Budget 2018 : ni réformateur, ni libéral

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Balance by andy.brandon50(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget 2018 : ni réformateur, ni libéral

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 octobre 2017
- A +

Un article de l’ALEPS

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ? Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baissé, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget libéral consiste à diminuer les dépenses en réduisant la sphère publique, et à abandonner l’idée d’un impôt redistributif. Les populations « fragiles » y gagneraient.

Un budget dans la continuité : dette, dépenses, impôts

La désinformation budgétaire a eu l’effet attendu : la presse tantôt salue le courage du gouvernement qui va « dans le bons sens », tantôt provoque des réactions extrêmes du genre « budget pour les riches ». En fait ce budget se présente globalement comme dans la continuité absolue des mœurs des finances publiques depuis 1974 : déficit, dette, dépenses accrues, fiscalité arbitraire.

Le déficit aurait-il été diminué d’après la loi de finances pour 2018 ? Rien n’est moins sûr : présenté à 2,6% du PIB, en dessous de la barre de 3% que la France a promise à ses partenaires européens de respecter, il ne tient pas compte des multiples promesses accumulées par le Président durant l’été et que Bercy n’a pas réellement chiffrées.

Il suppose aussi que la croissance du PIB soit soutenue à 1,7%, et garantisse des recettes plus larges ; cependant ces recettes sont prévues par la loi de finances à 303 milliards d’euros, soit 3 milliards de plus seulement que ce qui aura été perçu en 2016 (estimation).

Non il n’y a pas de baisse des dépenses !

Face à ces performances médiocres, il y a de véritables dégradations dans la masse des finances publiques. Tout d’abord les dépenses n’ont pas « diminué », comme le gouvernement se complet à le dire, mais on a simplement réduit leur taux de croissance, passant de 0,6 % à 0,5 %.

Le déficit de l’Etat passe de 78,5 à 82,9 milliards. En conséquence la dette est à 96,8% du PIB, et doit croître de 1,7 % d’ici 2019 (on sera alors à 97%, mais qu’importe ? Il suffit d’emprunter, et l’Agence Française du Trésor a atteint déjà un niveau record de 195 milliards en 2016, ce qui fait que le seul service de la dette est le poste le plus lourd du budget.

Des innovations fiscales nocives

Mais au-delà de cette valse des milliards, de cette approche globale, il y a nombre d’innovations qui sont irréalistes ou arbitraires. Les plus contestées aujourd’hui sont la fameuse exemption de la taxe d’habitation, la hausse de la « fiscalité verte » et en particulier l’augmentation de 7,6 centimes sur le prix du gazole (10%), et le remplacement du CICE par des allègements de charge (dont les employeurs ne veulent pas).

L’innovation la plus arbitraire, et sans doute la plus nocive, concerne la TFI (taxe sur la fortune immobilière) et de façon plus large l’épargne française. Désormais l’Impôt dit de Solidarité sur la Fortune (ISF) est calculé sur une base qui ne comprend plus que la fortune immobilière.

Il s’agit, dit le Président Macron, d’orienter l’épargne des Français vers les investissements dans les entreprises et, plus généralement, vers les valeurs mobilières et financières. Mais l’État est-il propriétaire du patrimoine des particuliers ? Il est déjà scandaleux qu’il taxe les successions, ou encore qu’il pénalise les membres d’une famille sociétaire d’une entreprise qui recevraient les parts de leurs parents, mais voici qu’il s’en prend à l’une des formes de placement préférées par les Français.

Veut-on renforcer les privilèges du « logement social » et tuer l’immobilier locatif ? C’est la captation de l’épargne par la Caisse des Dépôts et Consignations et affectée à la construction d’HLM qui est la première cause de la crise du logement (avec la rareté artificielle du foncier). Investir dans la pierre est une sécurité dans la perspective de l’explosion du système de retraites. C’est aussi une liberté, on ne voit pas à quel titre le législateur viendrait la supprimer.

Où est donc la vraie réforme du budget ?

La vraie réforme aurait été de rendre la liberté aux Français. Liberté de retrouver l’argent de leur travail, de leur épargne, de leur entreprise, dont ils sont spoliés par la redistribution, qui représente un bon tiers de la dépense publique. Liberté de gérer leur patrimoine comme ils le désirent. Liberté d’avoir accès aux produits et services à des prix libres, et non pas fixés par l’État.

Les libéraux savent une chose : on ne peut réduire les dépenses publiques sans réduire la taille du secteur public. C’est ce qu’ont fait les Allemands, les Anglais, et tous ces pays qui sont sortis du cercle vicieux du chômage et de la dépense publique. Les chômeurs et les plus démunis (appelés désormais « fragiles ») y gagneraient, et les Français pourraient enfin vivre dans la paix civile, alors qu’on prolonge follement la lutte des classes.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • MACRON EST UN SOCIALISTE, le clone de Hollande!
    Ce pays est foutu.

  • il faut être naïf de croire ces gens là…quand il y a une baisse d’impôts dans la foulée une taxe ou une augmentation….
    d’abord ils nous coûtent cher et en plus, la dette augmente ….
    pour changer à moitié parcours d’un mandat présidentiel,faire un référendum plus 50 %de mécontents. ..ils dégagent. ..ras le bol de ces parasites…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce n’est peut-être pas le moment de dénoncer la faiblesse de la France, mais ça ne l'a jamais été. À force de reporter des réformes nous sommes maintenant au pied du mur.

Tous les pays les ont engagées avec plus ou moins d’ampleur. Avec sa révolution annoncée nous aurions été en droit de penser que Macron président allait s’y atteler. Malheureusement encore une fois la France s’est dérobée.

Les signaux d’alarme se multiplient et leur accumulation nous fragilise à un niveau jamais atteint.

Un déficit devenu inacceptable

Dé... Poursuivre la lecture

Par Maria Lily Shaw. Un article de l'Institut économique de Montréal

À la veille d’une campagne électorale, les politiciens canadiens devront bientôt fournir des réponses quant à leur approche privilégiée pour faire face aux nombreux enjeux auxquels le pays est confronté. Il ne fait aucun doute que la dette colossale du Canada et ses déficits astronomiques et récurrents figurent parmi les préoccupations les plus pressantes.

Comme l’a récemment noté le directeur parlementaire du budget (DPB), nous nous dirigeons actuellement vers... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quand j’écrivais mon article consacré à la folle dérive des comptes publics 2020 il y a une semaine de cela, j’étais loin de me douter que je me lançais en fait dans une trilogie.

En revanche, tout indiquait déjà que les beaux discours complaisamment ressassés par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur l’impérieuse nécessité de réduire notre dépense publique pour revenir dans les clous d’un déficit de 3 % n’étaient que babillage énarchique de façade (second article) dressé devant le véritable objecti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles