire : Mélenchon !
    même ceux en fauteuil roulant , sclérose en plaque ou autres devront voter , zinon goup de trique ! 40 de fièvre ? pas grave , fa foter !

    • @ Jacques
      Il n’est pas absurde de rendre le vote citoyen obligatoire!

      Voter est un droit du citoyen et un devoir démocratique: la simple alliance d’un droit et d’un devoir conforte une logique réaliste à ne pas oublier: « on a rien sans rien »!

      Autre avantage: si vote obligatoire, voter blanc ou nul devient autrement significatif.
      L’abstention n’a, en elle-même, aucune signification dans un sens ou dans un autre!

      • Ceux qui veulent rendre le vote obligatoire n’ont, en général, aucune envie de modifier également la loi pour tenir compte des votes blancs. Ce serait trop dangereux pour nos élites.

  • 97 ans , du mal à te déplacer et tu voulais regarder tranquillement la télé ? Niet , fa foter zinon amende !

    • @jacques
      « fa foter zinon amende »
      C’est plutôt l’accent allemand du Sergent Schultz. 🙂

      « TÔâ vÔter sinon Goulak ! Da !? »

      • bjr , oui , mais communisme et fascisme étant synonyme , il n’y a que le nom qui change , l’accent allemand , italien ou russe , c’est pareil !

    • @ jacques
      Non, là où le vote est un droit obligatoire, il y a des exceptions bien acceptées, pour raisons médicales ou pas, pour absence dans le pays à cette date, pour obligations professionnelles pendant les heures d’ouvertures du bureau de votes … Le vote par correspondance est une solution (le vote par internet n’offre pas encore assez de sécurité), la dispense préalable, aussi!
      Et ne pas avoir voté peut être considéré comme une infraction (pas systématique), pas un délit!
      Par contre, une météo clémente ou aller à la pêche ne sont pas des justifications valables!
      Un dernier argument: le fait que les bureaux de vote, de relative proximité, soient tenus aussi par des citoyens comme vous, assesseurs d’un jour, présidés par un juriste, garant assermenté, tous, symboliquement indemnisés, cela crée une sympathie et un respect entre assesseur et électeur qui rend le « devoir » encore plus léger, dans une ambiance bon-enfant! C’est évidemment d’autant plus vrai que le scrutin est plus local dans un état qui n’est pas avide de vous spolier ni considéré comme tel!
      Il est presque mesquin de considérer comme privation de liberté, de devoir aller exercer son libre choix politique dans un parfait anonymat garanti (donc sans sanction possible!).

  • Au secours chers amis , venez prendre ma défense ! Le Figaro a titré ces jours -ci :  » les étudiants de l’Essec ovationnent melanchon  » ! J’ai donc posté ( pour ceux qui veulent voir mes commentaires , mon nom est  » jacque « . j’ai évidemment dénoncé le constructivisme communiste de melanchon et ses atteinte aux libertés individuelles comme je l’ai fait plus haut ici. J’ai aussi souligné ses déclarations à la TV début 2016 lorsqu’il déclara s’opposer à la libération du Tibet ( ça se comprend , c’est un homme éperdu des libertés ). Que n’avais-je fait là !!! Toute la gauchosphère des Khmers rouges s’est déchaînée contre moi ! Je ne savais pas , qu’ils m’en excusent donc , que le Figaro était devenu un repaire de cocos ! Dassault , le proprio du canard , va en faire un infarctus lorsqu’il va le découvrir ! venez me soutenir en dénonçant cette idéologie mortifére , liberticide , totalitaire en postant sur cet article du Figaro ! Ils ne passeront pas !!!

    • Ha ha ! Cher Jacques, je me suis coltiné 5 pages de commentaires sur l’article du Fig en question, pour pouvoir lire les vôtres et j’ai bien ri. Effectivement, vous en avez des contradicteurs, et du courage pour leur répondre !
      Pour ma part, ce que je trouve particulièrement pénible avec les soutiens mélenchonistes, c’est qu’ils réfutent toute discussion sous 2 prétextes :
      – le programme a été écrit par des militants – l’argument du nombre
      – les chiffres seraient irréfutables car calculés par Jacques Généreux. Sous prétexte que ce fâcheux serait prof à Sciences-Po, le programme économique serait donc inattaquable.
      Comme le dit Michel Onfray : « un groupe d’insoumis : rien que l’intitulé est une blague »…

  • Il faudrait quand même rappeler à melanchon que pendant les années 1920 , Ford , aux Usa construisait des voiture pendant que l’Urss , à la même époque , construisait des goulags .
    De même , du temps du rideau de fer , on a jamais vu un allemand de l’ouest désirer passer à l’est , ou encore , de nos jours , quelqu’un qui désire émigrer en Corée du Nord . Même les réfugiés ne veulent pas , pour vous dire !

  • Il y a quelque chose de bizarre dans le communisme c’est la capacité à raisonner juste..en prenant des bases de raisonnement absolument absurdes. Je ne comprends pas comment des gens apparemment intelligents ne peuvent pas d’abord commencer par poser les problèmes de façon simplement intelligibles…
    injustice sociale, exploitation des travailleurs, voire travailleurs, prix juste..c’est quoi au juste tout ça..
    si j’écoute un mélenchonistes .il faut donc combattre les inégalité..comment ça donc…et pourquoi donc…si le donc est invalide….

    • @ jacques limiere
      En URSS, un médecin avait un salaire inférieur à celui d’un mineur de charbon!
      Si l’état avait payé toute la formation scolaire et universitaire « de la » médecin (souvent des femmes) employée dans un hôpital d’état, le mineur de fond n’avait ni le même confort de vie, ni les mêmes satisfactions, ni la même espérance de vie que le/la médecin: pas vraiment « d’injustice sociale », dans ce système-là!

      Il s’agissait donc d’un système avec une certaine cohérence avec équité de traitement. (Je passe sur les restrictions des libertés, connues) Bien sûr, les études universitaires était d’accès réservé aux candidats soigneusement sélectionnés par le parti.

      Il est probable que si il était solide et intéressant pour la population, il aurait peut-être survécu mais, au contraire, il s’est écroulé, en révélant une différence de confort de vie pour la population en donnant naissance à une mondialisation en opposition au caractère soviétique plus autarcique malgré l’espionnage large (politique, militaire mais aussi technologique) de l’URSS.

      La preuve, à mes yeux, qu’un système idéologique, incapable de dépasser ses limites théoriques ne convient pas à des civilisations humaines, toujours plus avides de connaissances nouvelles, d’évolutions, de changements, fruits d’une curiosité, d’échanges, de dialogues. Que ce soit vrai dans notre corps où certaines de nos cellules se renouvelles tous les 3 jours, environ, les connexions de notre cerveau se modifiant sans arrêt ou le monde où l’on vit, rien n’est stable et tout change tout le temps, dans la « vraie vie »et même après! Et, malheureusement nous ne connaissons l’avenir que par spéculations: et si G.Orwel ou A.Huxley nous impressionnent, combien ont prédit, se sont trompés et sont tombés dans l’oubli?

      • non pas de réelle cohérence pour moi…arbitraire oui.. alors cohérence dans le respect de « lois » absurdes si on veut…

  • Les biens communs font l’objet de travaux universitaires, d’ouvrages et de débats politiques au niveau international depuis une vingtaine d’années. Manifestement le commentateur politique Éric Verhaeghe n’en a encore jamais entendu parler. Si quelqu’un peut lui faire un résumé…

    • Vous semblez être au courant de la chose et vous donnez l’impression de maîtriser le concept avec toutes vos lectures. N’hésitez pas à nous éclairer si cela est si simple…

    • la belle affaire..et on ajoutera , quelle contradiction! voici donc un concept « évident » qui demande malgré tout 20 ans des ouvrages et des conférences pour l’éclairer…comme c’est curieux…

  • C’est un attaque simple de prendre Melenchon pour un communiste et ensuite faire des racourci du type : « un docteur sera payé autant qu’un agent d’entretien »
    tant que vous serez dans la caricature juste pour cracher sur Mélenchon, vous n’irez pas bien loin.
    Non, avec Mélenchon on ne va pas avoir tout le monde au smic,
    Non, on ne va pas vous prendre vos logements vacants pour y mettre du migrant.
    Non, on ne va pas instaurer une dictature.
    Si le communisme a tué 100 millions, on parle des 2 milliard tué par le capitalisme ? ha non là c’est de la conspi.

    • Ben si son programme est d’essence totalitaire…comme l’a dit le monsieur il suffit de le lire et d’en tirer des conclusions. Il ne restera rien des libertés individuelles.

      • tout est dans les adjectifs entre la liberté d’expression et une liberté d’expression « raisonnable » ou eco citoyenne , vous pouvez faire fermer la gueule à n’importe qui raisonnablement..
        Mais ne vous inquiétez pas ça existe déjà un vague préfet a le droit d’interdire une manif si il estime que ça peut nuire à l’ordre public.. les outils sont là..il ne reste plus qu’à s’en servir…

  • venezuela :
    – 70% du PiB vient du privé
    – 55% secu est privé
    – 80% de la workForce vient du privé
    mais c’est la faut du communism. ok.

    • N’importe quoi ..

      Vous prenez google, la deuxième référence après wiki, (bsi-economics.org/800-venezuela-modele-eco-bout-de-souffle):

       » De 2008 à 2015, le nombre de fonctionnaires a doublé pour atteindre 2,7 millions et la part des dépenses publiques dans le PIB est passée de 21 % à 36 %. De plus, les activités économiques administrées par l’Etat représentaient, en 2015, 34 % du PIB vénézuélien. Ceci s’explique par la vague de nationalisations opérées à partir de 2007 dans des secteurs clés de l’économie tels que le pétrole, les télécommunications et l’alimentation. Le gouvernement de H. Chavez a exproprié plus de 1 200 entreprises entre 2002 et 2012. »

      Soyez honnête, le Venezuela ne va pas bien, sa population souffre, c’est sans doute dû à la politique, au pétrole, que sais-je.
      Mais argumentez que diable.

    • Dans les Panama Papers, le Vénézuela est référencé 241 000 fois. Les dizaines de milliards du pétrole qui ont été détournés l’ont été par qui, les capitalistes ou la famille Chavez et ses amis bien placés dans l’Etat ?

      Sinon vous pouvez vénérer votre idole alcoolique et xénophobe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles