8 absurdités fiscales signées Emmanuel Macron

Le gouvernement vient de décider la création de deux nouvelles taxes pour lui permettre de rembourser aux sociétés la contribution de 3% qu’elles ont indûment payée depuis cinq ans. Une absurdité parmi tant d’autres…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

8 absurdités fiscales signées Emmanuel Macron

Publié le 17 novembre 2017
- A +

Par Emmanuel Mary.
Un article de l’Iref-Europe

Tout a été dit sur la contribution de 3%, cet impôt sur les revenus distribués qui a vécu ses premières heures au début du quinquennat de François Hollande, et ses dernières au commencement de la présidence Macron.

Soulignons simplement, car cela a été très peu rappelé, que son instauration visait certes à faire face dans l’urgence aux conséquences financières de la perte d’un contentieux communautaire (déjà), mais répondait aussi à une promesse électorale du candidat socialiste. « Une distinction sera faite entre les bénéfices réinvestis et ceux distribués aux actionnaires » annonçait ainsi le futur chef de l’État avant son élection.

Et son successeur n’est autre que celui qui fut son principal conseiller économique, aussi bien pendant la campagne présidentielle de 2012 qu’à ses débuts à l’Elysée. Il fait donc évidemment partie, lui aussi, des acteurs clés de cette déplorable histoire.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Il y a même pire, puisque le gouvernement vient de décider, dans la précipitation, la création, absurde à de multiples égards, de deux nouvelles taxes directement assises sur l’Impôt sur les sociétés (IS)… pour lui permettre de rembourser aux sociétés la contribution de 3% qu’elles ont indument payée depuis cinq ans. Première trace éclatante de l’ubuisme en marche ! On en dénombre au moins sept autres que voici :

2ème absurdité

On savait depuis le mois de juillet que le Conseil constitutionnel rendrait sa décision début octobre au plus tard et que le risque était grand que l’État se trouve condamné à verser aux entreprises une somme très importante dans la foulée de cette décision.

C’est donc avec un immense étonnement que l’on apprit, lors de la présentation du PLF le 27 septembre, que le gouvernement n’avait provisionné à cet égard que 300 millions d’euros au titre de 2018.

La moindre des prudences exigeait de prévoir une dépense bien supérieure et d’augmenter en conséquence les recettes fiscales (c’est d’ailleurs ce que Bercy proposait de faire initialement, comme l’ont relaté les articles de presse qui se sont intéressés au sujet durant l’été) ou, mieux, de diminuer les dépenses publiques.

Mais il est vrai que d’un strict point de vue politique aucune de ces solutions n’était satisfaisante au vu des promesses de campagne de la nouvelle majorité…

3ème absurdité

Puisqu’il va donc très rapidement manquer plus d’argent qu’escompté dans les caisses de l’État sur la base des prévisions budgétaires retenues dans le PLF 2018, et même énormément plus (une dizaine de milliards d’euros en comptant les intérêts de retard au taux de 4,80% par an), une première loi de finances rectificative contenant un seul article, s’ajoutant à la loi de finances pour 2018 et précédant une seconde loi de finances rectificative pour 2017 sera votée hardiment dans les prochains jours.

Voilà qui n’est assurément pas banal, y compris au pays de l’instabilité fiscale et de la frénésie législative. Le but de cette loi « express » : récolter 5 milliards d’euros de recettes nouvelles dans les plus brefs délais.

4ème absurdité

Seules quelques entreprises « happy few » seront ainsi priées de passer à la caisse (ce que le ministre de l’Économie et des finances Bruno Le Maire appelle « faire preuve de civisme » de la part des intéressées), et pour ne pas accentuer l’image de « président des riches » dont le chef de l’État peine à se défaire, ce sont les plus grandes d’entre elles selon le chiffre d’affaires qui devront payer.

Peu importe, à cet égard, qu’il en soit parmi elles dont les droits à restitution au titre de la contribution de 3% sont inférieurs aux nouvelles taxes qu’elles devront acquitter, voire théoriquement nuls (s’agissant de celles qui n’auraient pas distribué de dividendes depuis juin 2012 par exemple).

5ème absurdité

Dans la France jupiterienne, celle du « nouveau monde », le taux de l’IS pourra atteindre… 44,43% en 2017 du fait des nouvelles contributions, soit 20 points de plus que la moyenne européenne ! Pas sûr que l’image de notre pays en sorte grandie aux yeux des agents économiques du monde entier.

6ème absurdité

Pour la même raison, loin d’être uniforme comme c’est le cas dans de très nombreux pays, le barème de l’IS 2017 verra le nombre de taux qui le composent passer de quatre à six (sans tenir compte des taux propres à certains produits immobiliers et de la propriété industrielle) : 15%, 28%, 33 1/3%, 34,43%, 39,43% et 44,43%. Certainement le record mondial, et en tout cas l’exact contraire de ce qu’il faut faire dans un pays se voulant « business friendly » et offrant par conséquent une fiscalité intelligible.

7ème absurdité

Ces nouvelles taxes décidées « à la va-vite » en toute fin d’année s’appliqueront aux exercices en cours et devront être versées en quasi-totalité par anticipation le 20 décembre prochain, soit avant même la fin de l’exercice. Les entreprises concernées ont donc un tout petit peu plus d’un mois pour se préparer.

Et le message envoyé au monde est limpide : chez nous, l’IS à payer au titre d’un exercice peut fort bien excéder de 10 points celui que l’entreprise retient dans son budget au début de ce même exercice, voire déclencher un décaissement au cours de celui-ci très supérieur à ce qu’il est possible de prévoir à l’ouverture. Il s’agit là d’une façon très particulière – la « French Touch » en somme – de promouvoir l’attractivité de notre territoire national.

8ème absurdité 

Les entreprises redevables n’auront pas même le droit d’imputer leurs crédits d’impôt sur la nouvelle dette fiscale ainsi mise à leur charge. Voilà qui ne manque pas de surprendre (si tant est que l’on puisse encore s’étonner à ce stade), notamment pour ceux de ces crédits d’impôt qui trouvent leur fondement juridique dans les dispositions d’une convention internationale visant à éviter les doubles impositions.

Le moins que l’on puisse dire est que l’impression générale laissée par la création de ces nouvelles contributions est absolument désastreuse, et c’est finalement le principal reproche que l’on peut formuler à l’encontre du gouvernement d’Édouard Philippe dans cette affaire. Décidément, le « nouveau monde » promis par la majorité LREM peine à enchanter. Après avoir « pensé printemps » à la suite du candidat Macron, voici venir l’hiver.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • BRAVO..!!! sans commentaire …le changement dans la continuité. ..
    A quand la réforme de la dépense publique…

  • Incroyable cette machine infernale impôts/taxes que Macron a mis en marche. Erreur faite par lui même sous Hollande, et nouvelle erreur faite pour réparer la première.

    Ces énarques ne savent gérer un pays qu’en fabriquant des impôts et taxes. Dehors. Revoir l’école l’ENA (Hollande, Royale) comptes insincères pour le 1er, région Poitou-Charentes en faillite pour la seconde). Inadmissible.

    Ils faudraient les licenciés pour faute grave.. Dans le privé, ils mettent à la porte les dirigeants incapables.

    • L’erreur initiale date du gouvernement Sarkozy, si j’ai tout bien suivi.
      Ce qui n’enlève rien au reste de ce que vous dites, le gros problème des élus est que leur responsabilité s’arrête à l’élection, ils peuvent laisser une situation cataclysmique, ça n’aura jamais d’effet.

    • @ françoise
      Un président est responsable de ses subordonnés, pas l’inverse!

      • @ françoise

        Quand les Français disent qu’ils ont raison, par la voix des « prestigieux » ministres français, on ne crée pas le « clach » et on ne met pas le feu à la panique! Mais « rien ne va plus », en France! Et la mise est perdu, maintenant, il n’y a « plus » qu’à payer les frais! Avec quoi? À vous à voir! Et les déclarations et propositions européennes d’E.Macron ne fera oublier votre dette et votre pouvoir financier moins que nul!

    • @ françoise
      Non, vous savez que toute « sanction » est inconnue! Mais vous n’avez pas le choix: ce président est votre car légalement élu! Et pour 5 ans!

      Alors, les « libéraux théoriques »? Vous collaborez ou vous sabotez comme si vous aviez le loisir d’attendre 5 ans de plus, après Fr. Hollande, peu actif, pendant 5 ans! Vous êtes dans le rouge partout, mal gérés, comme d’habitude, à la Française, comme toujours!

      Alors, vous restez et vous subissez ou vous parter et vous échappez à tout ça!

      C’est votre libre de choix!

  • Le cc n’est ni dieu ni le pape ce qu’il dit est de sa responsabilité…des fonctionnaires responsables ..je rigole.
    Je ne connais pas une taxe pouvant passer selon la constitution française même l’impôt est illégal alors que ce gvt crée de nouvelles taxes pour remplacer un taxe ne me paraît pas farfelu ou répréhensible , c’est l’état il fait le droit , le cc , fait de la politique, ce n’est pas son rôle.

  • Pour la fin, j’aurai même placé un clin d’oeil à la série Game of Thrones en citant la devise de la famille Stark de Winterfell : « L’hiver vient ! » 🙂

  • C’est époustouflant et désespérant! En plus, Macron s’ingénie à se faire passer passer pour un innocent alors qu’il est à la source de tous ces mauvais calculs. Mais, c’est vrai, selon le proverbe: »Aux innocents les mains pleines ». Et là, il a vraiment décroché le pompon!

    • @ Mariah
      Quand les Français veulent décader, tout perdre, et rester la « Lumière » prétentieuse des 27 de l’Europe, non, ça ne passera plus! Crevez tout seuls si vous le désirez! N’entrainez personne d’autre! Toxiques!

      • @mikylux

        Waouh, quel changement de ton! Soit vous avez été piraté, soit vous êtes plusieurs à vous exprimer sur ce compte.

      • D’abord, que signifie « décader »? Et ensuite, je ne comprends pas votre réponse car, justement, je ne pense pas que la France doive s’imaginer être la lumière de l’Europe!

  • Il ne fallait pas attendre autre chose de l’inspirateur des impôts de Hollande. Qui était son conseiller?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce doit être un effet de la pensée complexe jupitérienne qui veut ça, une pensée complexe dont je suis à l'évidence complètement dépourvue, mais le fait est que selon mon point de vue, les déclarations élyséennes, toujours très enflammées, toujours très littéraires, se succèdent avec une belle cadence sans vraiment coller logiquement les unes aux autres.

Ceci avec le risque non négligeable de voir se poursuivre inlassablement la hausse de la dette et des dépenses publiques françaises que le FMI, après beaucoup d'autres organismes, vien... Poursuivre la lecture

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles